Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’Egypte, nouvel allié clé pour la politique arabe de la France

Le président égyptien Abdelfattah Al-Sissi s'entretiendra aujourd'hui à l'Elysée avec Emmanuel Macron

Al Sissi à Paris

Publié le - Mis à jour le 26 Octobre 2017
L’Egypte, nouvel allié clé pour la politique arabe de la France

Le président égyptien Abdelfattah Al-Sissi s'entretiendra aujourd'hui à l'Elysée avec Emmanuel Macron. Quels sont les enjeux de cette visite et où en est la politique de la France dans le monde arabe aujourd’hui?

Emmanuel Dupuy : C’est la cinquième fois que le président égyptien rencontrera « officiellement »  son homologue français à Paris (deux visites en France en novembre 2014 et en 2015 pour y rencontrer François Hollande ; deux visites de François Hollande au Caire aout 2015 et avril 2016). C’est néanmoins sa première visite « officielle » depuis l’accession au pouvoir d’Emmanuel Macron. Les deux hommes se sont déjà cependant entretenu lors de la 72ème Assemblée générale des Nations Unies à New-York, fin septembre. 

 

Il y fut question des sujets de convergences (reconnaissance du rôle du maréchal Haftar en Libye, soutien à l’accord intrapalestinien entre Hamas et Fatah, mobilisation contre le fondamentalisme islamiste…) mais aussi ceux qui bloquent, pour l’instant (solution inclusive en Syrie, accordant au régime de Bachar El-Assad une place dans l’après Daesh, soutien de l’Egypte au «  Qatarban » depuis juin dernier, maintien de l’Egypte dans la coalition arabe faisant la guerre au Yemen depuis mars 2015, à l’aune du terrible bilan humain et de la catastrophe humanitaire qui lui est lié…).

La libération, en mars 2017, de Hosni Moubarak devrait aussi focaliser l’attention du président français sur la question des droits de l’homme et notamment quant au sort de l’ancien président Mohamed Morsi, embastillé depuis juillet 2013. 

 

Arrivé au pouvoir par le biais de ce qui est communément présenté comme un coup d’état militaire en juillet 2013, mettant fin à la présidence de Mohamed Morsi, soutenu par les Frères musulmans et abrogeant la Constitution post-révolutionnaire de 2012, cette 3ème visite du président égyptien en France advient dans le contexte d’un net réchauffement des relations bilatérales depuis son élection, le 28 mai 2014. 

 

Si l’on ajoute les deux visites de François Hollande en Egypte (sa présence pour l’inauguration de la seconde voie du Canal de Suez en aout 2015, suivi de sa première visite d’état au Caire, en avril 2016), les hésitations de la diplomatie française  caractérisées par les critiques à peine voilées d’un Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères français à l’époque du coup d’état de juillet 2013, abrogeant la présidence de Mohamed Morsi semblent, désormais, bien loin. 

 

Le président Abdel-Fatah el-Sissi qui devrait se présenter à sa succession en mai 2018, arrive ainsi à Paris, pour y rencontrer le nouveau président français, qui n’a eu de cesse de se démarquer de son prédécesseur sur les dossiers sur lesquels existaient, en effet, des divergences d’appréciations (Syrie, Libye, notamment). 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marie-E - 24/10/2017 - 10:10 - Signaler un abus bon article

    complet qui nous change de ce qu'on lit habituellement. Quelques questions tout de même : 1/ je ne suis pas sûre que la vente des Rafales se fasse car à l'époque il y avait si je me souviens bien l'intervention de la COFACE..... 2/ c'est où la Palestine : la Jordanie où 70% de la population est palestinienne, la Judée Samarie dont une partie est sous administration de l'Autorité palestinienne, Gaza aux mains d'un régime terroriste qui n'entend pas être désarmé, est copain de nouveau avec l'Iran et qui continue de clamer que son but est la destruction d'Israël... 3/ le Liban a été abandonné par la France quand il avait besoin : maintenant il est totalement vérolé et surtout l'armée par le Hezbollah --> que va faire la France dans ce guêpier ...4/ l'Iran qui vient d'annoncer l'importance de son influence et surtout l'autoroute allant de Téhéran au Golan, je ne pense pas que ce soit pour les pommes ou le vin du Golan. Sinon je ne vois pas comment l'Egypte aurait pu voter à l'Unesco pour un qatari vu le bazar avec le Qatar.

  • Par Deneziere - 24/10/2017 - 10:18 - Signaler un abus Il faut dire que le hollando-fabiusisme était un tel désastre...

    ... que Micron n’a pas trop de difficultés à paraître meilleur. Mais hélas, les faiblesses connues du socialo-centrisme, à savoir la lavasse idéologique et la danse du ventre permanente (« en même temps ») transparaissent dans l’article. On fait de la moraline sur le Yémen, mais en-même-temps, on refuse de voir la responsabilité accablante de l’Iran. On claironne des contrats, mais en-même-temps, l’argent ne rentre pas. On prend des poses de grand stratège sur le terrorisme islamique, mais en-même-temps, on regarde la charia en banlieue avec des yeux de gazelle. Et au moment où les pays du GCC décident enfin de punir ces fouteurs de merde de Qatariens, au lieu de les laisser gérer cela entre arabes, on vient encore se poser en donneur de leçon.

  • Par lasenorita - 24/10/2017 - 11:45 - Signaler un abus C'est un ''allié'' qui ne respecte pas les ''droits de l'Homme''

    Le président Al-Sissi fait enlever les opposants à son régime...comme le fait un autre ''allié'' de la France: le président Bouteflika...voir https://www.youtube.com/watch?v=htsYRBbAtuY...le F.L.N. avait aussi enlevé 3.000 non-musulmans après les ''Accords d'Evian'' voir...https://www.youtube.com/watch?v=NDlOfh_gANY et https://www.youtube.com/watch?v=uyA_eotY6uss...mais la ''Ligue des Droits de l'Homme'' ne dit rien....

  • Par lasenorita - 24/10/2017 - 11:55 - Signaler un abus Vente d'armes et ''Droits de l'Homme''..

    Voici le mail prouvant que Al-Sissi ne respecte pas les ''Droits de l'Homme'' http://actu.orange.fr/france/paris-le-caire-ventes-d-armes-et-droits-de-l-homme-CNT000000QNCHi.html et voici la vidéo dans laquelle un soldat enlevé par le F.L.N. (après le 19 mars 1962) témoigne:https://www.youtube.com/watch?v=uyA_etY6uss..ce soldat enlevé par le F.L.N. a reçu la visite d'un ministre algérien quand il était prisonnier..il a réussi à s'enfuir!..

  • Par ajm - 24/10/2017 - 15:20 - Signaler un abus Moindre mal.

    La Senorita: Il est impossible de respecter les droits de l'homme stricto sensu quand vous êtes dans la poudrière du Moyen-Orient au milieu d'une nuée d'essaims de frelons islamistes mortels . Même Israël, état démocratique et bénéficiant d'un système judiciaire indépendant et efficace, prend largement certaines libertés quand ses intérêts vitaux sont en jeu. All Sissi n'est pas un saint, mais il est de loin le moindre mal pour son pays et tout son environnement régional.

  • Par Marie-E - 24/10/2017 - 17:03 - Signaler un abus merci ajm

    de comprendre le Proche Orient au lieu de crier haro sur ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emmanuel Dupuy

Emmanuel Dupuy est président de l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe). Spécialiste des questions de sécurité européenne et de relations internationales, il a notamment été conseiller politique auprès des forces françaises en Afghanistan. Délégué général des Centristes chargé des questions internationales et de sécurité. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€