Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 25 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'envolée de l'euro, nouveau casse-tête pour François Hollande

L'euro se rapproche d'un nouveau record, il vaudra bientôt 1,40 dollar. La politique de l’euro fort va peser sur les exportations déjà insuffisantes.

Editorial

Publié le - Mis à jour le 2 Février 2013
L'envolée de l'euro, nouveau casse-tête pour François Hollande

L'euro est en route vers les 1,40 dollar. Crédit Reuters

L’euro vient de franchir la barre de 1,35 dollar pour la première fois depuis novembre 2011 et il est en route vers les 1,40 dollar selon la plupart des experts, en se rapprochant ainsi de ses niveaux historiques. Une situation à priori réconfortante pour le vieux continent puisqu’elle signifie le regain de la confiance dans une monnaie dont beaucoup prévoyaient l’éclatement il y a seulement quelques mois.

Avec l’avantage de rassurer les investisseurs internationaux, de faire revenir les capitaux qui s’étaient enfuis et plus prosaïquement de ralentir pour le consommateur les effets dévastateurs du pétrole qui est reparti à la hausse et dont les cours sont exprimés en  dollars.

Mais cette apparente bonne nouvelle a aussi des contreparties moins réjouissantes. En fait, le retour à meilleure fortune de l’euro a une autre explication : il est avant tout la conséquence de la guerre des monnaies que se livrent aujourd’hui les grands pays pour doper une croissance économique souvent atone en raison de la faiblesse de la consommation intérieure et pour favoriser leurs exportations.

Paradoxalement, la Suisse avait ouvert les hostilités en fixant un plafond à la hausse du franc suisse, refuge par excellence des capitaux au moment le plus fort de la crise financière, afin d’éviter une asphyxie de son économie. Au demeurant, la manœuvre a bien réussi. A son tour le  nouveau gouvernement  japonais s’est lancé à corps perdu dans une politique de baisse du yen qui a perdu vingt pour cent par rapport à l’euro en quelques mois afin de mettre fin à deux décennies de stagnation économique. La Chine est depuis longtemps coutumière de cette pratique. Mais ce sont les Etats-Unis qui se sont  plus récemment lancés dans une « politique monétaire accommodante», en clair en  faisant marcher la planche à billets pour doper une reprise jugée encore trop molle, en faisant chuter le billet vert.

Conséquence : une déferlante de capitaux dans le monde, issus de cette création monétaire, qui se déversent sur les pays qui ne jouent pas ce jeu en faisant monter leurs monnaies ainsi que les bourses de valeur qui étaient tombées à des niveaux très bas durant la crise.

Or, la banque centrale européenne ne peut intervenir comme la Fed Outre-Atlantique pour protéger sa devise, car elle a en face d’elle dix-sept pays conservant leur propre politique en matière de budget, de dette ou de déficit. Et l’Allemagne, qui continue d’avoir un rôle dominant et représente, aux yeux de la communauté internationale, l’interlocuteur privilégié, refuse toute manipulation qui conduirait à faire baisser l’euro, car elle entend éviter tout ce qui pourrait ressusciter l’inflation, même si elle commence à ressentir les premiers effets d’un ralentissement de sa croissance intérieure.

 En revanche, la situation  est plus grave pour la France, car elle risque d’accentuer l’entrée en récession qui s’est amorcée, alors qu’elle souffre déjà d’un criant déficit de compétitivité. La politique de l’euro fort va peser sur les exportations déjà insuffisantes. Un casse-tête supplémentaire pour François Hollande, toujours aussi discret sur la réduction des dépenses publiques, au moment où  les revendications se font plus pressantes dans l’opinion et où les fonctionnaires, parce qu’ils font partie des secteurs protégés commencent à descendre dans la rue pour protester contre l’immobilisme du gouvernement.                                                                                                                              

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jmpbea - 01/02/2013 - 14:15 - Signaler un abus le gros flamby a le ventre pris dans la porte à tambour!

    eh oui; manque d'agilité intellectuelle, manque de réalisme, arrogance vis-à-vis de ses partenaires européens, mais aussi faiblesse devant son camp, atermoiements sur la réduction de la dette.... toutes les raisons des prochains problèmes de la France seront de SON FAIT!

  • Par vangog - 01/02/2013 - 14:18 - Signaler un abus Flamby aurait du anticiper cela!

    plutôt que faire ses réformes sociétales décalées... Maintenant, c'est trop tard et il n'y a plus qu'à prier! Espérons que ce ne soit pas jusqu'à la fin du mandat de Flamby, parcequ'on va avoir mal aux genoux...

  • Par Equilibre - 01/02/2013 - 14:22 - Signaler un abus Quand verra-t-on les effets désatreux du neuro?

    Quand comprendra-t-on qu'une même politique monétaire ne peut s'appliquer à tout un tas de pays qui n'ont rien à faire ensemble, car trop dissemblables? Les visions de Friedmann sur le neuro s'avèrent chaque jour plus juste. Et pourtant, je ne l’apprécie guère. . Une petite vidéo pour aller plus loin que l'article http://leblogalupus.com/2013/01/29/les-experts-avec-charles-gave/ . Je maintiens ce que je dis depuis longtemps: le présiflan devra gérer le retour au franc dans des conditions catastrophiques

  • Par Thierry.64 - 01/02/2013 - 15:40 - Signaler un abus Elle l'avait dit...

    Anticiper la sortie de l'Euro plutôt que la subir... (Marine LE PEN campagne 2012)

  • Par jmpbea - 01/02/2013 - 15:54 - Signaler un abus la sortie de l'euro ne serait qu'un cautère sur une ......

    boite de flamby: ça ne l'empêcherait pas de continuer à flageoler !!!en effet, quelque soit la monnaie, les non-mesures prises contiennent en elles-mêmes la chute de l'économie française dans les prochains mois et ça n'est pas une dévaluation de 10% qui va faire vendre plus de produits français à l'export d'une façon significativement créatrice d'emploi, cette hausse aurait concerné de nombreux produits que de toute façon nous ne fabriquons plus,..., par contre : hausse des coûts de l'énergie, des matières premières stratégiques qui plomberont nos exportations tchniques....

  • Par Mani - 01/02/2013 - 16:11 - Signaler un abus Pour rappel, pour calculer la

    Pour rappel, pour calculer la balance du commerce extérieur, on prend ses exportations et on y soustrait ses importations. C'est curieusement un point fondamental qu'on oublie systématiquement lorsqu'on parle de "déficit commercial" ! . Dès lors, il existe deux façons de faire. . 1- On peut se spécialiser dans des produits de qualité sur des secteurs ciblés, et quel que soit le niveau de l'euro, nos exportations iront bien. C'est le choix de l'Allemagne qui, curieusement, n'a pas besoin de baisser le prix de ses produits via la monnaie pour réussir dans ce domaine. Très très curieux. . 2- On dit que nos exportations sont insuffisantes, mais n'est-ce pas aussi, au moins dans une égale mesure, que nous importons trop ?? Dans ce cas, il faut travailler sur nos points faibles et fabriquer ici les produits dont nous avons besoin pour la consommation nationale. C'est plus difficile et plus coûteux, mais c'est la position traditionnelle de la France. . Le problème, c'est qu'on reste depuis beaucoup trop longtemps le cul entre deux chaises, entre secteurs faibles et ruineux et secteurs forts trop peu efficaces. . D'ailleurs... est-ce si grave ??

  • Par sbgf43 - 01/02/2013 - 16:20 - Signaler un abus Sous-traitance Allemande

    Une grande partie de certains produits techniques Allemands est achetée avec un euro fort dans des pays a niveau de coût faible intégrant ainsi de la main d'oeuvre bon marché dans ces produits

  • Par Salaudepatron - 01/02/2013 - 16:58 - Signaler un abus On s’en fout !!!

    Nous on a le mariage pour tous, alors les fluctuations de l’Euro, quelle importance ??? Et pour 2013, Flamby a tout prévu... le vote des étrangers, la procréation médicalement assistée et je suis sûr qu’il va encore nous trouver d’autres conneries, pour noyer le poisson et balader les Français !

  • Par BOUNTY - 01/02/2013 - 18:03 - Signaler un abus VOS COMMENTAIRES

    Vos commentaires en parlant du Président de la République ne font pas avancés le débat. Comme vos amis qui ont été 10 ans au pouvoir, vous ne savez rien faire d'autres que de grosses bétises en actes et en paroles, comme nos le prouve l'état de ce pays.... vous êtes trop nul !!!!

  • Par kronfi - 01/02/2013 - 18:25 - Signaler un abus il est evident que l'allemagne mene la danse...

    pourquoi baisser l'euro mark, alors que les exportations se portent bien.... du reste un faiblissement des exports allemands est largement compense par la hause de l'euromark.... bref les francais voient le train passer et restent et ne peuvent rien faire... il est temps de retrouver sa monnaie les allemands ont la leur.. l'EURO...

  • Par géodith - 01/02/2013 - 19:13 - Signaler un abus Alors, pourquoi

    le prix de l'essence ne baisse pas ?

  • Par honnête citoyen - 01/02/2013 - 19:32 - Signaler un abus Casse sociale ou alliance politique à changer

    Soit on continue à garder une monnaie forte et on ajuste les budgets sociaux (retraites plus tardives, complémentaires santé en augmentati on, baisse des effectifs des fonctionnaires territoriaux, rétrécissement de la durée de chomage indemnisée, taxe sur produits d'importation plus TVA en augmentation, sans compter une réforme importante sur les agences de l'état et les régimes spéciaux réformés pour revenir au régime général des retraites "j'entends ausssi les députés et tous les parasites bien nés qui ne branlent rien dans les conseils régionaux et généraux) on ne peut survivre à un euro fort.Sinon tendons la main à l'Iran et au Venezuela en leur achetant du pétrole en euro et vous verrez le rapport de force va changer via la guerre des changes et des signatures de dettes échangeable en dollar.

  • Par ClairdeLune - 01/02/2013 - 20:09 - Signaler un abus L'envolée de l'euro géré par

    une enclume,c'est pas de bon présage...J'espère que cette envolée,ne sera pas aussi haute au hollande est lourd,sinon,on risque de lécher avec notre misère,les parois de l'Univers.

  • Par Vertigo - 01/02/2013 - 20:54 - Signaler un abus Trop cool

    Après les soldes une embellie pour la consommation de produits d'importation et tant pis si ça plombe l'exportation, de toute façon c'était déjà la mouise. Réjouissons-nous, ils ont pensé à tout, après le mariage, l'Iphone pour tous...

  • Par Vertigo - 01/02/2013 - 21:00 - Signaler un abus Par effet mécanique

    Ça devrait même faire baisser le coût d'une GPA, trop fort ces socialistes, ils pensent à tout.

  • Par boblecler - 01/02/2013 - 21:55 - Signaler un abus le franc cfa ou le france acp

    On a le choix pour basculer sur le franc pacifique ou CFA pour profiter d'un taux de change plus faible qu'avec l'Euro. C'est nous qui fixons les cours!!!

  • Par MariusFR - 01/02/2013 - 22:54 - Signaler un abus Pas une bonne nouvelle

    L'euro est trop fort, ça tue les pays du sud et la France (en + de leurs dépenses publiques = dettes)

  • Par sheldon - 02/02/2013 - 00:48 - Signaler un abus Est ce si dangereux que ça ?

    Secteur automobile par exemple : les fournisseurs ne sont pas payés en euros pour la plupart nouvelles technologies : suivent aussi le cours du $ énergie : en $ Et ceux qui ont une quelque activité avec la zone $, y compris tourisme, c'est le moment d'acheter des $

  • Par nervall - 02/02/2013 - 18:25 - Signaler un abus ce sont les imports

    les imports de produits de meme gamme dus a l'euro fort par defaut de la zone dollar et emrgents vont finir par fermer toutes les usines en france ; economie generaliste qui subit cette concurrence de plein fouet , l'allemagne a une industrie de niche sans concurrence , sortir de l'euro ou mourir , devaluation interdite

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€