Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Clash avec Matteo Salvini : Bruno Le Maire tire une balle dans le pied de l'Europe

"Si le nouveau gouvernement prenait le risque de ne pas respecter ses engagements sur la dette, le déficit, mais aussi l'assainissement des banques, c'est toute la stabilité financière de la zone euro qui serait menacée", selon Bruno Le Maire. Une analyse emprunte de la logique austéritaire allemande.

Sans austérité, point de salut ?

Publié le
Clash avec Matteo Salvini : Bruno Le Maire tire une balle dans le pied de l'Europe

 Crédit Pixabay - Faumor

Atlantico : "Si le nouveau gouvernement prenait le risque de ne pas respecter ses engagements sur la dette, le déficit, mais aussi l'assainissement des banques, c'est toute la stabilité financière de la zone euro qui serait menacée". Ce sont-là les avertissements de Bruno le Maire au nouveau gouvernement italien. Si l'Italie décidait de ne pas respecter ses engagements (ce qui semble être le cas), la stabilité financière de la zone euro serait-elle réellement menacé comme l'a affirmé Bruno le Maire ? 

Christophe Bouillaud : Non, le non-respect en lui-même des engagements par l’Italie ne peut pas menacer à court terme la stabilité de la zone Euro.

Il est même possible au contraire que le fait que l’Italie se lance dans une relance tous azimuts soit très positif pour son économie, et pour la zone Euro en général. Et l’on pourrait même ajouter que plus de croissance en Italie y fera baisser à terme le ratio dette publique/PIB. Par contre, si les partenaires européens de l’Italie – dont la France bien sûr par la voix de son Ministre de l’économie – crient au loup face à cette vision d’une relance, qui certes creusera le déficit à très court terme, cela peut déclencher une panique sur les marchés financiers, et si ensuite, la Banque centrale européenne n’intervient pas pour calmer cette panique afin d’éduquer ou d’effrayer les nouveaux gouvernants italiens, on risque d’aller rapidement à la catastrophe.

En effet, si entre les possibles nouveaux dirigeants italiens et les dirigeants européens qui restent fidèles à la ligne ordo-libérale allemande, comme notre propre Ministre de l’Economie, on commence à monter aux extrêmes, les marchés vont anticiper la fin de l’intégrité de la zone Euro, et ils vont donc commencer à s’affoler sur la dette italienne et sur les banques étrangères détenant de la dette italienne. Et, ensuite, si personne ne calme le jeu… Le risque est d’autant plus grand que les nouveaux dirigeants ont anticipé un étranglement financier tel que l’a subi le gouvernement Tsipras en 2015 et qu’ils ont préparé des contre-mesures. L’Italie de 2018 n’est pas la Grèce de 2015, et les futurs dirigeants de ce pays ont des conseillers qui ont analysé ce que la Grèce avait subi.

Il faut dire qu’à ce stade de la longue crise européenne commencée en 2010 les choses deviennent claires : une majorité politique (et électorale) existe en Italie pour dire un non massif à un Euro géré de manière trop austéritaire pour les pays du sud ; une majorité inverse existe en Allemagne pour continuer cette même gestion jusqu’à la fin des temps. Il faudra bien trouver un moyen terme, ou bien tout le projet européen finira quand même par exploser dans un immense éclat de rire russe, chinois, indien, brésilien, indonésien, etc.

Le Mouvement Cinq Etoiles (M5S, populiste) et la Ligue (extrême droite) ont présenté vendredi un «contrat de gouvernement» qui tourne le dos notamment à l'austérité et aux «diktats» de Bruxelles. Revenu universel, impôt à 15 ou 20%... Quels sont les risques de voir l'Italie adopter un tel chemin ? 

A cette heure, les militants du M5S ont voté à 97% sur plus de 40.000 votants pour approuver ce contrat de gouvernement. Et, du côté de la Ligue, Matteo Salvini a lancé tout le poids militant de son organisation dans la mise en place ce week-end d’un référendum ouvert aux militants et aux sympathisants pour ou contre ce contrat. Il a fait mettre des urnes pour cela dans des stands de rue (« gazebo ») partout où cela lui a été possible, y compris au sud du pays. Les deux partis ont donc décidé de franchir le Rubicon en faisant un pas en direction de l’autre, et en faisant officialiser leur alliance dans les formes démocratiques qui leur sont propres (en ligne d’un côté, dans la rue de l’autre). Comme aurait dit un Mussolini en son temps, des choix irrévocables sont en train d’être faits.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Beredan - 21/05/2018 - 07:19 - Signaler un abus Dépit , morgue et paternalisme

    Tout ce que les italiens détestent chez nous ...

  • Par moneo - 21/05/2018 - 09:35 - Signaler un abus Hum

    si je comprends bien pour sauver l'Italie il faut que les italiens s'assoient sur leur constitution et sur les engagements italiens vis à vis de l 'UE.... avec la bénédiction de l'Allemagne et de la France sinon catatastrophe l"UE et le système financier européen explose.. ça ressemble un peu a du chantage -:) vu l'autre article de mr Betbèze sur Trump sur trop d'émission de credit et pas assez de rigueur américaine ;quelle démonstration quel les économistes sont des religieux. la vraie question est :faut il reconditionner l'UE éventuellement la voir disparaitre pour faire payer l'addition aux peuples d'un seul coup par une sortie suivie de dévaluations dites de compétition massives et croisées... Penser que l'on peut bénéficier de taux d'intérêts quasi négatifs pour emprunter et continuer à s'endetter aux dépens des autres Etats est tentant mais les crises grecques espagnoles Portugaises ont montre les limites de l'exercice.. La France est dans la même situation, les porteurs de pancartes sont exactement dans le même état d'esprit ;ils vivent au-dessus du niveau qu'ils méritent mais veulent tuer tout ce qui existe encore pour que rien ne change

  • Par Lucus - 21/05/2018 - 11:04 - Signaler un abus L'auteur de cet article me

    L'auteur de cet article me semble très orienté politiquement...Allons-y, dépensons les milliards des autres pour redresser un pays en quasi faillite: Si cela se fait, ce sera sous les même termes que pour la Grèce, donc avec une mise sous tutelle de l'Etat italien un un programme dur de privatisation et réduction des dépenses/retraites...Mais comme l'Italie n'est pas la Grèce, je crois qu'ils vont être obligés, eux, de quitter l'Euro et de revenir à la Lire: Et là, mes amis, nous avons un scénario vénézuélien devant nous en Europe. Gare aux flux de migrant italiens vers l'Europe ! De plus, Mr Bouillaud, il est completement faux de dire que l'austérité n'a rien rapporté: L'Espagne et le Portugal sont en train de se redresser grâce à une politique d'austérité et de raison bien menée !

  • Par J'accuse - 21/05/2018 - 12:19 - Signaler un abus Souveraineté responsable ou assistanat de soumission

    La "solidarité" européenne impose que tous les pays suivent les mêmes règles (exigées par l'Allemagne), sinon il n'y a plus de solidarité, et donc plus d'UE. Les peuples sont souverains, et si les Italiens veulent une politique non agréée par Bruxelles, il faut les laisser la mener et l'assumer. Sans solidarité. Sans UE. Que vivent les peuples comme ils l'entendent, et que meure la dictature des eurocrates !

  • Par vangog - 21/05/2018 - 12:48 - Signaler un abus La convergence monétaire vers les critères allemands..

    est impossible! Après vingt années de tentatives infructueuses, c’est le plus mauvais élève de l’UE qui rappelle la discipline impossible, qu’il est incapable de respecter"...Excepté le déficit budgétaire , en légère baisse grâce à une conjoncture favorable, tous les autres voyants français sont dans le rouge du socialaud-macronisme: aggravation des dépenses étatiques, de la dette, des impôts et du chômage....2,6% de déficit budgétaire, pas de quoi être fier! Mais ça autorise le plus mauvais élève de l’UE à donner des leçons à tous les autres...dérisoire orgueil!

  • Par kelenborn - 21/05/2018 - 17:00 - Signaler un abus Ah j'adore

    "Par contre, si les partenaires européens de l’Italie – dont la France bien sûr par la voix de son Ministre de l’économie – crient au loup face à cette vision d’une relance, qui certes creusera le déficit à très court terme, cela peut déclencher une panique sur les marchés financiers,"....Ah ben si Bruno Lemaire est capable, à partir du moment où il ouvre sa gueule, de provoquer une panique sur les marchés, alors Pierre Bellemare doit être capable de ressusciter Johnny Hallyday !!! C'est Ah2bouh qui va être content !

  • Par ISABLEUE - 21/05/2018 - 17:15 - Signaler un abus Bruno lemaire, ce traitre !!!

    les Italiens ont voté et le gouvernement qui est élu va faire ce pourquoi il a été élu.. Quelle chance ont les Italiens... Ils ont déjà fermé leur frontière maritime....

  • Par pierre de robion - 21/05/2018 - 19:19 - Signaler un abus Too big to fail!?

    On peut dire ce qu'on veut, ce scénario est possible, l'Italie peut s'en tirer dans la mesure où sa balance commerciale est excédentaire (oui, oui, le déficit c'est à cause dela dette, pas comme nous qui avons un déficit commercial de 70M²! Ce sera dur certes, mais pas autant que pour les banques qui ont le centaines de milliards d'euros de la dette italienne en portefeuille, et donc de leurs clients! Les emprunts russes, ça ne vous dit rien? Quant à l'Euro, combien j'aimerais qu'il eût pour devise (lol) celle de la ville de Paris "fluctuat nec mergitur!"

  • Par Benvoyons - 21/05/2018 - 21:05 - Signaler un abus Grave problème de compétence en Italie

    Car annoncer à l'avance ce qu'ils vont faire avec la volonté de reprendre la lire est parfaitement idiot. Déjà les marchés vendent les actions des entreprises Italiennes & l'augmentation du coût de la dette est en forte hausse Le rendement ds obligations à dix ans augmente de 13 point à 5,72% & cela n'est qu'un début ......Le cour d'une monnaie de se décrète pas par le pays qui l'a fait mais par les marchés en tenant compte des différents facteurs économiques & comptable du pays. Le pays peut toujours provoquer sa baisse en provoquant les marchés mais cela sera toujours au détriment du peuple Italien

  • Par ajm - 21/05/2018 - 23:55 - Signaler un abus Sale bonhomme.

    Même si on peut légitimement avoir des doutes sur certains aspects de la politique économique du nouveau gouvernement Italien en cours de formation ( du moins ce qu'en dit la presse , ce qui reste à confirmer), ramener sa fraise comme le fait ce sinistre Bruno Lemaire est particulièrement stupide et contreproductif, surtout venant d'un pays qui est loin d'être un modèle en matière de bonne gouvernance financière et de courage politique, sachant , en plus, qu'aucun membre des gouvernements Allemands, Néerlandais et autres sérieux du nord de l'Europe n'a , pour l'instant, fait de commentaire. On peut se demander si l'intéressé est en "service commandé" ou s'il s'agit d'une initiative personnelle. Rn tout cas , clairement, je me trouve grande confirmé , rétroactivement, dans ma décision il y a plus d'un an de contribuer à éliminer des primaires de la droite ce type déplaisant , antipathique au possible et dépourvu de toute conviction , en dehors de son ambition démesurée.

  • Par ajm - 21/05/2018 - 23:58 - Signaler un abus Rectification.

    Désolé : " En tout cas, clairement, je me trouve grandement confirmé. ..."

  • Par kelenborn - 22/05/2018 - 08:34 - Signaler un abus France 2

    Ou France boeux hier soir : entrevu car je ne regarde jamais cette merde:reportage sur l'Italie qui rappelle les temps glorieux de la TV de Brejnev: Après avoir exposé le programme sur la reconduite des migrants on interroge un "spécialiste" qui explique que ... c'est techniquement impossible: ...c'est un responsable associatif!!!! comme chez nous ces créatures parasitaires et islamophiles qui l'explique!!! Valait mieux donner la parole au Pape François mais il avait peut être son ménage à faire

  • Par cloette - 22/05/2018 - 10:49 - Signaler un abus L'Italie

    rue dans les brancards , et c'est une bonne chose !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€