Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 02 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emplois d'avenir : la réponse n'est pas dans le reclassement à 90% des jeunes de banlieue dans les associations

Les députés doivent se prononcer mardi sur le texte de loi sur les emplois d'avenir. Une solution provisoire au chômage des jeunes de banlieue, qui ne leur permettra pas de se s'armer pour se confronter aux réalités du monde du travail.

Voie de garage

Publié le

Depuis la nuit des temps les migrations ont existé, il fallait se rapprocher d'un point d'eau, d'un endroit où il était plus facile de trouver à manger, un travail, la sécurité, de trouver une organisation qui permettait une prise en charge de l'individu, de sa  famille et de son clan.

Il n'est donc pas aujourd'hui question de connaître les causes profondes du malaise, du mal-être des banlieues, il n'est plus question de savoir qui est responsable des dérives d'un système à bout de souffle.

Il n'est plus question de savoir pourquoi et comment des centaines de milliers de jeunes pour la grande partie issus de l'immigration se trouvent en danger, parce que sans avenir et sans espoir.

Une génération sacrifiée pour beaucoup parce que souvent sans diplôme, sans formation, sans qualification donc sans projet à long terme, digne et stable.

Une génération qui a comme seul repère les règles internes à la cité, au quartier, à la banlieue, sans éléments de comparaisons. On ne connaît pas l'autre, avec ses différences, avec son métier, sa vie,
ses références différentes à la sienne.

En 2005 le monde s'était étonné de ce qu'il se passait dans les banlieues françaises (j'étais en Chine, et je me rappelle des images très sélectionnées qui ressemblaient à des images de guerres civiles
qui passaient en boucle sur les télé du monde entier).

Stupeur et tremblements, certes la situation avait été maîtrisée, mais les causes des maux n'avaient que très légèrement été analysées et les solutions imaginées jamais véritablement mises en œuvre. Pas de réflexion profonde sur les vraies raisons...

Cela fait plus de 10 ans que les gouvernements successifs aidés des partenaires sociaux (qui pour l'occasion ne portent que le nom de social) ont supprimé ou mis à mal un à un les dispositifs qui permettaient au public le plus en difficulté d'espérer pouvoir sortir de l'impasse, voire et comprendre autre chose que ce qu'il se passe en bas de sa tour...

Aujourd'hui encore au lieu de s'attaquer au mal par la racine, on imagine du provisoire, de l'éphémère. A l'heure ou ces jeunes en grande difficulté de repères et surtout de règles et de cadre auraient  besoin de de comprendre le vrai monde, la vraie vie, la vraie économie de marché, une fois encore on va les replonger dans de fausses vérités, loin des réalités du monde du travail.

Oui ! Encore une fois oui, on se cache et on va vers la facilité au lieu d'imaginer un parcours avec une adaptation à la réalité économique. On va de nouveau refuser la réalité de la nouvelle économie mondiale.

Offrir comme solution d'avenir la seule référence d'un emploi aidé dans une association ou dans une administration c'est encore commettre l'erreur de l'isolement, de la marginalisation économique d'une certaine population, c'est encore conforter l'idée qu'il n'y a pas de vision universel avec toute l'ouverture d'esprit que cela confère, avec une compréhension globale nécessaire à sa propre évolution. Non une fois encore la solution du contrat d'avenir tel que l'on nous le vend aujourd'hui est réductrice et  dangereuse à terme, on ne sème pas les valeurs du travail de l'économie réelle (pas de procès
d'intention, les hommes et les femmes dans les association et des administration travaillent). On espérait une révolution d'idée, d'audace qui aurait attaqué le mal à la racine, qui aurait restauré les valeurs, les références et  la pratique.

Former, qualifier, comprendre, s'adapter, s'intégrer non pour quelques mois ou quelques années mais pour une vie complète avec un vrai projet professionnel, avec un vrai projet d'avenir. Courage et détermination, voilà ce que ces jeunes espèrent ; courage et détermination pour mettre tout à plat et chercher avec tous les acteurs du monde économique, de vraies et bonnes solutions. Un contrat pour une voie d'avenir : oui ! Pour une voie de garage non !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lepongiste - 08/10/2012 - 08:40 - Signaler un abus Le reclassement de la banlieue dans les associations !!!

    "Encore une fois oui, on se cache et on va vers la facilité au lieu d'imaginer un parcours avec une adaptation à la réalité économique. On va de nouveau refuser la réalité de la nouvelle économie mondiale". Et puis les socialos espèrent ainsi ensuite un renvoi d'ascenseur dans les différentes élections à venir !!!

  • Par Ganesha - 08/10/2012 - 08:49 - Signaler un abus Grèves et Emeutes

    Avant de lire un article, il faudrait toujours lire le petit c.v. de l'auteur : ce monsieur travaille pour une organisation patronale ! Et tout naturellement, il inverse la cause et ses conséquences. Pour lui, l'économie de marché serait le remède universel à tous les problèmes, et il pousse l'aveuglement jusqu'à prendre la Chine comme exemple... S'il l'ignore, nous, grâce à Atlantico, nous sommes au courant : l'économie de marché est en train d'y provoquer grèves et émeutes !

  • Par kettle - 08/10/2012 - 08:54 - Signaler un abus "Mouloud, tu seras agent d'ambiance"

    "Et puis les socialos espèrent ainsi ensuite un renvoi d'ascenseur dans les différentes élections à venir !!!" - C'est la but !

  • Par ZOEDUBATO - 08/10/2012 - 09:17 - Signaler un abus Ne confondons pas emploi et parc à moutons

    Les emplois aidés de tous types ne sont pas des emplois mais de l'assistanat et de l'isolement dans des parc à moutons stérilisant complètement les idées, les initiatives et le goût de réaliser. Ce sont les jeunesses perdues du socialisme

  • Par Ganesha - 08/10/2012 - 09:21 - Signaler un abus Petit Plaisir

    Autre mensonge grossier : ce n'est évidemment pas 90% des jeunes chômeurs de banlieue qui vont se voir proposer ces "emplois jeunes", mais à peine quelques pourcents. Tout cela pour permettre aux fidèles lecteurs du Figaro de venir s'offrir ici leur "petit frisson de plaisir quotidien" : critiquer les socialistes... Qu'ils en profitent, cela ne durera pas indéfiniment !

  • Par veryliberalguy - 08/10/2012 - 09:43 - Signaler un abus ganesha

    "ce n'est évidemment pas 90% des jeunes chômeurs de banlieue qui vont se voir proposer ces "emplois jeunes", mais à peine quelques pourcents." Pourquoi dépenser autant de milliards pour mettre en place de telles contrats... pour quelques pourcents... Ca s'appelle le socialisme ou l'illusion du bonheur à crédit ou l'accroissement volontaire de la dette publique. Le socialisme est une idéologie du passée et il faudra bien que la gauche française s'oriente vers un libéralisme de gauche, type social-démocratie. "Tout cela pour permettre aux fidèles lecteurs du Figaro de venir s'offrir ici leur "petit frisson de plaisir quotidien" : critiquer les socialistes..." Si ça ne vous arrange pas vous avez l'inverse sur d'autres médias pour leur "petit frisson de plaisir quotidien" également^^

  • Par veryliberalguy - 08/10/2012 - 09:49 - Signaler un abus Et oui nous pouvons nous rendre compte que la gauche

    socialiste n'a pas une vision très moderne du marché du travail, de l'economie et surtout de la résorption de la dette publique. Je ne connais aucun gouvernement étranger qui ne propose d'augmenter autant les impôts sur les entreprises, sans réduire la dépense publique massivement, revoir les missions de chaque ministère afin de faire mieux avec moins de moyens publique, etc. Cela marche ailleurs (Suède, Canada par exemple), pourquoi pas chez nous.... cela s'imposera chez nous... sauf si nous souhaitons une dette de 200% du PIB en 2017. Cela signifiera dans ce cas que mr Hollande n'aura pas su aimer son pays en léguant une dette encore pire que promis.

  • Par vigil - 08/10/2012 - 14:12 - Signaler un abus les socialos

    ils nous refond le coup des "grands frères", en fait les chefs de bandes, qui outre leurs activités illicites mais très lucratives, se faisaient un peu d'argent de poche avec les emplois bidons de Mitterrand. Sans compter la foules des journalistes qui à l'époque, se précipitaient dans les cités pour quêmander des interviews à ces grands frères que l'on nous présentaient comme la parade absolue aux problémes des banlieux. C'était dans les années 80 (déjà !). On vois le chemin parcouru depuis, c'est à dire rien, et l'on comprend que décidément les socialistes sont la plus grande plaie pour notre pays, ou ce qu'il en reste.

  • Par Salvatore Migondis - 08/10/2012 - 14:52 - Signaler un abus Emplois d'avenir..

    Terminer le noyautage du tissu associatif par les futurs hommes de main de la VIe République..?

  • Par sandhom - 08/10/2012 - 17:51 - Signaler un abus @Mr de Rocquigny

    Ok, mais concrètement ? "Former, qualifier, comprendre, s'adapter, s'intégrer" Vous forcer les mômes à aller à l'école, puis à faire une formation sous la menace, comprendre un monde tout en étant branchés, en permanence, sur des TV de pays d'origine qui ne fonctionnent pas et ne pensent pas la démocratie comme en France, s'adapter alors que le but et c'est le problème, est de ne "surtout pas s'adapter et s'intégrer" dans une société abhorrée.

  • Par jmpbea - 08/10/2012 - 18:42 - Signaler un abus nos dirigeants des années 80/90

    n'ont rien vu venir, comme toujours; les gamins nés dans ces années auraient dû être pris en charge car on savait que leurs parents ne pouvaient assumer; la drogue commençait... tout pour réagir ....à propos, qui était au pouvoir dans cette période charnière: encore des espèces de gonds...

  • Par Titan75 - 08/10/2012 - 19:19 - Signaler un abus C'est le renvoi d'ascenseur du PS à ses électeurs

    les plus inaptes, les plus paresseux, les plus incapables de réussir un minimum à l'école alors que la société dépense des dizaines de milliards en ""ducateurs" et en "rénovation urbaine"....tout cela complétement en vain.

  • Par LIsa - 09/10/2012 - 11:18 - Signaler un abus Va t-on vers une majorité de fonctionnaires musulmans ? ça plus

    les investissements du Quatar, ils en ont de la chance....

  • Par guy.h - 09/10/2012 - 17:59 - Signaler un abus Qu'ajouter d'autres... ,

    Personnellement je reteindrais le commentaire de @Mr de Rocquigny, qui veut du concret, comment : "Former, qualifier, comprendre, s'adapter, s'intégrer"..? Quand vous forcer les mômes à aller à l'école, tout en étant branchés (...) , sur leurs rappeurs préférés, qui diffusent à longueur de journées des élucubrations de haine anti-françaises et anti-blancs,. comment voulez-vous que des mômes pas encore ados, ne grandissent pas dans la haine et la violence..! Ils applaudissant aux exploits des grand frères devenus caïds, pleins aux as et tellement généreux pour les leurs. Tout psychanalyste vous dira qu'elle est là, la racine du mal, sans vouloir parodier J.J. Rousseau," l'homme naït bon et c'est la société qui le corrompt, nous n'en sommes pas loin ici en effet. Alors oui c'est vrai comment, érradiquer le phénomène.

  • Par jerem - 14/10/2012 - 00:10 - Signaler un abus @veryliberalguy

    "Et oui nous pouvons nous rendre compte que la gauche socialiste n'a pas une vision très moderne du marché du travail, de l'economie et surtout de la résorption de la dette publique." pourquoi vous pensez que la droite socialiste est meilleure ? Remarquez il est vrai que 10 ans de pouvoir sous UMp c'est +100% de dettes publiques pour 30 ans de deficits , c'est extraodinaire. quant a Ghosbuster en 5 ans il a fait passer avec son collaborateur de 66% a 90% le niveau de la dette publique .... c'est vrai il faut avoir une vraie vision a la tessier pour deja prendre des paris pour 2017

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme de Rocquigny

Jérôme de Rocquigny est vice-président en charge de l’emploi et de la formation professionnelle au sein d'une association patronale, le Cerf

Il travaille également avec des représentants des autorités chinoises pour des projets de formation professionnelle. 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€