Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Est-ce que nous nous dirigeons vers la tempête parfaite sur le marché de la dette ?

Le marché obligataire est en train de changer de forme et cette mutation pourrait bien contenir des dangers insoupçonnés et potentiellement dévastateurs.

Alerte

Publié le
Est-ce que nous nous dirigeons vers la tempête parfaite sur le marché de la dette ?

Le marché obligataire est en train de changer de forme. Crédit Reuters

Il est clair que le marché obligataire tant des entreprises que des Etats a changé depuis quelques années. Le paradigme consistant à considérer que les Etats étaient des placements sûrs à voler en éclat devant les difficultés économiques des pays de la zone euro et les conflits institutionnels aux Etats-Unis (fiscal cliff). Tous ces évènements ont montré que placer son argent en bonds du trésor était aussi une activité risquée. Dès lors, le marché obligataire est devenu bien plus volatil entraînant des variations à la hausse comme à la baisse.

Ainsi, le comportement de ce marché se rapproche de celui du marché des actions. Ils offrent donc des opportunités de profit mais aussi bien plus de risques. Or, comme le note l’auteur, le marché obligataire est bien moins sophistiqué que le marché action et autorise largement les transactions de gré-à-gré rendant le marché assez opaque et donc plus dangereux car plus à même de changer de direction en fonction d’une information non-anticipée.

Si ce marché drainait peu de capitaux le problème serait assez anecdotique. Or, il représente un secteur de plus en plus important (par exemple, les entreprises américaines ont émis pour USD 1.3  trillion d’obligation en 2012 établissant un nouveau record). Cette tendance est naturellement liée à la faiblesse des taux d’intérêt et la politique bienveillante des principales banques centrales. En effet, ces dernières ont abaissé leurs taux à des niveaux très faibles impactant de façon indirecte le reste des taux. Ainsi, des entreprises américaines vues comme ayant un profil risqué peuvent maintenant emprunter à moins de 6%, un  record. Or, le niveau des taux est normalement un indicateur de risque et il ne semble pas y avoir de raisons objectives pour que le profil de ces entreprises s’améliore alors que la situation macroéconomique présente encore de nombreux risques et que les Etats-Unis peinent à retrouver une croissance forte et nous ne parlons pas de la zone euro. Evidemment ce taux doit s’analyser à la lumière des autres taux des emprunteurs et là nous obtenons des situations paradoxales où des Etats empruntent à plus chers que des entreprises de la même nationalité. Tous ces dérèglements peuvent s’avérer dangereux et mettre en péril le fonctionnement du marché si, par exemple, ces entreprises au profil risqué venaient à faire défaut. Toutefois, le comportement des investisseurs s’appuient sur la nécessité de dégager des profits en vue de rémunérer les actionnaires ou tout simplement les personnes ayant investi dans une assurance vie et qui espèrent un rendement confortable. Puisque les placements les plus sûrs n’offrent plus de rendement suffisant alors ils vont chercher des investissements plus risqués et puisque les actions ont de mauvaises performances ces derniers temps, ils se dirigent vers les obligations.

Enfin, un élément important à garder à l’esprit actuellement est qu’une remontée des taux pourrait avoir un fort impact sur le marché obligataire. Quand les émetteurs (Etats, entreprises) proposeront des taux plus avantageux les investisseurs voudront se diriger vers ces placements. Or, ils seront incités à vendre leurs vieilles obligations à faible rendement pour investir vers les nouvelles obligations. Or il est probable qu’il n’y aura pas d’acheteurs (qui voudraient acheter des obligations à taux faible s’il peut en avoir avec un rendement plus élevé ?). Ainsi, ces anciennes obligations pourraient perdre beaucoup de leur valeur posant un problème important à leurs détenteurs.

En conclusion, il est clair que des taux faibles ont des avantages clairs pour relancer l’économie faciliter les investissements et in fine soutenir l’économie. Toutefois, cette situation n’est pas exempt de risques et peut distordre le marché et avoir des conséquences fortes. Même si ce ne sont que des risques potentiels il est tout de même nécessaire de les avoir à l’esprit.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par mrlem - 02/02/2013 - 10:48 - Signaler un abus le fond, c'est une chose, la forme...

    Par pitié, faites relire vos articles par quelqu'un d'autre : - "[...] que les Etats étaient des placements sûrs __à voler__ en éclat devant [...]" -- aïe, c'est mon œil qui "a volé" en éclat - "[...] en __bonds__ du trésor [...]" -- et la c'est votre prof de français qui fait des "bons" ? Dans un autre registre : "[...] ont émis pour USD 1.3 __trillion__ d’obligation [...]", ça fait référence à quel trillion ? celui en français ou en anglais ? (cf wikipedia) ce n'est pas tout à fait la même chose... Et je ne parlerai pas de la ponctuation... La forme n'est pas tout, mais elle peut gravement desservir un fond pourtant intéressant. Merci pour cet article malgré tout.

  • Par mrlem - 02/02/2013 - 10:50 - Signaler un abus (la forme, suite)

    D'ailleurs, il y a plusieurs éclats.

  • Par Equilibre - 02/02/2013 - 11:43 - Signaler un abus On dirait un texte anglais passé par google traduction

    Dommage. Du coup, le fond, intéressant mais trop brouillon, passe à la trappe.

  • Par Redmonde - 02/02/2013 - 13:03 - Signaler un abus INQUIETANT

    Cet article souligne à juste titre combien il est devenu difficile d'investir, avec un marché boursier peu lisible et un marché obligatoire /bons du Trésor problématique partout suite aux dettes pharamineuses des Etats et aux taux d'intérêt ridicules. Les recettes et approches traditionnelles ne marchent plus en matière d'investissement, le problème est qu'on n'a pas encore vraiment trouvé de solutions adéquates pour répondre à ces évolutions.

  • Par vangog - 02/02/2013 - 13:46 - Signaler un abus Pyramide de Ponzi!

    Les systèmes des Dettes Américaines et Européennes sont des systèmes de Ponzi institutionnels! Et, comme tout système de Ponzi, il s'arrête un jour, car les pyramides ne montent pas jusqu'au ciel, les Babyloniens en ont fait l'amère expérience.. Ce jour-là, les contribuables perdent et les politiciens qui ont institutionnalisé ces systèmes deviennent des escrocs à la Madoff! Dur, dur...

  • Par Satan - 02/02/2013 - 18:17 - Signaler un abus Vive la dette, vive la crise, vive la financiarisation!

    Et surtout vive les campings-car!

  • Par henir33 - 02/02/2013 - 20:24 - Signaler un abus paradoxe

    "Evidemment ce taux doit s’analyser à la lumière des autres taux des emprunteurs et là nous obtenons des situations paradoxales où des Etats empruntent à plus chers que des entreprises de la même nationalité." Non ce n'est pas un paradoxe des entreprises nationales françaises peuvent être moins risquée que l'Etat Français : TOTAL AIR LIQUIDE LVMH etc ...

  • Par prochain - 03/02/2013 - 15:09 - Signaler un abus "Mon véritable ennemi est le monde de la finance" dit Hollande

    Les méchants créanciers qui lui prêtent 7 milliards euros / semaine à taux zéro sont ses ennemis mais ne lui demandez pas qui va rembourser...ni comment il compte financer des millions de postes garantis à vie, déjà terminer son mandat de 5 ans c'est comme Jésus qui aurait fait des miracles paraît-il...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Manuel Maleki

Manuel Maleki est Docteur en Sciences Economiques à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Il est spécialiste des questions de réformes. Il a travaillé à Londres dans une grande institution financière avant de rejoindre les équipes de la recherche économique du groupe ING en tant que Senior Economiste.

Il s'exprime sur Atlantico à titre personnel.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€