Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’éolien sur terre, c’est de la folie ; l’éolien en mer, de la folie furieuse

Le débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) de 2018 à 2028 vient de s'achever. Ce dispositif aura comme conséquences le développement au forceps de l’électricité éolienne en France !

Moulins à vent

Publié le
L’éolien sur terre, c’est de la folie ; l’éolien en mer, de la folie furieuse

 Crédit Scott Eisen / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) de 2018 à 2028 vient de se terminer. Cette PPE, on l’a vu très clairement au cours du débat, aura comme conséquences le développement au forceps de l’électricité éolienne en France. Car on nous l‘a sans arrêt répété, quelle que puisse être la valeur des arguments des opposants qui se sont manifestés, la loi (Loi sur la transition énergétique et la croissance verte, LTECV) est la loi, et elle sera appliquée telle quelle, aussi irrationnelle et contradictoire qu’elle puisse être ! Pourquoi un débat alors ?

Résumons ce qu’au cours de ce débat ont dit d’un tel développement de très nombreux ingénieurs et scientifiques connaissant bien la question, comme par exemple des membres des groupes «Energie» de l’Académie des Sciences et de l’Académie des Technologies.
Cela sans que leurs mises en garde aient semble-t-il le moins du monde ébranlé les « convictions » de la puissance publique. La République, on le vérifie de plus en plus en ce moment, n’a pas besoin de savants. Tout comme ses élus, elle sait, un point c’est tout !
 

Les arguments des ingénieurs et scientifiques

 
- il n’y a aucun besoin en France d’électricité éolienne, car chacun, sauf quand les lignes électriques sont détruites par le vent, est déjà correctement approvisionné. Et on en aura encore moins besoin si comme le voudrait notre gouvernement, notre consommation d’électricité doit diminuer.
D’autre part l’électricité éolienne ne peut :
- ni faire diminuer significativement les émissions de CO2 de notre production d’électricité, car celle-ci n’en émet déjà que très peu (la France est dans ce domaine le champion des grands pays industrialisés), grâce à nos réacteurs nucléaires et à nos centrales hydroélectriques.
- ni permettre par elle-même de fermer des réacteurs nucléaires, car ceux-ci sont pilotables, c’est-à-dire gouvernés par la volonté humaine et non seulement par la météo, comme l’est l’éolien. Il est donc indispensable d’en conserver la puissance totale pour faire face aux jours sans vent, bien plus nombreux qu’on ne le dit, et cela à l’échelle de l’Europe toute entière. Pour fermer des réacteurs nucléaires, il faudrait pour l’essentiel les remplacer par d’autres centrales pilotables, à gaz ou à charbon comme en Allemagne, et donc augmenter nos émissions de CO2 et notre pollution atmosphérique.
 
Même si son prix à la production diminuait encore avec le temps, son développement en France, comme d’ailleurs celui du solaire photovoltaïque, n’en ferait pas moins inévitablement beaucoup augmenter le prix de l’électricité pour les ménages, comme cela est déjà depuis longtemps le cas en Allemagne, et comme cela a commencé en France dès la mise en œuvre du programme éolien du Grenelle de l’Environnement de 2007*. En effet, la nécessité de conserver la même puissance totale de centrales pilotables pour faire face aux jours sans vent en Europe, fait que la puissance installée d’éolien (et de solaire PV) s’ajoute à celle des centrales pilotables et ne peut pas la remplacer. Il y a donc double investissement pour produire la même quantité d’électricité. Cela restera le cas tant que l’on ne saura pas stocker d’énormes quantités d’électricité, ce qui n’arrivera peut-être jamais.                                                                                                                 
Et si stockage il y a un jour, son prix s’ajoutera à celui de l’éolien.                                                         
Il faut construire des lignes électriques supplémentaires, et renforcer le réseau électrique pour résister aux énormes variations de puissance de l’électricité éolienne, plus grandes encore que celles de la vitesse du vent. Et il faut même subventionner les centrales pilotables : en effet, elles doivent partager la production d’électricité française avec l’éolien (et aussi le solaire PV). Elles deviennent donc beaucoup moins rentables, faute d’une production suffisante, et sans ces subventions elles devraient mettre la clef sous la porte, alors même qu’elles sont indispensables.
Tout cela a un coût, qui s’ajoute au coût de production. Mais les médias sont muets à ce sujet !
 

Une électricité en fait non renouvelable et incapable d’assurer la sécurité électrique d’une nation

 
Contrairement à la croyance « populaire », si le vent est renouvelable, l’électricité éolienne ne l’est pas   puisqu’elle ne peut être utilisée sans le soutien de centrales pilotables utilisant des énergies non renouvelables (principalement combustibles fossiles en Allemagne, et énergie nucléaire en France). La fin de ces énergies non renouvelable signifiera aussi la fin de l’éolien. Elle ne peut donc à elle seule, ni garantir la consommation d’électricité, ni la sécurité à long terme de l’approvisionnement électrique, que ce soit en France ou ailleurs en Europe.
-  pour les mêmes raisons elle ne peut à elle seule assurer l’autonomie électrique d’un territoire ou d’une région, ni a fortiori son autonomie énergétique, puisque l’électricité ne représente qu’environ 25 % des besoins énergétiques d’une communauté.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par L.Leuwen - 26/07/2018 - 10:37 - Signaler un abus Rien à ajouter

    Rien à ajouter à ce texte parfait dans la démonstration. Si ce n'est que l'érection des éoliennes se poursuit, comme si la stupidité écolo était une fatalité.

  • Par moneo - 26/07/2018 - 11:13 - Signaler un abus conclusions

    2 hypothèses nos dirigeants sont fous ou il ya des milliards à gagner par de happy fews financés par la masse des contribuables c'est l atterrie de ce "complot" qui me plait le plus

  • Par Pezennec - 26/07/2018 - 11:48 - Signaler un abus l'élecEPR est désormais plus cher que l'électricité renouvelable

    Merci de vérifier le coût de l'électricité produite parl'E.P.R (cf article dans Le Monde de mardi dernier)

  • Par Phlt1 - 26/07/2018 - 12:18 - Signaler un abus C'est vrai que

    cet article est intéressant et semble tenir debout, et apporte pour le moins un éclairage qu'aucun média (sauf Atlantico) n'a su mettre en avant. Et c'est vrai aussi qu'on peut se poser des questions: ce programme sert-il en réalité à renflouer EDF sans le dire.?. Par exemple.?. cet article pose des questions qui sont effectivement pour l'instant sans réponse.

  • Par Borgowrio - 26/07/2018 - 13:17 - Signaler un abus La vérité qui dérange

    Rien n'a ajouter , irresponsables criminels , ceux qui nous dirigent dans cette direction dites "transition énergétique " . Bon Dieu , faites le bilan du laboratoire grandeur nature allemand , encore 20 ans de prévu pour l'exploitation du charbon ( minimum ) Après un investissement "Kolossal" , que 33 % de production dite renouvelable . Et encore , intermittente . Les deux EPR chinois sont en service , en Europe on change les règle de sécurité en cours de construction , pour augmenter les coûts et délais pour décrédibiliser le nucléaire . Les ingénieurs ne décolèrent pas

  • Par Podoclaste - 26/07/2018 - 14:30 - Signaler un abus Propagande

    Entre les anachronismes (voir l'article de Challenges sur les accumulateurs lithium nickel cobalt manganèse, le stockage de l'énergie fait des pas de géant) et les idées reçues idiotes (l'esthétique des grandes éoliennes blanches, ça rappelle le débat autour de la Tour Eiffel, on connaît la suite) cet article est un lamentable discours de propagande pour une énergie fissile dont on nous (re, re)dit qu'elle est propre, efficiente et élégante. Qu'un ingénieur chimiste dont les arguments semblent tirés d'un discours de De Gaulle (sauf l'indépendance stratégique et encore) trouve le nucléaire séduisant n'a rien d'étonnant, il a été nourri avec. Mais par pitié Atlantico ne laissez pas passer un article qui dit que si l'éolien est imparfait alors le nucléaire redevient l'idéal !

  • Par A M A - 26/07/2018 - 15:22 - Signaler un abus Une invasion qui se répand de

    Une invasion qui se répand de façon inexorable, générant d'énormes profits, sans que l'on puisse discerner à qui l'affaire profite. Remuez vous Atlantico, pour nous éclairer...

  • Par Plongeur - 26/07/2018 - 15:31 - Signaler un abus A Podoclaste

    Si il est en effet regrétable que l'auteur de l'article semble lié à l'industrie pétrolière, ses arguments sont incontestables et relèvent du plus élémentaires bon sens. Développer une énergie renouvelable hyper couteuse alors que l'énergie dite pilotable en parrallèle est indispensable est totalement aberrant. Selon certains il faudrait donc comme en Allemagne développer le renouvelable et construire des nouvelles centrales gaz ou charbon pour remplacer nos centrales nucléaires. Mieux vaudrait investir massivement dans le nucléaire du futur sans déchets. Quant au stockage de l'électricité, ce n'est pas pour demain ni pour après demain.

  • Par jurgio - 26/07/2018 - 17:14 - Signaler un abus Pour parachver la combine écologique de l'éolien

    il ne reste plus qu'à limiter la vitesse du vent à 80 km/h.

  • Par A M A - 27/07/2018 - 17:33 - Signaler un abus On dit que ce serait les

    On dit que ce serait les Chinois qui manipulent le marché de l'éolienne en France. Alors Atlantico….

  • Par moneo - 27/07/2018 - 18:10 - Signaler un abus des sous

    http://www.atlantico.fr/breves/hydrolien-incertitude-projet-edf-en-normandie-apres-retrait-naval-energies-3464876.html lisez bien les conditions de continuation

  • Par Anguerrand - 28/07/2018 - 20:09 - Signaler un abus Éoliennes ?

    En plus du coût, il n’y a pas un parc éolien sans 1/4 des éoliennes en panne même avec du vent ce qui augmente d’autant le coût du KW . les spécialistes le disent maintenant compte tenu de la demande électrique en demande exponentielle dans les 20 ans à venir, tout sera électrique y compris les voitures, alors il faudrait doubler le nombre de centrale nucléaire.désolé pour ceux qui se disent écolos.

  • Par vangog - 28/07/2018 - 22:40 - Signaler un abus La dictature des minorités, on y est!

    Grâce au pantin Macrouille, les minorités LGBT, pédagogistes trotskystes, escrologistes , rechauffistes, et mondialistes bêtifiants genre Attali ont pris le pouvoir sur les benêts! Pourtant, ce n’est pas faute d"avoir été prévenus par les patriotes Rassemblement National.Mais les Français aiment se faire fouetter...

  • Par Totor Furibard - 28/07/2018 - 22:51 - Signaler un abus Article complètement délirant: de la pure propagande.

    Je ne sais pas ce que motive Mr Durand pour écrire autant de sornettes pro-nucléaire, car ne nous y trompons pas, c'est bien de cela qu'il s'agit. Non Mr Durand vous n'avez pas la science infuse et en aucun cas vous ne représentez une quelconque légitimité en la matière. La filière nucléaire est absolument sans issue, et il existe des solutions pour y remédier. L'éolien fait juste partie de la solution, ce n'est pas LA solution.

  • Par Totor Furibard - 28/07/2018 - 22:52 - Signaler un abus Article complètement délirant: de la pure propagande.

    Je ne sais pas ce que motive Mr Durand pour écrire autant de sornettes pro-nucléaire, car ne nous y trompons pas, c'est bien de cela qu'il s'agit. Non Mr Durand vous n'avez pas la science infuse et en aucun cas vous ne représentez une quelconque légitimité en la matière. La filière nucléaire est absolument sans issue, et il existe des solutions pour y remédier. L'éolien fait juste partie de la solution, ce n'est pas LA solution.

  • Par Totor Furibard - 28/07/2018 - 22:52 - Signaler un abus Article complètement délirant: de la pure propagande.

    Je ne sais pas ce que motive Mr Durand pour écrire autant de sornettes pro-nucléaire, car ne nous y trompons pas, c'est bien de cela qu'il s'agit. Non Mr Durand vous n'avez pas la science infuse et en aucun cas vous ne représentez une quelconque légitimité en la matière. La filière nucléaire est absolument sans issue, et il existe des solutions pour y remédier. L'éolien fait juste partie de la solution, ce n'est pas LA solution.

  • Par Totor Furibard - 28/07/2018 - 22:52 - Signaler un abus Article complètement délirant: de la pure propagande.

    Je ne sais pas ce que motive Mr Durand pour écrire autant de sornettes pro-nucléaire, car ne nous y trompons pas, c'est bien de cela qu'il s'agit. Non Mr Durand vous n'avez pas la science infuse et en aucun cas vous ne représentez une quelconque légitimité en la matière. La filière nucléaire est absolument sans issue, et il existe des solutions pour y remédier. L'éolien fait juste partie de la solution, ce n'est pas LA solution.

  • Par Liberdom - 29/07/2018 - 02:50 - Signaler un abus Podoclaste et Totor x 4

    Le délire est partout; aussi du côté des éolistes et surtout du discours politiquement correct du camp du bien. Malheur ! Atlantico a laissé "passer" un article politiquement incorrect. On voit que le fait d’avoir une autre opinion que celle répétée par la propagande officielle devint un délit; bientôt un crime.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bernard Durand

Bernard Durand est géochimiste des combustibles fossiles, ex-directeur de la division Géologie-Géochimie de l'IFPEN et ex-directeur de l'ENS de Géologie. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€