Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Envie de vacances insolites en France ? Tout sur les points extrêmes de l’hexagone

Le plus au nord ? Le plus chaud ? Le point le plus élevé ? Le point le plus à l'Est ? Découvrir les limites de la France est un bon moyen de comprendre comment se forme un pays, et à quel point la diversité peut faire l'unité.

Exotismes Français

Publié le - Mis à jour le 29 Juillet 2016
Envie de vacances insolites en France ? Tout sur les points extrêmes de l’hexagone

Atlantico : La France est un pré-carré selon la conception de Louis XVI, et comme pour tout pré-carré il faut quatre coins, dont il est possible de visiter les points "extrêmes". Tout d'abord, le Nord. Que nous dit le point le plus septentrional de notre pays ?

Jean-Claude Barreau : Tout au nord se trouve la petite commune de Bray-Dunes, sur le rivage sablonneux de la Mer du Nord et à la frontière de la Belgique. Mais alors qu'on est en France, il faut savoir que ce territoire est originellement flamand, comme l'étaient Bruges et Gand. A l'origine, on ne parlait pas français à Bray-Dunes, comme c'était le cas dans d'autres villes du Nord. La francisation est principalement venue avec Louis XIV qui a étendu son territoire jusqu'à ces limites septentrionales. La ville principale de cette région est Lille et le port est Dunkerque.

Quelques rares personnes encore y parlent flamand, des  paysans principalement. Mais même si la langue originelle est souvent oubliée, il y a une unité assez forte sur ce territoire. C'est un des cent et quelques pays dont est composé la France aujourd'hui, le pays flamand.

Nous partons désormais à l'extrême-est de la France, à quelques pas de la frontière allemande … 

Nous sommes maintenant à la frontière allemande, à Lauterbourg, en pleine ancienne Lotharingie, qui donna ensuite son nom au duché de Lorraine. C'est une zone qui a eu longtemps une certaine autonomie entre la France et le monde germanique. C'est après la guerre de Trente ans que s'est dessiné une nouvelle frontière avec l'annexion des provinces autour de Toul, Metz et Nancy, villes du Roy. C'est Louis XIV, encore lui, qui a annexé l'Alsace en 1683. Cet endroit est un espace d'affrontement fréquent avec un ennemi puissant, qu'il soit l'Empereur germanique, autrichien ou la Coalition pendant la Révolution. C'est donc une zone de friction entre le monde germanique et le monde francophone. Cet espace à été rapidement francisé, mais est resté une zone frontière jusqu'en 1945. Quand j'étais jeune, les gens parlaient encore l'alsacien et avait un fort accent, ce qui a tendance à disparaître aujourd'hui. C'est une disparition qui ne se limite pas à l'Alsace. Charles Pasqua a été le dernier homme politique avec accent. 

Pendant un certain temps, il faut reconnaître que l'Alsace a été tournée vers l'Allemagne et la Loraine vers Paris. Ce n'est plus le cas : le Rhin est devenu une vraie frontière. Les Alsaciens ont choisi d'être français. On dit souvent, et c'est flatteur, que les Alsaciens sont des germaniques qui ont gardé les qualités allemandes et se sont emparés des qualités françaises. On le remarque à un détail important. Quand on est à Strasbourg, on peut manger admirablement bien, comme partout en France d'ailleurs. Mais il suffit qu'on traverse le Rhin pour se rendre compte que cette qualité n'est pas inhérente à la culture germanique !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par langue de pivert - 24/07/2016 - 08:03 - Signaler un abus Merci Atlantico ! ☺

    Jolie flânerie ! Merci M. Barreau.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Claude Barreau

Jean-Claude Barreau est essayiste. 

Il est conseiller de François Mitterrand sur les questions d'immigration, puis de Charles Pasqua. En 1989, il devient président de l’Office des migrations internationales et président du conseil d'administration de l’Institut national d’études démographiques.

Il est l"auteur de "Liberté, égalité, immigration ?" (éditions de L'Artilleur) et a également publié "Sur la route de Kandahar" (François Bourin, en avril 2014).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€