Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 21 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

En marche pour le (vrai faux) combat du siècle : Muriel Pénicaud et Marlène Schiappa à l’assaut des écarts salariaux entre femmes et hommes

Comment tenir occupé un pays de 65 millions d’individus dont le taux de chômage augmente ?

Faux combat ?

Publié le
En marche pour le (vrai faux) combat du siècle : Muriel Pénicaud et Marlène Schiappa à l’assaut des écarts salariaux entre femmes et hommes

Une première solution consiste à vendre du vent ; cela marche plutôt bien : regardez, des éoliennes poussent partout, et Macron est même devenu président avec ce produit miracle !

Pour continuer la distribution de cadeaux sociaux et permettre que l’argent des riches (de moins en moins riches car de moins en moins nombreux) continue d’aller dans la poche des pauvres (de plus en plus pauvres car de plus en plus nombreux), on peut aussi continuer le bombardement d’impôts.

Là encore, force est de constater qu’Emmanuel Macron persiste avec brio dans la voie empruntée par ses prédécesseurs : en créant pas moins de huit nouvelles ponctions sur le cheptel français, il montre ici sa maîtrise et son attachement à la vraie et seule production artisanale française reconnue réellement partout dans le monde, celle de taxes innovantes, d’impôts précurseurs et de ponctions inspirantes qui se nichent à des endroits toujours plus malins.

Une autre façon d’amuser la galerie d’occuper une population dont l’avenir semble chaque jour plus incertain, c’est bien évidemment de l’occuper à des questions sociétales sinon triviales du moins périphériques à leurs principaux problèmes.

Alors que le pays semble assez clairement se débattre dans un marécage administratif tous les jours plus gluant, qu’il doit faire face à des défis techniques, technologiques, économiques, scientifiques et éducatifs de plus en plus importants, qu’il est en proie aux doutes les plus prégnants concernant ses propres valeurs, le gouvernement a choisi de faire porter une partie de ses efforts sur… l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

C’est ainsi que Muriel Pénicaud, l’actuelle ministre du Travail, veut agir pour faire disparaître le fameux écart de salaire de 9% entre femmes et hommes à postes équivalents, qui persiste malgré l’égalité pourtant constitutionnellement reconnue dans la loi. C’est sans doute pour cela qu’elle s’est adjoint les indispensables services de Marlène Schiappa qui va certainement pouvoir frétiller sur ce nouveau créneau comme elle nous y a déjà habitué.

L’idée est fort simple, finalement : comprenant malgré tout qu’une loi ne règle pas tout, nos deux responsables gouvernementales vont lancer un chantier consistant à perfectionner les bidulotrons indicateurs permettant de comparer la situation des hommes et des femmes dans les entreprises. À la suite des écarts évidemment constatés, la ministre proposera des dépliants en quadrichromie et papier glacé avec de vrais « programmes de rattrapage salarial étalés sur plusieurs années » et, certainement, des t-shirts et des porte-clefs pour ceux qui auront réussi à redresser la barre.

Il fallait bien ça : tout le monde sait que les hommes sont mieux payés que les femmes, et tout le monde sait ou, à tout le moins, suppute assez fortement, que l’écart s’explique par (au choix, panachage possible) le machisme des patrons, les habitudes culturelles défavorables aux femmes ou la société occidentale à l’oppression patriarcale permanente (ou presque).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 24/01/2018 - 12:33 - Signaler un abus Les écarts de salaires !!!!

    Encore une fumisterie pour opposer les gens entre eux. En 40 ans d'activité, je n'ai jamais vu aucune discrimination homme-femme, et sur plusieurs activités. Ni en terme de salaire, ni de promotion. Une seule différence, les femmes s'absentent plus que les hommes, notamment pour la maternité et maladies des enfants. Mais peut-être que l'objet caché de la demande est là. Un rattrapage des maternités et des absences ? A bat le machisme, vive le "fachisme".

  • Par vangog - 24/01/2018 - 13:57 - Signaler un abus Cet égalitarisme gauchiste est malsain!

    Parfaitement d'accord avec le post précédent. Dans toute ma carrière, je n’ai jamais connu d'écarts de salaires hommes-femmes pour la même qualification...mais les socialauds-macroniste ont besoin de conforter leurs minorités activistes bien-votantes, et de produire un gros enfumage pour éviter de résoudre les vrais problemes...

  • Par BABOUCHENOIRE - 24/01/2018 - 14:57 - Signaler un abus Le combat pour l'egalité salarial homme /femme étant lancé ,

    j'attends avec impatience le combat homme / homme , femme / femme , blanc / noir, noir / noire etc ... il y a des ministres ou sous ministres qui doivent être occupés alors inventant des combats d'avenir , le chômage , la dette n’étant pas suffisant pour tous et toutes les occuper.

  • Par 2bout - 24/01/2018 - 17:36 - Signaler un abus Quand on prête à l'inutile des vertus qu'il ne possède pas,

    c'est que certainement nous avons besoin ! Reste à définir les priorités, de savoir si il ne serait mieux de remplacer un sous-ministère des inégalités durables en sous-secrétariat de la transition solidaire et équitable ?

  • Par jurgio - 24/01/2018 - 20:31 - Signaler un abus La perversité féminine ne connaît pas le chôimage

    Je n'ai jamais rien compris à cette différence homme-femme puisqu'il m'est arrivé plusieurs fois en tant que représentant du personnel de m'insurger à propos d'inégalités entre employés masculins (une activité essentiellement masculine) J'ai vu, d'un autre côté, des secrétaires de chef d'agence bénéficier personnellement d'un véhicule de société sans en avoir l'utilité fonctionnelle, quand des "mâles" devaient partager le leur. Le favoritisme et le copinage existent depuis toujours et à tous les étages ; mais il y a heureusement des estimations la plupart du temps impartiales.... Un patron regarde d'abord ce qu'il lui est profitable ! Par ailleurs, il y a des grilles de salaire selon les secteurs d'activité, où chaque poste est précisé et sa rémunération étagée de plusieurs niveaux. Sa montée en grade dépendra de l'appréciation ou du bon vouloir de sa hiérarchie. Mais je m'aperçois que j'ai perdu de vue le sujet de l'article... De quoi, on parlait déjà ?

  • Par Anouman - 24/01/2018 - 21:16 - Signaler un abus Egalité

    Dans les grosses boîtes où l'on discute en CE l'égalité hommes-femmes n'est pas une légende. D'ailleurs pour avoir la paix les DRH sont prêtes à promouvoir n'importe qui du moment que cela permet d'améliorer les quotas égalitaires. Quant aux écarts de salaires (qui existent aussi entre personnes de même sexe) on met un petit budget spécial d'augmentation pour contenter les suffragettes de la CGT, FO et autre CFDT, réunion pathétique des syndicats qui n'ont rien compris au sens de la vie en entreprise sauf que pour eux, l'essentiel ce sont les subventions du CE et autres avantages...

  • Par Mario - 24/01/2018 - 23:11 - Signaler un abus D'accord avec la plupart des

    D'accord avec la plupart des commentaires. Malgré tout à la retraite , l'écart doit bien exister malgré la prise en compte des enfants. Me tromperai je?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€