Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 22 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Des enfants addicts au Xanax ou autres antidépresseurs, ça existe. Et de plus en plus

D'après un article de la BBC, de jeunes enfants anglais ont régulièrement recours à des antidépresseurs. Une tendance qui a de quoi inquiéter.

Tendance inquiétante

Publié le
Des enfants addicts au Xanax ou autres antidépresseurs, ça existe. Et de plus en plus

 Crédit Pixabay

Atlantico : Un article de la BBC montre qu'en Angleterre  de jeunes enfants ont recours à des antidépresseurs tels que le Xanax. Est-ce aussi ce que vous constatez en France ?  

Sauveur Boukris : Le phénomène n'est pas nouveau. Depuis plus de 10 ans, les adolescents utilisaient quelques fois, ou les tranquillisants pour un effet désinhibiteur, relaxant, ou les antidépresseurs pour un effet plutôt stimulant. Ils utilisent aussi, parfois, des associations alcool plus tranquillisants, ou antidépresseurs et stimulants, pour préparer des examens, pour se sentir en super forme. Ce phénomène n'est pas récent et c'est vrai que ce sont surtout les adolescents - les jeunes entre 15 et 20 ans - qui l'utilisent, soit pour se défoncer lorsqu'il y a des soirées, soit pour se relaxer, pour s'enlever les angoisses. Et le phénomène est commun aux garçons et aux filles, peut-être un peu plus fréquent chez les garçons. 

Est-ce, selon vous, un problème d'accessibilité de ces médicaments ? Quels sont les risques, chez les patients non-adultes ?

Vous savez qu'il y a plus d'un Français sur deux qui utilisent ces médicaments. Donc, dans la boite à pharmacie des parents, il y a de fortes chances que vous trouviez du Lexomil, du Xanax, du Témesta, qui sont des tranquillisants, des antidépresseurs. Donc c'est facile à trouver. Et c'est vrai que cela pose un risque, qui est celui, à la fois de dépendance et d'accoutumance - c'est un classique chez tous les usagers de ce type de médicaments, les psychotropes -, mais surtout, cela a un effet nocif immédiat : la perte de mémoire immédiate. Lorsque vous prenez un tranquillisant, un antidépresseur, et vous ne vous souvenez plus de ce que l'on vient de vous dire ou d'où vous avez mis vos affaires, ou un rendez-vous que l'on vient de vous donner. Même pris seul, les tranquillisants peuvent entraîner une perte de la mémoire immédiate alors que la mémoire ancienne perdure. J'ai eu en consultation des adolescents qui sont allés en boîte et ne se souvenaient plus de ce qu'ils ont fait. Il arrive d'ailleurs que certains finissent aux urgences lorsqu'ils associent alcool et tranquillisants. Ce n'est pas anodin la perte de mémoire. Surtout dans un cerveau d'adolescent qui est en pleine croissance. Ca fait que vous ne pouvez plus travailler normalement au lycée, que vous êtes complètement dans une bulle et vous êtes toujours à la recherche d'un effet second, où vous planez un petit peu. Les risques, c'est qu'on peut retrouver des gens qui font des malaises, des chutes de tension ; il peut arriver que vous tombiez dans le coma, que vous perdiez connaissance. 

L'article de la BBC explique qu'il s'agit d'une porte d'entrée "sûre", pour les jeunes, sur l'univers de la drogue. Le problème repose-t-il alors sur une profonde méconnaissance de ces médicaments ?  

Ça commence souvent à l'adolescence, d'abord parce que l'adolescence est une période un peu charnière de la vie où vous ne savez pas très bien ce que vous êtes : vous n'êtes plus un enfant, vous n'êtes pas encore un adulte, vous vous cherchez, vous vous posez des questions sur votre corps qui se modifie, sur la psychologie, sur votre identité sexuelle. C'est une période de troubles qui peut être source d'angoisses et de questionnements sur soi-même. Ensuite, les adolescents ont une psychologie particulière : ils vivent l'instant présent et ne sont pas capables de se projeter sur un avenir proche. C'est-à-dire que lorsqu'ils font les choses, ils recherchent l'effet immédiat, ici et maintenant. Et ils ne peuvent pas imaginer que prendre un tranquillisant, même une fois de temps en temps, ça peut provoquer des conséquences ou des séquelles à moyen terme. Et c'est que souvent, quand les gens utilisent des tranquillisants ou des antidépresseurs, ils vont parfois devoir augmenter les doses pour obtenir le même effet et certaines fois, c'est vrai que c'est une porte d'entrée vers des substances dites illicites. Les médicaments, surtout les psychotropes, sont des drogues licites qui fonctionnent très bien, lorsque c'est à bon escient, sur les angoissés et les déprimés. Mais quand on fait un mésusage de ces médicaments, cela peut être considéré comme ayant les mêmes effets indésirables que la drogue illicite.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sauveur Boukris

Sauveur Boukris est médecin enseignant à l'université Diderot (Paris VII). Il est l'auteur de nombreux livres médicaux dont Ces médicaments qui nous rendent malades (Le Cherche Midi, 2009). Chroniqueur médical, il participe à différentes émissions de radio et de télévision sur les questions de santé et intervient régulièrement sur des sites Internet.

Il a publié en janvier 2013 La fabrique de malades (Le Cherche Midi). Toujours au Cherche Midi, Libérez le médecin qui est en vousjuin 2017

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€