Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et boum : le dernier rebondissement politique de la campagne est aussi le premier rétropédalage majeur d'Emmanuel Macron sur le renouvellement des élites

Après avoir déclaré hier à Albi qu’il voulait renouveler les élites politiques “jusqu’au bout”, notamment en annonçant qu’il n’investirait pas aux législatives des candidats issus d’autres partis, Emmanuel Macron s’est lancé dans un premier rétropédalage.

Retournement de veste

Publié le - Mis à jour le 8 Mai 2017
Et boum : le dernier rebondissement politique de la campagne est aussi le premier rétropédalage majeur d'Emmanuel Macron sur le renouvellement des élites

 Ce matin, sur RTL, il a concédé qu’il ne demanderait pas à ses candidats de renoncer à appartenir un autre parti. En revanche, il leur demande de présenter leur candidature sous l’étiquette “En Marche” et non sous l’étiquette de leur autre parti.

Cette inflexion du discours et des orientations est un premier signal envoyé sur la stratégie qui sera celle du prochain président de la République avant les élections législatives.

Face à la difficulté (réelle) de recomposer de l’intérieur une classe politique majoritaire, Emmanuel Macron est obligé de lâcher du lest.

Vers un discret accord électoral avec le PS

Sur le fond, les préoccupations d’Emmanuel Macron sont loin d’être antagonistes à celles des candidats socialistes aux législatives. Réduits au stade quasi-groupusculaires par Benoît Hamon, les sortants du PS ont en effet un problème colossal à régler, comme c’est le cas pour Jean-Christophe Cambadélis. Dans ce fief intact depuis 1986, le PS est arrivé troisième, loin derrière Mélenchon et Macron…

D’un côté, un éléphant socialiste mis en danger par les Insoumis. De l’autre, un candidat d’En Marche totalement inconnu qui aura bien du mal à frayer son chemin, faute d’avoir commencé sa campagne. Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que l’idée d’un code de bonne conduite s’impose aux protagonistes s’ils veulent éviter une percée majeure des insoumis.

Un rétropédalage à géométrie variable

Selon toute vraisemblance, le discret accord électoral de Macron avec le PS devrait prendre des formes très variables.

Dans un certain nombre de cas, Macron investira un sortant socialiste, sous réserve (à ce stade, mais on en rediscutera au vu de son résultat au second tour) qu’il porte le logo En Marche sur son affiche. En revanche, il ne lui sera pas demandé de rompre les liens avec la rue de Solférino. Selon les rumeurs, cette solution devrait rapidement trouver preneur, par exemple en Seine-Saint-Denis avec Elisabeth Guigou, confrontée à une forte pression des mélenchoniens.

Dans d’autres cas, Macron accueillera des transfuges qui renonceront aux relations avec leur maison d’origine. Cette formule conviendra aux sortants des Républicains, notamment.

Assez logiquement, En Marche devrait donc se contenter d’investir des “inconnus” essentiellement dans les circonscriptions peu gagnables ou sans sortant candidat.

Lent glissement vers la vieille politique?

Au-delà des intentions, Emmanuel Macron fait donc, avant même l’élection, l’expérience de la dure réalité de la Vè République. Avec son mode de scrutin majoritaire, elle complique singulièrement le renouvellement des élites politiques. Reste à savoir si le président Macron parviendra à être plus fort que les mécaniques institutionnelles et disposera d’une légitimité suffisante pour mettre ses intentions à exécution.

Au demeurant, le sondage Atlantico Harris Interactive du jour montre bien que l’opinion ne souhaite globalement pas accorder une majorité parlementaire à Macron. 57% des Français expriment clairement la volonté de le laisser minoritaire…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerint - 06/05/2017 - 00:10 - Signaler un abus Dilemme pour moi

    Je souhaite que Macron soit minoritaire mais plus il sera majoritaire plus il appliquera une politique insupportable et plus vite nous en serons débarassés.

  • Par vangog - 06/05/2017 - 01:52 - Signaler un abus Les gauchistes ne sont pas obligés de renoncer à leurs partis

    partis politiques...par contre les ripoublicains sont obligés de renoncer aux LR...l'Egalité sur les affiches de campagne du clone de Hollande est déjà bafouée, avant même qu'il ne soit élu! Quand à la fraternité et à la Liberté...très compromises, aussi! De l'affichage de mauvaise lessive...

  • Par sauvegarde - 06/05/2017 - 04:59 - Signaler un abus valls

    sera avec macron car il a une ex avec 4 enfants il faut bien payer la pension alimentaire tout de même non ??????????????

  • Par euphorbevenus - 06/05/2017 - 08:13 - Signaler un abus L'imposture jusqu'à la fin !

    Si les Français n'ouvrent pas les yeux sur le scénario diabolique de François Macron, c'est qu'ils méritent le sort qui les attend.

  • Par euphorbevenus - 06/05/2017 - 08:16 - Signaler un abus @gerint: 5 ans de plus ?

    Vous êtes sérieux ? On a vu que beaucoup ont regretté leur vote pour François Hollande mais que les institutions l'ont protégé pendant 5 ans malgré les frondeurs. Si vous choisissez Emmanuel Hollande , c'est pour 5 ans !

  • Par Monique GOBEL - 06/05/2017 - 08:27 - Signaler un abus Mamiegrognon

    En effet nous avons subit un nul pendant 5ans Et voilà que minet viens prendre la suite Les français sont des veaux

  • Par ombelline - 06/05/2017 - 08:35 - Signaler un abus Manipulation

    On ne voulait plus des sociales, on les aura quand même avec Micron: beau renouvellement de la classe politique voulu par Moi-je!

  • Par pale rider - 06/05/2017 - 09:03 - Signaler un abus excellent ! C'est cohérent : après la multi nationalité,

    la multi sexualité, on met en place la multi-partité . C'est ce qu'est M. Macron, une personne qui se rêve sans d'appartenance d'aucune sorte. Il pense devenir un grand Tout, il ne sera en fait qu'un grand bond vers le Rien.

  • Par mymi - 06/05/2017 - 09:14 - Signaler un abus pale rider

    J'aime bien votre formule : Macron qui se veut un grand tout et nous emmènera vers un grand rien !!! Macron, hélas probablement élu, doit l'être absolument avec le minimum de voix, seul moyen de diminuer sa légitimité et pouvoir ainsi contrer ses projets mortiferes notamment en terme pro immigration, pro LGBT, pressurisation des classes moyennes et des petits propriétaires

  • Par cloette - 06/05/2017 - 09:20 - Signaler un abus Conclusion

    Empêcher Macron , voter Marine , ce ne sera pas le désastre que vous croyez , juste un peu de tourbillon qui retrouvera son équilibre , et bien moins nocif qu'un quinquennat Macron dont on ne se remettra pas . Il est temps de réfléchir et se ressaisir , on le sait instinctivement , ce sera mauvais pour tous sauf une minorité cynique .

  • Par Anouman - 06/05/2017 - 10:49 - Signaler un abus Arrangements

    Ce n'est pas une surprise. On sait depuis le début qu'il faudra qu'il compose avec les uns et les autres. Et la politique qu'il préconise est la pure continuité de celle de Hollande. Si les électeurs sont dupes c'est qu'ils le veulent bien. Mais c'est bien dommage.

  • Par vangog - 06/05/2017 - 11:17 - Signaler un abus @cloette Vous avez raison!

    Car le programme de sortie de l'Euro de Marine Le Pen a été considérablement atténué et raisonné par Dupont Aignan, qui a offert la solution qu'attendent tous les pays sudistes européens pour regagner leur compétitivité aux dépens des nordistes qui la leur ont volée. Pour les pays qui souhaitent rejoindre le club prospère de la Suède, de la Pologne, de la Suisse, la cohabitation de monnaies nationales et d'une monnaie d'échange européenne, avec des taux de change fixés politiquement, et non par les marchés, permettra de restaurer la compétitivité perdue, sans spéculation possible. Et que les technocrates europeistes se réjouissent! Car ils auront toujours la main sur ces taux de change entre monnaies nationales...l'Italie, la Grèce, la France, le Portugal et l'Espagne pourront enfin sortir du marasme gauchiste, sans être obligés, comme l'Espagne, de peser à la baisse sur les salaires. Dans une zone économique non optimale comme l'UE, les taux de change sont la seule possibilité, pour rétablir la balance des paiements et inverser la marche de la dette des pays en baisse de compétitivité et de croissance, comme en souffre la France Macronienne. Alors, stop ou encore?...

  • Par clint - 06/05/2017 - 11:39 - Signaler un abus Merci Atlantico de réconforter vos abonnés !

    Le choc serait tellement terrible ! Mais qu'ils se rassurent LR et l'UDI très unis vont gagner les législatives : non ce n'est pas un fake, c'est leur acte de réconfort depuis 15 jours !

  • Par g16 - 06/05/2017 - 11:45 - Signaler un abus Le bon plan de Macron est de

    Le bon plan de Macron est de faire plaisir à tout le monde. espérons que tout le monde auquel il pense soit aussi le peuple !

  • Par aixcalibur 13 - 06/05/2017 - 12:09 - Signaler un abus l'opportuniste a plusieurs vestes

    Une partie de Français va élire le roi du rétro pédalage... depuis qu'il s'est déclaré candidat ce n'est que volte face et propos contradictoires, propres à l'opportuniste qu'il est et que les Francais gavés par la promotion des médias ne voient pas ou feignent de ne pas voir!... A mon avis les candidats issus d'internet ne feront pas le poids, il lui faut débaucher les bonnes volontés socialistes qui ne vont pas manquer d'affluer à la bonne soupe et ceux issus du marais centriste, pour avoir une majorité. D'après les commentateurs il n'y a pas de doute, l'effet mécanique jouera en sa faveur... nous verrons bien!...l'idéal puisque les Français aiment cela, c'est une bonne cohabitation avec L.R afin de muscler son programme sur bien des aspects comme le régalien où son approche manque de fermeté et de clarté, le soutien d'associations réputées salafistes parlent d'elles mêmes!...

  • Par Aghir - 06/05/2017 - 12:11 - Signaler un abus Une fois de plus,

    préparons nous à une grande couillonnade! Avec Macron fils spirituel de Hollande qui lui même l'était de Miterrand...........quoi de plus naturel........

  • Par odelaf - 06/05/2017 - 13:32 - Signaler un abus Et si?

    Marine Lepen ne tiendra pas un an . Je me demande si un an de fracas n'est pas mieux que 5 nouvelles années de socialisme, Et puis voir comment les gens de gôche vont respecter le vote démocratique cele sera riche d'enseignements !

  • Par pepenene - 06/05/2017 - 15:13 - Signaler un abus Comme pour hollandouille

    Dans moins de deux ans plus personne n'osera avouer avoir voté Micron.

  • Par langue de pivert - 06/05/2017 - 16:26 - Signaler un abus

    "en marche" : même pas capable de mettre des accesseurs dans des bureaux de vote demain ! Et il voudrait une majorité à l'A.N. ? Il va faire les poubelles du P.S. des LR et de l'UDI qu'il va "blanchir" par un tour de passe-passe ! Comme un mafieux ! Bayrou ou un truc dans le même genre premier ministre et hop ! 5 ans ferme !

  • Par Leucate - 06/05/2017 - 16:54 - Signaler un abus Buvons le Sirop Macron

    l'universelle panacée hé hé, à la cuillère, ou bien dans un verre, nul ne pourra lui résister. Quand je pense que des gogos consommateurs (je ne veux pas utiliser le mot d'électeurs) sont prêts à acheter cette daube imposée par le matraquage publicitaire payé par les financiers pour prendre le contrôle de l'Etat et se payer sur le contribuable, avec l'appui des has been de la politique dont le bilan depuis trente ans est d'avoir conduit la France dans le mur et des journalistes de gauche qui dépendent des financiers pour exercer leur métier, on sent bien qu'on a fait un grand pas de plus dans la décadence morale et intellectuelle. Il y a un vieux proverbe de la Fonction Publique qui s'applique très bien à nos politicards fonctionnaires: "plus on est de fous à être mouillés, plus on a envie de se sécher ensemble". Il ne faut surtout pas que le populo commence à réfléchir (c'est le début de la désobéissance) vous vous rendez compte de la cata si Marine gagne ? alors tous ensemble pour sauver nos poste. La république française actuelle, c'est le Directoire.

  • Par doray jacqueline - 06/05/2017 - 19:55 - Signaler un abus Les médias ont gagné

    ils ont tellement encensé Macron que malgré le rejet des socialistes qu'ils s'étaient bien promis de ne plus réélire les électeurs vont se faire avoir et s'apercevoir au lendemain de l'élection que toute la clique socialo est de retour. Les étrangers seront accueillis à bras ouverts notre culture et notre douce France continuera à glisser vers l'islamisation avec la bénédiction d'E.M. Attendons nous à payer plus d'impôt pour nourrir et loger la vague qui va débarquer dans notre pays pour profiter du Club Med. E.M. doit réduire les impôts mais lorsque l'on voit ses revirements et sa fidèlité en sa parole ça fait douter.

  • Par Liberte5 - 06/05/2017 - 20:07 - Signaler un abus F. Hollande a échoué sur tout pendant son quinquennat!!!

    Il réussi le casse du quinquennat en faisant éliminer F. Fillon et en mettant en selle E. Macron. Sauf que dans cinq ans la France aura fini d'agonir..

  • Par bern4243 - 07/05/2017 - 09:53 - Signaler un abus et les medias n'ont rien vu ou (voulu voir)

    Macron est le fils naturel de Hollande et de Miterrand ; l'objectif est d'éliminer les "frondeurs" du PS dans la nouvelle assemblée nationale , et d'avoir ainsi une majorité à la botte du président ; cette majorité pourra être absolue ou relative , dans ce cas on débauchera , tout comme en 1988, une partie de la droite centre LR . La seule différence dans ce cas c'est que le 49 3 ne pourra être dégainé dégainé qu'une fois pas session (merci Fillon et Sarkozy) . Bref on risque enfin de s'apercevoir que la 5ème république est d'abord un régime parlementaire .

  • Par mjb75 - 07/05/2017 - 12:46 - Signaler un abus Macron, une nouvelle offre politique

    Stop à tous ces commentaires anti-Macron! E.Macron accueillera des personnes de droite et de gauche Socialistes ou LR/UDI. S'ils pourront conserver leur étiquette ils seront exclus de leur partis,Et pour certains élus, c'est déjà fait!! Quant à E.Macron,avec courage il a su quitter le gouvernement à temps et il a analysé la situation du pays.D'où ses réformes, l'union nationale et ...Non M.Macron n'est pas la reproduction de F.Hollande!!

  • Par vangog - 07/05/2017 - 13:55 - Signaler un abus @mjb75 (centre de Paris?...) vous écrivez que...

    "Macron a su quitter le gouvernement à temps"...il a, quand-même inspiré la politique économique de ce gouvernement pendant quatre ans...c'est quoi "à temps!" selon vous? est-ce le moment où l'on s'aperçoit que sa politique a raté et qu'il faut s'en désolidariser, en en rejetant la faute sur les autres (manifestement, les socialistes de Taubirat à El Konnery ne lui en veulent pas, car ils votent tous pour le miraculé de la politique gauchiste, comme un seul homme!), ou est-ce le moment où on s'aperçoit qu'on a été berné par tous les autres? Quatre ans, c'est long, pour s'en apercevoir!...

  • Par antidote - 07/05/2017 - 17:17 - Signaler un abus 5 ans de plus ! Un hold-up à la HOLLANDE...

    C'est joué d'avance , les mêmes vont se retrouver au pouvoir ,.Merci à ces pourris de médias et aux magistrats d'avoir sacrifié FILLON pour être certain de garder le pouvoir mais gare au retour de baton !!!

  • Par edac44 - 07/05/2017 - 17:22 - Signaler un abus Donc, à vous lire, Macron est déjà élu à 17h00 heure française !

    Merci à Atlantico pour cette annonce avant l'heure !.... et pour les 577 filles et fils de "putes" qui vont continuer à pomper la république et ses contribuables, avez-vous déjà une petite idée sur la future répartition des heureux "bénéficiaires" des largesses de la nation ???

  • Par antidote - 07/05/2017 - 21:15 - Signaler un abus Immigration 100 % !

    Dans les cités les youyous vont retentir .Trouvez vous normal que des présidents d’universités déversent 15 000 tractes au sein même de leur université pour voter MACRON ! Si c'était la droite qui se soit permis de prendre l'argent dans les caisses de l'éducation nationale la justice serait déjà sur le pied de guerre . D'ailleurs la représentation des jeunes au Louvre nous fait revivre MAI 68 !!!

  • Par Helveticosuisse - 08/05/2017 - 05:28 - Signaler un abus Surprise.

    J'ai zappé sur toutes les chaines d'info et quelle ne fut pas ma surprise: il n'y avait pour encenser Macron que des vielles badernes style Segolène Bayrou jubilant, le Guen etc.. vive la jeunesse et le renouveau! Je me suis mis à penser au célèbre tableau des Rats d'Eau de la méduse. Sauve qui peut on se raccroche pour ne pas sombrer.

  • Par Anguerrand - 08/05/2017 - 07:22 - Signaler un abus Et Belkacem qui supportait Hamon

    Quel ne fut pas ma surprise hier soir de la voire supporter Macron !..., elle a ecouté sans broncher qu'il fallait tout revoir à l'Education Nationale , tout le gouvernement Valls est donc derrière le gagnant. Apres ça, et après avoir soitenu Le PS sans réserves, ils ont trahi pour se retrouver vers ...la gagnant. Tous des p......et ils ont le culot de nous faire la leçon. Avec tous ces socialos il ne risque pas de faire une politique de droite. La droite est majoritaire en France alors faisons lui Le " cadeau" de lui donner une majorité de droite . Mal élu il ne pourra pas faire n'importe quoi en particulier sur l'immigration ou la GPA .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€