Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et si l’ardoise laissée par le loup revenait au ministère de la Transition écologique et solidaire ?

Aujourd’hui, ce sont les agriculteurs qui paient l’essentiel de la facture du coût du loup en France. Alors que les décisions sont prises au ministère de la transition écologique et solidaire...

Wikiagri

Publié le
Et si l’ardoise laissée par le loup revenait au ministère de la Transition écologique et solidaire ?

Selon les derniers chiffres officiels connus, le coût du loup en France ne cesse d’augmenter. Il s’agit d’indemniser les éleveurs dont les troupeaux sont victimes d’attaques, mais aussi de financer des mesures de protection pour le moins élevées. Pour l’année 2016, l’ardoise était précisément de 3,2 millions d’euros pour les indemnisations, et largement supérieure à 25 millions d’euros (dernier chiffre officiel : 23 millions d’euros en septembre) pour les mesures de protection.

Ces dernières ont vu leur coût exploser, puisqu’il était de 1,8 million d’euros en 2004, 3,2 millions en 2005, 7,4 millions en 2010, 14,7 millions en 2014... Et donc un chiffre avoisinant les 26 millions d’euros pour 2016 !

Le pastoralisme en danger

De quoi s’agit-il en fait ?

Bien que des statistiques parfaitement fiables manquent, il apparait clairement que le nombre d’individus (de loups) a grandement augmenté ces dernières années. Selon la DREAL (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) Rhône-Alpes, nous serions passé de 55 individus en 2004 à 360 en 2017, il ne s’agit cependant pas d’un comptage sur le terrain, mais par rapport aux victimes recensées (et il arrive que, dans le doute, des victimes soient attribuées à des chiens errants). Au-delà de la précision des chiffres toutefois, la tendance est là.

Le discours des bergers et autres gardiens de troupeaux consistent à dire que la pratique du pastoralisme est en danger. Le pastoralisme, ce sont ces troupeaux libres dans de grands espaces montagneux, qui évitent leur transformation en friches, pour conserver d’agréables paysages. Pour que vivent ces troupeaux, il faut une activité économique, les bergers vendent le lait des brebis ou des chèvres et sont des éleveurs comme les autres d’un point de vue économique. Or le loup change la donne.

"Au fur et à mesure que les attaques se sont multipliées sur les troupeaux, il a fallu s’organiser, explique Christine Valentin, présidente de la Chambre d’agriculture de Lozère et en charge du dossier "montagne" à l’APCA (assemblée permanente des chambres d’agriculture). Ce qui signifie poser des clôtures, organiser des brigades loup (Ndlr : des rondes menées par plusieurs chasseurs près des troupeaux, avec uniquement des tirs de défense autorisés), embaucher des gardiens de troupeau pour ne jamais laisser les animaux seuls..." C’est toute cette liste que l’on appelle les "mesures de protection".

Après les arguments humains, place au portefeuille

La tendance sociétale étant au respect de la biodiversité et donc à apprécier la présence du loup, le combat des bergers pour obtenir leur éradication a échoué, l’espèce reste protégée par la convention de Genève, et l’augmentation des effectifs n’a été prise en compte que pour un nombre limité de tirs depuis 2004. Pour autant, puisque cohabitation il doit y avoir, celle-ci doit s’opérer aussi en tenant compte de leur présence et de celle des troupeaux, lesquels participent aussi (certains diront "davantage") à cette biodiversité à travers leur présence et aussi par leur travail sur le paysage, les pâtures des estives étant tout de même plus belles à voir que des friches. Or, jusqu’à présent, les arguments humains des bergers n’ont pas été entendus : leurs nuits blanches passées près des troupeaux, leur stress et celui des autres animaux du troupeau après une attaque, etc. Tout cela n’a jamais été pris en compte.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par totor101 - 13/08/2017 - 11:21 - Signaler un abus RINGARD !

    L'élevage ? c'est ringard ! - Les éleveurs ne gagnent plus leur vie .... - Les loups causent un surcout pour les exploitations ! DONC - Les loups vont proliférer grassement - les élevages vont disparaitre MAIS Sera t'il encore possible de se balader dans la nature sans risquer de se faire bouffer ! MERCI les verts ! (au fait , à qui profite le crime ?)

  • Par eva - 13/08/2017 - 12:03 - Signaler un abus amsallem

    MAIS FICHEZ DONC LA PAIX AUX LOUPS BANDE DE CRETINS !!!!!!!!!!!!!

  • Par Ex abrupto - 13/08/2017 - 12:12 - Signaler un abus EVA

    Peut être habitez vous en ville? Suggestion: faire payer aux assocs de défense des loups!!

  • Par vangog - 13/08/2017 - 12:32 - Signaler un abus Tendance sociétale????

    la tendance que vous évoquez est celle que cette eva Amsallem illustre: celle des bobos de centre-ville les moins éduqués et les plus sensibles à la manipulation ecolo-mediatique pro-loups, pro-rechauffiste et pro-clandestins...si ces sectaires occupent le terrain médiatique, grâce à la complaisance coupable des Claude Weil (Nice-Matin pro-loups) et des Pierre Bergé, ils ne constituent pas moins d'une toute petite minorité d'activistes très énervés et très énervants...la très grande majorité des Français est attachée à la Défense du pastoralisme, qui maintient la ruralité et entretient (gratuitement, lui...) nos paysages. Seule la toute petite minorité faiblement éduquée et très bobo souhaite la perte de la pastoralité au prix du loup. En PACA, les patriotes FN défendent les agriculteurs contre le loup et les bobos type Claude Weil!

  • Par Archeboc - 13/08/2017 - 15:04 - Signaler un abus Je suis pas bobo et habite dans les Bauges...

    ....et je ne vote pas FN. Ceci précisé, les loups ont peur des humains. J'en ai rencontré un dans mon massif : il court encore ! Protéger les troupeaux avec des patous et faire la chasse aux chiens errants suffit souvent. Comment se fait-il qu'en Italie toute proche le loup est bien toléré ??

  • Par Borgowrio - 13/08/2017 - 19:23 - Signaler un abus La soufrance des éleveurs ( certains très écolos pourtant )

    L' eco- système du loup n'existe plus , réintroduire le loup est une folie, oui dans les parcs et réserves clôturées , mais de grâce pas dans nos pâturages magnifiques et entièrement créés par les éleveurs . Avec une prolifération exponentielle du loup ils ne pourront pas tenir longtemps et c'est encore une filière économique qui disparaît . Tout ça pour faire plaisir à des rêveurs ( euses ) stupides comme celle ci dessus . Ce serait des loup italiens qui viendraient parce que la densité des troupeaux est moindre en Italie (info à vérifier)

  • Par vangog - 13/08/2017 - 21:19 - Signaler un abus @Borgowrio ce ne sont pas des rêveurs!

    Ce sont des idéologues qui poursuivent un but précis: la décroissance agricole. Tout leur est bon pour atteindre leur objectif: taxes et normes europeistes exponentielles, loi-anti-pesticides, restrictions d'utilisation d'eau, réintroduction d'espèces aberrantes comme le loup, l'ours...ils utilisent tous les ressorts de la démagogie pour entraîner des bécasses comme celle que vous citez...

  • Par J'accuse - 13/08/2017 - 22:13 - Signaler un abus Pas question que le contribuable paye pour le loup !

    Les loups sont revenus par eux-mêmes en France: c'est aux éleveurs de se débrouiller avec les conditions naturelles, et à eux aussi de dédommager les randonneurs mordus par des patous. En revanche, l'ours des Pyrénées a été réintroduit artificiellement: bien que ce soit une connerie, il s'agit d'une décision d'élus, donc à la charge des contribuables.

  • Par vangog - 14/08/2017 - 00:08 - Signaler un abus 10000 brebis tuées par an (pour une vingtaine de loups?)

    indemnisées cent euros...une tuerie du con-tribuable!

  • Par g16 - 14/08/2017 - 00:53 - Signaler un abus Les loups vont disparaître

    Cela va se faire aussi rapidement qu'ils se sont installés en raison de l'abandon d'entretien dans les régions pâturées par les moutons, c'est les feux de broussailles qui ravagent des milliers d'hectares de forêts, en tuant et brulant les centaines de loups qui occupent ces terrains dévastés.

  • Par Poussard Gérard - 14/08/2017 - 08:46 - Signaler un abus Excellent article et on attend que Hulot defende a la fois

    Les loups et les paysans. ...quelle solution propose t il? Il doit participer ala facture des aanimaux tués par les loups...

  • Par lexxis - 14/08/2017 - 09:20 - Signaler un abus @EVA

    Cela fait plaisir de lire votre post nuancé, sensé, argumenté et parfaitement courtois. Avec toutes mes félicitations et surtout si vous pouvez nous apporter vos lumières sur un autre sujet, n'hésitez pas!

  • Par eva - 14/08/2017 - 11:31 - Signaler un abus amsallem

    Chère Eva je n'habite pas en ville mais dans un tout petit village des pyrénées avec le problème de l'ours , je n'ai rien contre leséleveurs mais le débat sur les loups n'existe que chez nous et non en ITALIE Par exemple , il faut regarder les choses avec lucidité , quel monde pour demain ? Un monde sans les grands prédateurs qui doivent pouvoir vivre à coté de nous et non en les éradiquant ; c'est quoi votre projet le pays des bisounours et le rejet de la biodiversité ? JE TIENS A DIRE QUE JE SUIS TOUT SAUF BOBO , ne parlez pas de quelqu'un dont vous ignorez tout , bien cordialement.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 15/08/2017 - 01:15 - Signaler un abus Avec ces raisonnements de

    Avec ces raisonnements de bobos saouls on finit par protéger les islamistes de peur que leur race ne s'éteigne !! .........En attendant depuis que nos agences de bassin interdisent le nettoyage régulier des cours d'eau, les inondations sont de plus en plus fréquentes dans des zones ou de mémoire d'agriculteur il n'y en avait jamais eu........Mais ce n'est pas grave, ils ne sont responsables de rien, et les assurances remboursent avec le pognon de leurs assurés ....c'est à dire le nôtre ! Et puis double effet Kiss cool ça permet de mettre tout sur le dos du réchauffement climatique... et ça fait plaisir à Mr Hulot.

  • Par eva - 15/08/2017 - 15:39 - Signaler un abus amsallem

    PAUVRE PAUL un vrai ramassis de conneries vous devriez revoir votre copie et ne mélangez pas tout et surtout pas d'amalgame , pour vous aimer la nature et les anima

  • Par eva - 15/08/2017 - 15:40 - Signaler un abus amsallem

    PAUVRE PAUL un vrai ramassis de conneries vous devriez revoir votre copie et ne mélangez pas tout et surtout pas d'amalgame , pour vous aimer la nature et les animaux c'est être bobo écolo des vrais gros mots dans votre bouche , pitoyable !

  • Par eva - 15/08/2017 - 15:49 - Signaler un abus amsallem

    vangog votre rage stupide vous aveugle , réfléchissez et documentez vous avant de dire de telles bêtises et ne parlez pas de quelqu'un dont vous ignorez tout c'est quoi ce mépris , n'importe quoi .vous avez la haine contre les bobos et vous avez tort . sans rancune

  • Par moneo - 15/08/2017 - 18:25 - Signaler un abus vivement qu'on en est en forêt de Fontainebleau

    et voir le premier Parisien coursé par une meute -:)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Jeandey

Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€