Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 29 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’Education nationale après Charlie : des mesures intéressantes mais un problème qui dépasse de loin ce que Najat Vallaud-Belkacem a les moyens de faire

Le gouvernement a annoncé des mesures censées rétablir les valeurs républicaines et la laïcité à l'école par le rétablissement d'un enseignement moral et civique. Un arsenal législatif dérisoire face à l'ampleur des problèmes posés à l'enseignement.

Peut mieux faire

Publié le
L’Education nationale après Charlie : des mesures intéressantes mais un problème qui  dépasse de loin ce que Najat Vallaud-Belkacem a les moyens de faire

La ministre de l'Education. Crédit Reuters

Atlantico : Parmi ces mesures, certaines vous paraissent-elles plus intéressantes que les autres ?

Jean-Louis Auduc : Il y a d'abord deux choses qui me surprennent dans ces mesures : elles sont peu précises et elles sont le recyclage de décisions prises depuis plusieurs années et qui n'ont jamais été mises en avant. J'espère que nous allons maintenant les appliquer. L'évaluation des candidats sur leur capacité à faire partager les valeurs de la République au concours de recrutement des enseignants, par exemple, existe depuis un document d'avril 2013 et je me bats à l'heure actuelle pour qu'elle soit respectée.

J'ai d'ailleurs sorti un ouvrage qui s'appelle Faire partager les valeurs de la République en novembre 2014 pour que les candidats soient justement préparés à cette mesure. Quand je regarde la proposition d'une réserve citoyenne, cela existe déjà depuis cinq ans et cela n'est pas un immense succès. C'est aussi une dénomination qu'utilise le ministère de la Défense  pour des civils chargés de travailler sur la liaison entre l'armée et la nation, notamment dans les quartiers les plus difficiles. Cela créé une confusion. Il en est de même pour la notion de parcours citoyen de l'école maternelle à la terminale, qui doit bien exister depuis une douzaine d'année. Je m'attendais à autre chose qu'un recyclage de mesures existantes.

Deux mesures me semblent néanmoins importantes. Il y a d'abord la fermeté sur la défense des valeurs, c’est-à-dire montrer que l'on ne laissera rien passer, que ces valeurs et les enseignants seront défendus en donnant davantage de sanctions en cas de comportements déviants des élèves. Deuxièmement, avoir un plan de formation continue des professeurs est une bonne chose. Cela étant, 1000 professeurs formés d'ici juillet 2015 pour avoir une vraie formation sur la laïcité et la transmission des valeurs républicaines c'est important, mais je reste sur ma faim concernant les moyens. Je ne vois pas par exemple l'annonce d'une université d'été d'une semaine où chaque académie enverrait une vingtaine de personnes pour qu'elles soient formées. Voilà quelque chose de concret qui n'a pas été proposé.

En ce qui concerne cette faillite des valeurs républicaines chez les jeunes, le mal n'est-il pas plus profond ? Le problème ne vient-il pas plus du rapport à l'autorité, de la sphère familiale ?

Le problème vient de trois enjeux. Nous sommes aujourd'hui dans une situation d'individualisme, de crise de repères, de jeunes qui passent 800 heures par an à l'école contre 2100 heures devant leurs écrans. Il y a une angoisse vis-à-vis de l'avenir de l'ensemble de la population qui empêche qu'un projet collectif ne se mette en œuvre. L'école a un rôle à jouer dans ce domaine en expliquant que les valeurs de la République sont un horizon important, et non un acquis permanant. Il faut une éducation aux médias pour sortir d'une litanie où l'on dit qu'il faut toujours plus de numérique.

Je suis heureux qu'enfin dans ce plan nous n'ayons pas de grand chapitre sur le numérique. Il faut d'abord apprendre aux élèves à s'en servir car le numérique prive les jeunes de leur éducation et les maîtres de leur autorité. L'année dernière, par exemple, pendant un cours, un étudiant surpris par ce que je disais a confirmé mes informations après les avoir vérifiées sur Internet. J'espère qu'on en a fini avec la croyance que le numérique va tout résoudre. D'ailleurs, dans la Silicon Valley, les enfants des grands patrons du numérique vont dans des écoles sans numérique. Nous avons à la place, enfin, ce chantier prioritaire qu'est la maîtrise du français. Je remarque d'ailleurs que la ministre remet en place l'évaluation en CE2 qu'on avait supprimé il y a trois ans.

Je remarque également que sur l'enseignement supérieur, où l'on sait qu'il y a une poussée des revendications religieuses et de la remise en cause des savoirs, il y a un vrai enjeu dans le sens où il forme aussi les professeurs.  La proposition qui a été faite d'appliquer les règles de la laïcité à l'enseignement supérieur n'a pas été retenue. Porter de manière ostensible des signes religieux y est autorisé.  J'aurais aimé plus de cohérence par leur interdiction.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ELLENEUQ - 23/01/2015 - 09:20 - Signaler un abus Propagande !

    On est en train de passer du stade de déséducation nationale à rééducation nationale pour aboutir à intoxication nationale des cerveaux ! Big brother en plein boulot. Le diable se camoufle bien avec Belkacem !

  • Par 2bout - 23/01/2015 - 10:04 - Signaler un abus Dans l’intimité de notre salon,

    Il y avait hier soir deux sources lumineuses : l’aquarium et la télé. Quasimodo, notre poisson rouge, s’ennuie depuis que sa compagne l’a quitté. Esmeralda, c’est ainsi que nous l’avions nommée, est morte il y a quelques mois, mais il est possible qu’elle ne fusse pas de sexe féminin mais plutôt masculin, ce qui justifierai en partie son décès prématuré. L’autre source « éclairante » - sur l’incapacité à changer les codes - était donc la lucarne de France 2. D’abord le phrasé stérile de Finkelkrauth : « Bien sur que l’on ne doit pas faire d’amalgames …, mais … ! ». Puis la posture, celle de cette prof du 9.2, dont le nom suggère qu’elle avait pris son « rail » avant d’intervenir chez Pujadas, et enfin Najat, ainsi prénommée notre Ministre de l’Education Nationale.

  • Par 2bout - 23/01/2015 - 10:05 - Signaler un abus Crédible, la Ministre ?

    Crédible, la Ministre ? L’entendre définir avec tant de conviction la laïcité et la neutralité, pour se satisfaire d’une circulaire qu’avec malice elle rappelle être du quinquennat précédent. Mais Madame la Ministre, vous êtes en pleine contradiction ! Une femme voilée en sortie scolaire avec des enfants a, de fait, autorité par délégation sur les élèves qu’elle accompagne, et ce dans le cadre d’une activité menée au sein de l’Education Nationale ! Quasimodo, dans son aquarium ne tourne pas en rond, il le traverse de faces en faces : il s’ennuie sans doute. Najat, elle nous ennuie : elle tourne en rond, puis revient en arrière, et tourne dans l’autre sens. Pour restaurer « l’élite à la française », faut-il des notes ou des smileys pour évaluer les élèves ?

  • Par vangog - 23/01/2015 - 11:14 - Signaler un abus La fermeté n'a jamais été une mesure!

    La '" fermeté sur la défense des valeurs" ressemble à tout ce qu'a fait la gauche, jusqu'ici: cacophonie et renoncement! Comment voulez-vous qu'une ministre, qui a promu l'égalitarisme gauchiste, le communautarisme et la fin des stéréotypes sexuels, puisse se recentrer sur des valeurs Républicaines qu'elle a régulièrement perverties, sinon bafouées? Comment restaurer ces valeurs Républicaines fondées sur le mérite, l'ascension sociale sans marchepieds gauchiste, l'appartenance à la seule communauté nationale, sans passer par ce que prône le FN? la réintégration des apprentissages fondamentaux dans l'école de la République et la fin du formatage gauchiste de nos chères têtes bouclées...

  • Par Picquigny - 23/01/2015 - 12:38 - Signaler un abus Il faut en finir avec l’éducation "nationale"

    Il y a des territoires en France dont la particularité est de ne pouvoir être dénommé précisément sauf à utiliser des expressions implicites. Dans ces territoires, les modes de vie, les cultures, la religion, les langues des populations sont très différentes de ce que l’on peut observer ailleurs. Les écoles de ces territoires sont donc évidemment confrontées à des difficultés spécifiques. Un professeur déclarait qu’il y serait utile d’y enseigner le français comme une langue étrangère étant donné que plus de la moitié de ses élèves étaient issus de familles non francophones. En réaction aux attitudes non-conformistes des "jeunes" qui ne partageaient pas l’indignation officielle, la ministre a décidé une énième réforme pour renforcer l’apprentissage de la laïcité. Bien que plus de 90% des établissements scolaires ne posent aucun problème vis-à-vis de la laïcité, on va instituer un programme national qui s’appliquera partout quoique sans doute très mal aux endroits pour lesquels la réforme est prévue. La réforme sera donc inutile mais entraînera une gabegie de ressources et une perte de temps scolaire qui aurait été mieux employé à enseigner les savoirs fondamentaux.

  • Par lexxis - 23/01/2015 - 12:40 - Signaler un abus L'INCOMPETENCE ERIGEE EN SYSTEME

    En tous les cas, ces dérives confirment combien a été catastrophique le passage de Monsieur Payon qui arc-bouté sur la théorie du genre n'a rien vu venir des problèmes autrement plus graves que Madame Vallaud Belkacem vient également de découvrir. Quand à la fermeté promise, on va rapidement voir si les sorties pourront être longtemps encore encadrées par des mères voilées…, si le halal n'envahit pas les rayons de ceux qui n'ont rien demandé et qui se contentent de faire respectueusement observe que ce mode d'abattage est tout simplement contraire à la loi européenne. Bref, on va voir très vite si toutes les lâchetés d'avant vont continuer ou pas! A votre avis?

  • Par langue de pivert - 23/01/2015 - 12:51 - Signaler un abus Assez de blabla !

    Des mesures bidons autant que couteuses abandonnées avant d'être mise en œuvres et réchauffées par NVB...voilà la tambouille de la gauche et de sa ministre de L'EN ! Pourtant vu, son age, elle devait être élève quand ces mesures étaient d'actualité ! Les contrats "élèves/famille/école" elle a du connaitre ? Quelle suite quand ces contrats ne sont pas honorés ? Aucune ! Là est le seul problème ! La racaille sait très bien ce qu'elle fait quand elle rejette le système, ce n'est pas de l'ignorance mais un choix délibéré ! Trois avertissements et dehors au troisième ! Efficace, gratuit !

  • Par jurgio - 23/01/2015 - 14:15 - Signaler un abus Quelle indignité !

    Comment met-on une personne incompétente dans un ministère des plus difficiles à gérer. La minuscule Belkacem avec sa dentition de service n'est qu'une porte-parole. Mais de qui ? Puisque l'« Instruction civique » (son vrai but) n'a personne à gauche qui sache comment reprendre les rênes de la République sans l'instrumentaliser...

  • Par cloette - 23/01/2015 - 15:24 - Signaler un abus Il faut créer le ministère de la Verite

    Elle en sera nommée ministre de premier rang .

  • Par kiki08 - 24/01/2015 - 10:29 - Signaler un abus éducation

    je suis du même coté , que la plus part des commentateurs, et mes sondages privés , me montrent , que beaucoup de monde (travailleurs , artisans , petits commerçants et petits patrons) sont du même avis . tout n'est pas perdu. vivement 2017 .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Louis Auduc

Jean-Louis AUDUC est agrégé d'histoire. Il a enseigné en collège et en lycée. Depuis 1992, il est directeur-adjoint de l'IUFM de Créteil, où il a mis en place des formations sur les relations parents-enseignants à partir de 1999. En 2001-2002, il a été chargé de mission sur les problèmes de violence scolaire auprès du ministre délégué à l'Enseignement professionnel. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur le fonctionnement du système éducatif, la violence à l'école, la citoyenneté et la laïcité.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€