Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 22 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le roman vrai de DSK
qui tombe à pic

Un roman sorti au bon moment. Michel Taubmann a publié la biographie de Dominique Strauss-Kahn juste avant l'inculpation du directeur général du FMI. L'auteur n'a pas oublié de conter les frasques de DSK. Son parcours au sein du PS non plus. En revanche, le journaliste n'explique pas les revirements idéologiques du socialiste au cours de sa carrière.

DSK, son parcours, son oeuvre

Publié le - Mis à jour le 8 Juin 2011
Le roman vrai de DSK 
qui tombe à pic

"Le roman vrai de Dominique Strauss-Kahn", une biographie autorisée rédigée par Michel Taubmann, journaliste d’Arte.

Les éditions du Moment ont eu bien du flair en publiant le 5 mai Le roman vrai de Dominique Strauss-Kahn, une biographie autorisée rédigée par Michel Taubmann, journaliste d’Arte[1]. L’éditeur nous précise que, pendant deux ans, l’auteur a rencontré des dizaines de témoins pour préparer ce livre bien écrit et documenté, dont on appréciera les anecdotes, et dont une certaine complaisance fera régulièrement sourire.

La date de parution ne pouvait en tout cas pas mieux tomber, et ce n’est le fait ni de l’auteur, ni de l’éditeur.

DSK victime de harcèlement sexuel

Taubmann consacre la fin de sa biographie aux questions embarrassantes qui touchent la vie de DSK. Le dernier chapitre est tout entier consacré à l’affaire Tristane Banon, cette journaliste qui soutient avoir subi les assauts violents de l’intéressé, dans un appartement parisien, en 2003, c’est-à-dire deux ans avant sa nomination comme directeur général du FMI.

Alors que la partie proprement biographique de l’ouvrage est plutôt équilibrée, l’auteur sort ici de sa réserve pour prendre l’accusatrice à partie, rappelant que celle-ci s’est épanchée sur de sombres affaires de moeurs familiales en 2004, soit un an après la prétendue agression qu’elle aurait subi de la part de DSK. Avec une forme de bravoure un peu maladroite au regard des événements de ces derniers jours, l’auteur tente même un portrait de Dominique en candide: «totalement fidèle à sa première épouse», il découvre vers 40 ans son «pouvoir de séduction». Et cette phrase touchante: «Il lève la tête de ses livres et découvre un monde peuplé d’innombrables jolies femmes.[2]» Taubmann n’hésite pas à citer son attachée parlementaire, Véronique Bensaïd, qui considère que DSK n’était pas l’auteur, mais la victime d’un véritable harcèlement sexuel de la part des femmes qui l’entouraient[3].

En feuilletant ces pages involontairement cocasses, il est difficile de ne pas partager les critiques de la presse américaine sur une forme de complaisance médiatique française vis-à-vis du pouvoir.

 Une intéressante plongée dans son parcours au PS

En dehors de ces écarts, et de deux ou trois autres sur la «cassette Méry» et l’affaire de la MNEF, qui respirent le même encens, l’ouvrage présente surtout l’intérêt de donner une vision assez fournie du parcours de l’intéressé au PS. Au-delà des aspects scandaleux de sa fin de parcours, DSK constitue en effet un intéressant animal politique, longtemps resté à l’écart de la joute électorale et du militantisme local, qui doit surtout sa réussite à son rôle d’économiste du parti.

L’une des forces de cette biographie consiste justement à retracer l’ascendant que DSK a pu prendre sur ses petits camarades en se collant assez peu au cursus honorum traditionnel: après un mandat de député en Haute-Savoie, son parachutage à Sarcelles en 1990 le met à mal avec les militants locaux. Candidat de l’appareil, il peine à se parer de la légitimité des mandats électifs, et grenouille dans les circonvolutions complexes des rocardo-jospinistes.

Le livre effleure régulièrement l’intéressante dimension cachée de DSK: son rapport avec le monde industriel et avec l’élite économique, pour qui il constitue une sorte de point d’entrée dans la galaxie socialiste. On aurait d’ailleurs apprécié que ce point-là soit encore mieux mis en lumière, tant il explique nombre de décisions publiques durant les années Jospin.

 Quelques zones d’ombre

Reste que la biographie de Taubmann ne cache rien sur les évolutions, voire les revirements idéologiques de DSK, mais elle ne les explique pas. Communiste à la fin des années 60, au tout début de sa carrière, mais toujours agacé par les gauchistes, DSK commence une carrière d’économiste marxiste et se rallie au CERES, l’aile gauche du PS, en 1976. En 1981, il évite les cabinets ministériels et se consacre à la commission économie du PS. En 1983, il se rallie à la rigueur et se déclare keynésien. En 1989, il devient président de la commission des Finances à l’Assemblée Nationale, où il combat régulièrement la doctrine du franc fort et se donne une coloration «sociale». En 1998, il se fait l’apôtre d’un capitalisme régulé, en légitimant les privatisations et la réforme de la sécurité sociale. En 2005, il prend la tête du FMI, où il doit régler la question des dettes publiques.

Comment cet économiste marxiste a-t-il pu traverser quarante ans de vie politique en réalisant un tel revirement de pensée? Cette question reste un peu en suspens à la lecture du livre. C’est pourtant celle qui nous intéresse car, au-delà des péripéties morales et judiciaires, le parcours de DSK est emblématique de la gauche française. Ceux-là même dont les noms sont abondamment cités dès le début de l’ouvrage: Jack Lang, Laurent Fabius, Lionel Jospin, et autres ont tous commencé leur vie politique dans une dénonciation souvent forte et brutale du capitalisme, pour défendre aujourd’hui une vision somme toute très conservatrice du système économique.

Les raisons de ce revirement sont encore loin d’être claires et, au-delà des anecdotes utiles pour écrire une biographie, le moteur de cette évolution est resté un peu à l’écart du livre. Pourtant, DSK est l’un des acteurs centraux de cette conversion du PS à une économie régulée. Il reste aux historiens à explorer les arcanes de son parcours.

 

[1] Michel Taubmann, Le roman vrai de Dominique Strauss-Kahn, éditions du Moment, Paris, 303 pages, 19,95 €.

[2] ces citations sont tirées de la page 296.

[3] p. 298

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par NOVY12 - 05/06/2011 - 10:03 - Signaler un abus Qui tombe à pic ?

    Le roman ou DSK lui même !!!

  • Par zeliclic - 05/06/2011 - 10:33 - Signaler un abus 2005 ?

    Ne prendrait il pas plutôt la tête du FMI en novembre 2007 ???

  • Par le Gône - 05/06/2011 - 10:56 - Signaler un abus Bon sang..mais c'est bien sur!!

    C'est juste le roman d'un parvenu de la politique dans ce qu'elle a de pire, l'histoire d'un type sans conviction et d'un pervers sexuel..écrit par un "paumadin" de première issue du même serail Juif parisien..qu'ajouter de plus? Qui croit encore au Marxisme comme courant économique a par des profs de fac..personne..Que sarko s'en soit débarassé au FMI est malin.

  • Par toulonrct - 05/06/2011 - 11:10 - Signaler un abus l'argent et le sexe

    en théorie: les socialos n'aiment pas le fric,mais,dés qu'ils sont confrontés à la réalité,ils y vont de bon coeur ils me font penser à ces hommes d'église qui vouent le sexe aux gémonies mais qui se vautrent dans la pédophilie

  • Par toulonrct - 05/06/2011 - 11:13 - Signaler un abus l'argent et le sexe

    en théorie: les socialos n'aiment pas le fric,mais,dés qu'ils sont confrontés à la réalité,ils y vont de bon coeur ils me font penser à ces hommes d'église qui vouent le sexe aux gémonies mais qui se vautrent dans la pédophilie

  • Par Wild Cat - 05/06/2011 - 11:23 - Signaler un abus Le revirement de pensée!!!

    Mitterrand vivait dans le Fric, Bettancourt , Pellat , Grossouvre, Tapie, Dumas. Ayant grandi dans les jupes de Mitran, prince des ténèbres, côtoyant le pognon et, parfois du plus malsain , il ne faut guère être étonné des revirements vis à vis de l'argent des Socialistes devenus Ducs. Certains sont même devenus riches au pouvoir.

  • Par mbo22 - 05/06/2011 - 11:29 - Signaler un abus Bon timing mais mauvaise chute. Ce bouquin était...

    préparé de longue date à la demande des conseillers en com de DSK et devait sortir quelques jours avant son coming out! ce livre contenait quelques vagues explications sur son parcours au PS depuis les origines pour éviter les questions trop embarrassantes. Hélas toute cette préparation savamment orchestrée est tombée à l'eau par la faute d'une "soubrette" trop appétissante pour DSK! Tant mieux!!

  • Par Nébuleuse - 05/06/2011 - 11:35 - Signaler un abus Eléphants qui trompent et qui souffrent de mémoire sélective

    Le parti socialiste français n'a de socialiste que le nom. Il a été amplement infiltré par les membres de l'oligarchie, par définition nantie. Ils (elles) ne ressentent pas les préoccupations des moins bien nantis et plus démunis et là n'est certainement pas leur but. Ils (elles) se fichent depuis toujours du peuple Français. Mais le filon est juteux et ils (elles) continuent à créer l'illusion.

  • Par Philippe17000 - 05/06/2011 - 14:24 - Signaler un abus et la MNEF ?

    pas un mot sur DSK et la MNEF ! Et pourtant .......... A la fac de Nice il faudrait rechercher les combines d'un étudiant "monégasque"

  • Par LeditGaga - 05/06/2011 - 15:19 - Signaler un abus Que des héros !

    Après Batman, Spiderman et autres X-men, on a eu Strauss-kahn et Brafman et maintenant on a ce fameux Taubman : la famille des super-héros, défenseurs des faibles et des opprimés n'en finit pas de s'agrandir !

  • Par LeditGaga - 05/06/2011 - 15:22 - Signaler un abus Réflexion en 3 parties

    1 - Au Pakistan, une jeune femme attend la confirmation d'une sentence terrible car chrétienne, elle a osé se laver dans une fontaine réservée aux musulmans : elle sera probablement pendue pour "ces faits gravissimes" ! Ici, nous avons un juif qui a tenté de violer une musulmane, ou pour le moins l'a très officiellement souillée.

  • Par LeditGaga - 05/06/2011 - 15:25 - Signaler un abus Réflexion (suite)

    2 - On est en droit de se poser la question : qu'en pense Al-Qaïda et qu'ont-ils éventuellement prévu pour laver cet affront ? A priori, dans l'hypothèse plus que probable d'une relaxe de DSK, Al-Qaïda devrait "lancer une fatwa" contre ce dernier, non ?

  • Par LeditGaga - 05/06/2011 - 15:23 - Signaler un abus Réflexion (suite et fin)

    3 - C'est quand même plus facile que de balancer des avions dans les tours jumelles, après tout. Et là, Al-Qaïda en sortirait "grandie" puisque la cause est noble... à moins que DSK n'ait déjà réussi à "se les offrir", comme le reste ?

  • Par franciszek - 05/06/2011 - 18:27 - Signaler un abus Attention...

    ... veillez a faire preuve de rigueur (la nomination de DSK au FMI, c'est a l'automne 2007, pas en 2005). Evitez ce faisant de donner prise a vos contradicteurs a l'affut de petites erreurs factuelles de ce genre pour recuser vos analyses.

  • Par porticcio - 05/06/2011 - 18:57 - Signaler un abus Quid de Ramzi Khiroun dans ce panégyrique ?

    Les pires effaceurs des meilleures structures maffieuses à côté de cet hitman ressemblent à quelques doux enfants de Marrakech. On comprend pourquoi la petite Tristane ne saurait parler mais on parle pour elle, n’est-ce pas Mr Taudmann ? Espérons que notre Justice va un jour s’occuper de ce Khiroun et de toute cette toile puissante et inquiétante qui protègent l’ex champion du PS sauf aux USA !

  • Par Jacky - 06/06/2011 - 05:42 - Signaler un abus Tout à fait d'accord, cela ne

    Tout à fait d'accord, cela ne pouvait s'être fait qu'après l'élection de Nicolas Sarkozy, puisque c'est ce dernier qui l'avait proposé... Pas en 2005 donc! De même, l'agression de Tristane Banon date de 2002, puisque la prescription prendra fin à Février 2012... Pour le reste, rien de surprenant à une telle évolution, au début, on est trotskyste ou maoiste, et puis les responsabilités venant, on

  • Par Jacky - 06/06/2011 - 05:50 - Signaler un abus Zut, c'est vrai, on n'a pas

    Zut, c'est vrai, on n'a pas le droit à de longues tirades... Je disais donc: au bout d'un moment, "on" se dit qu'il faut du fric pour nos belles idées, et comme DSK, et comme d'autres avant lui, on devient copain avec ceux qui ont du fric, et voilà, on oublie nos belles idées... Tout le monde, hélas! n'est pas Amnesty International qui refuse toute subvention pour garder son libre arbitre!!!!!!!!!

  • Par Jacky - 06/06/2011 - 05:58 - Signaler un abus Vous vous voyez recevoir de

    Vous vous voyez recevoir de l'argent de quelqu'un puis l'attaquer ensuite, vous? Pour rester crédible, faut d'abord commencer par le refuser... Et voilà le malheur de notre pays, désormais truffé de centaines de milliers d'hommes et de femmes qui ont fait leur métier de la politique... Amusez-vous à faire le compte de tous ces gens, en activité (ou ... pas, mais que l'on continue de payer!). C'est

  • Par fatamorgana - 06/06/2011 - 09:19 - Signaler un abus balzac

    DSK improbable rastignac au parcours opportuniste et louvoyant, s'est crashé lui-même c'est un vieux et bon classique de la littérature, mais qui prend encore le temps d lire et réfléchir?depuis les grecs classiques, ce thème était déjà d'actualité! alors, si les gens lisaient pensaient, bref étaient un peu libres de leur pensée, on irait mieux

  • Par Boss - 06/06/2011 - 16:45 - Signaler un abus C'est pourtant évident

    Ne dit-on pas d'ailleurs ?: "Quand on est jeune (et souvent con donc), on vote a gauche, quand on a vécu un peu on se réveille et on vote a droite". Avec les éléphants du PS ca se résume a penser a droite (capitaliste) mais crier sur les toits qu'on est de gauche pour assurer son avenir et s'attirer la sympathie (le vote) des gogos... De vrais hypocrites donc.

  • Par LeditGaga - 06/06/2011 - 23:29 - Signaler un abus Merci Boss

    Merci pour votre analyse très fine : salauds de jeunes !

  • Par Laulau - 07/06/2011 - 10:46 - Signaler un abus Très clair au contraire

    "Les raisons de ce revirement sont encore loin d’être claires" Je peux vous l'expliquer en quelques signes: $,€,£,$,€,£,$,€,£,$,€,£,$,€,£,$,€,£,$,€,£,$,€,£,$,€,£,$,€,£, Voilà, c'est clair maintenant ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€