Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Erdogan encourage les Turcs à faire des bébés pour être l'avenir de l'Europe... mais l'Europe, elle, que veut-elle ?

Le numéro un turc est remonté à bloc. Et il n’a que faire des couinements des dirigeants européens.

Vision prophétique ?

Publié le
Erdogan encourage les Turcs à faire des bébés pour être l'avenir de l'Europe... mais l'Europe, elle, que veut-elle ?

Il est beaucoup question des Turcs ces derniers temps en Europe. Des ministres turcs ont pris l’avion pour faire campagne auprès de leurs compatriotes vivant sur notre continent. Objectif : assurer la victoire du "oui" au référendum qui ferait d’Erdogan (en cas de succès) un nouveau sultan.

La manœuvre a paru un peu grossière. Et des pays comme l’Allemagne et les Pays-Bas ont refoulé ces ministres. Ce qui leur a valu d’être traités de "nazis" par le président truc, adepte fidèle de la nuance. Nous, on n’est pas comme ça…En effet la France, voulant se distinguer des méchants Allemands et des affreux Hollandais, a autorisé la tenue à Metz d’un meeting avec le ministre turc qui s’était fait refouler.

Grâce à quoi, nous n’avons pas été traités de "nazis". Merci François Hollande !

Erdogan ne s’est pas arrêté là. S’adressant aux immigrés turcs, il leur a dit : "Vous êtes l’avenir de l’Europe !". Et il leur a indiqué la marche à suivre pour qu’advienne cet avenir radieux. "Allez vivre dans les meilleurs quartiers. Achetez les meilleures voitures. Vivez dans les plus belles maisons". Puis cette suggestion capitale et précieuse entre toutes : "Faites non pas trois, mais cinq enfants".

Les Turcs vivant chez nous sont, de notoriété publique, plutôt pauvres et démunis. Donc la partie du programme préconisé par Erdogan (belles maisons, beaux quartiers, belles voitures) paraît un peu complexe à réaliser. En revanche, cinq enfants – et plus pour les plus dévoués –  c’est à la portée de tout bon Turc. Ainsi, plus nombreux seront ceux qui combattront les "nazis" européens.

Nous ne voulons pas fâcher ici le président turc dont nous savons combien il est irascible. Sa déclaration, proclamons le bien fort, est tolérante et pacifique. Un rameau d’olivier qui nous est tendu. Surtout si on la compare avec une célèbre autre sortie de M. Erdogan : "Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes, et les croyants nos soldats".

L’utérus, c’est quand même mieux que les baïonnettes non ? Maintenant, il ne nous reste plus qu’à nous laisser bercer par le joli conte de fées que nous raconte Erdogan. Européens et Ottomans se marièrent et ils eurent beaucoup de petits Turcs. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Liberdom - 19/03/2017 - 10:25 - Signaler un abus Réaction

    Relire "Le Camps des Saints" de Jean Raspail et lire "Guérilla" de Laurent Obertone; histoire de voir ce qui nous attend. Histoire aussi de préparer une riposte; dans les urnes.

  • Par horus35 - 19/03/2017 - 11:27 - Signaler un abus A degager !

    Degager ( par la j'entend eliminer) erdogan va devenir, ou plutot ESTune priorite absolu pour les pays europpeens ! Avoir a ses portes et dans ses propres murs les ressortissants de ce pays mené par un fou furieux islamiste qui si on le laisse faire rabaissera Hitler au rang de joyeux drille et les nazis a ceux d'organisateurs de camp de vacances,est un danger mortel ! Comment les dirigeants (?) de cette europe peuvent ils ne pas reagir fermement face a ce petit moustachu( tiens ca rappelle quelqu'un) braillard ? Est ce par lacheté, par interet financier, par peur de voir arriver des hordes migrantes, ou tout simplement parce qu'ils sont bien trop gateux pour se rendre compte du danger ? Je pense que c'est un tout et dans ce cas la des jours bien sombres nous attendent , aupres desquels la phobie de voir arriver"les extremes" paraitra bien legere! Il ne faut pas se tromper de priorites !

  • Par Gordion - 19/03/2017 - 11:29 - Signaler un abus Merci pour ce rappel..

    ...dans la droite ligne des écrits d'Alexandre Del Valle depuis plus de 10 ans sur l'irrédentisme turc, ses alliés utiles que sont las Etats-Unis et l'ectoplasme UE, Bruxelles et Berlin. Pour ceux qui n'ont pas lu cet auteur - l'avez-vous déjà vu sur les "grands médias", non jamais car il est politiquement incorrect - je vous recommande de le lire. Après, on ne pourra pas dire que nous ne savions pas.

  • Par horus35 - 19/03/2017 - 11:29 - Signaler un abus Rectification!

    Europeens ! Un seul suffit!

  • Par assougoudrel - 19/03/2017 - 11:29 - Signaler un abus Raison de plus pour leur couper

    "l'argent braguette" et autres aides et les femmes-mitraillettes auront des incidents de tir. On voit que Erdogan est un islamiste et nos abrutis de dirigeants, pour ne pas se faire traiter de nazis, on préféré être des collabos de Vichy. Honte à eux et maudits soient-ils, ainsi que tous ceux qui s'apprêtent à voter à nouveau pour eux.

  • Par dienben - 19/03/2017 - 13:00 - Signaler un abus lire en effet alexandre del valle

    bientôt - peut-être - le Califat sur la planète entière si on laisse faire...

  • Par A M A - 19/03/2017 - 18:53 - Signaler un abus En Turquie, elles enfantent

    En Turquie, elles enfantent avec l'aide de leur gouvernement. En Europe elles avortent avec la bénédiction de Bruxelles. Il est évident qu'à ce jeu là, et sans rigoler, l'Europe deviendra turque et musulmane.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€