Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 29 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'entrepreneuriat à l’assaut du monde politique français

Alors que le monde de l'entreprise a longtemps clivé le paysage politique, entre défenseurs des travailleurs et défenseurs du patronat, le grand boom de l'entrepreneuriat en France est en train de faire bouger les lignes.

Nouvelle donne

Publié le

Longtemps, la droite et la gauche françaises voyaient leurs contours calqués sur une lecture classique de la société : les salariés d’un côté, les patrons de l’autre ; les préoccupations sociales au profit de ceux qui subissent l’exploitation de leur force de travail, à gauche ; les préoccupations économiques en faveur des entreprises et de la création de richesses, à droite. Et ces rôles politiques correspondaient à une représentation statique de la société : d’un côté, les "exploités dominés", de l’autre, les "possédants dominants".

Au nom de cette caricature figée, cela fait quarante ans au moins que la France assiste au dialogue de sourds entre ceux qui se renvoient aveuglement l’exigence de renforcer toujours davantage les droits des défavorisés subissant le sort de la fatalité sociale (retraite abaissée, temps de travail diminué, protection juridique renforcée, pénibilité prise en compte, salaire minimum garanti, couverture sociale étendue…) et ceux qui ont plaidé pour l’allégement des contraintes sur les entreprises, la prise en compte des exigences liées à la compétitivité, la baisse des charges, etc. Les ambitions sociales et les contraintes économiques se sont retrouvées depuis au moins 1981 systématiquement opposées les unes aux autres dans un conflit irréconciliable.

La mutation fondamentale à laquelle nous assistons depuis quelques années, quasiment à l’insu de toute volonté politique délibérée, tient en l’émergence de cette divine surprise que représente l’explosion de l’entrepreneuriat dans notre pays. L’ampleur prise par ce phénomène fait voler en éclats les clivages politiques traditionnels, parce qu’il fait tomber les digues des structures sociales figées sur lesquels ces clivages reposaient.

L’entrepreneuriat, c’est la mise en mouvement de ceux qui étaient réputés appelés à se ranger dans l’ordre du salariat à vie, et qui se mettent à rêver d’entreprendre, parce qu’il est désormais acquis qu’être patron n’est pas un privilège inné, que chacun peut tenter l’aventure de  l’entrepreneuriat, et que cette liberté fondamentale, chaque citoyen est en droit de s’en saisir. Et les citoyens français s’en saisissent par centaines de milliers, et qu’importe si c’est sous la contrainte de la peur du chômage ou par l’ambition de réaliser leurs rêves : la France détient le record européen de l’entrepreneuriat, avec plus de 500 000 créations d’entreprises en France en 2015.

Cette métamorphose par la mise en mouvement de la société, par l’enclenchement d’un ascenseur social inattendu - qui passe par la capacité à décrocher des contrats, et non pas nécessairement par celle, plus académique, de décrocher des diplômes - remet en question les clivages traditionnels.

En effet, attachée à défendre les ambitions d’émancipation sociale, la gauche se surprend à défendre les entrepreneurs en herbe, qui se heurtent à la complexité administrative, aux charges fiscales et sociales dissuasives, aux contraintes juridiques kafkaïennes qui freinent la capacité à créer et à se développer.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Leonidas Kalogeropoulos

 

Léonidas Kalogeropoulos dirige le Cabinet de lobbying Médiation & Arguments qui défend la liberté d’entreprendre, l’innovation, le pluralisme et la concurrence dans les domaines de l’audiovisuel, des télécoms, du sport, d’Internet, de l’énergie, de la presse…
 
Il est le fondateur du site libertedentreprendre.com, qui milite pour l’inscription de liberté d’entreprendre dans la Constitution française et est Vice-Président du mouvement patronal Ethic. Il est également le porte-parole du collectif David contre Goliath, lanceur d'alertes concurrentielles

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€