Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 25 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emmanuel Macron marche-t-il vraiment sur les eaux?

Il y a quelques mois, un ami, président de tribunal administratif m’enjoignait de rejoindre Macron, car “il est christique, il marche sur les eaux”. La phrase m’est longtemps restée à l’esprit, car elle illustre parfaitement l’étrangeté dans laquelle vit la France aujourd’hui : les élites du pays sont tout entières hypnotisées par la saga d’une accession soudaine au pouvoir.

Miracle !

Publié le
Emmanuel Macron marche-t-il vraiment sur les eaux?

Les garants traditionnels de l’esprit des Lumières, ceux dont la responsabilité, dans la société, est d’éclairer, ont soudain abdiqué tout esprit critique pour suivre un chef. Le phénomène est stupéfiant.

 

Marcher sur les eaux ou abandonner toute lucidité?

 

Sur le fond, je comprends tout à fait que les gens suivent Emmanuel Macron. L’intéressé a réussi un très beau pari, et il a su se donner les moyens de sa réussite. Il est porteur de projets qui ont tous un intérêt manifeste, comme celui de renouveler en profondeur les visages des décideurs.

 

Mais le fond du problème n’est pas là. Il est plutôt dans cette macrolâtrie qui s’est imposée façon manipulation des foules selon Gustave Lebon. Il ne suffit pas de dire qu’on n’a rien contre Macron, il ne suffit même pas de dire que l’on approuve son programme, il faut désormais dire qu’on l’aime, qu’on l’adule, qu’on tremble d’amour sans limite pour lui. Cette perception émotionnelle de la politique n’est pas celle de la ménagère de cinquante ans abrutie par les publicités de TF1, c’est celle des élites parisiennes qui enjoignent à toutes et tous d’adhérer sans nuance à un programme sous peine de tomber dans la catégorie suspecte des suppôts lepénistes.

 

Recevoir des doses de Macron sous hypnose permanente

 

J’étais par exemple hier soir sur le plateau de Valérie Expert, sur Sud Radio, et j’écoutais le sympathique Sylvain Maillard, candidat aux législatives dans le centre de Paris. Ce chef d’entreprise est aussi élu UDI dans le IXè arrondissement. À la question basique, qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux: “Macron ne s’entoure-t-il pas de trop d’énarques?”, la réponse de l’intéressé m’a arraché les bras. Au nom du renouvellement et de la compétence, il paraît que c’est justement la meilleure façon de lutter contre la consanguinité des décideurs publics.

 

Mais enfin, s’il y a bien un lieu de consanguinité, aujourd’hui, c’est l’énarchie. Si des élites sont bloquées et d’une compétence très discutable, ce sont les énarques.

 

Et voici des Français responsables, investis par des partis, qui, il y a un an, regrettaient l’excès d’énarques dans la vie politique et aux postes à responsabilité, faire subitement l’éloge de ce qu’ils détestaient hier. Nous voici placés sous hypnose.

 

Vers les sorcières de Salem

 

Que la noblesse parisienne obéisse à des modes futiles et à des émotions sans profondeur n’est pas nouveau. Ce qui pose problème, c’est que ces gens prêts à stigmatiser, à bannir pour un caprice, soient aujourd’hui pris dans un engouement sans discernement raisonnable pour un chef. C’est ainsi que commencent toutes les dictatures. Je ne dis pas que ce cas de figure se prépare en France, mais il est évident que le climat du débat politique aujourd’hui est allé trop loin dans l’aveuglement émotionnel et qu’il est urgent de revenir à un peu de raison.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Michèle Plahiers - 17/05/2017 - 15:09 - Signaler un abus J'adore

    J'ai fais de nombreux liens avec Frédéric II et je n'en démords pas. Troisième prénom d'Emmanuel, je vous le donne en mille: Frédéric. Cette éléction est très freudienne aussi.

  • Par Michèle Plahiers - 17/05/2017 - 15:10 - Signaler un abus Inquiétante étrangeté...

    J'ai d'abord pensé à Fillon (ma date de conception correspondait à celle de Fillon), le père. Mais non, c'est le fils,....

  • Par Michèle Plahiers - 17/05/2017 - 15:34 - Signaler un abus Merveilleux

    La cousine de ma meilleure amie est à l'Elysée: Françoise Nyssen.

  • Par Michèle Plahiers - 17/05/2017 - 17:29 - Signaler un abus Macron, le psychopathe, le manipulateur pervers et Marine????

    Une approche freudienne de la personnalité (Macron hystérique)d'un politique est intéressante mais replacée dans un contexte politique, elle me semble inadéquate. Un individu normal, névrose ne pourra jamais faire de la politique (angoisse de castration oblige). Les hommes politiques seront toujours des sur-hommes (comme Frédéric II, César,…) pourtant à l’origine de notre cicivilisation qui autrement n’existerait pas. Jean-François Vezina (Danser avec le chaos) parle de Trickster (le fou qui renverse la table – Hermès Trismégiste). Je pense aussi à de nombreux artistes qui dépassent leurs limites : Nijinsky le fou de dieu. Dans l’Etat actuel du monde, ce genre de manipulateur Divin est nécessaire. Fréderic II le stupor Mundi a réussi à préserver la pais durant deux siècles (bon, les hérétiques dehors,…)

  • Par Michèle Plahiers - 17/05/2017 - 17:30 - Signaler un abus Suite

    Freud ne s’est-il inspiré d’Alexandre le Grand (probablement aussi une homme hors-limite). Macron a déjà revêtu l’habit du Christ à qui tout réussi (bien sûr, on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs). Dieu ou Diable :les deux sûrement (mais moins bas de plafond qu’Hitler))Janine chasseguet-Smirgel que j’ai beaucoup lue écrivait aussi entre les lignes que les pervers (créateurs) comme « GRANDS TRANSGRESSEURS » étaient utiles à la socièté. Ce n’était pas le moindre de ses paradoxes.

  • Par cloette - 17/05/2017 - 17:38 - Signaler un abus et

    il a été investi un 14 mai jour de l'assassinat d'Henri IV par Ravaillac et aussi jour de la mort de Louis XIII , c'est aussi bien que Frédéric II non ?

  • Par emem - 17/05/2017 - 19:53 - Signaler un abus Plouf !

    Pour le moment il marche sur les pierres. Mais quand il n'y aura plus de pierres...

  • Par jurgio - 17/05/2017 - 20:06 - Signaler un abus Macaron marche avec les veaux

    Avec, au gouvernement, un patchwork de la nouvelle société civile.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 18/05/2017 - 07:15 - Signaler un abus @michèle............

    La Macronisation hystérique n'a rien de Freudien.....Tout d'abord parce-que Pervers Pépère n'a jamais rien apporté d'autre à la psychanalyse qu'une masturbation intellectuelle pour midinettes prépubères.... Ensuite parce que c'est la téléréalité qui rend notre société hystérique. Plus personne pour rester digne, ça pleure de joie, ça hurle, ça trépigne, c'est affligeant de bêtise et de bons sentiments surjoués.....Désolé, mais Macron n'y est pour rien, il n'est pas responsable de la connerie de ses groupies, pas plus que Bruel ou Jhonny...et surtout, inutile d'appeler Dr Freud à la rescousse il est à la psychanalyse ce qu'Elisabeth Tessier est au Tarot.......Une enveloppe creuse!

  • Par Michèle Plahiers - 18/05/2017 - 10:27 - Signaler un abus Paulquiroulenamassepasmousse -

    "L'homme au loup" est loin d'être une masturbation....intellectuelle. Excepté Madame Bovary, que savez-vous de l'hystérie? Le sujet est tellement vaste qu'il faudrait plus que cent fois l'espace d'un commentaire pour le développer. Une enveloppe creuse!!!...effectivement quand il y a hystérie, le phallus n'est pas loin,...et Macron en est bien une parfaite représentation. Mais nous n'allons pas développer. Après la pile Duracell Sarkozy et le hollandisme façon "Babybel" impuissant, il était prévisible qu'un Macron (sorcière ...hystérique en wallon de Belgique) redonne du "LUSTRE" à la France bien déprimée.

  • Par Michèle Plahiers - 18/05/2017 - 10:54 - Signaler un abus Paradoxe Macron

    Il se fait élire par des hystérique mais choisit de s'entourer de personnes âgées et sérieuse. Malin.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€