Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

EN DIRECT : Sylvie Goulard s'en va, François Bayrou sous pression

Le gouvernement a posé sa démission et une nouvelle équipe devrait être nommée d'ici mercredi soir. La ministre des Armées, visée par une enquête préliminaire, refuse d'être reconduite.

Réactions

Publié le - Mis à jour le 21 Juin 2017
EN DIRECT :  Sylvie Goulard s'en va, François Bayrou sous pression
  • Comme prévu, le gouvernement a démissionné ce lundi
  • L'exécutif souhaiterait enrôler davantage de personnalités de droite
  • Richard Ferrand a quitté son ministère pour présider les députés LREM
  • Chez les LR, un groupe de "constructifs" pourrait apparaitre à l'Assemblée

 

RETROUVEZ LE NOUVEAU LIVE SUR CE LIEN

EN DIRECT : François Bayrou et Marielle de Sarnez quittent le gouvernement
 

-----fin du direct----

21h20 : Christian Estrosi critique vivement son parti, Les Républicains

"Aux législatives, on a roulé des mécaniques avec arrogance sans savoir tirer des leçons de l'échec à la présidentielle en prétendant imposer une cohabitation et un Premier ministre au président élu", a déclaré le maire LR de Nice, invité mardi soir du Club de la presse d'Europe 1.

20h25 : le PS ne votera pas la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe

"Le Parti socialiste dans les conditions actuelles ne pourra pas accorder sa confiance au gouvernement, puisqu'il est clairement un parti d'opposition à la politique menée par Emmanuel Macron. Nous souhaitons, j'ai l'impression assez largement, que le vote du Conseil national de samedi puisse le dire clairement et unanimement", a déclaré l'ancien député Sébastien Denaja, en sortant du bureau national du parti mardi soir. 

18h40 : Les Républicains (LR) demandent à Edouard Philippe "d'exiger la démission de Bayrou et Sarnez"

Dans un communiqué publié mardi après-midi, le secrétaire général du parti Les Républicains (LR), Bernard Accoyer, a demandé mardi à Edouard Philippe "d'exiger la démission" de François Bayrou et de Marielle de Sarnez, "impliqués au même titre" que la ministre démissionnaire Sylvie Goulard dans une "affaire d'emplois présumés fictifs" du MoDem.

"Impliquée dans l'affaire des emplois présumés fictifs visant le MoDem au Parlement européen, Sylvie Goulard a annoncé sa démission du gouvernement d'Edouard Philippe, une décision dont nous prenons acte", estime Bernard Accoyer. 

17h45 : Florian Philippot évoque le calendrier de la "refondation" du Front national

Le vice-président du Front national a indiqué ce mardi que le bureau politique du parti avait décidé de former "huit groupes de travail" qui auront pour mission de rendre leurs conclusions "courant juillet" concernant la "refondation" du FN voulue par Marine Le Pen.

"Il a été décidé huit groupes de travail pour aborder ce chantier de la refondation, et donc chacun a pu s'inscrire dans les groupes de travail qui devront rendre leurs travaux courant juillet", a déclaré Florian Philippot à la presse en sortant du siège du FN à Nanterre.

15h40 : la secrétaire générale du groupe UDI à l'Assemblée devient conseillère parlementaire en chef d'Edouard Philippe

Selon un arrêté paru mardi au Journal Officiel, la secrétaire générale du groupe UDI à l'Assemblée nationale, Fanny Le Luel, a été nommée conseillère parlementaire en chef du premier ministre Edouard Philippe. 

Fanny Le Luel dirigeait jusqu'ici l'équipe des conseillers du groupe UDI à l'Assemblée et a pris ses fonctions récemment comme "chef de pôle" parlementaire. 

14h50 : Thierry Solère reçu à Matignon

Selon le Figaro, le député de Boulogne-Billancourt a été reçu pendant 30 minutes par Edouard Philippe. Il s'agissait d'évoquer les "constructifs", ces députés LR qui souhaitent créer un groupe indépendant, plus proche de la majorité présidentielle.

14h15 : perquisition chez Havas et Business France

Pendant qu'une partie des ministres est empêtrée dans des affaires, l'enquête sur le déplacement d'Emmanuel Macron refait parler d'elle. Selon l'AFP, des perquisitions ont eu lieu ce mardi matin au siège du groupe publicitaire Havas et de l'agence nationale Business France.

Pour rappel, l'organisation d'une soirée pour Emmanuel Macron et la French tech à Las Vegas en janvier 2016 a été confiée par Business France à Havas, sans appel d'offres. Une enquête préliminaire pour favoritisme, complicité et recel de favoritisme a été ouverte.

13h05 : Corinne Lepage entendue comme témoin sur les soupçons autour du MoDem

Selon le Parisien, l'ex-eurodéputée Corinne Lepage est entendue aujourd'hui comme témoin au siège de l’office anticorruption à Nanterre. C'est elle qui, en 2014, avait révélé les soupçons d'emplois fictifs au MoDem.

11h35 : L'Elysée accepte la démission de Goulard

L'Elysée explique que le président de la République "accepte" et "respecte" le choix de la ministre.

11h20 : Marielle de Sarnez exfiltrée du gouvernement ?

Après Richard Ferrand et Sylvie Goulard, Marielle de Sarnez pourrait-elle quitter le gouvernement ? "Tout est ouvert pour moi. Le gouvernement ou la présidence du groupe Modem à l'Assemblée. Ce sont deux engagements passionnants" a souligné au Parisien celle qui est aussi visée par l'enquête préliminaire sur les soupçons d'emplois fictifs.

11h10 : Pour Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen doit démissionner 

Le fondateur du Front national s'est invité au bureau politique du parti, ce mardi matin mais l'accès lui a finalement été refusé. "Mme Le Pen ne veut discuter qu'avec les gens qu'elle nomme elle-même", a-t-il critiqué, soulignant que cette dernière devait démissionner après "deux cinglants échecs. Personne n'est irremplaçable."

10h10 : La ministre des Armées ne veut pas être reconduite

"Dans l’hypothèse où l’enquête préliminaire visant le MoDem conduirait à vérifier les conditions d’emploi de mes assistants au Parlement européen, je souhaite être en mesure de démontrer librement ma bonne foi et tout le travail que j’y ai accompli" explique Sylvie Goulard, dans un communiqué. "J'ai demandé au président de la République, en accord avec le premier ministre, de ne plus faire partie du gouvernement" souligne la ministre des Armées.

"La mission de défense impose une exigence particulière. L’honneur de nos armées, celui des hommes et des femmes qui  y servent, parfois au péril de leur vie, ne sauraient être mêlés à des polémiques auxquelles ils n’ont aucune part."

9h40 : Edouard Philippe évoque la loi Travail

"Il y a des sujets qui méritent d’être discutés dans la branche et d’autres dans l’entreprise. Nous allons en discuter avec les organisations syndicales et patronales" souligne le Premier ministre. 

9h15 : une "dose de proportionnelle indispensable"

"Je préfère le scrutin majoritaire mais on ne peut laisser en dehors de l’Assemblée nationale des courants politiques puissants. Il faut veiller à ce que des territoire soient représentés" a souligné le Premier ministre. Il l'annonce pour les prochaines élections législatives. 

9h10 : Bayrou "a vocation à rester au gouvernement" affirme Edouard Philippe

"François Bayrou a vocation à rester au gouvernement. Il n’y a pas de divergences avec lui. Un gouvernement c’est un orchestre, on a jamais vu un orchestre avec les mêmes instruments."

9h05 : Edouard Philippe justifie le départ de Ferrand

Sur BFMTV, le Premier ministre a justifié le départ de Richard Ferrand du gouvernement pour devenir le patron des députés LREM. "Après discussions avec le chef du gouvernement et le président de la République, il a considéré qu’il avait une responsabilité au sein de l’Assemblée nationale. Le président de la République a considéré que c’était un bon choix" a souligné Edouard Philippe.

8h45 : les "constructifs" peuvent faire un groupe assure Thierry Solère

"Toutes les réformes qui vont dans le bon sens, on a vocation à les voter" explique le député LR Thierry Solère sur France Inter. "Ce gouvernement est légitime".

Selon lui, les "constructifs" sont "assez nombreux pour faire un groupe parlementaire. On est plus de quinze."

8h25 : “La seule querelle, on doit la faire à Emmanuel Macron et à son projet politique” explique Philippot

Alors que le FN pourrait profiter de son bureau politique pour régler quelques comptes en interne, le vice-président du Front national a réfuté être sur une ligne divergente. “La seule querelle, on doit la faire à Emmanuel Macron et à son projet politique” explique-t-il sur BFMTV.

8h10 : "Si je suis convoqué par un juge, j'irai" assure Richard Ferrand

Le futur patron des députés LREM assure, sur RTL, qu'il ne fera pas jouer son immunité parlementaire pour éviter d'être convoqué par la justice. "Si je suis convoqué par un juge, j'irai" explique-t-il. Par ailleurs, il souligne que son départ du gouvernement était prévu.

"Nous en discutons avec le président de la République depuis de longues semaines déjà. C'est un poste stratégique" assure-t-il. "Je suis secrétaire général de ce mouvement, cela fait longtemps que nous échangions avec le président de la République pour savoir comment allait s’organiser les responsabilités pour avoir un fonctionnement plus fluide, plus efficace."

7h45 : vers une scission des LR ?

Selon le Parisien, les députés LR pourraient se scinder. Des députés qui se revendiquent "constructifs" et donc proche de la majorité espèrent monter un groupe à l'Assemblée, qui serait alors dirigé par Thierry Solère. "On s'achemine vers la constitution d'un groupe indépendant. Il aura vocation à soutenir les réformes du gouvernement" explique ce dernier au journal.

7h30 : le PS et le FN réunissent leur bureau politique

Après des législatives dures à encaisser, le PS tout comme le FN réunissent ce mardi leur comité politique. Des réunions qui s'annoncent tendues...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 20/06/2017 - 09:32 - Signaler un abus "a vocation à..."

    Cette mauvaise phraséologie terranoviste cache mal l'embarras des ex-socialistes-ex-Ripoublicains convertis au Macronisme. On ne lui demande pas si Bayrou "a vocation à..." rester au pouvoir (il en a rêvé toute sa vie le petiot...), mais s'il a couvert les dérives parlementaires de son Parti? Soit Philippe estime que la faute est véniele et on va vers la démoralisation du Parti macroniste, plus vite que prévu, soit il estime que la faute est grave, et il peut rattraper les dégâts...les journaleux gauchistes qui l'ont porté au pouvoir, n'ont rien pardonné à Marine Le Pen (même les fautes qu'elle n'avait pas commises), alors les patriotes ne lui pardonneront rien...

  • Par vauban - 20/06/2017 - 09:45 - Signaler un abus Je croyais

    Que les présidents de groupe étaient élus par les députés concernés...... Pas avec le petit Duce macron..... Démocratie dirigée Ca va peter fort.....

  • Par Beredan - 20/06/2017 - 10:11 - Signaler un abus Démacronnage .....

    Goulard vient de démissionner ... on attend qué La schiappa suive le mouvement .

  • Par Beredan - 20/06/2017 - 10:12 - Signaler un abus Demacronnage ....

    Le Béarnais et sa gouvernante sont En liste d'attente ....

  • Par Atlante13 - 20/06/2017 - 10:31 - Signaler un abus En fait

    Goulard sert de fusible et protège ainsi Bayrou; elle prendra tout sur elle, et la justice l'oubliera, comme elle le fait pour le fils Fabius.

  • Par assougoudrel - 20/06/2017 - 10:43 - Signaler un abus Parmi tous ces voleurs, on dirait

    qu'il y a un (e) qui ait un code d'honneur. Si il n'y a pas anguille sous roche, je dis bravo. Ce n'est pas le cas de Ferrand, Bayrou et autres vermines qui mériteraient un traitement avec de l'huile essentielle de cannelle de Ceylan.

  • Par Pharamond - 20/06/2017 - 11:37 - Signaler un abus Laver plus blanc

    A trop vouloir laver plus blanc,on risque d'aboutir à une représentation nationale composée de naïfs bien intentionnés ou pervers et inexpérimentés;ou encore de chanteurs de rap au vocabulaire-charabia, ou encore de soit-disant révolutionnaires sans idées.C'est l'efficacité qui devrait primer,ainsi que la distinction entre le véniel et le létal. La nature humaine étant,par définition imparfaite,la pureté évangélique n'existe pas et n'existera pas jusqu'à la fin des temps.

  • Par gerint - 20/06/2017 - 12:00 - Signaler un abus Je crois pas au miel des propos

    On a beau huiler le pal, on nous l'enfournera sans ménagement le moment venu.

  • Par Cheikhkhan - 20/06/2017 - 12:04 - Signaler un abus Les Césars disaient autrefois, à Rome,

    Si les ruffians et les sicaires devaient servir l'Empire de Rome, je ferais Consuls les ruffians et les sicaires.

  • Par Poussard Gérard - 20/06/2017 - 13:16 - Signaler un abus Une belle bande d aigrefins à la tête de l'état

    Ou est la probité affichée par le dandy arc en ciel? Ferrand a t il des dossiers sur macron pour etre protégé ainsi? Dehors bayrou, Et Bonnell qui hante les plateaux de télévision alors qu'il a fraudé le fisc français en plaçant son argent dans le delaware Comme son patron?

  • Par lasenorita - 20/06/2017 - 13:48 - Signaler un abus Bayrou,le ''monsieur Propre''

    Bayrou dit: ''Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais''. .Lui,qui a tellement critiqué Fillon,...a payé sa secrétaire avec les sous de l'Europe c'est-à-dire les sous des contribuables!..

  • Par MIMINE 95 - 20/06/2017 - 14:44 - Signaler un abus SELON QUE VOUS SOYEZ MLP OU.... DU SERAIL

    le justice vous fera blanc ou noir. Les siècles passent mais les habitudes restent.

  • Par essentimo - 20/06/2017 - 16:28 - Signaler un abus et bientôt

    qu'en sera-t-il du président qui traine sa casserole du voyage aux USA en étant ministre ?

  • Par Anguerrand - 20/06/2017 - 17:35 - Signaler un abus Macron un gouvernement propre ou le plus pourri de la V eme

    D'une manière malhonnête il a attendu la fin des lesgislatives pour remanier les plus pourris ; Ferrand, la ministre des armées, etc, et il est encore question de De Sarnez. On ne parle plus du marchand de sommeil que Macron avait recruté apres une étude sérieuse comme pour tous les autres candidats EM. J'imagine que le feuilleton n'est pas fini avec les deputés internet . Quand à Bayrou s'il ne le vite pas c'est simplement un scandale. Toutes ces affaires avérées sont certaines sont pires que celle de Fillon, avec une différence de taille les medias c'est que l'affaire Fillon a été bien préparée et AVANT son élection qui faisait 37%'des voix.

  • Par assougoudrel - 20/06/2017 - 17:50 - Signaler un abus Don Limpio devient le

    caillou pointu dans la chaussure montante à lacet de Macron. Le MODEM n'est pas un model de vertu. Autant prendre un cabri pour sarcler son potager. LREM pue plus qu'un charnier et ce n'est que le début du commencement sous l’ère Macron et de la "reine mère". Cette dernière, en coulisse, comme pour les intrigues de la Cour, saura lui chuchoter mielleusement, en battant des cils, ce qu'il devra faire pour écarter les gênants.

  • Par g16 - 20/06/2017 - 18:54 - Signaler un abus Bayrou n'est pas un homme

    Bayrou n'est pas un homme très aimé, d'autant plus qu'il ne fera jamais rien pour se rendre aimable, du fait qu'il trimbale une affaire qui touche tout son parti, Macron serait bien inspiré de l'inviter à se mettre en dehors de son gouvernement, de façon qu'il ne fasse plus tache, parmi des membres irréprochables.

  • Par jurgio - 20/06/2017 - 20:19 - Signaler un abus Bayrou reste au gouvernement par convenance personnelle

    Il nous manquait un guignol et on vient de le trouver.

  • Par cavalier26 - 21/06/2017 - 00:17 - Signaler un abus Chef de groupe parlementaire : une assurance?

    Risque d'inculpation pour des ministres, qui démissionnent et se réfugient comme chef de groupe parlementaire. Faudra t'il penser que des députés forment une bande de voyous? Présidée par un ou une future inculpé(e). Ou la présidence d'un groupe parlementaire est-elle une assurance anti inculpation? Belle image pour l'assemblée. Pas ministre, en cas d'inculpation c'est risqué, mais comme chef de groupe parlementaire?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€