Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dupont, Martin, de Truc ou Placé (en garde à vue...) : ce que nos noms décident de notre vie

Dans un article, la BBC évoque les travaux sur la notion de "déterminisme nominatif", qui établit un lien entre le prénom ou le nom d'une personne et son activité professionnelle.

Et tu t'appelleras...

Publié le
Dupont, Martin, de Truc ou Placé (en garde à vue...) : ce que nos noms décident de notre vie

 Crédit GILE MICHEL/SIPA

Atlantico : Un article de la BBC fait état de travaux sur la notion de "déterminisme nominatif", établissant un lien entre le prénom ou le nom d'une personne et son activité professionnelle. Êtes-vous d'accord avec ces travaux ?

Jean-François Amadieu : C'est vrai que ces travaux existent depuis déjà longtemps. Ils ont suscité quelques discussions dans la communauté académique. Maintenant, je pense qu'indépendamment de la force des corrélations entre les syllabes d'un prénom ou d'un nom et la profession qu'on exerce ou la ville dans laquelle on habite, il n'est pas contestable que l'égotisme existe. Donc le fait que des gens choisissent de s'orienter vers certains métiers plutôt que d'autres, par exemple, en fonction de leur nom ou de leur prénom, ce raisonnement est juste, cela a un effet. Après, il y a une discussion sur l'ampleur de cette influence. 

Dès lors que ce "déterminisme nominatif" est considéré comme avéré, la notion remet-elle en cause le libre-arbitre d'une personne ?

Il est vrai qu'on parle souvent de "déterminisme nominatif" mais le terme est un peu fort, parce qu'un déterminisme, en sociologie, est un terme un peu péjoratif. L'approche sociologique du terme consiste à dire que toute votre vie est absolument déterminée, que vous n'avez plus de choix personnels, que vous êtes sur des rails. Dans ce cas, l'effet du "déterminisme nominatif" n'est pas si important que cela, d'où les discussions scientifiques sur la question de savoir dans quelle mesure cela a un impact. 

Il est certain que le prénom que vous portez aura une influence, par exemple sur les personnes que vous rencontrerez. Là aussi, par similarité, vous allez chercher des gens, ou apprécier des gens qui portent des prénoms ou des noms qui ont une proximité avec le vôtre. C'est le même raisonnement avec une ville ou une activité professionnelle. Mais, évidemment, il y a bien d'autres raisons qui font que l'on va choisir d'habiter dans une ville, de faire un métier, etc. Cette variable va jouer, mais le choix personnel reste évidemment considérable. 

Quels autres variables peuvent entrer en compte dans la vie d'une personne ? 

Quand les gens choisissent leurs études, leurs orientations professionnelles, ils le font d'abord en fonction de leurs goûts, de leurs préférences, de leurs capacités, etc. Il y a des tas de raisons, bien entendu. Le déterminisme nominatif peut avoir un petit effet pour quelques individus seulement. Prenons l'exemple des dentistes, comme le font les chercheurs américains : peut-être que les Dennis choisissent plus souvent cette profession, mais il y a très peu de Dennis au total, et même si quelques-uns d'entre eux ont choisi ce métier par déterminisme nominatif, les dentistes qui s'appellent Laurent ou François exerceront quand même cette profession. C'est une variable qui va exercer une influence dans certains cas, mais ils sont assez limités. Ce n'est pas un déterminant majeur des professions aujourd'hui. 

Il y a aussi une autre considération : l'origine sociale. Par exemple, on sait très bien que le réseau des parents, leur capital social, la profession qu'ils exerçaient, leur capital économique, vont orienter les enfants vers certaines professions. Par exemple, les enfants d'acteurs seront souvent acteurs eux-mêmes. Les apparences, également, vont avoir des effets sur le futur que l'on choisit. Et après, cela va impacter les salaires, l'accès à l'emploi, etc. Le prénom que vous avez, votre apparence physique, votre date de naissance, etc. vont avoir un effet à côté des variables plus classiques que l'on connaît. Et toutes ces variables se conjuguent. Certaines variables que l'on découvre et que l'on connaît de mieux en mieux, comme le déterminisme nominatif, sont des variables nouvelles. On les ajoute et on les combine aux autres.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-François Amadieu

Jean-François Amadieu est sociologue, spécialiste des déterminants physiques de la sélection sociale. Directeur de l'Observatoire de la Discrimination, il est l'auteur de Le Poids des apparences. Beauté, amour et gloire (Odile Jacob, 2002), DRH le livre noir, (éditions du Seuil, janvier 2013) et Odile Jacob, La société du paraitre -les beaux, le jeunes et les autres (septembre 2016, Odile Jacob).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€