Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une élection "truquée" ? Quand Trump a raison sur le fond mais (complètement) tort sur la forme

La défaite du milliardaire américain, qui se profile, n’est pas la faute du système, mais la sienne et celle du parti républicain.

Stratégie de la terre brûlée

Publié le
Une élection "truquée" ? Quand Trump a raison sur le fond mais (complètement) tort sur la forme

Donald Trump connaissait les règles du jeu. Il doit les respecter jusqu’au bout. Crédit Reuters

A l’aube du 3e et dernier débat de la campagne présidentielle américaine, la cause est comme entendue. Les sondages donnent à Hillary Clinton une avance jugée « irrattrapable » (sept points en moyenne) sur Donald Trump qui semble avoir intégré cette donnée, ainsi qu’en témoignent ses accusations répétées contre un « système truqué ».  

C’est le genre de propos que les vaincus tiennent à l’issu du scrutin, en guise d’excuses pour masquer leur échec. Le scrutin en question est encore éloigné de trois semaines, mais Trump agit comme si son résultat était acquis. C’est une double erreur. Erreur stratégique et erreur tactique. Erreur tactique car cela conforte chez les électeurs l’idée que le combat est perdu et qu’il n’est donc pas nécessaire de se battre, c’est-à-dire d’aller voter. Or s’il y a bien une chose dont Trump a besoin aujourd‘hui c’est du soutien actif de chacun de ses supporters.

Erreur stratégique aussi, car Trump était supposé connaître le système avant de s’y attaquer. Blâmer le système pour justifier son échec à en prendre le contrôle, c’est révéler son amateurisme.

La campagne n’est pas terminée. Mais quelle qu’en soit  l’issue, aussi bien Donald Trump que les Républicains auront péché par un incroyable amateurisme. Car sur le fond Donald Trump a raison. Bien sur que le système est « truqué » ! Mais sur la forme il a tort. Car si c’est le cas et s’il le savait pourquoi se soumettre aux diktats du « système » en se portant candidat à la Maison Blanche…

Depuis le premier débat face à Hillary Clinton, Donald Trump affronte un tsunami d’accusations concernant son attitude vis à vis des femmes. Il a manqué de respect à une Miss Univers ! Il a prononcé des grossièretés, voici plus de dix ans,  sur les zones érogènes féminines.  Il se serait livré à des attouchements non sollicités… bref l’homme est un vulgaire macho, voire un violeur en puissance, et en conséquence, indigne d’occuper la Maison Blanche. Car, comme chacun sait, seuls des hommes irréprochables ont occupé les lieux ! Peu importe que Thomas Jefferson eut fait d’une de ses esclaves sa maitresse ;  peu importe que Thomas Harding ait tant trompé son épouse que celle-ci soit soupçonnée d’avoir fini par l’empoisonner;  peu importe que Franklin Roosevelt ait eu une  maîtresse et Eleanor, son épouse, également;  peu importe que Dwight Eisenhower ait pris du bon temps en Europe, et peut-être après…  ; peu importe que John Kennedy ait eu une secrétaire personnelle qui ne savait pas taper à la machine; peu importe que Bill Clinton ait fumé le cigare… vous connaissez la suite ! Et il ne s’agit là que de personnes ayant occupé la Maison Blanche. Evoquer le Congrès demanderait une édition en plusieurs volumes…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Texas - 19/10/2016 - 13:36 - Signaler un abus Cette fois-ci

    je ne partage pas votre pessimisme Mr Olivier . Si les medias sont acquis à la cause des Démocrates , quel crédibilité ont leurs sondages .Le dernier Wall Street Journal / NBC donne 11 poits d' ecart d' avance pour HRC . Ce qui paraît quasi impossible . Une analyse prédictive des réseaux sociaux par un universitaire a comptabilisé les " like " et les " follow" , très en faveur de Trump . Le taux de participation dans les premières heures sera capital .

  • Par Texas - 19/10/2016 - 13:49 - Signaler un abus Pardon

    Lire " Quelle crédibilité " . L' Universitaire en question est le Dr Helmut Norpoth de la Stony Brook University . ( Source Conservative Review ) .

  • Par jurgio - 19/10/2016 - 14:27 - Signaler un abus Vous avez eu une fois le président que vous souhaitiez ?

    Les élections dites démocratiques sont là pour vous prouver que vous aviez tort. L'art de berner en toute légalité !

  • Par adroitetoutemaintenant - 19/10/2016 - 15:58 - Signaler un abus Quel galimatias

    Comme souvent votre lecture socialope est totalement fausse. Et pour vous qui parlez l’anglais votre discours est du poppycock! La raison pour Trump de dire que les élections sont faussées contre lui c’est pour envoyer ses supporters surveiller les élections. En particulier les flics et anciens combattants qui sont tous derrière lui. Il l’a fait pour les primaires et ça a marché. Alors il recommence et ça va marcher !

  • Par Texas - 19/10/2016 - 16:45 - Signaler un abus Et comme...

    .....un ancien cadre des campagnes électorales du Parti Démocrate vient de faire quelques révélations sur le fond du sujet......

  • Par Semper Fi - 19/10/2016 - 20:24 - Signaler un abus A-t-il vraiment envie d'être élu ???

    D'accord ou pas avec l'analyse de M. Olivier, quand on veut battre un système on commence d'abord par jouer selon les règles en les utilisant à son avantage. Le problème de Trump est moins le fond de son programme auquel on peut adhérer ou pas, que ses "bourdes" de communication : on peut très bien parler vrai sans dire de "conneries inutiles". M. Trump vient des médias dont il connaît - je pense - tous les ressorts. J'ai donc du mal à croire que ses "bourdes inutiles" soient le fruit de son inexpérience et je demande finalement s'il ne se "savonne pas volontairement la planche" et s'il a vraiment envie d'être élu.

  • Par vangog - 19/10/2016 - 20:53 - Signaler un abus Sera-t-il vaincu par le terrorisme féministe?

    comme adroitetoute, je pense que rien n'est joué et que les américains ne peuvent élire une femme aussi hypocrite (soutien de Bill et de son cigare), aussi vénale (tous ces dons sont autant d'avances "remboursables"), aussi soumise au bilderberg et aux dictatures wahabites. Il est bien dommage que les femmes se soumettent au terrorisme féministe qui se déclenche opportunément deux mois avant le verdict, alors que les féministes attardées se contrefichaient du personnage, avant qu'il soit candidat...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€