Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 13 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

N'en déplaise aux féministes et autres tenants de la théorie du genre, l'usage prévoit toujours que "Madame" soit suivi du prénom et du nom du mari

On l'appelle aujourd'hui le "vivre ensemble"... Autant dire que ce n'est pas un petit sujet ! La politesse est cet art de rendre la vie ordinaire plus douce, moins rugueuse vivable, en somme. Nécessité sociale, donc. Mais pas seulement : la politesse est aussi une source de plaisir, et c'est ce que ce dictionnaire nous démontre à chaque page. Extrait de "Un dictionnaire nostalgique de la politesse", de Frédéric Rouvillois, aux éditions Flammarion 2/2

Bonnes feuilles

Publié le
N'en déplaise aux féministes et autres tenants de la théorie du genre, l'usage prévoit toujours que "Madame" soit suivi du prénom et du nom du mari

Madame, Monsieur

Sous la Révolution, les mots Madame et Monsieur furent interdits au motif qu’ils se rattachaient aux temps obscurs – et permettaient d’opérer entre les personnes des distinctions auxquelles s’opposait violemment l’égalitarisme jacobin. Pourtant, c’est ce qui fait à la fois leur charme et leur utilité : sitôt passé l’orage révolutionnaire, on s’empressa de jeter aux orties les grandiloquents "citoyen" et "citoyenne" pour en revenir aux appellations classiques – qui, envers et contre tout, ont subsisté jusqu’à nos jours.

Encore faut-il en faire bon usage – un emploi malencontreux étant ici la pire des choses et un moyen très sûr de se couvrir de ridicule.

Lorsque l’on s’adresse à quelqu’un, le savoir-vivre et la prudence conseillent donc de se contenter de "Madame" et de "Monsieur", qui ne sont jamais fautifs – même lorsqu’il s’agit d’un ecclésiastique, d’un militaire ou du titulaire d’une haute fonction élective, bien qu’il soit préférable de leur donner leur titre officiel. En revanche, on ne dira en aucun cas "Madame Dupont" ou "Monsieur Durand". "Bonjour Monsieur Courbet !" est ainsi gravement fautif, à en croire l’irréprochable Guide du protocole et des usages de Jacques Gandouin, qui souligne qu’il s’agit d’"une formule plus que familière, qui ne s’emploie qu’avec des préposés ou des fournisseurs que l’on connaît bien". Dans la hiérarchie des familiarités, celle-ci précède immédiatement l’usage du simple prénom ("Bécassine, vous m’ferez les cuivres et les carreaux"). Dans le même ordre d’idées, on évitera, sous peine de passer pour un plouc mal dégrossi, de se présenter soi-même comme "Monsieur X" ; on donnera son nom, éventuellement précédé de son prénom, mais jamais l’inverse, Grands Dieux ! Ne parlons même pas du fait de désigner son conjoint comme "Monsieur Fricotin" ou "Madame Paturot" ou, pire encore, de s’adresser à lui en ces termes : "Madame Poissonnard, va donc me chercher  une part de brie et un litre de rouge à l’office !" Ce genre de bourde signalait déjà le comble de la vulgarité dans les romans de Balzac. On se contentera, en toute simplicité, de dire "mon mari" ou "ma femme". Le mot "Monsieur" ne précèdera donc le prénom et le patronyme que dans la correspondance. Et encore : sur les cartes de visite, un homme seul se bornera à indiquer ses prénom et nom, et son titre s’il y a lieu. Quant au "Madame", l’usage exige toujours, malgré le deuxième sexe, la troisième gauche et la théorie du genre, qu’il soit suivi du prénom et du nom du mari.

(crédit : Emmanuel Pierre)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MIMINE 95 - 12/11/2016 - 15:05 - Signaler un abus PORTER LE NOM DE SON MARI ou d'ailleurs de sa femme (depuis peu)

    N'est qu'un usage et non une loi. Une femme comme un homme porte toute sa vie, et même toute sa mort, selon la loi, son état civil de naissance. La politesse voudrait qu'on cesse d'obliger une femme à porter le nom de son "propriétaire" si elle ne le souhaite pas, alors qu'elle n'en a nullement l'obligation. Venant de FONDAPOOL, je ne suis guère étonné de ces relents esclavagistes et suprémacistes sous couvert de politesse.....

  • Par ISABLEUE - 12/11/2016 - 16:08 - Signaler un abus on garde toujours son état civil

    c'est la loi. une femme donc portera donc le nom de son père et non celui de son mari. ce sera toujours mMe x épouse machin. Et sur notre pièce d'identité, on peut n'avoir que notre nom de naissance et non celui du mari accolé. Non mais !!

  • Par papinet - 12/11/2016 - 22:31 - Signaler un abus Certes...

    Mais essayez auprès de votre banque d'avoir autre chose que "M et Mme Georges Machin" sur votre carnet de chèques conjoint ! Les plus ouvertes vous proposeront "M et Mme Paulette Machin"... Quel progrès !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Rouvillois

Frédéric Rouvillois est professeur de droit public et écrivain.

Professeur agrégé de droit public à Paris V depuis 2002, où il enseigne le droit constitutionnel et le contentieux constitutionnel, il centre ses travaux sur le droit de l’Etat et sur l’histoire des idées et des représentations. Il est depuis 2004, conseiller de la Fondation pour l’innovation politique. il a publié en 2006 Histoire de la politesse de 1789 à nos jours et Histoire du snobisme en 2008.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€