Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Enquête sur la sexualité des Français : comment l’absence de relations sexuelles est devenu l’un derniers tabous (et ce que ça dit de notre société)

La société et les injections de bonheur dans la vie de couple ou dans le culte de la performance poussent notamment à mettre sur le côté les personnes n'ayant pas de relations sexuelles.

Vie de couple

Publié le
Enquête sur la sexualité des Français : comment l’absence de relations sexuelles est devenu l’un derniers tabous (et ce que ça dit de notre société)

 Crédit PATRIK STOLLARZ / AFP

Atlantico : Dans votre nouvel ouvrage "Le processus de libération se poursuit", contrairement à ce que vous appelez des "penseurs en surplomb" dans un entretien consacré au Monde, vous ne constatez pas de retour à l'ordre moral, mais bien une poursuite de la libération sexuelle entamée dans les années 60. Tout d'abord, qui sont ces "penseurs" auxquels vous faites allusion ? 

 
Janine Mossuz-Lavau : Je ne les nommerai pas mais il s’agit de penseurs, de journalistes qui se saisissent de petits événements anecdotiques pour annoncer un retour à l’ordre moral. 
 
Ce que je leur reproche, c’est de ne pas être sur le terrain.
Ils n’ont pas connaissance de la “vie réelle” des gens. Ils énoncent des vérités générales qui sont en décalage avec le quotidien des individus, avec leur vie réelle, celle que l’on prend le temps de découvrir en discutant vraiment avec avec eux. 
 
Ces “penseurs en surplombs” sont présents dans bien des domaines. Il peut s’agir de ceux qui décrètent le retour de l’ordre moral, comme de ceux qui se désolent de l’ultra laxisme de la société actuelle. Leur point commun étant que leurs analyses sont basées sur leurs vies personnelles et non pas sur la réalité du terrain. 
 

Dans une société aussi libéralisée sur la chose sexuelle, un inversement s'est illustré. Si, il y a encore quelques années, une sexualité libérée, curieuse, ou encore homosexuelle ou bisexuelle pouvait paraître tabou, c'est aujourd'hui ceux qui n'ont pas de relation sexuelle qui semblent être mis sur le côté. Pouvez-vous développer cela ? Ne pas avoir de relation sexuelle, est-ce l'ultime tabou dans ce domaine aujourd'hui ? 

 
Il y a aujourd’hui une séries de tabous qui tombent, ou sont en train de tomber. A titre d’exemple, l’homosexualité -même si il y a encore parfois des cas d’homosexuels s’étant fait tabasser parce qu’ils étaient simplement en train de s’embrasser- est, dans notre société, très largement acceptée. Elle l’est notamment du point de vue de la loi, puisque la possibilité du mariage entre deux personnes du même sexe a rendu normal et acceptable quelque chose qui était encore considéré comme une maladie qu’il fallait soigner dans les années 60. 
 
De même, la bisexualité est bien plus acceptée qu’elle ne l’était il y a de cela dix ans. Lors d’une précédente enquête il y a 18 ans, il m’avait été difficile de rencontrer des personnes bisexuelles qui acceptaient de témoigner, aujourd’hui c’est bien plus facile : les gens l’assument. La bisexualité est bien plus fréquente, et acceptée même si parfois elle étonne encore.
 
A l’opposé, les couples qui vivent ensemble, s’entendent bien et termineront probablement leur vie ensemble mais ceux qui n’ont plus de rapport sexuels, sont vus comme étant tabous. Dans une société hyper sexualisée, où il existe une injonction du plaisir, de la jouissance, du bonheur, le fait de ne pas avoir de rapports sexuels réguliers apparaît comme étant en décalage, non conforme aux moeurs. C’est cela que j’appelle “le dernier tabou”, car il y a une omerta sur le sujet.
 
Ces couples n’en parlent pas, ni entre eux, ni à leurs proches. On ne pose pas de questions sur ce genre de choses. Et si jamais, ils en discutent avec un ami intime, ils ont tendance à le faire seul à seul, en lui disant bien “tu ne dis rien”. 
 
Le seul cadre dans lequel ils sont amenés à en parler réellement, c’est avec un psychologue ou un sexologue. Mais cela ne concerne que les  couples de jeunes, les personnes plus âgées, elles, restent dans un silence total. 
 
Pour les personnes célibataires c’est différent. Certaines seront amenées à en parler haut et fort, mais plutôt dans le cadre d’un acte militant. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par hmrmon - 17/09/2018 - 21:36 - Signaler un abus Laissés-pour-compte du sexe.

    Tout le monde trouve chaussure à son pied dit le dicton mais, en terme de sexe, est-ce encore vrai. Par exemple, les gens malheureusement pour eux, dotés d'une tronche, ne sont pas forcément résignés à devoir se rabattre sur un ou une partenaire, comme eux ou elles, mal dotés esthétiquement parlant et privés de ce plus esthétique, comme tout un chacun à laquelle ils ou elles aspirent, préfèrent se passer fièrement de sexe.

  • Par alam - 17/09/2018 - 22:07 - Signaler un abus Vaste sujet

    Nous sommes avant tout des animaux qui aiment copuler. La biologie de l ' espèce humaine nous permet de le faire pratiquement tout le temps avec les partenaires qui nous plaisent. Le reste est une question de choix ( ou non dans les cas d ' abus ) selon notre éducation, nos expériences, notre taux d ' hormones, notre capacité à fantasmer, etc...

  • Par Lapalatine - 19/09/2018 - 08:09 - Signaler un abus Est ce que....

    ..Les gens qui sont obsédés par le sexe sont plus heureux ??? Est ce que le sexe c'est le bonheur??? Est ce que le "coup banal, le coup conjugal" c'est le top de la plénitude ou simplement une satisfaction momentanée, un soulagement? Est ce obligatoire de parler de sexe tout le temps pour être "dans le vent"? oui...vaste sujet...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Janine Mossuz-Lavau

Janine Mossuz-Lavau est directrice de recherche CNRS au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po. Elle est diplômée de l’IEP de Paris et docteure en science politique (1969). Elle travaille notamment sur le genre et la  politique et sur les politiques de santé et de la sexualité.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€