Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emmanuel Macron au Mali : pourquoi la France devrait tout faire pour éviter de se retrouver dans une impasse militaire qui déboucherait inévitablement sur une défaite politique

mmanuel Macron récupère un dossier ouvert par son prédécesseur qui laisse la France sans solution claire face à une crise durable. Or, la France n’a aujourd’hui que trois actions possibles à mettre dans sa feuille de route pour la zone sahélienne.

Bourbier géopolitique 

Publié le
Emmanuel Macron au Mali : pourquoi la France devrait tout faire pour éviter de se retrouver dans une impasse militaire qui déboucherait inévitablement sur une défaite politique

Lancée en août 2014, après Serval engagée en janvier 2013, l’opération Barkhane, toujours en cours,avait pour objectifs de contenir et de neutraliser les groupes djihadistes de la zone sahélienne d’Afrique saharienne, en particulier au Burkina, au Mali, au Tchad et au Niger, d’éviter une arrivée rapide au pouvoir de mouvements islamistes à Bamako et d’arrêter, avant même leur déclenchement, des phénomènes migratoires au moins équivalents à ce qui se passe en Syrie depuis 2011. En effet, un pouvoir islamiste au Mali aurait eu pour conséquence de mettre sur les routes de l’exil des millions d’habitants de la zone qui, inévitablement, seraient passés au Sénégal ou en Côte d’Ivoire et qui, pour nombre d’entre eux, auraient pris la mer en direction de leur seule voie de salut, les îles Canaries d’abord, et le reste de l’Union européenne ensuite.

Conscient de l’intérêt stratégique majeur de cette opération militaire pour l’avenir de notre pays et de l’Union européenne, même si nombre de nos partenaires européens refusent d’en prendre conscience, Emmanuel Macron s’est rendu à Gao, principale base militaire française de l’opération Barkhane avec 1.600 hommes, dans le nord du Mali, le 18 mai 2017, pour prendre la mesure de notre engagement militaire dans cette région. C’est son second déplacement à l’étranger après l’Allemagne, dix jours après son élection, et il témoigne de l’importance qu’a pris ce dossier pour la sécurité de la France et de son environnement immédiat, même si la campagne présidentielle a totalement oblitéré cette question.

En théorie, cette opération, comme toute opération militaire se donnant pour objectif de réussir, aurait dû obéir à trois facteurs clefs : un chef, une mission et des moyens. Mais elle devait aussi et surtout prévoir une fin réussie des opérations militaires, un plan de rétablissement durable de la paix et ne pas engager de manière inconsidérée notre pays dans des opérations aléatoires, sans horizon temporel connu, qui usent lentement mais sûrement notre outil de défense et nos capacités d’intervention. Le rapport de la Cour des Comptes du 29 septembre 2014 sur le maintien en condition opérationnelle des matériels militaires était venu rappeler ces évidences et l’état de tension lié à la crise de la zone sahélienne sur nos équipements militaires.

Intervenir au Mali en janvier 2013 était certes inévitable, pour éviter un effondrement  probable de cette région, mais il était tout aussi indispensable de dire aux Français à quel moment et pourquoi ces opérations pouvaient se terminer et surtout, de prévoir une vraie sortie de crise nous évitant un possible échec politico-militaire pour les années à venir.

De fait, cela n’a pas été le cas sous la présidence de François Hollande et cette opération nous contraint encore aujourd’hui à poursuivre des opérations militaires dans une région où la question de l’enkistage du phénomène islamiste est clairement posée. Le risque que les forces françaises se retrouvent embourbées pour longtemps, sans espoir de vaincre militairement, est donc plus que jamais très élevé.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par clint - 20/05/2017 - 11:40 - Signaler un abus De + en + considéré comme "colonisateur" ! Et l'excision en FR ?

    Et la population sera de moins en moins prête à nous remercier ! En fait, si, puisqu'en en même temps il doit y avoir une augmentation de vises accordés. De plus il y a une pratique que l'on fait tout pour oublier : l'excision des femmes, notamment celles qui sont en France ! Où sont passés les grands principes républicains ??

  • Par langue de pivert - 20/05/2017 - 11:56 - Signaler un abus Laissons faire la nature ! (rappel)

    Intervention inutile et coûteuse (vies, temps, argent) Hollande a voulu se donner une stature internationale de chef d'état en jouant "aux petits soldats" avec la peau de nos enfants et notre fric ! Les armées européennes ont pour première mission de protéger les frontières de l'Europe contre toutes invasions (mahométanes dans ce cas) Refouler tous le réfugiés muzz sans aucune retenue, par tous les moyens y compris et surtout la violence ! Et attendre !

  • Par g16 - 20/05/2017 - 12:05 - Signaler un abus Sac d'embrouille

    Je souhaite que Macron n'en fasse pas trop avec le Mali, ce n'est pas net dans la région et l'Algérie y joue son plus mauvais rôle, il y a de quoi laisser tomber les frais et de s'occuper plutôt de l'avenir des Français.

  • Par ISABLEUE - 20/05/2017 - 15:49 - Signaler un abus que nos jeunes rentrent pour protéger notre territoire

    au lieu de mourir pour des gens qui, dès que les amis ont le dos tournés, les poignardent dans le dos. Qu'ils se débrouillent, ils sont grands. J'ai rêvé avoir vu des queues immenses devant l'ambassade et les consulats maliens de France, de maliens qui voulaient retourner au pays pour se battre.... J'ai juste rêvé.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Les Arvernes

Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.

Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l'équivalent de droite aux Gracques qui s'étaient lancés lors de la campagne présidentielle de 2007 en signant un appel à une alliance PS-UDF. Les Arvernes, eux, souhaitent agir contre le déni de réalité dans lequel s'enferment trop souvent les élites françaises.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€