Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 19 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Envie d’éliminer les calories après Noël ? Attention aux applis santé ou fitness, certaines vous feront plus de mal que de bien

Les applications de fitness et de santé se sont multipliées avec l'apparition des smartphones. Elles sont pratiques pour aider les utilisateurs à se mettre au sport en étant bien encadré. Mais dans le flot d'applications disponibles, certaines peuvent faire plus de mal que de bien.

Santé

Publié le
Envie d’éliminer les calories après Noël ? Attention aux applis santé ou fitness, certaines vous feront plus de mal que de bien

Atlantico : Les applications de santé se sont développées ces dernières années, que ce soit avec les smartphones ou les bracelets connectés. Elles nous promettent d'atteindre des objectifs qui vont nous permettre de retrouver la forme facilement. Mais quels sont les dangers de ces applications pour la santé ? Les objectifs affichés sont-ils vraiment réalistes par rapport à la morphologie des utilisateurs ? Sont-elles recommandées à tous ?

Raphaël Moreaux : Le problème, c'est qu'il existe énormément d'applications disponibles sur le marché. Les derniers chiffres font état de 295.000 applications sur les différents sites de téléchargement d'applications et "stores". Il faut distinguer celles qui sont dans la catégorie bien-être et celles qui seront plus propres aux domaines médicaux. Celles-là sont vraiment des applications médicales qui aident dans le suivi de certaines pathologies, dans le suivi des patients. Dans la santé et bien-être, il va plus s'agir de podomètres pour mesurer son activité physique, son pouls, sa pression. 

Le premier danger ce sont les applications qui vont se réclamer du bien-être de la santé et du fitness alors qu'elles vont rentrer dans le domaine médical.

Elles vont donner des conseils médicaux. Une application qui peut revêtir le statut de dispositif médical va pouvoir apporter une aide pour le suivi de la glycémie, le diabète. Elle va devoir répondre à des réglementations très strictes. Une application de santé, de fitness ne va pas répondre aux mêmes obligations réglementaires. Les applications de fitness n'ont aucune réglementation qui va les rendre plus fiables ou sérieuses.

Pour une personne âgée, diabétique ou en insuffisances cardiaques, il va être important de maintenir une activité physique mais elle doit être très contrôlée, très régulée. Ces applications ne seront pas forcement recommandées. Si l'activité physique est trop forte et pas du tout adaptée, elle va présenter des dangers qui peuvent être conséquents. Le plus grand danger, c'est qu'elles donnent des conseils alors qu'elles ne sont pas habilitées pour le faire par des professionnels de santé. Ces applications non-homologuées peuvent dire tout et son contraire. Désormais, les autorités publiques et certains évaluateurs privés qui poussent à une labélisation des applications mobiles de santé et de fitness afin qu'un plus grand nombre d'entre elles soient certifiées. Elles sont vérifiés, leurs conseils sont approuvés et sécurisées pour le public. Elles doivent pouvoir répondre à des normes en termes de sécurité des données.  

Pour qu'une application soit sûre, il faut faire attention à trois points. D'une part, le contenu doit être approuvé par des spécialistes. Il faut ensuite que les données soient hébergées en France. Dès qu'une application recueille des données de santé, la loi oblige que ces données soient sécurisées et stockées en France. Le dernier point est purement réglementaire. L'application doit avoir des conditions générales d'utilisation. Les CGU auxquelles on ne prête pas attention. Sans ces CGU, les applications sont illégales. Il faut faire attention aux profils des utilisateurs que l'on soit un sportif accompli ou un coureur qui veut faire de l'activité de façon peu intensive. Mais maintenant, ces applications s'adaptent au profil des utilisateurs. A partir de certains renseignements, comme la taille, le poids. Elles peuvent adapter leurs conseils aux usages qui en sont fait. Il faut faire le tri entre chaque application pour savoir lesquelles sont les meilleures.  

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Raphaël Moreaux

Journaliste pour http://TICpharma.com, site spécialisé sur la transformation numérique des industries de santé, proposé par l'Agence de presse médicale (APM). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€