Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 30 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Education : à quoi ressemblera l'école du futur ?

Le cours traditionnel – le maître, assis à son bureau, délivrant son savoir aux élèves – est voué à se transformer. A quoi ressemblera l'école dans 10 ans ? Alain Sotto et Varinia Oberto donnent quelques pistes. Extrait de "Donner l'envie d'apprendre" (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le

Si l’école telle qu’elle existe actuellement est appelée à de grands bouleversements, c’est tout d’abord en raison d’un hiatus entre l’école telle qu’on l’a voulue (école pour tous, égalité des chances) et ce qu’elle est devenue. C’est une école injuste envers les plus faibles, dont le niveau ne fait que régresser, et injuste envers les bons qu’elle ne peut amener à davantage de curiosité, à plus d’excellence. Le cours traditionnel – le maître, assis à son bureau, donnant son enseignement face aux élèves passifs – est voué à disparaître ou du moins à subir des changements drastiques.

Cet enseignement nivelé pour correspondre à un élève moyen n’est plus guère adapté à son époque : diversités culturelles et sociales des élèves de plus en plus nombreux, profils, attentes, niveaux différents. Le système trop homogénéisé peine à amener tous les élèves au savoir, à favoriser leur épanouissement.

Lutte des différentes pédagogies, arrivée de l’informatique et d’Internet, l’école à l’ancienne est dans l’impasse, à moins qu’elle ne soit tout simplement à un tournant, s’apprêtant au changement. Toutes les innovations et tentatives pour rendre l’apprentissage épanouissant et signifiant dessinent déjà l’école du futur.

Une école en empathie avec l’élève, une école où il se sent bien, où il est mis en valeur par les enseignants, où l’on diversifie les talents, où, les différences étant synonymes de richesse, l’élève trouve naturellement sa place dans des groupes hétérogènes qui fédèrent les élèves de tous âges aussi bien que des adultes et qui ajustent leur équilibre dans la coopération, le tutorat, l’écoute de l’autre, la responsabilité.

Une école où la singularité de l’enfant est reconnue, la personnalité de l’élève également, où son projet personnel, ses objectifs sont au moins aussi importants que ceux pensés par les enseignants et les parents. Où lui sont donnés les moyens d’avoir accès à sa vie mentale afin qu’il sache ce qu’il doit faire pour penser, pour réfléchir, et se trouve ainsi le chemin de la réussite.

L’enseignant y trouve un juste équilibre entre la transmission de ses connaissances aux élèves et son rôle de guide, d’accompagnateur dans le cheminement de chacun dans sa quête du savoir. Et l’enseignant est aidé en cela qu’il n’est jamais laissé seul face à une classe.

L’épanouissement de l’élève passe par une conception de la réussite autre que les notes. Dans cette école, on ne se focalise pas sur la réussite immédiate. La réussite y est synonyme d’objectifs personnels, de maîtrise et de dépassement de soi.

Les technologies de l’information et de la communication sont incontournables, et l’enseignant guide l’élève pour que les expériences, partage en réseaux et recherches sur Internet ne soient pas une fin en soi mais le tremplin pour apprendre à penser par soi-même.

Enfin, cette école sait résister à la seule amélioration des compétences des élèves en vue des besoins du marché. Si elle les aide à acquérir une somme de connaissances et de compétences nécessaires, parallèlement, elle leur ouvre l’accès à la pensée. Elle lutte contre le seul savoir utilitaire, le savoir immédiat, et s’intéresse au vrai savoir qui se construit peu à peu ; elle se préoccupe de culture, richesse intellectuelle de l’enfant et de l’adulte qu’il deviendra.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par mich2pains - 02/04/2013 - 10:16 - Signaler un abus Si la réponse appartient aux enseignants de l' EN , ...

    Ca devrait ressembler à peu prés à cela : .....Un seul élève par Instit ou par prof . .....Une seule heure de cours par jour , juste avant de passer à 1H/hebdo. ......Carrière raccourcie à 15 ou 20 ans d ' activité . ......(j'allais oublier l'éssentiel ) : Triplement des salaires pour commencer D'autres grèves à répétition devraient suivre pour obtenir d'autres "Acquis sociaux " , selon la formule consacrée ....

  • Par guigou - 02/04/2013 - 21:45 - Signaler un abus @mich2pains

    Vous être tellement spirituel et ironique, vous avez éclairé ma journée... J'imagine que dans votre travail, vous cherchez sans cesse à travailler plus tout en étant moins payé, c'est une évidence ! Pour en revenir à l'article, "Le maître assis à son bureau" est une image d'Epinal. Le bureau sert aux corrections et préparations quand les élèves ne sont pas présents. Le reste du temps, il sert juste à entreposer du matériel.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Sotto - Varinia Oberto

Alain Sotto est psychopédagogue. II s'est spécialisé dans les stratégies d'apprentissage pour enfants et adultes.

Varinia Oberto est pédagogue et écrivain. Elle est responsable du suivi méthodologique d'enfants en difficulté scolaire.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€