Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 19 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Durcissement du contrôle des chômeurs : mais au fait, quelle est la part de chômage "choisi" et la part de chômage subi ?

Selon le Canard Enchaîné, le gouvernement souhaiterait renforcer le contrôle des demandeurs d'emploi avec notamment la mise en place d'un rapport d'activité mensuel.

Dans la balance

Publié le
Durcissement du contrôle des chômeurs : mais au fait, quelle est la part de chômage "choisi" et la part de chômage subi ?

Selon le Canard Enchaîné, le gouvernement souhaiterait renforcer le contrôle des demandeurs d'emploi avec notamment la mise en place d'un rapport d'activité mensuel. Aujourd'hui quelle est la part du chômage qui est dûe à la non-incitation au travail et quelle est la part liée au contexte macro-économique ? La politique prévue par le gouvernement vous semble-t-elle donc justifiée ?

Eric Verhaeghe : Cette question est évidemment en partie théorique, notamment parce qu'il n'est pas toujours facile de faire la distinction entre ce qui relève de la désincitation au travail et ce qui relève du contexte économique. Mais on peut poser quelques jalons simples pour illustrer la problématique française. Ainsi, le taux de chômage dans la zone euro est passé sous la barre des 9%. Il était à 8,8% en octobre 2017. Il est proche de 9,5% en France. On peut donc en déduire que l'excédent de chômage en France provient, en zone monétaire unique, d'une différence de traitement des chômeurs qui produit une désincitation au travail.
Autrement dit, un alignement des conditions françaises d'indemnisation des chômeurs sur la moyenne des conditions de la zone euro permettrait de faire rapidement baisser de 0,7 point le taux de chômage en France. Ce raisonnement est forcément théorique, mais il indique que l'augmentation du chômage en France alors que la croissance est plutôt dans une fourchette haute tient largement aux conditions d'indemnisation trop favorables. Reste à savoir, pour le reste, pourquoi la France connaît aujourd'hui un différentiel d'au moins 4 points de chômage par rapport à l'Allemagne. Beaucoup considèrent que ce différentiel tient à la politique allemande en matière d'incitation au travail. 
 

Quelle part du mal peut-on attribuer aux problèmes structurels de l'économie française et quelle part attribuer aux problèmes conjoncturels ? 

Nicolas Goetzmann : Si l’on considère que le taux de chômage français est aujourd’hui de 9,9% selon l’INSEE, et que le taux de chômage qui correspond au plein emploi est de 6%, il est alors possible de faire une décomposition. D’une part, lorsque l’on prend les pays affichant les taux de chômage les plus bas, comme le Royaume Uni ou les Etats Unis, on peut se rendre compte que le taux de plein emploi peut atteindre un chiffre compris entre 4 et 5%, au lieu de 6%. Il existe donc bien un effort à réaliser sur le terrain structurel, qui correspond à un 1 ou 2 points de chômage. D'autre part, pour le solde restant, c’est 4 points de chômage conjoncturel, qui est donc largement majoritaire dans le pays. Or, tout le problème, lorsque le taux de chômage conjoncturel est élevé, c’est de fragiliser ceux qui cherchent vraiment un emploi, sans en trouver un, dans le but d’inciter ceux qui ne cherchent pas à envoyer des CV. Lutter contre l’assistanat dans une telle configuration, c’est d’abord frapper ceux qui sont réellement en état de souffrance face à l’emploi. Une telle politique, une telle vision, peut avoir du sens lorsque le plein emploi est atteint et que l’on veut lutter contre le taux de chômage structurel, mais cela ne correspond tout simplement pas à la situation actuelle.
 
Eric Verhaeghe : La question est évidemment difficile à traiter parce qu'elle recouvre des réalités micro-économiques très différentes. Prenons un exemple simple: la situation de Paris intra-muros. Dans le 15è arrondissement, le taux de chômage est proche de la moyenne nationale: il est inférieur à 10%. Dans le 19è ou le 20è arrondissement, le taux de chômage est de 15%. Si vous examinez la réalité en termes macro-économiques, vous perdez ces différences de vue. Or, rien n'explique rationnellement que le chômage soit 50% plus élevé d'un côté de la Seine plutôt que de l'autre, si ce ne sont des choix conjoncturels. La population du 19è ou du 20è arrondissement est moins qualifiée, sans doute, mais peut aussi plus facilement se passer d'emploi pour atteindre le niveau de vie qu'elle espère que dans le 15è arrondissement. Dans une ville aussi dynamique que Paris, vous pouvez assez facilement considérer que la part du chômage supérieure à la moyenne nationale relève du conjoncturel. Vous ne pouvez évidemment pas dire la même chose dans des zones où la désindustrialisation a lourdement frappé.  
 

Comment expliquer la coexistence de cette double perception d'une France qui ne travaille pas assez d'un côté et d'une France à qui on ne donne pas assez de travail de l'autre ?

Eric Heyer : Il y a toujours eu cette idée qui a traversé les générations selon laquelle les chômeurs sont des fainéants et qu'il faut mettre plus de contraintes sur eux pour les inciter à retrouver un emploi sur le marché du travail. Ce n'est pas une idée nouvelle. Elle n'est pas particulièrement folle, mais aujourd'hui elle est fausse. Plus vous vous rapprochez des 5% de chômage, plus elle prend du poids. Lorsque nous sommes entre 2,5% et 3% et que le chômage se situe entre 5 % et 6%, alors dans cette dernière partie, il peut y avoir plus de chômage volontaire. Dans un contexte où la croissance est faible, cette proportion-là se noie dans une autre réalité, celle du chômage involontaire.
 
Nicolas Goetzmann : L’explication la plus rationnelle consiste déjà à regarder qui sont les personnes qui soutiennent cette vision défendue ici par Emmanuel Macron. Le discours anti-assistanat trouve son écho le plus fort chez les retraités, comme le révélait un sondage IFOP sur la réforme de l’indemnisation du chômage, ou seuls les plus de 65 ans étaient majoritairement favorables (53%) à une baisse des allocations et à raccourcir la durée d’indemnisation. Le fait est que les plus de 65 ans n’ont jamais véritablement connu une crise de cette nature. L’environnement qu’ils ont connu a été plutôt favorable, économiquement parlant, tout au long de leur vie professionnelle. L’idée même de ne pas pouvoir trouver un emploi ne peut être assimilée de la même façon que par des catégories d’âge qui ont massivement connu des vagues de licenciements en raison de la chute de chiffre d’affaires de leurs entreprises. Il existe donc bel et bien une incompréhension générationnelle, où des grands parents sont confrontés à des enfants, ou à des petits enfants qui ne trouvent pas d’emploi, et qui ne peuvent pas s’imaginer qu’il n’y a pas d’emploi à trouver. Ce qui provoque des réactions du type "c’est parce que tu ne cherches pas vraiment", ce qui est d’une insupportable brutalité pour ceux qui passent leur vie à envoyer des CV. La crise de la demande que le pays traverse depuis 2008 n’a de réel équivalent, en théorie, qu’avec la grande dépression de 1929. Les retraités sont passés à travers, et ils appliquent, assez logiquement, les solutions qu’ils imaginent à la crise actuelle, c’est-à-dire les solutions qui correspondent à l’environnement qu’ils ont connu. Emmanuel Macron, par cette phrase, ne fait que révéler son incapacité à assimiler la nature de la crise actuelle.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 29/12/2017 - 10:39 - Signaler un abus Oui mais

    Sous des dehors savants c'est un peu n'importe quoi:! 1. Comparer, comme le fait Verhaeghe les 10% du chômage français avec les 8.7% de la zone Euro, c'est d'abord oublier la variable démographique: la France a plus de gens à arriver sur le marché du travail et moins à en sortir que l'Allemagne, c'est ensuite oublier que quand on a un excédent de 250MM d'euros comme l'Allemagne , cela produit 3 millions d'emplois!!!! 2 D'où vient ce 6% de plein emploi ? Dans les années 70 on avait 2.5% et Pompidou disait que si le nombre de chômeurs devait dépasser les 500 000 ce serait l'explosion!!! En 1970, un type sortant illéttré du système scolaire se voyait offrir une pelle et une pioche pour bosser! Aujourd'hui, il faut créer des emplois verts débiles pour employer ces gens! Il est incontestable qu'une partie du chômage est volontaire mais faudrait il être assez con pour aller pointer à l'usine avant qu'elle ne délocalise pour gagner le Smic et se faire insulter par les bobos parce qu'on va au boulot en diésel! C'est plus rentable de bricoler au noir ou de dealer ( voila peut être pourquoi le taux de chômage est plus élevé dans le 20 eme! ) N'importe quoi !

  • Par gerint - 29/12/2017 - 11:18 - Signaler un abus Le chômage ne régressera pas longtemps

    Du moins je le crois car le développement des techniques et de l’intelligence artificielle séparera les tâches entre celles qui sont compatibles et celles qui sont imcompatibles avec les technologies et donc entre tâches utiles et viables et tâches inutiles et vouées à la disparition. On devrait avoir besoin de beaucoup moins de personnes au travail même si de nouveaux métiers sont créés et le chômage sera tel qu’on devra établir le fameux revenu universel et sans doute réguler les naissances

  • Par Ganesha - 29/12/2017 - 11:38 - Signaler un abus Gerint, d'accord avec vous !

    Emmanuel Macron nous a déjà montré qu'il était capable de changer d'avis, par exemple sur l'immigration. Je pense que dans deux ans, l'échec de sa politique libérale sera incontestable. Évidemment, des événements nouveaux se seront produits : résultats électoraux dans des pays voisins, avec montée de l'extrême-droite, crise boursière. Des expériences de Revenu de Base sont en cours en Finlande et aux Pays-Bas. Assez rapidement, l'opinion publique va mûrir. Un économiste aussi réputé que Pierre Ronsanvallon l'a cité dans le 28 minutes d'Arte, hier jeudi. La charmante mme Quin a fait ''celle qui n'a pas entendu''... Les gentils retraités qui n'auront pas la chance de trouver rapidement le ''repos éternel'', devraient commencer à se préparer à devoir avaler cette potion qu'ils imaginent bien amère ! Il s'agit pourtant de la seule solution optimiste pour l'avenir !

  • Par Anouman - 29/12/2017 - 11:44 - Signaler un abus Plein emploi

    Pourquoi 6% ? Il y a des pays européens entre 3 et 4. Comparer à la moyenne de l'Europe n'a aucun sens. Quant à savoir qui dans les 10% ne fait pas d'effort ou a vraiment des problèmes c'est sans doute difficile. J'ai connu des gens parfaitement employables qui alternaient CDD et périodes de chômage ( 4 ou 6 mois) pour des convenances personnelles.Et c'est parce qu'ils étaient employables qu'ils pouvaient le faire.

  • Par MIMINE 95 - 29/12/2017 - 11:49 - Signaler un abus MOUAIS MOUAIS

    "Dans le 19è ou le 20è arrondissement, le taux de chômage est de 15%". ......."Or, rien n'explique rationnellement que le chômage soit 50% plus élevé d'un côté de la Seine plutôt que de l'autre, si ce ne sont des choix conjoncturels. La population du 19è ou du 20è arrondissement est moins qualifiée", moins qualifiée dites vous, mais croyez moi, pas pour tout !!!

  • Par kelenborn - 29/12/2017 - 12:15 - Signaler un abus Gerint+Ganesha

    Vous serez peut être surpris si je vous dis que je suis d'accord avec vous, à une réserve près: pour qu'il y ait un revenu universel , il faut qu'il y ait un gateau à partager! L'ennui est, qu'avec Toutânekhamon et Melenchouille, le gâteau va se transformer en boites de quinoa , tout simplement parce que ces deux crétins auront massacré l'économie! Ce ne sont d'ailleurs pas eux qui sont le plus à craindre car ils sont morts de chez mort mais quand on entend la canaille De Villiers se demander pourquoi la droite ne s'empare pas des thèmes écologistes, il y a de quoi avoir froid dans le dos!

  • Par thymthym711 - 29/12/2017 - 14:01 - Signaler un abus 1,5 million de personnes fantômes...

    "...le taux de chômage qui correspond au plein emploi est de 6%...le taux de plein emploi peut atteindre un chiffre compris entre 4 et 5%, au lieu de 6%". Cela fait tout de même environ 1,5 million de personnes qui n'ont aucune possibilité d'obtenir un emploi : des oubliées, des "sans valeur". Ces personnes ne devraient-elles pas être indemnisées à vie ?

  • Par thymthym711 - 29/12/2017 - 14:09 - Signaler un abus Le retraité est-il forcément stupide ?

    "Ce qui provoque des réactions du type "c’est parce que tu ne cherches pas vraiment"…" On entendait déjà des réflexions identiques il y a plus de trente ans. J'ai connu ça ! "Les retraités sont passés à travers, et ils appliquent, assez logiquement, les solutions qu’ils imaginent à la crise actuelle, c’est-à-dire les solutions qui correspondent à l’environnement qu’ils ont connu." Quand je serai à la retraite deviendrai-je ignorant et perdrai-je toutes mes capacités de réflexion ? J'ai l'audace de ne pas le croire. Pourquoi les retraités seraient-ils plus stupides que les non retraités ?

  • Par Ganesha - 29/12/2017 - 14:41 - Signaler un abus Revenu de Base

    Un point essentiel, c'est que le Revenu de Base devra être strictement réservé aux citoyens français. Et il faut le répéter sans relâche, jusqu'à ce que le plus abruti des ''papys-Atlantico'' l'ait enfin compris : ce dispositif constituera alors ''l'arme de dissuasion massive'', qui rendra la France ''invivable'' pour tous les immigrés, légaux ou illégaux ! Par ailleurs, par l'expérience de ce qui a existé en Angleterre au 19ème siècle, il faudra maintenir un salaire minimum : il n'y a pas de limites aux excès de cupidité de certains patrons-voyous...

  • Par Stargate53 - 29/12/2017 - 15:10 - Signaler un abus Le stock d'emplois pour faire chuter le chômage à 5% est Où ?

    S'il existait un stock d'emplois qui permettrait à 50% des chômeurs de travailler, je pense que cela se saurait ! Car pour passer d'un taux de 9,5% à 5%, il ne suffit pas de le décréter : Il faut de l'activité économique soit plus intense que celle aujourd'hui, il faut des bons produits français qui se vendent, il ne faut pas laisser nos brevets être racheté par les autres pays, il faut innover, il faut former les gens, il faut des banquiers prêt à aider la création d'entreprise avec une certaine prise de risque etc... Le chômage n'est pas une abstraction statistique mais des individus souvent en mal d'emploi ou sortant de contrats précaires avec toutes les souffrances que cela implique car tous ne sont pas des resquilleurs ! Quant aux retraités, leur vie n'a pas été le long fleuve tranquille que certains dressent à leur égard et beaucoup savent ce qu'un licenciement veut dire ! Alors, restons lucide, le chômage n'est pas la cause mais la conséquence du malaise économique français, Commençons par le début en par corrigeant tout ce qui, socialement, fiscalement et économiquement, ne va pas et après il sera temps de discourir sur le niveau de chômage acceptable !

  • Par vangog - 29/12/2017 - 16:10 - Signaler un abus Dans trois ans la France gauchiste sera encore à 10%...

    de chômage! pour incapacité à conduire des réformes intelligentes et énergiques, et beaucoup de poudre aux yeux pour bobos-gochos manipulables à merci...

  • Par Ganesha - 29/12/2017 - 16:18 - Signaler un abus Retraités

    Il ne s'agit pas des ''retraités'' en général, mais des abonnés d'Atlantico. Sur un site de discussion internet, nous avons tous, et c'est normal, des gens dont nous lisons les commentaires avec intérêt, et d'autres moins... Personnellement, parmi ceux qui insupportent, il y a ceux qui s'expriment dans une langue de bois incompréhensible, ceux qui répètent mille fois le même argument, sans tenir compte des objections qu'on leur présente. Les ''There is no Alternative'', qui, tels des écoliers vous répètent : ''Si vous ne vous pliez pas aux lois du Libéralisme, Josef Staline va revenir, et il va vous dévorer tout cru !''. J'essaie de toujours argumenter mes textes, et j'ai le plus profond mépris pour les minables qui n'ont rien d'autre à exprimer que des insultes et des attaques personnelles. Reste encore une catégorie fréquente : ceux qui ont été tellement bouleversés par la lecture de la première phrase d'une intervention, qu'ils ont été incapables d'intellectualiser les suivantes...

  • Par cloette - 29/12/2017 - 16:26 - Signaler un abus revenu de base et chômage de masse

    cela veut dire que la majorité de la population vivra chichement , consommera forcément chichement, ( aujourd'hui on peut dire que c'est bombance à côté de se qui va se passer ) il faudra beaucoup de "jeux "avec le pain pour calmer la faim des corps et des esprits .Tenir compte aussi du fait que la minorité des "nantis" qui travaillent seront surimposés pour payer ces revenus, leur patience aura des limites

  • Par karbo - 29/12/2017 - 18:35 - Signaler un abus Vraie cause

    Deux années à 70% du salaire....a savourer jusqu'au bout!!!

  • Par kelenborn - 29/12/2017 - 20:30 - Signaler un abus Ganesha

    Il y a quatre catégories de gens: ceux qui comprennent, ceux qui comprennent qu'ils ne comprennent pas ( ce sont les plus intelligents), ceux qui ne comprennent pas qu'ils ne comprennent pas ( ça c'est Ah2bouh) et puis ceux qui ne veulent pas comprendre et ...vous en êtes peut être un gentil-membre!!!! J'oubliais les cinglés comme Vangode mais la....cela relève du lexique médical

  • Par Ganesha - 29/12/2017 - 22:48 - Signaler un abus Cloette

    Cloette, je pense que les multiples expériences de Revenu de Base qui ont été menées depuis de nombreuses années sur tous les continents, contredisent votre pessimisme. À l'opposé de ce que vous imaginez, les populations qui ont la chance d'être sélectionnées ne passent pas leur temps à manger des pizzas en regardant la télé ! Elles font preuve d'imagination, d'audace, et de courage ! Bénéficier d'un ''filet de sécurité'' encourage les initiatives et la prise de risques. Faites l'effort de regarder cette vidéo de 30 minutes https://www.arte.tv/fr/videos/073399-012-A/arte-regards/ Également de nombreuses informations https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Revenu_de_base

  • Par Ganesha - 29/12/2017 - 23:10 - Signaler un abus Kelenborn

    Kelenborn, on dit que ''Il n'y a que la vérité qui blesse'' ! Et votre commentaire de 20h30 me paraît totalement ''à côté de la plaque'' ! Je suis à l'écoute de tous les arguments, surtout quand ils possèdent un minimum de logique, et encore plus, s'ils confirmés par l'expérience pratique. Ce qui me met particulièrement en colère, ce sont les articles comme celui ci-dessus, qui n'est que propagande et carabistouilles, puisqu'il compare des taux de chômage sans dire un mot des taux de pauvreté dans les différents pays concernés. Une ou deux fois par an, mr Goetzmann obtient de son patron, mr Ferjou, la permission d'associer ces deux notions.

  • Par Ganesha - 30/12/2017 - 02:20 - Signaler un abus Kelenborn

    En fait, notre ami Vangog est un être ''binaire'' : il lui arrive d'avoir des moments de lucidité, et il publie alors, dans un langage compréhensible, des commentaires relativement raisonnables. Mais, la plupart du temps, il semble atteint du ''Syndrome de Blanche-Neige'' ! Cette jolie demoiselle ''voyait des nains partout''. Vangog, lui, qualifie de ''gauchistes'' tous les gens qu'il n'aime pas. Pour lui, Adolf Hitler est un ''dangereux gauchiste'' !

  • Par Stargate53 - 30/12/2017 - 08:02 - Signaler un abus Commentaire n'est pas, mise en cause personnelle !

    Les commentaires ne visent pas à imposer son point de vue aux autres mais à exprimer son opinion ou son analyse sur un article. Il convient donc de ne pas condamner quelqu'un par des réponses assassines ceux ne pensent pas comme soi. La tolérance et le droit à l'erreur sont des principes de la liberté d'expression d'une démocratie. Donc il serait souhaitable que chacun donne son avis, un point c'est tout !

  • Par kelenborn - 30/12/2017 - 09:25 - Signaler un abus Ganesha

    J'ai, dans mon "habitus" un certain penchant pour la défense des minorités (pour autant qu'elles ne s'auto-proclament pas visibles)et vous en faites partie ici- De toutes manières vous êtes capable de vous défendre tout seul. A la différence d'un certain nombre d'abrutis qui élucubrent ici , je considère qu'une droite et une gauche sont nécessaires pour le mouvement social (et cela existait déjà à Rome!) Mais je considère aussi que la gauche a trahi, qu'elle s'est écartée de ses idéaux égalitaires (au sens de la DDH qui ne reconnait pas les discriminations positives) et de sa foi dans le progrès: la gauche était prométhéenne, croyait au progrès et à la transformation de la nature par l'homme et rejetait les idéologies d'origine religieuse parce qu'elles impliquaient un asservissement de l'homme...Voila ..et je persiste et signe: je ne mets pas en cause vos convictions mais je pense qu'elles s'appuient sur quelques présupposés qui sont inexacts et que vous ne reconnaissez pas comme tels. Quant à Vangode ! mystère! s'il était honnête il devrait comprendre qu'il travaille contre son camp, est il un agent infiltré de Plennel? Je sèche!

  • Par kelenborn - 30/12/2017 - 09:32 - Signaler un abus STARGATE

    On peut avoir la plume assassine mais cela fait partie des règles du jeu!!! Il y a sur Causeur/Louseur des imbéciles qui n'arrivent pas à se noyer dans leur imbécillité et qui font appel à la censure. Ce n'est pas le cas ici! Allez sur Louseur si vous ne voulez pas que votre pantalon neuf soit éclaboussé quand on soigne les cochons mais , certains méritent la nourriture qu'ils reçoivent! Comme certains contributeurs d'ailleurs. Ferjou devrait déserter de temps à autre les plateaux télés pour voir ce qui s'écrit. Il ne le fait pas, pas plus d'ailleurs qu'il ne s'inquiète de la qualité technique déplorable des moyens mis à disposition des lecteurs!

  • Par Stargate53 - 30/12/2017 - 15:50 - Signaler un abus kelenborn

    Merci de vous occuper de vos commentaires et de rien d'autre ! Personne n'attend autre chose de vous, cher monsieur !

  • Par kelenborn - 01/01/2018 - 22:12 - Signaler un abus stargate

    Moi c'est pour ...te rendre service parce que...à priori , un forum c'est fait pour s'occuper des commentaires des autres sinon ça ne sert à rien! Je conçois que tu préfères débattre avec toi même ...au moins personne ne te contredira et personne ne te dira que tu es con à moins de convenir qu'il l'est lui même ! Amen !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Eric Heyer

Éric Heyer est directeur du Département analyse et prévision depuis 2015 à l'OFCE.

Le département compte 17 économistes. Ils réalisent deux fois par an une prévision à court terme (6 trimestres) de l'économie mondiale ainsi que des prévisions à long terme (2010) pour le compte d'administrations ou des Assemblées.

Le département analyse également les questions de politique économique française et européennes (35 heures, fiscalité, politiques de l'emploi et politiques sociales, politique budgétaire et monétaire) et les questions structurelles (réformes fiscales, impact des nouvelles technologies). Les méthodes d'investigations sont les comparaisons internationales, les analyses économétriques et les modèles.

 

Voir la bio en entier

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€