Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 26 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’effroyable bilan de 30 ans d’idéologie antiraciste dévoyée

L'attaque menée contre Charlie-Hebdo est tragiquement révélateur de l'impasse dans laquelle 30 années passées à nier la réalité du choc des cultures au sein de la société ont conduit la France.

Effet boomerang

Publié le - Mis à jour le 9 Janvier 2015
L’effroyable bilan de 30 ans d’idéologie antiraciste dévoyée

L'idéologie antiraciste est venue remplacer celle qui structurait autrefois la gauche socialiste et communiste. Crédit Reuters

  • L'idéologie antiraciste est venue remplacer celle qui structurait autrefois la gauche socialiste et communiste.
  • L’antiracisme "à la française" est devenu une caisse de résonnance du ressentiment venant de gens qui utilisent cette même idéologie pour nourrir leur frustration.
  • Cette idéologie a contribué à masquer les vrais problèmes de la France, notamment en matière d'immigration.
  • L'antiracisme français a favorisé la fragmentation de la société.

 

Atlantico : Charlie Hebdo, qui a fait l’objet d’une attaque terroriste ce mercredi 7 janvier, est accusé depuis longtemps de racisme, notamment à cause de ses caricatures de Mahomet.

Par quel processus l’antiracisme s’est-il installé en France comme idéologie dominante ? Quel rôle a été joué par des associations comme la Licra ou SOS racisme ?

Paul-François Paoli : Dans mon livre "Pour en finir avec l'idéologie antiraciste" (édition Bourin, 2012), j’ai effectué une généalogie de l’antiracisme. Celui-ci s’est mis en place dans les années 80, au travers de SOS racisme, notamment, qui est né en 1983 avec à sa tête des personnes proches des milieux trotskystes et socialistes. J’interprète cette montée en puissance comme un remplacement de l’idéologie classique qui structurait autrefois la gauche socialiste et communiste, qui était principalement anticapitaliste. Face à l’écroulement du marxisme et de l’espérance révolutionnaire, la gauche avait besoin d’une idéologie sociétale qui s’adresse à des populations nouvelles, cela d’autant plus que son électorat ouvrier traditionnel commençait à passer à droite. Déjà, le FN avait une forte capacité d’attraction populaire.

L’idéologie de la lutte des classes a donc été remplacée par une volonté de transformation sociétale à travers le féminisme, l’antiracisme, etc., et nous en voyons aujourd’hui l’aboutissement. L’antiracisme est devenu une caisse de résonnance du ressentiment venant de gens qui utilisent cette même idéologie pour nourrir leur frustration. Ce qui s’est passé ce mercredi est flagrant : Charlie-Hebdo n’est absolument pas raciste, c’est un journal issu des années 70, de potaches violemment anticléricaux, qui pratiquent la caricature contre toutes les religions. Les catholiques ont une longue expérience de l’humiliation. Or il n’en va pas de même dans la vision islamique. Aujourd’hui, comme en 2011, Charlie-Hebdo paye sa violence anti-musulmane, qui ne doit en aucun cas être confondue avec de la violence raciste. Cette violence pratiquée à l’encontre des religieux est souvent scandaleuse, parfois abjecte et haineuse, mais cela, je me répète, ne relève pas du racisme.

Vincent Tournier : C’est une question compliquée parce que l’antiracisme a une longue histoire, qui trouve sa source dans des valeurs et des événements qui ont façonné en profondeur la culture française et européenne. On peut repérer les grandes étapes. La première, c’est d’abord le christianisme avec l’affirmation que tous les hommes sont à l’image de Dieu, ce qui explique d’ailleurs pourquoi le christianisme a été le premier à abolir l’esclavage (dès le 9ème siècle, avec le pape Jean VIII). La deuxième étape correspond au mouvement humaniste qui émerge avec la Renaissance et les Lumières. Vient ensuite la période post-1945, avec la condamnation du totalitarisme et de la colonisation. Il faut aussi tenir compte, dans le cas de la France, d’une culture républicaine qui conçoit la nation comme un mélange de races (c’est le thème du "chaudron" ou du "creuset" cher à Michelet et à Renan). La dernière étape, c’est celle qui s’ouvre avec l’immigration de masse dans les pays européens, notamment en France. Cette étape va de pair avec une ouverture des frontières qui n’a pas de précédent dans l’histoire des Etats-nations. L’antiracisme reflète alors un mélange singulier de valeurs où se retrouvent l’héritage humaniste (nous sommes tous des hommes) et la marchandisation (nous sommes tous des consommateurs).Mais l’antiracisme se constitue aussi dans une relation conflictuelle avec son alter ego. Aux mouvements antiracistes répond le Front national, tous deux devenant les deux pôles antagonistes dans un jeu de miroir où chacun développe ses vérités, ses obsessions et ses cécités.

Quelle utilisation politique a été faite de cet antiracisme ? Par qui, et pour quelles raisons ?

Paul-François Paoli : L’antiracisme en France a été la roue de secours idéologique d’une gauche en perte de dynamisme historique. Il en va de même pour l’idéologie du genre et la parité des sexes. Tout cela ne sert qu’à pallier un véritable vide idéologique.

Vincent Tournier : Les mouvements antiracistes sont le produit d’un certain contexte culturel et économique, mais ils ont aussi bénéficié d’un soutien politique. La loi Pleven de 1972 leur donne un formidable coup de pouce puisque les associations peuvent se porter partie civile et obtenir des dommages et intérêts, en plus des subventions publiques qu’elles reçoivent. En outre, elles ont été propulsées sur le devant de la scène par les jeux tactiques du Parti socialiste qui, dans les années 1980, après sa reconversion à l’économie de marché et à l’Europe, a eu besoin de reconstituer son corpus idéologique en se trouvant un nouveau "prolétariat". Les immigrés avaient une place toute prête.

La principale retombée politique a été de renvoyer le Front national et le discours anti-immigration hors de la sphère légitime du jeu politique. Une doxa s’est imposée (aidée il faut bien le dire par le Front national lui-même) à savoir que ce parti n’est pas un parti comme les autres, et que les opinions hostiles à l’immigration relèvent non pas du débat démocratique, mais de l’infraction pénale. Il est d’ailleurs intéressant de voir que, dans le roman de Houellebecq, c’est ce rejet qui constitue la cause du basculement électoral vers une république islamisée : si le candidat musulman emporte l’élection présidentielle, c’est parce que le PS et l’UMP préfèrent voter pour lui plutôt que pour Marine Le Pen. C’est parfaitement plausible puisque c’est le fameux "tout sauf le FN". C’est sans doute pour ça que le livre heurte. Sa trame procède d’un raisonnement quasiment expérimental qui prolonge les préférences actuelles : si un candidat musulman arrivait à se qualifier pour le second tour, ce qui n’est nullement impossible puisque l’électorat musulman est très homogène et qu’il pourrait échapper à la droite comme à la gauche, le résultat final aurait de fortes chances de correspondre au schéma imaginé par Houellebecq.  

Dans quelle mesure peut-on parler d’aveuglement de la part de ceux qui agitent la menace raciste en France ? Cela a-t-il conduit à occulter certains problèmes au sein de la société ?

Paul-François Paoli : L’alibi de l’antiracisme a servi à occulter le véritable drame de l’immigration en France. Aujourd’hui nous assistons à un effondrement du politiquement correct, c’est-à-dire cette censure phénoménale qui pèse sur la question de l’immigration en France. Ce sont les idéologues antiracistes du CNRS qui ont cherché à occulter tout débat sur la réalité de l’immigration en France - notamment islamique -, les mêmes qui ont voulu censurer Michèle Tribalat et ses travaux sur la cécité volontaire en France, ainsi que tous ceux qui ont cherché à mettre en évidence les effets pervers de l’antiracisme. Entendons-nous bien, le racisme est un fléau indiscutable, mais l’antiracisme tel qu’il existe en France n’a fait que l’accroître. Le fait de nier que la promiscuité entre des populations qui ne veulent pas vivre les unes à côté des autres provoque des drames ne fait qu’accentuer le mal.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par winnie - 08/01/2015 - 07:07 - Signaler un abus rien de plus a ajouter,

    Ce constat est tout a fait juste et il est celui des gens normaux ( les vrais ceux la ) qui l on fait depuis déjà pas mal d'années et ont tirer la sonnette d'alarme sans qu'on en tienne compte.

  • Par dimer - 08/01/2015 - 07:48 - Signaler un abus INCAPABLES

    ce constat les politiques l'on également fait, mais comme juppé, ils préfèrent déclarer la guerre à l'islamophobie que de s'attaquer au vrai problème, c'est à dire prendre le risque d'une guerre civile en mettant en place des interdictions comme l'appel au jihad, l'obligation aux imans à faire leurs prêches en francais, le contrôle des mosquée, la réduction drastique de l'immigration..... finalement pour un politique à 55 ans vaut mieux combatre l'islamophobie et faire des déclaration d'amour et d'union, tirer comme ça encore 10 ans tout en sachant que le pire est à venir et laisser la patate chaude au successeur. c'est la même chose pour la retraite.....

  • Par tubixray - 08/01/2015 - 08:56 - Signaler un abus Mitterand avait dégoupillé 2 grenades...

    ... afin d'être réélu en 1988: - élection des députés à la proportionnelle provoquant le décollage du front national et donc la maitrise de la droite "traditionnelle" - création de SOS racisme et de ses succursales affiliées avec les conséquences clairement exposées dans cet article. Je me rappelle encore S. Signoret prétendant à A Sinclair à l'émission 7/7 que "des jeunes dans la rue lui avait offert cette petite main jaune" (termes approximatifs); elle ne faisait que la promotion de cette nouvelle marque du PS, on sait ce qu'est devenu son président de l'époque !!! Alors pas de front républicain ni d'union avec cette gauche nauséabonde. Merci enfin à M. Giscard d'Estaing d'avoir promu le regroupement familial.

  • Par Benvoyons - 08/01/2015 - 10:25 - Signaler un abus L'émotion ne transcrit jamais la même pensée

    La pensée des Français est sur le sujet forcément multiple. Les Politiques et les Médias voudraient qu'un seul courant de pensée sur le sujet et donc les médias utilisent des filtres (censure). Comment sera l'émotion d'un chrétien d'Orient qui a vu le dessin avant Noël avec une crèche dans un chiotte à la turc ? Même s'il va prier sur les hommes qui sont mort, il n'échappera pas à une pensée (avec laquelle il s’en voudra) que ces hommes du Journal sont mort car il voulaient dominer la pensée de tous les autres hommes en utilisant une "arme" qui est le dessin. L'arme contre les C... comme le définissait l'un d'entre eux. Malheureusement tout le monde ne sait pas dessiner. L'humiliation même avec humour et dessin reste de l'humiliation sur la pensée d'autres hommes. Cette humiliation voulue par ces humoristes ne cherche qu'à formater qu'un seul courant de pensée (Gauche libertaire ) qui serait le sommet de la pensée individuelle et la seule représentante de la vérité ultime. Faire Croire que tous les Français pensent à l'unisson que par dessus la mort ces hommes avaient raison en tout et bien prouve que personne n'y comprend rien sur le Monde et prend l'irréalisme comme une vérité.

  • Par Gniaco - 08/01/2015 - 10:41 - Signaler un abus Qui sont fautifs?

    Quand je pense que tous nos hommes politiques connus vont défiler la main dans la main pour condamner cet horrible massacre......ce sont eux, par leur bien pensance et leur laxisme, les principaux responsables qui ont permis à tous ces criminels d'être en liberté. Le rapprochement familiale et surtout l'exception culturelle initiée par François Mitterand (qu'a bien condamnée Rachida Dati) ont favorisé la poussée de l'Islam en France et rempli nos prisons. Il serait temps que nos forces de l'ordre fassent leur travail en s'occupant de tous les imams extrémistes (biens connus) et les renvoient manu-militari dans leur pays d'oigine où je pense qu'ils ne feront pas de vieux os des que leur avion aura atteri.

  • Par protagoras - 08/01/2015 - 10:52 - Signaler un abus Dérision

    A force de se moquer de tout, voilà ce qui finit par arriver. Charlie Hebdo avait cette spécialité de la gauche libertaire française, de tout vouloir tourner en dérision. Il se trouve que les musulmans ne sont pas (encore ?) des catholiques résignés à subir les pires outrages et qu'ils réagissent parfois très brutalement contre ce qu'ils considèrent, eux, comme un blasphème. Ceci dit, il serait bon que les Français s'interrogent enfin sérieusement sur l'avenir qui peut-être les attend.

  • Par GP13 - 08/01/2015 - 11:46 - Signaler un abus Tout à fait d'accord

    Et il y a donc urgence pour la république et ses serviteurs de se remettre en cause, autrement c'est le peuple qui interviendra.

  • Par Outre-Vosges - 08/01/2015 - 11:58 - Signaler un abus Aux cadavres jeté ce manteau de paroles

    Félicitations à @Paul-François Paoli, journaliste courageux qui a osé dire ce que pensent tous les Français (je ne parle pas des « Français » qui ne le sont que de nom) : « Charlie-Hebdo, journal libertaire qui depuis tant d’années a prôné la tolérance, la fin des frontières et l’immigration de masse, subit aujourd’hui de manière dramatique les conséquences de ses prises de position. » Il est frappant de voir dans la presse la différence entre les posts des lecteurs, qui s’inquiètent et posent les véritables questions, et les propos lénifiants des éditorialistes qui répètent sous diverses formes : « Pas d’amalgame, pas de stigmatisation, l’islam est une religion de paix et d’amour ! » Et encore il ne faut pas oublier que les journaux ne publient qu’une partie des messages qu’ils reçoivent, acceptant tous ceux qui sont favorables à la gauche et sabrant sauvagement dans les autres (mais il faut bien en accepter quelques-uns, sinon cela se verrait trop). Les Dernières Nouvelles d’Alsace raffinent même sur ce point : à peine une nouvelle trop délicate est-elle publiée qu’on la fait suivre de la précision « Les commentaires sont clos ».

  • Par Leucate - 08/01/2015 - 12:02 - Signaler un abus Pas d'amalgame ...

    Pour illustrer de qu'écrit Vincent Tournier en page 2 sur les sentiments des musulmans, le plus simple est d'aller consulter leurs forums tel celui de Mejliss où les fourreurs débattent à grands coups de Hadiths sur le peine de mort à infliger à celui ou ceux qui insultent le prophète - voir aussi le fil "celui qui insulte Allah ou son messager ou l'Islam... http://forum.mejliss.com/charlie-hebdo-197937 J'ai cité celui-là mais il y en a d'autres que l'on peut trouver si on est un peu curieux.

  • Par vangog - 08/01/2015 - 13:30 - Signaler un abus "La gauche avait besoin d'une idéologie societale"...

    On dirait un programme marketing pour économie en fin de vie...

  • Par Leucate - 08/01/2015 - 15:02 - Signaler un abus Un article de presse au hasard

    Trouvé cet article de l'Est Républicain sous le titre "BESANÇON : DES FEUX D'ARTIFICE ENTENDUS APRÈS L’ATTENTAT CONTRE CHARLIE" : """ Les tirs de gros mortiers de feux d’artifice ont été entendus de Brégille à Saint-Claude, mercredi soir, vers 21 h 30. Ils provenaient du quartier de la Grette où, visiblement, l’annonce de l’attentat contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo, a été fêtée par une grosse poignée d’individus. Quelques minutes auparavant, la police était intervenue au 29H sur appel au « 17 » pour des perturbateurs. Sur place, la patrouille a été immédiatement la cible de projectiles divers, balancés aux cris de « allahu akbar… On a en tué deux, on va continuer ! » Le tir festif s’est produit après leur départ.""" Le vivre ensemble n'est pas gagné !

  • Par Fredja - 08/01/2015 - 15:56 - Signaler un abus Ouaip...

    Il faudrait peut-être que nos chers politiques arrêtent leurs liens incestueux avec l'Arabie Saoudite et le Quatar : on sait très bien que ces états financent les réseaux islamistes, ce qui conduit à des extrêmes comme l'attentat de Charlie Hebdo. Mais au final, ils les cumulent : entre l'angélisme de la gauche vis-à-vis des immigrés, et les copains Quataris de Sarko, on n'est pas rendus...

  • Par vangog - 08/01/2015 - 16:00 - Signaler un abus @Leucate oui! Et quand les foudallas seront tués par laPolice...

    ce qui ne saurait tarder, ils deviendront martyrs de cette jeunesse désœuvrée, importée sur notre sol pour alimenter en bulletins électoraux la gauche exsangue...pauvre gauche, si elle savait ce qu'ils font avec ses bulletins de vote!...

  • Par artesan - 08/01/2015 - 16:41 - Signaler un abus Libres

    Bravo et merci pour la clairvoyance et les courage de Mrs Paoli et Tournier. Bravo pour oser dire, dans cette cacophonie d'émotions et de communions simplistes, d'où vient le mal qui accable la France. Merci à Atlantico pour publier cette interview. Il est des endroits qui respirent encore la liberté dans ce pays. Vous distillez l'espoir. Liberté, liberté chérie!

  • Par von straffenberg - 08/01/2015 - 17:34 - Signaler un abus le ver est dans le fruit

    Rien a ajouter à cette analyse que nombre de Français républicains partagent .Beaucoup de gens de gauche devraient le lire et s'en inspirer pour effectuer un virage à 180 ° sur la façon de gérer la société Française .Le peuple longtemps méprisé tranchera dans les urnes .

  • Par jellyfish - 08/01/2015 - 17:39 - Signaler un abus Bravo

    Bravo et merci pour cet article d'une limpidité rare dans ces temps troublés.

  • Par Anouman - 08/01/2015 - 23:05 - Signaler un abus Amalgame

    Ne faisons pas d'amalgame... Mais avec quoi, avec qui? S'il est facile de reconnaitre un islamiste terroriste après qu'il ait tué deux ou douze personnes, comment fait-on la différence avant? Et finalement si on n'est pas capable de faire la différence avant qu'il tue alors il faut se résigner à avoir ce genre d'attentats fréquemment. Est-ce tout ce qu'est capable de nous promettre la loi "républicaine"? Le problème n'est certainement pas la religion, car les gens qui suivent les religions sont peu nombreux en France, musulmans ou chrétiens. C'est ce communautarisme que certains veulent rendre intouchable , comme l'explique assez bien cet article, qui est la cause de tous les maux.

  • Par vangog - 08/01/2015 - 23:49 - Signaler un abus L'union des partis qui ont favorisé l'islamisation?

    Si les autres partis ne veulent pas du seul parti patriotique capable de défendre la République contre cette invasion immigrationniste et cette islamisation rampante de notre faible démocratie française, et bien, nous ne manifesterons pas avec les partis archaïques!...et nous le ferons à notre façon plus patriotique! Signé: les patriotes français.

  • Par Gré - 09/01/2015 - 00:23 - Signaler un abus Charlie-Hebdo a cru qu'il

    Charlie-Hebdo a cru qu'il pouvait bassiner les Musulmans comme il avait bassiné les Chrétiens. Aujourd'hui, on voit que les adeptes des deux religions ne réagissent pas aux insultes de la même façon parce que les idées de fond des deux livres considérés comme sacrés ne sont pas les mêmes. Pour les Evangiles, aimer son prochain. Pour le Coran, soumettre - dans le meilleur des cas - ceux qui pensent autrement. Aujourd'hui, on comprend que les "intégristes catholiques" ont l'immense avantage de ne pas tuer leurs opposants. Les auteurs de l'article ont raison : il va y avoir de l'auto-censure. Houellebecq commence - il est très affecté. traduisez : il a une trouille bleue.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Paul-François Paoli

Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? publié chez Pierre-Guillaume de Roux en 2014, et de Pour en finir avec l'idéologie antiraciste en janvier 2012. Il a aussi écrit Quand la gauche agonise à paraître le 25 janvier 2016.

Voir la bio en entier

Vincent Tournier

Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€