Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

“En marche” au porte à porte, chronique d’un fiasco : comment Macron a voulu importer une technique de campagne à la Obama sans disposer des bases électorale et militante nécessaires

Inspiré des Etats-Unis, le retour du porte à porte devait être la méthode révolutionnaire sur laquelle Emmanuel Macron aurait pu espérer un succès populaire. Mais malgré une cohorte de volontaires, l'expérience ne semble pas avoir été concluante, faute de soutiens électoraux.

Un objectif qui s'éloigne de plus en plus...

Publié le - Mis à jour le 24 Juin 2016
“En marche” au porte à porte, chronique d’un fiasco : comment Macron a voulu importer une technique de campagne à la Obama sans disposer des bases électorale et militante nécessaires

Atlantico : Emmanuel Macron, s'inspirant de la méthode d'Obama pendant ses campagnes, a relancé le porte à porte comme biais privilégié de communication. Quelles sont ces méthodes importées des Etats-Unis, et en quoi la stratégie du mouvement "En Marche" s'en rapproche t-elle ? A l'inverse, en quoi s'en éloigne t-elle ?

François Belley : La force de la première campagne d'Obama a été d'avoir su créer autour de lui une communauté, sur les réseaux sociaux d’abord puis ensuite sur le terrain. En 2008, plus de 10 millions de personnes ont participé à cette campagne.

3 millions d’Américains ont fait des donations. Et plus d’1 million ont milité sur le terrain. On se souvient qu’en France, Ségolène Royal a usé des mêmes méthodes en s’appuyant sur son association "Désir d’avenir".

On sent bien qu’avec "En marche", Emmanuel Macron souhaite créer un grand mouvement, loin des partis vieillissants. Macron a raison sur un point : celui du retour attendu des politiques dans le réel. Car plus que jamais, il y a un lien à recréer, une parole à donner, des citoyens à écouter, des idées à inventer et un politique à réinventer. C’est le retour de la politique charnelle : celle qui se fait loin de Twitter, main dans la main "avec" les Français. Emmanuel Macron a en revanche oublié l’essentiel : la cause mobilisatrice, celle qui a fait se lever des millions d’Américains pour aller convaincre son voisin d’aller voter Obama.

 

En voulant débuter une telle démarche, le ministre de l'Economie n'a t-il pas agit à contre-temps ? Le démarchage est-il davantage un appui à un socle électoral préexistant, plutôt qu'un moyen d'enclencher un mouvement politique ?

Pour être efficace, cette stratégie de terrain doit pouvoir s'appuyer sur un maillage territorial fort d'où l’importance d'un parti politique car, aussi vieillissant soit-il, le parti politique permet encore de compter sur des décrochages locaux (les fédérations et les sections par exemple) et leurs nombreux militants pour diffuser un même message, au même moment et partout sur le territoire.

En 2008, la campagne américaine s'appuyait sur un levier participatif hors norme faisant de chacun des citoyens un ambassadeur potentiel de la marque Obama. Il a, en son temps, su appliquer à la politique le modèle Tupperware : ces réunions à domicile faites pour séduire et déclencher à terme l'acte d'achat. Dans ce système de vente, Obama n’a fait que remplacer les boites de plastique vides par le catalogue "American Dream".

Forcément, la stratégie de Macron pose question. D’abord, peut-il compter sur des militants au sens terrain du terme : ces hommes et ces femmes qui tractent sans relâche sur les marchés, ces hommes et ces femmes qui vivent pour leurs idées, ces hommes et ces femmes qui mouillent leurs chemises comme personne ? Lors de son ascension, Obama portait en lui un idéal, un changement de société, une autre Amérique possible. C'est pour cette raison qu’Obama a réussi à réunir autour de lui une armée de commerciaux-citoyens. C'est le fameux "Yes We Can". Le "We" avait eu à l'époque toute son importance.  Dans une certaine mesure, le "En marche" d' Emmanuel Macron s’inscrit dans cette démarche "d’aller ensemble". Mais elle pose la question du "où ?". Qu'incarne le "En marche" ? Quelle est la destination promise d’Emmanuel Macron, si ce n’est qu’une destination personnelle ? Quelle vision de société, voire de vie, souhaite-il pour les Français ? A mes yeux, ce mouvement n'est pour l'heure qu’un "coup de com" qui révèle, une fois de plus, d'une ambition personnelle. Pour gagner du crédit, ce mouvement doit pouvoir être suivi d'actions et surtout être tenu dans la durée, hors caméra, hors smartphone, hors selfie. Mais est-ce possible ?

En voulant absolument faire de la politique "autrement", Emmanuel Macron n'a-t-il pas sous-estimé l'importance des fondamentaux politiques ? En quoi une évolution de ces "fondamentaux" est-elle tout de même envisageable ? De quelle manière ? 

En réalité, Emmanuel Macron fait de la politique comme tout le monde, ou plutôt de la communication politique comme tout le monde : petites phrases, formules chocs,  dérapages préparés, pose dans Paris Match, scénarisation de la vie privée, personnalisation de la vie politique.

Emmanuel Macron apparaît comme un politique nouveau parce qu'il n’a pas 40 ans et qu'il est déjà présidentiable, parce qu'il n'est pas issu d’un parti et qu'il est ministre de l'Economie, parce qu'il vient de l'univers bancaire et qu'il fait partie d’un gouvernement de gauche, parce qu'il est "en marche" et qu'il est  Juppé-compatible. Emmanuel Macron est atypique. Aux yeux des médias, il est surtout bankable.  C'est un bon client car il contribue au spectacle politique continu. Emmanuel Macron pense à tort qu’il peut avancer seul, sans l’appui d’un socle électoral fort. Mais pour l’heure, cette fameuse base constitue encore une des conditions à la réussite du succès des campagnes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Wortstein - 19/06/2016 - 10:59 - Signaler un abus Macron va se brûler les ailes

    Il n'a pas d'espace politique au centre déjà squatté par l'UDI et Bayrou.Sans compter Juppé. Il est hautain voire assez méprisant avec ceux qui ne vouvoie pas ou n'ont pas de costard et sa vision économique n'est pas si libérale que ça. C'est une chimère extravagante dont même la sexualité semble ne pas être celle qu'il affiche dans les magazines. Un type qui dissimule sa richesse et d'autres pans de sa vie n'est pas fiable.

  • Par Camtom - 19/06/2016 - 16:46 - Signaler un abus Macron c'est Juppé avec des

    Macron c'est Juppé avec des cheveux!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Belley

François Belley est publicitaire. Il est l’auteur du roman « le je de trop », de l’essai « Ségolène la femme marque » et du blog « La politique spectacle décryptée par un fils de pub ! »

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€