Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’Ena, cette exception française dont on ne sait pas trop s’il faut en rire ou en pleurer

Ce livre-témoignage raconte le quotidien de deux années de scolarité d'une promotion d'apprentis énarques dans ce sanctuaire très fermé qu'est l'ENA. Extrait de "A l'ENA : y entrer, (s)'en sortir" (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le - Mis à jour le 30 Septembre 2013

Dans l’espace public, pourfendeurs et thuriféraires de l’ENA s’affrontent donc en deux camps clairement affirmés. Et il y a comme une dialectique hégélienne en trois temps qui marquerait les différents moments du débat. Dans la version la plus caricaturale de ce débat, rien de tel, évidemment, qu’un énarque – de préférence sorti dans les grands corps – pour jouer le rôle du défenseur de l’ENA : rien ne vaut, en effet, l’assurance que donne le fait d’être sorti de cette école pour en défendre l’excellence d’un ton hautain et impérieux, et sans paraître le moins du monde gêné par cette forme d’auto-légitimation.

En face, l’opposant sera, au choix, un représentant de la société civile ou du secteur privé. Sa posture vise en général à souligner l’arrogance des énarques et leur faux-savoir, complètement coupé des réalités. Toute l’habileté, évidemment, pour le défenseur de l’ENA, et s’il est énarque lui-même, est de faire apparaître son adversaire comme un frustré de l’ENA…

On s’affronte d’abord autour de l’idée de l’énarque unique. Quand l’un s’acharne à tailler en pièces l’énarchie, l’autre, à l’inverse, entreprend de vanter le modèle constitué par l’ENA, véritable exception française que le monde entier, cela va sans dire, nous envie.

De fait, il n’est pas besoin de voyager très loin pour constater combien le modèle énarchique est original en soi, et combien de tels débats n’auraient aucune raison d’être ailleurs. En Allemagne, où les hauts fonctionnaires n’accèdent aux postes les plus élevés qu’après la validation de nombreuses années d’expérience, l’idée que les agents puissent prétendre à des postes de direction aussi jeunes que les énarques français ferait presque figure de monstruosité administrative. L’administration fédérale n’ouvre les postes de direction qu’à des fonctionnaires ayant fait leurs preuves et régulièrement remarqués et notés pour l’excellence de leurs services ; il n’y a rien de semblable aux grands corps français. Au Royaume-Uni, c’est à la fois la jeunesse du recrutement des énarques et la garantie d’un emploi public à vie qui surprend : le modèle du senior civil service, qui prévaut outre-manche, implique en effet là aussi que les agents publics, recrutés sur appel d’offres pour des contrats limités dans le temps, ont une moyenne d’âge sensiblement plus élevée que les énarques en parvenant aux postes de direction. Aux États-Unis, le recrutement des hauts fonctionnaires est nettement plus ouvert qu’en France, même si l’obtention d’un diplôme des grandes universités est un passage quasi-obligé.

universités est un passage quasi-obligé. Ces différences n’émeuvent pas le défenseur de l’exception énarchique. Fort de réminiscences cornéliennes et bien françaises sur l’excellence qui n’attend point le nombre des années, il vantera l’École comme un temple de l’élitisme républicain, apte à sélectionner les meilleurs plants. Dans cette vision, à la limite, la jeunesse même du recrutement à l’ENA est un gage de l’excellence des énarques et participe de la construction du mythe : pour être recrutés aussi jeunes, ne faut-il pas qu’ils soient exceptionnels ? Les énarques sont uniques…

Dès le départ, le débat s’engouffre donc dans une opposition entre les vertus supposées de l’agriculture raisonnée et celles de la culture hors-sol : à son opposant qui lui fait observer que les plus beaux arbres ont besoin d’un long enracinement, le tenant de l’énarchie objecte que les plus belles orchidées sont cultivées en serre. À quoi, pour dépasser cet éternel – et stérile – conflit de la légitimité tirée de l’expérience contre celle tirée de la connaissance, le vilipendeur de l’énarchie finit par tenter d’échapper en invoquant l’argument de la promotion Titanic.

L’argument est classique. Rassemblés sous cette appellation de promotion fantaisiste, on retrouve tous les énarques spécialement renommés pour les naufrages plus ou moins calamiteux dans lesquels ils ont contribué à entraîner l’État ou certaines grandes entreprises. L’Institut Français pour la Recherche sur les Administrations Publiques, un think tank libéral fondé par un énarque, les a épinglés dans son Livre noir de l’ENA. La liste n’est évidemment jamais close et a vocation à s’enrichir au gré des futurs exploits des énarques en poste. Pour ce qui est des désastres financiers, les états de service des anciens de l’Inspection des finances méritent d’être relevés : entre un Jean-Yves Haberer, dont les facéties bancaires ont contribué à entraîner le Crédit Lyonnais dans un crash financier qui a coûté 15 milliards d’euros, un Jean-Marie Messier, dont les qualités de visionnaire se sont soldées par un désastre de 72 milliards d’euros de pertes reportées sur les actionnaires de Vivendi Universal en 2002, ou encore un Michel Bon, largement responsable des pertes gigantesques de France Télécom en 2001, à hauteur de 8,3 milliards d’euros, les exemples de l’impéritie de cette caste supposée de tout-sachants ne manquent pas. Aux yeux des pourfendeurs de l’énarchie, le scandale énarchique c’est d’abord cela : l’incompétence d’une caste d’irresponsables, qui se paye cash pour le contribuable, tandis que les coupables sont exfiltrés vers d’autres postes où ils continueront à recevoir promotions et décorations..

Au gré de l’inspiration, cette variation sur l’incompétence des énarques pourra dériver vers d’autres cas attestant l’incurie de la haute administration française, dans de nombreux domaines : au-delà de ces sinistres, l’énarque est vu comme un shaddock, incapable de faire simple quand on peut faire compliqué… La preuve par l’absurde consistant dans le même temps à citer en exemple les énarques les plus intelligents, qui auraient eu le bon sens de fuir les carrières pour lesquelles ils étaient censément formés. Viendront alors les noms de ces êtres plus heureusement inspirés, qui ont préféré s’adonner à d’autres activités, où leur qualité d’énarque n’était pas susceptible de produire des catastrophes. Ainsi de ceux qui embrassent une carrière littéraire, comme Françoise Chandernagor.

Face à une telle charge, le meilleur salut est la fuite. Sans pouvoir contester que les noms de divers énarques soient mêlés à divers désastres de tous ordres, la ligne de défense du partisan de l’énarchie est de chercher à minimiser la responsabilité de sa caste. On entre donc dans le deuxième moment du débat, qui tourne autour de la figure de l’énarque eunuque. L’idée est que, sans chercher à disculper totalement l’énarque, on lui prête trop en lui faisant porter la responsabilité complète des désastres invoqués. La vérité est que l’énarque n’est qu’un exécutant. Il est avant tout un fonctionnaire au service du politique. La décision finale revient à ce dernier, et l’énarque est impuissant à changer le cours de politiques qui ne sont pas de sa responsabilité. Son rôle n’est pas de décider, mais au mieux de conseiller, et surtout de mettre en oeuvre.

Le corollaire de cette ligne de défense consiste à arguer que, contrairement à l’idée reçue, les énarques ne sont pas si nombreux dans les allées dorées du pouvoir. La majeure partie d’entre eux mène carrière de façon anonyme et dévouée dans les allées grises de l’administration et à l’inverse de ce qu’on croit, la proportion d’énarques entrant en politique est très faible – tout juste un à deux pour cent d’une promotion. S’il y a des responsabilités à chercher quant à l’état du pays, c’est donc du côté du politique qu’il faut se tourner, sans accuser les énarques de fautes qui ne sont pas les leurs et en leur faisant porter un costume trop grand pour eux. La vérité est que lorsque le politique ne prend pas ses responsabilités, les énarques sont impuissants.

Le défenseur de l’énarchie essaie ainsi de parer les coups au mieux, mais il est assez évident que cette argumentation entre en contradiction avec ce qu’il a commencé à soutenir au sujet de l’énarque unique. Il est quelque peu illusoire en effet de prétendre tenir à la fois tous les bouts de la corde et de soutenir que les énarques sont exceptionnels et en même temps qu’ils sont impuissants. C’est pourquoi le deuxième moment de la discussion est très généralement aussitôt suivi du troisième, celui de l’énarque inique, qui voit le pourfendeur des énarques tenter de porter l’estocade finale pour mettre à terre son adversaire.

Les contradictions dans lesquelles s’empêtre le défenseur de l’énarchie ne sont-elles pas la preuve de l’injustice du système qu’il défend et des privilèges injustifiés dont jouit sa caste ? Ce qui est véritablement exceptionnel, c’est la position dont jouissent les énarques, pour une compétence qui n’est pas démontrée ; quant à leur prétendue impuissance, elle est doublement mensongère, puisque d’une part, les énarques sont partout : même s’ils n’occupent pas toujours les tout premiers rôles, ils sont toujours là, tapis dans l’ombre, et rien ne se fait sans eux ; et d’autre part, en fait d’impuissance, ils se reproduisent, se réservant à eux-mêmes et à leur progéniture le bénéfice des privilèges attachés à leur caste…

--------------------------------------------------------------

"A l'ENA : y entrer, (s)'en sortir" (Armand Collin)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 28/09/2013 - 12:06 - Signaler un abus on ne sait pas trop s’il faut en rire ou en pleurer

    Demandons au grand philosophe Belge Geluck ! Mais apparemment il est aux abonnés absent. :o))

  • Par lexxis - 28/09/2013 - 12:19 - Signaler un abus DEUX SINISTRES NATIONAUX!

    Il y a eu dans l'histoire de notre pays deux sinistres, dont la France ne s'est jamais remise. Le premier, qui a fait définitivement fuir de chez nous nombre d'intelligences et d'entrepreneurs supérieurs, c'est la révocation de l'Edit de Nantes. Le second qui, en favorisant les conflits d'intérêts, infeste durablement nos élites politiques et notre secteur public de fonctionnaires assez médiocres si l'on s'en tient aux résultats du pays, c'est la création de l'ENA à la Libération. D'ailleurs, il ne serait pas très difficile à une démocratie avancée de créer en une ou deux décennies une réplique de l'ENA française. Ne trouvez-vous pourtant pas curieux que cette école que tout le monde nous envie n'ait pratiquement aucun répondant dans les autres démocraties avancées européennes ou anglo-saxonnes? A mon avis, ce n'est nullement le fruit du hasard et nos concurrents et partenaires ont parfaitement établi la balance entre ce dont ils se privent et ce à quoi ils échappent. Le caractère unique de notre éminente école montre qu'il n'y a pas photo!

  • Par gliocyte - 28/09/2013 - 12:55 - Signaler un abus L'exception à la française

    Dans tous les domaines où on l'évoque, l'exception à la française n'est pas un critère d'excellence, bien au contraire. L'exception équivaut à une absurdité totale qui défie le bon sens. L'ENA n'en est qu'un exemple, parmi tant d'autres.

  • Par jean fume - 28/09/2013 - 15:28 - Signaler un abus Pas tout à fait exact !!!

    ""La vérité est que l’énarque n’est qu’un exécutant. Il est avant tout un fonctionnaire au service du politique."" Sauf quand l'énarque et l'exécutant sont une seule et même personne, ce qui est très souvent le cas ! Bien des politiques sont énarques, pour notre plus grand bien !.?.!.?.

  • Par Ex abrupto - 28/09/2013 - 16:58 - Signaler un abus Ajoutez HEC

    à l'ENA et vous avez Hollande ou Proglio. Ces écoles sont la formation des gens qui veulent vivre "en réseau" comme on dit en management pour faire moderne. C'est à dire des bavards mondains qui satisfont à la pratique "Si tu me gratte dans le dos, je te gratte dans le dos". La république des copains , quoi...."

  • Par prochain - 28/09/2013 - 19:19 - Signaler un abus Brisons un des tabous

    C'est le général De Gaulle qui vous a laissé ce cadeau empoisonné sans le vouloir...ça arrive à d'autres qui refusent évoluer, le déclin c'est l'incapacité de s'adapter.

  • Par vangog - 28/09/2013 - 20:54 - Signaler un abus Je suis assez d'accord avec un des arguments du

    défenseur de l'ENArchie qui affirme que les ENArques sont victimes de l'impuissance du système. Ce à quoi rétorque le pourfendeur de l'ENA, que ce système, c'est eux qui l'ont créé! Oui, mais en partie seulement ... Le système Français est comme une pyramide de Ponzi qui procède par accumulation sans jamais détruire ce qui a été jugé mauvais ( on n'écoute pas la cour des comptes!), ou considèré comme obsolète! En bref, ce que vous faites chez vous par bon sens et esprit pratique, nos dirigeants ne savent pas le faire, aboutissant immanquablement aux déficits et usines à gaz sensées combler ces déficits, mais n'y parvenant jamais! A cela s'ajoutent des professeurs âprement sélectionnés par l'Education Nationale, pour leurs caractères réactionnaires ( anti-réformes), et plutôt favorables à un Marxisme archaïque et bon-enfant, vous obtenez tous les ingrédients pour fabriquer des dirigeants impuissants, ou incompétents, c'est selon...

  • Par titine - 28/09/2013 - 22:04 - Signaler un abus L'ENA

    un truc bien glauque avec les résultats que l'on connait lorsque les compères en sortent... Pour preuve, le gouvernement actuel. Ils ne savent qu'appliquer des recettes apprises comme on apprend au chien de chanter. Du virtuel, en somme, rien que du virtuel !

  • Par Lennart - 29/09/2013 - 06:26 - Signaler un abus Ha ces grandes écoles que tous les états nous envient..

    ... mais se gardent bien de faire chez eux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Saint-Preux

Saint-Preux est haut-fonctionnaire. Il est issu de la promotion Jean-Jacques Rousseau de l'ENA.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€