Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emmanuel Macron, ce grand réformateur que des oppositions aigries voudraient empêcher ? Petit bilan de son action comparée à celle de ses prédécesseurs après 1 an de mandat

La majorité assure avoir été très active depuis le début du quinquennat et regrette que l'opposition tente d'allumer des contrefeux, notamment en surfant sur l'affaire Benalla. La réalité n'est pas si simple.

Excuse

Publié le
Emmanuel Macron, ce grand réformateur que des oppositions aigries voudraient empêcher ? Petit bilan de son action comparée à celle de ses prédécesseurs après 1 an de mandat

 Crédit YOAN VALAT / POOL / AFP

Atlantico : La majorité se targue d'avoir été très active pendant cette première année (une perception partagée par l'opinion publique) mais qu'en est-il vraiment si l'on devait comparer aux précédents présidents de la cinquième République ?

Edouard Husson : Effectivement, au moins de manière faciale, les chiffres donnent le tiercé suivant, dans l’ordre: Nicolas Sarkozy, avec 131 textes adoptés durant la première année de son quinquennat; puis François Hollande, avec 96; et enfin Emmanuel Macron avec 64.  Ensuite, tout dépend de l’importance des textes qui ont été en discussion. De François Hollande on retient qu’il a fait passé plusieurs textes qui inversaient des mesures prises par Nicolas Sarkozy ou qui alourdissaient la fiscalité. En fait, le match, si vous en voulez un,, par l’ampleur des textes proposés, se déroule entre Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy.

Le bilan de l’ancien président durant sa première année est impressionnant: défiscalisation des heures supplémentaires; loi sur l’autonomie des universités; loi TEPA (en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat;); loi sur la récidive; loi destinée à lutter contre l’immigration clandestine; loi sur le service minimum dans les transports et l’Education Nationale; réforme des régimes spéciaux de retraite. Et Nicolas Sarkozy avait fait passer à la date du 21 juillet 2008 une réforme de la Constitution. Donc, sans minimiser le bilan d’Emmanuel Macron, il est certain que Nicolas Sarkozy soutient la comparaison.  En même temps sa trajectoire est un avertissement pour l’actuel président de la République: une action soutenue n’est pas suffisante pour garder l’électorat qui vous a élu. 

Peut-on alors parler de décalage entre les actes et la réalité ? Cette perception qu'a l'opinion publique ne serait-elle pas explicable par l'inflation informationnelle de ces dernières années ?

Je ne crois pas qu’il y ait un décalage entre les actes et la réalité. Attendons la fin du quinquennat pour faire les comparaisons qui s’imposent. Durant la seconde partie de son propre quinquennat, Il n’est pas exclu que la eone euro entre en turbulence après le départ de Mario Draghi de la présidence de la BCE à l’auitomne 2019; et dans ce cas, l’essentiel de l’activité du président français serait absorbée par la lutte contre une crise monétaire et financière, comme ce fut le cas de Nicolas Sarkozy à partir de 2008. . Il reste que Macron comme Sarkozy ont succédé à des présidents qui avaient peu fait évoluer le pays. Jacques Chirac n’osa pas faire passer la loi sur l’autonomie des universités alors qu’elle était prête depuis 2004! Nicolas Sarkozy la fait passer dès le mois d’août 2007. On peut pousser la comparaison entre les deux présidents en soulignant qu’ils ont incarné, comme ministres, la face la plus active de la présidence qui les a précédés, Sarkozy comme Ministre de l’Intérieur, Macron comme Ministre de l’Economie. Le problème concernant la communication est pour moi ailleurs: responsables politiques et médias sont d’accord pour des effets d’annonce, pour décrire le lancement d’une mesure ou d’une politique. En revanche, il est très rare que l’on ait un bilan de la mise en oeuvre des lois et une évaluation de leur impact. Evidemment, cela voudrait dire que l’on se met à penser au-delà du court terme. Le succès d’une loi ne se mesure qu’à moyenne ou longue échéance. Nicolas Sarkozy avait tendance à communiquer quand il lançait un sujet puis on passait à autre chose. Emmanuel Macron est plus intéressé par le suivi que son prédécesseur; mais il n’est pas sûr qu’il puisse aller contre la tentation de la communication superficielle: l’exemple récent de la vidéo sur le « fric dingue » mis dans les dépenses sociales est une illustration de la dérive probable, sinon inévitable, qui guette une personnalité politique qui doit lutter contre l’usure médiatique d’une image de réformateur. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par GP13 - 05/08/2018 - 11:10 - Signaler un abus Quel est l'objet de la réforme ?

    Il faudra donc attendre pour évaluer l'ampleur des réformes annoncées. La privatisation de la fonction présidentielle à laquelle a succombé Macron avec l'affaire Benalla, oblige à réfléchir à l'objet des réformes: intérêt de la France et des français, ou satisfaction d'intérêts privés ?

  • Par vangog - 05/08/2018 - 11:15 - Signaler un abus Il serait peut être temps de faire le bilan , non?

    Parce que, si on attend la fin des cinq ans , et la nouvelle crise financière qu’annonce la pythie Husson et qui permettra aussi de défausser Macrouille de ses échecs, les khommeries peuvent durer encore longtemps...

  • Par assougoudrel - 05/08/2018 - 11:39 - Signaler un abus Plutôt un grand restaurateur

    Il fait de gros travaux; pas pour le pays, mais à l'Elysée pour son bien-être et celui de la "maîtresse de maison), à la Lanterne (le terrain de tennis) et au fort de Brégançon (la piscine). Sans oublier le ravalement de façade de ses "50%" (sa moitié) et le nid douillet rose de bonbonnière de Benalla à 180 000 €.

  • Par Anouman - 05/08/2018 - 12:10 - Signaler un abus Lois

    Faire voter des lois n'est pas un critère d'efficacité. Ce qu'il faudrait c'est simplifier le droit pour qu'il soit plus clair et facilement applicable. Et pour y arriver ce serait un gros travail. On n'imagine pas nos médiocres élus s'attaquer à un tel Everest. Pour eux la butte Montmartre est déjà trop haute.

  • Par Carol Langloy - 05/08/2018 - 12:19 - Signaler un abus clair et sérieux

    Un article clair et sérieux, ne succombant pas à l'anti-macronisme primaire et injurieur qui sévit parfois dans les commentaires. Merci M. Husson. J'aimerais pourtant savoir ce que vous entendez par "progrès de la médecine mais fréquemment aux dépens de la personne". Pour moi les progrès de la médecine sont énormes et indubitables ?

  • Par cloette - 05/08/2018 - 13:03 - Signaler un abus assougoudrei

    sans oublier ses nombreuses et généreuses invitations et frais de bouche pour cent personnes toujours à nos frais .

  • Par cloette - 05/08/2018 - 13:05 - Signaler un abus "En Marche" ?

    Comment dire ? ... Ras le bol !

  • Par Ganesha - 05/08/2018 - 13:07 - Signaler un abus Un petit moment de diversion

    Article stupide et mystificateur ! Mr. Husson espère créer un petit moment de diversion en s'attardant à l'anecdote, en surfant sur la surface des problèmes ! Bien sûr, ce qui compte, ce n'est pas ''bêtement'' le nombre lois votées, mais bien l'effet qu'elles ont ensuite sur la situation réelle et pratique du peuple français ! Et là, la constatation est sans appel : depuis plus de trente ans, notre pays s'effondre et se décompose !

  • Par Ganesha - 05/08/2018 - 13:14 - Signaler un abus Argument Farfelu

    La réalité, pure et simple, c'est que depuis 1983, la France est soumise à la mise en œuvre de la politique économique créée par Reagan-Thatcher : après le progrès social généralisé des ''Trente Glorieuses'', ce fut le début d'une entreprise crapuleuse de destruction : ''La revanche des riches sur les pauvres'' ! La caractéristique commune des Communistes et des Libéraux, c'est que plus la politique qu'ils conduisent enfonce leur pays dans la Crise, la misère et la désolation, plus ils utilisent l'argument farfelu : ''Notre système est en-soi excellent, et s'il échoue lamentablement, c'est uniquement parce que ses principes ne sont pas appliqués avec suffisamment de férocité'' ! Mais, on me reproche souvent de malmener les riches abonnés d'Atlantico ! Essayons de les comprendre : ces humanistes généreux ont converti leur patrimoine en bitcoins, et ils possèdent des paquets d'actions Apple ! Ils en ont tirés des plus-values substantielles, et, ignorant les prévisions funestes et les conseils de prudence, ils y restent attachés comme à la prunelle de leurs yeux !

  • Par OLYTTEUS - 05/08/2018 - 14:33 - Signaler un abus Dénaturation de la Loi

    La Loi correspondait au juste et au vrai mais effectivement, le recours abusif des gouvernements et de la communauté européenne aux lois et l'on aboutit à des lois pauvres en sens, et au bout du compte, il faut remettre souvent sur le métier le même problème. Macron risque bien (et le peuple français) de ne pas être assez réformateur, il semble déjà bien engagé dans l'aggravation du déficit public, le statu quo sur le périmêtre ce l'Etat, sur l'absence de maitrise de l'immigration sauvage.

  • Par essentimo - 05/08/2018 - 14:59 - Signaler un abus Après les divers avantages

    à Benalla, du fait du prince, voilà maintenant le passeport diplomatique ! Pour faire quoi ? pour aller où ! pour transporter quels secrets ?

  • Par jurgio - 05/08/2018 - 15:05 - Signaler un abus Oui, la grande réforme serait de réduire les réformes

    et les lois inutiles « qui tuent les nécessaires » Le Petit Mitron est un "réfauxmateur".

  • Par zen-gzr-28 - 05/08/2018 - 15:23 - Signaler un abus le bilan du commun des mortels

    Il ne me semble pas que du temps du président Sarkosy, 8 taxes et impôts ont "matraquées" les classes moyennes durant la première annéeet les plus modestes. Il ne me semble pas non plus avoir entendu la litanie des porte-paroles nous seriner "Personne avant nous n'a fait.....

  • Par zen-gzr-28 - 05/08/2018 - 15:35 - Signaler un abus le bilan du commun des mortels (suite)"

    Les ministres de l'ancien président étaient compétents, humbles, plus opérationnels que ceux de l'exécutif actuel. Il me semble également que le Président Sarkosy aimait la France...! Par contre, force est de constater que le comportement des 2 têtes de l'état sont comparables avec une dérive monarchique difficilement discutable pour Jupiter. Peut-être que Jupiter sera capable de faire face efficacement à la crise qui pointe le bout de son nez !

  • Par cloette - 05/08/2018 - 17:25 - Signaler un abus @zen-gzr-28

    Faire face à la crise ? A voir ! On n'apprend pas cela à l'ENA . En réalité il sera conseillé pour que les très riches ( dixit Hollande) ne perdent pas de plumes . Les petits porteurs, il s'en fichera .

  • Par Deneziere - 05/08/2018 - 18:50 - Signaler un abus @zen-gzr-28

    Le matraquage fiscal a bel et bien commencé sous Sarko, deuxième partie de mandat. Je ne vous fait pas ici la liste des taxes nouvelles, elle se retrouve facilement.

  • Par zen-gzr-28 - 05/08/2018 - 20:33 - Signaler un abus Deneziere

    Je parlais bien de la première année de mandat. Nous ferons donc la comparaison en cas de crise (ce que je ne souhaite pas d'ailleurs)

  • Par zen-gzr-28 - 05/08/2018 - 20:35 - Signaler un abus Cloette

    Je suis entièrement de votre avis. Pas très réjouissant, d'ailleurs.

  • Par Marc de Basquiat - 05/08/2018 - 22:16 - Signaler un abus Bel article, M Husson

    Je relève en particulier : "les parlements occidentaux produisent des rapports souvent de grande qualité et plus proches du terrain que bien des analyses d’experts commandées par les exécutifs". C'est également mon analyse : l'Assemblée Nationale comme le Sénat produisent souvent des rapports de grande qualité, d'autant plus lorsqu'ils cherchent à établir un consensus entre les diverses tendances politiques. J'ai eu cette expérience en contribuant aux rapports du député Sirugue début 2016 et à la mission d'information du Sénat sur le revenu de base la même année. A l'inverse, beaucoup de rapports d'experts sont des logorrhées technocratiques (parfois suintantes d'idéologie) qui polluent le fonctionnement démocratique plus qu'ils ne l'éclairent. Exemples récents : France Stratégie sur l'allocation sociale unique, CAP22, le HCFEA sur la pauvreté des enfants. La conception des lois ne devrait pas se faire dans les cabinets ministériels mais au Parlement, muni de moyens d'analyse renforcés. L'Exécutif doit mettre en oeuvre la loi, pas l'écrire.

  • Par assougoudrel - 05/08/2018 - 22:59 - Signaler un abus Une des taxes Sarkozy

    Le consommateur a payé 2,5% de taxe sur le poisson, alors qu'il y a six ou sept intermédiaires qui se sucrent au passage et des tonnes de poissons sont jetés tous les jours pour garder des prix élevés. Je ne parle même pas de l'augmentation de la taxe sur les mutuelles.

  • Par Liberte5 - 05/08/2018 - 23:53 - Signaler un abus La France croule sous le nombre de lois, règlements, normes ....

    et codes. La bureaucratie envahissante paralyse le pays , les entreprises et étouffe l'économie, mais pas seulement. La France devant ce trop plein ne peut s'en sortir qu'en simplifiant, et encore simplifier. Mais peut-être est-il déjà trop tard. D'autant qu'à cela s'ajoute un manque de formation des salariés, un manque de productivité, une immigration massive etc.Bref, E. Macron fera plus en surface qu'en profondeur. D'ailleurs il n'a pas été élu pour transformer le pays , mais seulement pour que le système perdure.

  • Par lasenorita - 06/08/2018 - 15:45 - Signaler un abus Le nombre de musulmans a augmenté..

    Macron encourage l'islamisation de la France parce que les musulmans ont voté pour lui!La France détient le record mondial de clandestins (1,4 millions de clandestins) qu'elle est INCAPABLE d'expulser!Macron met la France en danger:ces musulmans augmentent l'insécurité dans notre pays,notre insécurité bat des records (nos prisons sont surchargées,80% de nos prisonniers sont musulmans)...Les migrants musulmans bénéficient de tout alors qu'ils ne cotisent à rien,ce sont des assistés à la charge des Français!Macron aggrave la situation économique des Français:nos comptes sociaux sont en déficit,10 millions de Français vivent dans la pauvreté,le chômage a augmenté..Notre ministre de ''l'intérieur'' pense davantage à se remplir ses poches qu'à s'occuper de la sécurité des Français: Collomb a confondu les finances de la ville de Lyon avec les ambitions électorales de...voir https://fr.yahoo.com/news/lyon-collomb-soupçonné-d'avoir-détourné-l-argent-055812640.html Quand Macron était ministre:il a détourné des fonds publics pour sa campagne..c'est la Ripoublique..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est spécialiste d’histoire politique contemporaine, en particulier de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. Il est professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (Université de Cergy-Pontoise). Il a été membre du cabinet de Valérie Pécresse, avant d’être vice-chancelier des universités de Paris puis directeur général d’ESCP Europe et, enfin, vice-président de l’université Paris Sciences et Lettres. Il est membre du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€