Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Erdogan à Paris : ces délicats compromis à trouver pour rester alliés avec la Turquie sans tomber dans les compromissions

La visite du président turc vendredi à Paris trahit la volonté d'Erdogan de voir s'opérer un réchauffement de ses relations avec l'Union européenne. Mais pour la France, se positionner de manière à rester des alliés de la Turquie sans occulter les nombreuses atteintes à l'Etat de droit en Turquie relève de la performance d'équilibriste.

Histoire d'alliés

Publié le
Erdogan à Paris : ces délicats compromis à trouver pour rester alliés avec la Turquie sans tomber dans les compromissions

Atlantico : Ce vendredi 5 janvier, Emmanuel Macron recevra RecepTayyipErdogan, président de la Turquie, dans le cadre d'un entretien et d'un déjeuner à l'Elysée. Alors que la tentative de coup d'Etat en Turquie a pu être à l'origine d'un tournant politique en Turquie, comment envisager la relation de la France, de l'Europe avec le pays ?

Cyrille Bret : la visite du président turc à Paris marque le retour de la Realpolitik. Les dernières années ont été marquées, dans les relations entre la Turquie et l’Europe, par de nombreuses tensions. La tentative de coup d’Etat du 16 juillet 2016, la répression aux formes de purge massive de la fonction publique qui lui a répondu depuis, la réforme constitutionnelle d’avril 2017, le rapprochement avec Moscou et Téhéran dans la guerre en Syrie ont déboussolé puis rebuté les alliés occidentaux (Américains, Européens, Français) de la Turquie.

Cela s’est manifesté à plein, l’année dernière, lors des meetings que les proches d’Erdogan ont tenus ou essayé de tenir en Europe. On se souvient que les autorités néerlandaises avaient interdit les meetings du 11 mars 2017 qu’avaient organisé le ministre des affaires étrangères MevlutCavusoglu et la ministre de la famille Fatma Betül Sayan Kaya. Aujourd’hui, les Européens, sous l’impulsion du président Macron, semblent revenir à une approche désabusée de la Turquie. Ni naïveté pleine d’espoir ni cynisme sans principes, telle est la difficile ligne de crête à trouver.

Fabien Laurencon : En Allemagne, on constate – avec un vrai décalage par rapport aux positions françaises - l’esquisse d’une évolution similaire après la crise très grave de l’été 2017 traversée par les deux pays, marquée par des provocations verbales inouïes du président Erdogan, qualifiant la chancelière et son ministre des affaires étrangères Sigmar Gabriel de nazis et appelant en pleine campagne électorale allemande à voter pour les autres partis – cas unique d’ingérence dans la vie politique allemande.

Fin décembre 2017,RecepTayyipErdogansur le chemin du retour de son voyage en Afrique a multiplié les déclarations apaisantes devant la presse turque, n’excluant pas un déplacement en Allemagne ou aux Pays-Bas. S’agissant du sort des journalistes allemands détenus en Turquie, Ankara a également fait plusieurs gestes de bonne volonté au cours des dernières semaines, en libérant ainsi Peter Steudtner puis la journaliste Mesale Tolu, même si huit journalistes restent emprisonnés dont le plus emblématique, le correspondant du quotidien Die Welt, DenizYücel, est le plus sensible, Berlin considérant que sa détention sans aucune base juridique est un obstacle à la normalisation des relations entre les deux pays. Il est intéressant de mettre en perspective le cas de DenizYücel avec celui de son confrère français, Loup Bureau. La visite de Cavatoglu à son homologue allemand, Sigmar Gabriel prévue le 6 janvier à Goslar devrait marquer une nouvelle étape dans le « reset » de la relation germano-turque.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 05/01/2018 - 13:44 - Signaler un abus Le fasciste Erdogan n’a rien à faire en France!

    Ces socialistes masqués refont, avec les régimes fascistes islamisants, les mêmes erreurs qu’avec le socialiste Hitler en 1936. Cette politique munichoise de la gauche archaïque rebaptisée macroniste, amène la honte et la guerre...hé ho, les socialauds masqués! Apprenez votre histoire...

  • Par celajun - 05/01/2018 - 16:54 - Signaler un abus Erdogan dehors !

    Tout à fait d'accord avec vangog. On nous a sorti des comparaisons stupides entre Macron et Bonaparte, Macron et De Gaulle... Aujourd'hui, on voit la vraie filiation : Macron, c'est Daladier qui pactise avec le dictateur islamiste qui a aidé l'Etat Islamique, notre ennemi. La Turquie est un pays hostile, pas un allié.

  • Par winnie - 06/01/2018 - 10:22 - Signaler un abus parlons vrai

    Pourquoi ne pas dire une bonne fois pour toute aux turcs au il est hors de questions que la Turquie soit dans. l UE mais. peut avoir une relation diplomatique et commerciale privilégiée. avec l UE.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Cyrille Bret

Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné notamment à l'ENS, à l'université de New York, à l'université de Moscou et à Polytechnique, il enseigne actuellement à Sciences-Po. Il est le créateur avec Florent Parmentier du blog Eurasia Prospective.

Pour le suivre sur Twitter : @cy_bret

 

Voir la bio en entier

Fabien Laurençon

Fabien Laurencon est agrégé d'allemand, diplômé de Sciences Po Paris. Il a enseigné l'histoire et la civilisation allemandes à l'université Sorbonne nouvelle Paris III et à Paris X. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€