Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dropcam : Google veut vous aider en filmant dans votre chambre (si, si)… mais que deviendront les données ?

Le géant américain Google serait en passe d'acquérir Dropcam, une caméra connectée de surveillance domestique.

Big brother is watching you

Publié le
Dropcam : Google veut vous aider en filmant dans votre chambre (si, si)… mais que deviendront les données ?

Les caméras sont partout aujourd'hui et bientôt dans nos foyers Crédit Reuters

Atlantico : Selon le site The Information, Google serait actuellement en pleines négociations pour racheter Dropcam, une société qui fabrique de petites caméras qui détectent et enregistrent le moindre mouvement chez vous et l'envoie directement sur votre smartphone ou sur le cloud Dropcam. Dans quelle mesure cela représente-t-il une intrusion de plus dans nos vies ? Doit-on s'inquiéter ?

Michel Nesterenko : Absolument, on doit s'inquiéter. Les experts de sécurité informatique, de protection de la vie privée et la police et gendarmerie ne cessent de tirer le signal d'alarme sur les risques inhérents à enregistrer, hors de notre contrôle immédiat, et à partager des données personnelles, qui une fois sur le net ne seront jamais effacées et prendront une vie indépendante pour servir à des fins commerciales ou criminelles imprévues. 

Par qui ces informations peuvent-elles être récupérées ?

Quels sont les risques de piratage ? 

Ces informations seront la propriété commerciale de Google et ses partenaires, pour faire des profits. Elles seront transmises par Google à la NSA en secret, mais aussi aux autorités policières locales à des fins d'espionnage. Comme il a été largement démontré que la protection, sans failles, des banques de données est une utopie, il est évident que toutes ces preuves détaillées de notre vie la plus privée seront un jour où l'autre aux mains des mafias et autres criminels. Le piratage sera d'autant plus facilité par le fait que les données sont captées et transmises par wifi. Faut-il rappeler que la petite caméra sur notre ordinateur peut être mise en oeuvre à tout moment et à notre insu et transmettre la vision à un pirate. Avec Dropcam c'est une grande partie de nos foyers qui deviendra accessible aux criminels.

Si Dropcam s'impose au sein de la plupart des foyers, quelles seront les conséquences directes sur nos vies ? Notre sécurité justifie-t-elle cette intrusion dans nos vies privées ?

Sous une fausse apparence de sécurité accrue c'est en fait une grande insécurité que nous créons. Quoi de plus simple pour les pirates et criminels que de prendre le contrôle du flux de données afin de planifier les cambriolages à moindre risque ou de surprendre nos épouses où enfants au moments les plus vulnérables. 

Le parallèle avec Big Brother est extrêmement tentant. Google ne risque-t-il rien en terme d'image ?

Dans le cas présent nous assistons à la montée en puissance d'un Big Brother commercial, qui par sa globalisation est hors contrôle des autorités locales. 

On connait l'intérêt commercial de l'accumulation de données personnelles par Google. En revanche, qu'en est-il de cette caméra ? Dans quelle mesure participe-t-elle à la stratégie de Google ?

Google cherche ni plus ni moins à connaitre le moindre détail de notre vie privée, y compris dans la chambre à coucher et la salle de bains, afin de préciser son ciblage commercial et maximiser les ventes de produits par ses partenaires. Le véritable enjeu commercial pour Google c'est l'enregistrement et le stockage des données, qui est une partie essentielle de l'offre Dropcam, et c'est justement de là que vient une grande partie du Danger pour le consommateur. Si les données étaient collectées sans wifi, puis immédiatement cryptées fortement, et transmises directement au consommateur, sans transiter par un service commercial spécialisé, pour être dissoutes, les risques seraient minimisés.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Nesterenko

Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).

Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et expert dans le domaine des infrastructures et de la sécurité.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€