Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les épines du rosier
5) La gauche et ses féodalités locales

Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 5ème épisode : La gauche et la décentralisation.

Pamphlet

Publié le - Mis à jour le 23 Avril 2012

Lire aussi :


Une des caractéristiques de la France contemporaine est le poids qu’y ont pris, pour le meilleur et pour le pire, des suites de la décentralisation, le monde des élus locaux et une fonction publique locale pléthorique.

Le vieux pays jacobin des poncifs journalistiques est devenu à peu près le contraire de ce qu’il était : « La France apparaît comme le pays le plus décentralisé d’Europe, celui où le contrôle administratif est le plus faible, où la marge de manœuvre en matière d’acquisition et d’utilisation des ressources financières est la plus large, et celui où les élus ont la plus grande liberté pur exercer les compétences locales. » (Jacques Ziller[1] ).

Le pouvoir local est renforcé par le cumul des mandats nationaux et locaux qui a ses avantages : une plus grande proximité des réalités de terrain chez les politiciens nationaux, mais aussi ses inconvénients : l’existence de baronnies locales quasi-inexpugnables entre les mains d’hommes qui sont  à la fois députés, sénateurs, maires des grandes villes, présidents des conseils régionaux et généraux et surtout "parrains" de la fédération locale du parti majoritaire dans le département et donc, de ce fait, maîtres des investitures avec droit de vie et de mort sur la carrière des jeunes. Aucune réforme qui toucherait à leurs privilèges n’aurait de chances d’être votée par le Parlement[2].

Cette classe politique professionnelle est ce qu’Yvan Stefanovitch appelle la "caste des 500"[3]. C’est à tort qu’on la confond avec les 618 384 élus locaux qui composent les conseils municipaux de 36 761 communes que compte notre pays. Ces élus, pour la plupart bénévoles, sont même sous le contrôle de plus en plus étroit des premiers, les réformes successives aggravant le problème au lieu de le résoudre.

De manière significative, la projet socialiste veut revenir sur les réformes de Nicolas Sarkozy qui avaient tenté, d’ailleurs maladroitement, d’écorner ces privilèges, en fusionnant région et département, mais ne touche pas à celles qui les renforcent, tel l’alourdissement des structures intercommunales.

La décentralisation, d’où procède l’émergence de ces caciques locaux, a certes des avantages : un pays bien équipé, des villes de plus en plus belles (malgré quelques réalisations de mauvais goût) , un réseau routier local étroitement maillé, des services publics locaux nombreux et de qualité.

Mais elle a aussi des inconvénients : la hausse des prélèvements obligatoires où la part des collectivités locales est passée de 4 % à plus de 10 %, en seulement trente ans. Au même moment, la part de l’État  (environ 20 %) qui aurait dû diminuer à due proportion s’est maintenue. Celle de la Sécurité sociale a cru en fonction de la démographie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par guigou - 21/04/2012 - 09:17 - Signaler un abus vous manquez d'argument

    Sérieusement, vous trouvez que c'est le talon d'Achille de la gauche ? Quel président sortant n'a pas fait moitié de ce qu'il avait promis pour ne pas froisser sa base d'élus. Souvenez vous en 2007, les députés montraient fièrement leur logo UMP et s'affichaient en photo avec Nico pendant leur campagne. En 2010, aux régionales, la plupart ont fait disparaitre le logo de leur propre parti... Pourtant, avec l'intercommunalité, la droite a réussi un tripatouillage digne du coup de ciseaux de Marleix. Les grandes villes votent souvent à gauche et les banlieues périphériques plutôt à droite. Avec les communautés de communes, on se retrouve avec une majorité de droite. Joli tour de passe passe! Comme les budgets glissent vers les comcom, qui l'argent a le pouvoir...

  • Par ricouti - 21/04/2012 - 09:48 - Signaler un abus Tiens! rien sur la gestion

    Tiens! rien sur la gestion des hauts de seine par l'UMP ! bizarre,non?

  • Par revizor - 21/04/2012 - 09:48 - Signaler un abus J'ai vécu cette décentralisation calamiteuse

    En 1982-1983 j'étais affecté aux Affaires Sanitaires et Sociales et je ne vous pas dis pas les difficultés que nous avons rencontrées pour la répartition des attributions entre la DRASS et les 5 DDASS de la Région, notamment au niveau de la tutelle administrative et comptable des divers établissements que nous avions à contrôler, sans compter les personnels qui ont dû parfois changer de fonctions ou d'affectation administrative.

  • Par Ludo1963 - 21/04/2012 - 10:58 - Signaler un abus Cancer socialiste. Le mal est fait

    La plupart des régions sont aux mains des socialistes. Quand on lit rose mafia c est choquant. Ce livre n aurait jamais dû sortir , mais son auteur est allé en taule et a décidé de parler. Kucheida, bandit sans scrupules, très proche d Hollande . où sont les mediaparts, Marianne, ces petits bobos haineux ? On a peur de salir son favori ? Ce que j ai lu dans rose mafia, qui concerne la pas de calais, je le retrouve dans le Nord. Je connais beaucoup de faits scandaleux dans la ville d'Aubry. Attribution de logements, de formations ou de postes, subventions aux associations, dépenses démesurées du conseil général. Scandaleux et encore je connais pas les dessous comme dans rose mafia Le pire c est que ces crevards qui jouent avec nos impôts sont accroches comme la moule sur le rocher. Ça va être dur de revenir en arrière car ils en profitent tous du président de région au plus petit échelon. Ils se drapent de leur humanité et derrière ils entubent bien leurs électeurs, naïfs et qui sont, eux, souvent dans de grandes difficultés financières Honteux. Et les medias qui étouffent le scandale de Rose Mafia Pauvre France. Tout ça se paiera

  • Par xm - 21/04/2012 - 11:04 - Signaler un abus Effectivement, il y a bien des féodalités socialistes.

    Sur leurs terres, les élus socialistes se comportent comme des hobereaux d'ancien régime. Au Département du Nord, ils ont réussi à faire révoquer sur la base d'un dossier douteux, sans preuves matérielles et sans contradictoire, un agent qui avait eu pour seul audace de dénoncer le management quasi sectaire du directeur juridique. Les faits mis ainsi à charge sont futiles (tracts satiriques). Pourtant, le juge administratif de Lille ne veut pas annuler la révocation. Dans d'autres ressorts, les juges l'ont fait pour des agents publics ayant dealé. Cela pose question. De plus, la presse régionale ne veut pas se mêler de ce dossier. Encore des interrogations. C'est un système où le citoyen lambda ne peut même plus se défendre. L'agent est placé dans la misère financière pour le bon plaisir de ces Messieurs. Voilà le système qu'on veut nous imposer au niveau national. C'est une dictature.

  • Par Ludo1963 - 21/04/2012 - 11:06 - Signaler un abus HOLLANDREOU chance pour la France

    Si Hollande passe : En moins d un an panique dans l économie Dissolution de l assemblée Un Monti de droite (ex Bruno Le Maire) prend les rênes en main Et fait les reformes évitées depuis 30 ans Entre autres donne un coup de pied dans le panier de crabe des régions socialistes. Dans la foulée la gauche perd les régions , villes , départements Grace a qui ? Grace a Flamby

  • Par NYOR - 21/04/2012 - 17:40 - Signaler un abus C'est bien gentil

    Mais ce qu'on aimerait surtout entendre, ce sont vos propositions. Ca tourne en rond.

  • Par vangog - 21/04/2012 - 20:40 - Signaler un abus La décentralisation était l'oeuvre du plus grand des mafiosos

    Marseillais, Gaston Deferre. Normal qu'elle profite aux baronnies locales du PS et du PC: c'est un juste retour d'ascenseur!

  • Par gustave34 - 21/04/2012 - 22:45 - Signaler un abus gustave

    Le capitaine de pédalo est un homme de clan! Depuis 30 ans il n'a fait que palabrer avec ses collegues socialistes . Aucun DRH ne le recruterait à un quelconque poste de responsabilité. Il a ruiné son département:! Flamby ne sait que dépenser mais il ne sait pas gérer! Sa copine AUBRY l’appelle le mou!!! bien pour un Président!!! Mélanchon n'en fera qu'une bouchée. Dans 2 ans nous auront 2millions de chômeurs de plus sans indemnité car il n'y aura plus d'argent dans les caisses! Les retraités et les fonctionnaires perdrons 35% de leurs revenus car l' État sera en faillite!

  • Par gustave34 - 21/04/2012 - 22:46 - Signaler un abus gustave

    Le capitaine de pédalo est un homme de clan! Depuis 30 ans il n'a fait que palabrer avec ses collegues socialistes . Aucun DRH ne le recruterait à un quelconque poste de responsabilité. Il a ruiné son département:! Flamby ne sait que dépenser mais il ne sait pas gérer! Sa copine AUBRY l’appelle le mou!!! bien pour un Président!!! Mélanchon n'en fera qu'une bouchée. Dans 2 ans nous auront 2millions de chômeurs de plus sans indemnité car il n'y aura plus d'argent dans les caisses! Les retraités et les fonctionnaires perdrons 35% de leurs revenus car l' État sera en faillite!

  • Par Ganesha - 21/04/2012 - 23:59 - Signaler un abus Eglise Evangélique

    Alors, on va frapper dans les mains, danser en cadence, et chanter : "Le Capitalisme, le Capitalisme"...

  • Par quenottes - 22/04/2012 - 08:53 - Signaler un abus feodalité de gauche

    Confronté au conseil général des Cotes d'Armor j'ai constaté: des rapports plus qu'étroits avec la presse locale surtout si l'on ne va pas dans le même sens.. des dépenses délirantes pour des résultats inexistants un mépris complet de l'individu bien loin du discours moralisateur ceci est la réalité

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€