Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 16 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Erdogan, notre ami, notre allié ! Mais quand même pas notre frère d'armes…

Le président turc nous appelle à la rescousse. Théoriquement il en a le droit. Pour ça, il faut un sacré culot, et il n'en manque pas…

Turqueries

Publié le
Erdogan, notre ami, notre allié ! Mais quand même pas notre frère d'armes…

 Crédit ADEM ALTAN / AFP

"Ohé l'Otan !" s'est exclamé Erdogan "Où êtes-vous ? Pourquoi nous laissez-vous seuls dans une bataille cruciale ?" Le Président turc est en effet en guerre. Ses troupes ont envahi l'enclave kurde d'Afrin en Syrie.

Elles sont précédées par des supplétifs arabes, armés et entrainés par la Turquie. Massacres, tortures : c'est comme ça qu'ils font la guerre. Tous les Kurdes ont vu l'abominable vidéo montrant l'une de leur prisonnière kurde éventrée.

Ici, on ne la leur montre pas. Car nous sommes des âmes sensibles.

Les milices kurdes d'Afrin, les YPGC (Unités de Protection du Peuple Kurde) sont les alliés des Etats-Unis. Elles ont été aux premières lignes du combat contre Daech. Cela, Erdogan ne peut l'ignorer. Mais les Kurdes, quel qu'ils soient, restent ses adversaires prioritaires. S'il se permet, sans vergogne, d'interpeller l'OTAN, c'est qu'il en est membre ! Comme la France. Notre ami, notre allié ? 

La presse turque s'en donne à cœur joie en rappelant que dans le cadre de l'OTAN, des soldats turcs ont combattu à nos côtés en Somalie, dans les Balkans, en Afghanistan. En conséquence de quoi – et en bonne logique turque – nous devrions aider les massacreurs d'Afrin. Bien-sûr qu'Erdogan n'a pas besoin de nos troupes pour vaincre les milices kurdes. Son exhortation constitue juste un bras d'honneur et en bon français veut dire : "Je vous emmerde".

Les Américains sont très présents militairement en Syrie. Ils ont montré leur efficacité quand une colonne blindée de mercenaires russes est parti à l'assaut d'une autre zone kurde protégée par des unités américaines. L'artillerie et l'aviation US sont entrées en action. Ce fut un carnage : des centaines de morts !

Poutine, avec la bénédiction duquel ces mercenaires avaient été envoyés aux côtés de Bachar El Assad ne pipà mot. Il avait sans doute voulu tester la détermination américaine, et le prix à payer fut meurtrier.

Maintenant, une question se pose. Pourquoi les Américains ne bombardent-ils pas les Turcs comme ils ont bombardé les Russes ? Réponse : les Turcs sont membres de l'Otan. Une autre question découle de la première. Pourquoi tolérons-nous que les Turcs soient toujours membres de l'Otan ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 17/03/2018 - 12:29 - Signaler un abus Les kurdes sont les

    harkis de la communauté internationale. Ce silence pour les chrétiens d'Orient et pour eux, prouve que nos dirigeants sont des malpropres. Ils sont en "burnes out" (couilles épuisées). Qu'est-ce qu'on ne ferait pas comme bassesses pour vendre quelques avions de chez Airbus!

  • Par Stargate53 - 17/03/2018 - 14:30 - Signaler un abus En effet, pourquoi la Turquie est encore membre de l'OTAN ?

    C'est la bonne question car avec l'attitude de son calif autoritaire et islamiste, ce pays n'a rien à y faire !

  • Par vangog - 17/03/2018 - 14:42 - Signaler un abus Chypre, Grèce, Afrin...la Turquie néo-fasciste n’en est pas

    à son premier dérapage impérialiste...pour encaisser ses menaces claires et répétées, elle a la chance d’avoir des navets occidentaux, la bécasse Moguerrini, le fiscaliste Juncker, Mosco-le-vicieux, Macron-la-trouille, Merkel-l’islamophile. Mais lorsque Donald donnera de la voix, ce qui ne saurait tarder, la Turquie reculera piteusement...mais il sera trop tard pour nos amis Kurdes, ceux qui ont réussi à protéger l’occident de la menace islamiste...Occident en plein syndrome Munichoix...comme les socialistes en quarante!

  • Par ISABLEUE - 17/03/2018 - 19:21 - Signaler un abus parce qu'ils ont tous peur qu'il ouvre grand

    sa "frontière" et laisse passer des terroristes dans le lot des réfugiés.. pauvres kurdes j'ai honte....

  • Par vangog - 18/03/2018 - 00:59 - Signaler un abus Mobilisons nous pour les Kurdes, déclarés cause nationale!

    Ces femmes, ces hommes se sont battus pour leur liberté, pour leur terre, pour leurs traditions, et ils méritent le soutien de la France, si elle a encore quelque chose dans le froc...oui à une Nation Kurde!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€