Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Durcir les peines ou procéder à plus d’arrestations ? Ce que nous apprend l’expérience menée par la police de Milan grâce au logiciel KeyCrime

En provenance des Etats-Unis, certains logiciels sont utilisés par plusieurs polices européennes, dont celle de la ville de Milan en Italie, afin d'anticiper les crimes, et ainsi d'augmenter le nombre d'arrestations. Une technique dont l'efficacité reste à prouver.

Arme de dissuasion active

Publié le
Durcir les peines ou procéder à plus d’arrestations ? Ce que nous apprend l’expérience menée par la police de Milan grâce au logiciel KeyCrime

Atlantico : La police de Milan utilise depuis un certain temps un logiciel, KeyCrime, qui permettrait de prévenir le risque d'actes criminels, et donc de faciliter le processus d'arrestation. Comment fonctionne ce type de logiciels ? Sont-ils vraiment efficaces pour augmenter le nombre d'arrestations ? 

Jean-Paul Megret : Ce type de logiciel provient des Etats-Unis, dont les premiers tests ont été réalisés il y a quelques années, pour la première fois, dans la ville de Charlotte (Caroline du Nord). Ce sont des logiciels qui fonctionnent selon un fantasme que j'associerais au film Minority Report, c'est-à-dire qu'on laisse croire à la population qu'on peut prédire à coup sûr les endroits où les crimes et délits vont se dérouler.

Ces logiciels ont recours à un certain nombre de données statistiques collectées par les services de police et de gendarmerie, les anciennes plaintes, les zones sociologiques liées à un bassin de population - on peut penser dans ce cas aux quartiers résidentiels par exemple pour prévoir les cambriolages - celles où l'on dénombre un certain nombre de distributeurs de billets, etc. Il s'agit d'essayer d'expliquer, à travers un fantasme lié à ce type de logiciel, qu'on pourrait prédire les crimes, et donc, par une politique de dissuasion, positionner des véhicules à endroits fixes.

Tout en pesant mes mots, je considère ces logiciels comme de l'escroquerie. Ils coûtent extrêmement chers, et sont développés par des sociétés qui ont bien compris qu'aujourd"hui, le business lié à la sécurité intérieure offre de nombreux débouchés financiers. En aucun cas, ces logiciels ne permettent de prédire, au sens le plus étroit possible, les crimes et les délits. Au mieux, ces logiciels permettent de réalouer les forces à des endroits et sur des créneaux horaires parmi les plus criminogènes. Néanmoins, il n'est pas nécessaire d'avoir recours à ce type de logiciels qui coûtent extrêmement chers, pour savoir que les cambriolages se passent en journée dans les zones résidentielles, ou bien que les vols à la portière sont fréquents du côté de Pierrefitte-sur-Seine en région parisienne (93) du fait de la proximité avec les cités.

Tout ceci relève de l'habillage technologique pour essayer de vendre une idéologie dangereuse qui est de croire que tout est prédictible, alors que nous avons des délinquants qui s'habituent et s'adaptent aux modes de fonctionnement des forces de police - certains connaissent exactement les heures de fin de service de certaines unités de brigades anti-criminalité, ce qui nous oblige à les changer régulièrement. En plus de cette dangerosité, cela ne résout pas le problème qui est de dire que toute activité délituelle ou criminelle doit être sanctionnée, ce qui constitue l'un des principes de nos sociétés démocratiques et libérales. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 27/04/2016 - 09:13 - Signaler un abus Mme Taubira rendra compte de ses méfaits

    Cet article met en évidence deux conséquences révoltantes de l'action de cette ennemie de la France et des magistrats du mur des cons (syndicat de la magistrature) = Un grand nombre de délinquants même récidivistes ne sont pas incarcérés et des "gangs ...moldaves et tchétchènes préfèrent venir écumer la province française plutôt que d'aller en Espagne, en Italie ou en Grande-Bretagne où les peines sont beaucoup plus lourdes" .... Voilà comment cette justice de honte protège les honnêtes citoyens.... rappelons aussi que la construction de 20 000 places de prison a été rayée par l'ex ministre des voyous et criminels .....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Mégret

Jean-Paul Megret est secrétaire national du Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€