Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 31 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Energie : quels enjeux pour demain ?

Comme le rappelle Francis Demoz, l'efficacité énergétique est un enjeu aussi bien industriel que social. Extrait de "Les défis du futur : Regards croisés sur nos mutations industrielles" (1/2).

Futur énergétique

Publié le
Energie : quels enjeux pour demain ?

L'efficacité énergétique est un enjeu aussi bien industriel que social. Crédit Reuters

Efficacité énergétique : concept et enjeux

L’efficacité énergétique est votre domaine d’expertise, Marcel Torrens. Vous êtes président de Delta Dore, votre société est spécialisée dans la conception et la fabrication de solutions électroniques pour piloter et maîtriser les économies d’énergie. Que recouvre exactement ce concept d’efficacité énergétique, quels sont les enjeux ?

Marcel Torrens : Il faut entendre ce terme dans son sens le plus large, c’est-à-dire la capacité que l’on doit avoir, d’une part, à préserver notre planète, en limitant les effets du réchauffement climatique, tout en assurant, d’autre part, un niveau de vie et de confort que nous avons atteint, et si possible d’ailleurs l’élargir à tous ceux qui ne l’ont pas encore. Ce sont des enjeux éminemment politiques, des enjeux de société. Le secteur du bâtiment est gros consommateur d’énergie, il représente près de la moitié de la consommation d’énergie française, c’est donc l’un des premiers leviers pour agir et optimiser cette consommation d’énergie.

L’efficacité énergétique est donc également un enjeu industriel ?

Marcel Torrens : Effectivement, ces enjeux politiques et sociétaux se déclinent ensuite en enjeux industriels. Le défi est de pouvoir posséder, en France et en Europe, des technologies et des écosystèmes suffisamment matures pour être créateurs de croissance, et nous permettre de développer nos technologies dans le monde entier. Car derrière ce concept d’efficacité énergétique se joue une guerre technologique entre deux continents, les États-Unis et l’Europe. Les États-Unis vont-ils dominer le marché sur ce segment de l’efficacité énergétique, comme ils le font sur l’informatique et les télécoms ? Rien n’est moins sûr, nous avons un rôle déterminant à jouer.

Revenons, si vous le voulez bien, un instant sur le concept d’efficacité énergétique, qu’englobe-t-il exactement ?

Marcel Torrens : Plusieurs paramètres sont à prendre en compte. Il faut d’abord entendre par « efficacité énergétique » la capacité à utiliser la pleine puissance de ce qui est produit. Il faut savoir, par exemple, qu’entre une centrale électrique et le domicile d’un utilisateur près de la moitié de l’énergie est perdue. L’efficacité énergétique consiste donc à gérer ces pertes dans la distribution, cela concerne le réseau. Ensuite, il y a l’efficacité énergétique du bâtiment proprement dit. L’efficacité énergétique dite « active » fait une large place à la technologie : systèmes intelligents de mesure et de régulation, automatismes. L’efficacité énergétique dite « passive » quant à elle concerne l’enveloppe des bâtiments, l’isolation. Enfin, un autre paramètre est à prendre en compte dans cette notion d’efficacité énergétique, il s’agit du comportement du consommateur et donc de la question de l’usage. L’enjeu pour les pouvoirs publics est évidemment de pouvoir agir sur ces différents leviers d’action. L’efficacité énergétique se présente en fait comme un écosystème complet mêlant éducation et nouvelle technologie. Au fond, à quoi sert d’isoler sa maison si on laisse les fenêtres ouvertes ?

[…]

L’efficacité énergétique est un sujet qui est également au cœur de vos problématiques, Bertrand Lapostolet. Vous représentez ici la Fondation Abbé Pierre qui se bat pour les démunis et les mal-logés. Votre combat est celui de la précarité énergétique.

Bertrand Lapostolet : C’est le combat de 8 millions de personnes en France, d’un ménage sur six ! Nous avons, avec quelques autres associations, été précurseurs sur ce sujet dès 2005. Aujourd’hui c’est devenu une question prioritaire du « plan bâtiment » Grenelle et donc de l’agenda politique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par sicenetoi - 09/02/2013 - 15:37 - Signaler un abus Energie ?

    Les enjeux pour demain? une seule alternative: MOINS CONSOMMER D'ÉNERGIE ! La meilleure étant celle que l'on ne consomme pas. Continuer a faire de la recherche pour en trouver de nouvelles est un fuite en avant qui ne réglera rien. La raréfaction des énergies fossiles la rendra de pus en plus chère quelles que soient les découvertes à venir. Et ce ne sont pas les autos électriques qui feront diminuer notre consommation, pire si ce coût diminuait il y aurait un effet d'aubaine qui amènerait UNE PLUS GRANDE UTILISATION DE NOS CHÈRES AUTOS ! Tout ce qui tend à réduire les coûts de transport ( énergie, réseau routier etc .. ) est un encouragement à plus de mobilité, plus d'usage, conséquences qui vont à l'encontre du but recherché à savoir ECONOMISER ! Mais sommes nous prêts à véritablement à faire des économies d'énergie ? rien n'est moins sûr .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Francis Demoz

Francis Demoz est journaliste spécialiste des questions d’environnement.

Il est l'auteur de Les défis du futur: Regards croisés sur nos mutations industrielles, paru aux éditions Nouveau Monde en 2013; ainsi que de La voiture de demain : La révolution automobile a commencé, paru aux Editions Nouveau Monde en 2010.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€