Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

EDF : des bons résultats conjoncturels qui masquent une situation de fond très inquiétante

EDF a augmenté ses objectifs de résultat opérationnel et de ratio d’endettement sur l’ensemble de l’année 2018. La Bourse salue d'ailleurs la performance. Comment expliquer cette hausse ?

Embellie

Publié le
EDF : des bons résultats conjoncturels qui masquent une situation de fond très inquiétante

 Crédit JACQUES DEMARTHON / AFP

Atlantico : EDF a profité de bonnes conditions en France, au premier semestre, permettant d’augmenter ses objectifs de résultat opérationnel et de ratio d’endettement sur l’ensemble de l’année 2018. La Bourse salue la performance. Comment expliquez-vous cette hausse ? A quoi est-elle due ?

Loïk Le Floch-Prigent : Il y a deux chiffres importants. Le premier est celui du résultat d’exploitation. Ce dernier s’explique par le fait que les réacteurs nucléaires ont bien fonctionné ainsi que l’hydrolique. Il faut s’en souvenir et garder cela en tête, car ce sont ces deux phénomènes qui ont conduit au résultat brut d’exploitation qui est satisfaisant. Ensuite, on a le résultat net et là par contre c’est l’inverse qui se produit du fait d’un résultat exceptionnel à la même période l’année dernière qui n’est pas reconduit.

La situation de début 2018 pour EDF est bonne, mais maintenant le problème posé est le suivant : «Va-t-on continuer à vendre des actifs?». Aujourd’hui cela semble être le cas (alors que c’est à la fois un enrichissement et un appauvrissement). Le deuxième élément à prendre en compte, c’est que Flammanville va continuer de coûter cher tout comme l’EPR d’Hinkley Point. Par conséquent la situation réelle d’EDF reste une inconnue malgré des résultats bruts d’exploitation satisfaisants.

 

En ramenant cela à la dette d'EDF (36,2 milliards d’euros au 30 juin 2016), cette hausse est-elle encourageante ou juste conjoncturelle ? 

C’est incontestablement conjoncturel. Le fait d’avoir contracté cette dette avait pour objectif de faire du nucléaire. Aujourd’hui, les réacteurs nucléaires sont amortis et l’on dégage de la marge. Si jamais on suit un programme de désengagement du nucléaire, on ne bénéficiera pas de ces installations déjà amorties. Par conséquent l’on s’achemine vers un déséquilibre, car l’intérêt d’avoir contracté cette dette était de bénéficier des revenus que l’on allait dégager des 58 réacteurs nucléaires sur le long terme. Si jamais on les arrête, on va perdre cet élément clé sur lequel repose entre autres notre économie. 

 

Le fait de continuer à annoncer que l’on va arrêter des centrales qui marchent et qui sont amorties pour des raisons idéologiques représente un handicap certain. Un aveugle le verrait.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 02/08/2018 - 10:13 - Signaler un abus Ici aussi, l’idéologie ringarde Hulot frappe et tue!

    Le « désengagement du nucléaire » promis par les socialauds pour conserver le vote écologiste est une aberration totale, d’autant plus dans le système de soumission tous azimuts où s’est enfoncée la France gauchiste! Il faut vraiment arrêter les khommeries, là ! Il faut cesser de subventionner les énergies intermittentes, qui sont un gouffre financier pour le con-tribuable Français, et relancer d’urgence tout le secteur du nucléaire (faire racheter la branche turbine donnée en cadeau à GE, par l'état, pourquoi pas?...) . Bref! Il faut virer N.Hulot et sa bande de minoritaires malfaisants, cesser de subventionner sa chaîne de propagande rechauffiste, et reprendre le chemin du bon-sens, il y a urgence pour la France!

  • Par antidote - 02/08/2018 - 12:39 - Signaler un abus Stop au massacre !

    Nous sommes une nation nucléaire , notre expérience se vend et s'exporte .Alors ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain ! EDF reste une entreprise performante et le sauvetage AREVA en est la preuve .

  • Par ciara - 02/08/2018 - 12:55 - Signaler un abus D'abord

    Confier la parole à un individu comme LLF qui non seulement a des casseroles accrochées quelque part mais en plus a toujours montré son incompétence légendaire à la SNCF par exemple mais aussi à ELF ou il n'a pas été blanc comme neige, me parait pour le moins hasardeux. Si in comprend entre les lignes ce qu'il nous raconte , il est vrai qu'EDF, sous la pression de Hulot et de sa clique, va fermer des centrales nucléaires encore rentables. Est-ce que cela vous étonne de la part d'écologistes bidons, sans aucune culture ni scientifique, ni économique?????

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Loïk Le Floch-Prigent

Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.

Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981-1982), il devient successivement PDG de Rhône-Poulenc (1982-1986), de Elf Aquitaine (1989-1993), de Gaz de France (1993-1996), puis de la SNCF avant de se reconvertir en consultant international spécialisé dans les questions d'énergie (1997-2003).

Dernière publication : Il ne faut pas se tromper, aux Editions Elytel.

Son nom est apparu dans l'affaire Elf en 2003. Il est l'auteur de La bataille de l'industrie aux éditions Jacques-Marie Laffont.

En 2017, il a publié Carnets de route d'un africain.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€