Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une écologiste, ça devient ministre et ça ouvre (aussitôt) sa gueule !

Pauvre Hollande ! A peine nommée, Emmanuelle Cosse l’a envoyé dans les cordes. Pourquoi se gênerait-elle ?

Meuh !

Publié le
Une écologiste, ça devient ministre et ça ouvre (aussitôt) sa gueule !

Emmanuelle Cosse, en compagnie de Cécile Duflot. Crédit Reuters

Dans l’Histoire de France, les Rois fainéants n’ont pas le beau rôle. L’imagerie populaire les représente affalés sur des coussins dans un chariot tiré par des bœufs. Ils s’empâtent, prennent du gras, et n’ont qu’un pouvoir honorifique que leur concèdent les Maires du Palais qui décident de la marche du royaume. Qui connait le nom de Clotaire IV, un de ces rois mérovingiens ? Personne sauf quelques médiévistes distingués. En revanche son Maire du Palais, est célèbre : il s’agit de Charles Martel. 

François Hollande a quelques points communs avec Clotaire IV.

Et Manuel Valls, son potentiel Maire du Palais, offre quelques ressemblances avec le vainqueur de la bataille de Poitiers. Comme lui, il n’est pas très tendre avec l’Islam. Mais l’essentiel n’est pas là. C’est qu’il faut des bœufs pour tirer le charriot de Clotaire IV, autrement dit de François Hollande. Or les pâturages de Moi-Je sont tristement déserts. Une étrange maladie – celle de la vache folle, de la gauche folle ? – a fait d’affreux ravages dans le cheptel bovin du roi.

Impossible de trouver de bonnes bêtes marchant paisiblement et droit. On prend donc ce qu’on trouve : des bœufs indisciplinés, turbulents, rétifs et tirant dans tous les sens au risque de faire basculer le charriot. C’est ainsi que trois écologistes ont fait leur entrée au gouvernement. Et la plus connue d’entre eux, Emmanuelle Cosse, a aussitôt montré son très, très mauvais caractère. Le sang de Sylvia Pinel, qui l’avait précédée au ministère du Logement, était à peine sec, qu’elle a réaffirmé son opposition franche et farouche au projet de déchéance de la nationalité.

Il s’agit là pourtant d’un engagement solennel de François Hollande.  "Le président ne m’a pas demandé de me renier", a précisé Emmanuel Cosse.  Mais il ne lui a sans doute pas demandé non plus de lui cracher, si vite et publiquement à la gueule…

On se gardera bien de critiquer la toute nouvelle ministre : elle avait besoin de faire savoir aux siens et à ceux qui pensent comme elle, qu’elle ne s’était pas couchée devant le président de la République en échange d’un portefeuille. Elle a préféré – on la comprend – dire clairement que c’était lui qui s’était couché. 

François Hollande n’avait pourtant pas ménagé sa peine et ses efforts pour amadouer les écologistes dont il avait tant besoin. Il pensait les avoir grassement payés en leur promettant un référendum bizarre et improbable sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ce n’était pas suffisant. D’où la sortie de Mme Cosse. Car pourquoi se gênerait-on avec un roi fainéant dont le charriot est visiblement embourbé ?

Les propos d’Emmanuelle Cosse n’ont suscité aucune réaction de l’exécutif qui avait déjà pendant des mois supporté Christiane Taubira en gardant un silence apeuré quand cette dernière disait pis que pendre de la déchéance de nationalité. Tout au plus, peut-être que François Hollande a plaintivement appelé la ministre du Logement : "Dis-moi, Emmanuelle, t’aurais pu quand même attendre quelques jours !"

Quant à Manuel Valls, il n’a rien dit non plus. Pourquoi volerait-il au secours du pauvre Hollande ? Il attend son heure qui viendra peut-être plus vite que prévue. Contrairement aux rois maudits, rendus célèbres par Maurice Druon, les rois fainéants sont faits pour être méprisés…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 13/02/2016 - 13:59 - Signaler un abus A peine nommée elle ouvre sa g......

    Hollande pensait qu'en prenant la n° 1 des verts il éviterait l'opposition des verts. Pas de bol, elle ne change pas de politique, elle est contre tous les projets en cours.( Notre Dame des Landes, Contournement de stasbourg et ce n'est pas fini...) Notre presigland n'avait pas pensé à celle la, toujours aussi perspicace !

  • Par Joly Maurice - 13/02/2016 - 19:16 - Signaler un abus Très bonne métaphore.

    Cette métaphore, mêlant bovidés et zozo écolos est de la plus grande pertinence et dénote chez vous, cher Monsieur Rayski une grande capacité d'analyse politique. Sauf que ce n'est pas vraiment aimable, et même un peu "vache" pour les bœufs! J'espère que dans la suite vous n'aurez pas trop d'ennuis avec madame Bardot.

  • Par adroitetoutemaintenant - 13/02/2016 - 19:53 - Signaler un abus Un président ?

    Cet être malsain boufferait sa merde pour se faire réélire !

  • Par Carlsag - 13/02/2016 - 20:16 - Signaler un abus abc

    Je trouve qu'ils sont gras pour des écolos Mangent ils vraiment sainement S'adonnent ils à des activités physique comme le jardinage ,le vélo ,...

  • Par vangog - 13/02/2016 - 22:57 - Signaler un abus À chaque gouvernement, on croit que les gauchistes ne pourront

    descendre plus bas, dans l'incompétence et la perversité...et puis Si! Ils parviennent à nous étonner, à chaque fois...

  • Par arcole 34 - 14/02/2016 - 10:57 - Signaler un abus AH OUI LES ECOLOGISTES

    Ils sont verts dehors mais rouge dedans , des pastèques brefs .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoit Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€