Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La droite pourrait-elle survivre à une défaite de François Fillon en cas de victoire de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron ?

Que ce soit Emmanuel Macron ou Marine Le Pen qui remporte la présidentielle, la défaite de François Fillon porterait un coup fatal à la droite, précipitant le risque d'une très forte division sur la question de sa recomposition.

Hypothèses

Publié le - Mis à jour le 24 Mars 2017
La droite pourrait-elle survivre à une défaite de François Fillon en cas de victoire de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron ?

Atlantico : Que pourrait-on observer à droite, structurellement et idéologiquement, en cas de défaite de François Fillon et de victoire d'Emmanuel Macron ? 

Jérôme Fourquet : Tout d’abord, il convient de rester prudent : le scénario d’une défaite de François Fillon devient, au fur et à mesure que le temps qui nous sépare de l’élection présidentielle se réduit, relativement plausible. Toutefois, il n’est pas encore gravé dans le marbre, et il n’est pas évident que la droite soit battue, même si le territoire de compétence et de crédibilité de François Fillon est quand même très faible comme le montre le dernier sondage Ifop pour Atlantico paru ce jour.

Il est devancé, sur les principaux sujets de préoccupation des Français, par deux protagonistes qui sont Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

A lire également sur notre site : "Sondage exclusif d'avant débat : et voilà la hiérarchie des sujets sur lesquels les Français pensent que les politiques peuvent (encore) réellement agir"

Dans le cas d’une défaite de François Fillon au profit d’Emmanuel Macron, on peut imaginer que ce dernier gagnerait donc face à Marine Le Pen, ce qui signifierait que François Fillon ait été battu dès le premier tour. Dans les hypothèses qui sont les vôtres, plusieurs scénarios sont possibles, à la fois en fonction de l’identité du vainqueur de la présidentielle, mais aussi de l’importance de l’étendue de la défaite pour la droite. Ce dernier point joue sur ce qui se passera par la suite pour la droite.

Si l’on se place dans le cas de figure d’une défaite avec un écart important par rapport aux candidats qualifiés, cela risque de tanguer très fort dans les rangs de la droite. Autant on a vu ces dernières semaines qu’il n’y avait pas de plan B pour remplacer François Fillon au pied levé dans le cadre de la présidentielle, autant s’il est sèchement battu, ce sont des plans B, C et D nombreux qui vont fleurir dès le lendemain de cette défaite. En effet, le principal plan B, Alain Juppé, a dit qu’il était trop tard pour lui-même pour la campagne. On l’imagine mal reprendre du service, notamment après tout ce qui ce sera passé et à l’âge qui est le sien, pour essayer de reconstruire ou de maintenir unie sa famille politique afin de la mener au combat pour la prochaine bataille. Nous serions donc face à un traumatisme sans précédent, sans plan de rechange éventuel. La probabilité que l’on assiste à une guerre fratricide est on ne peut plus élevée. En plus d’Alain Juppé, Nicolas Sarkozy a été très durement battu au premier tour de la primaire, et si l’on reste dans votre hypothèse, François Fillon serait lui-même battu dans le cadre de cette présidentielle. Ainsi, les trois principaux tenors seraient hors-jeu. Nous serions alors face à une droite exsangue et sous le choc, avec comme circonstance psychologique aggravante, toutes les épisodes survenus au cours de la campagne (le Trocadéro, etc.), mais aussi le fait que cette élection, pour beaucoup à droite, était perçue initialement comme imperdable. La droite serait alors KO debout, sans leader de substitution, avec de surcroît un risque de fragmentation car chez les quadras et les quintas, les ambitions fleuriraient abondamment, mais aussi en raison des législatives qui surviendront quelques mois après, avec comme président de la République, pour reprendre votre hypothèse, Emmanuel Macron. Il serait l’artisan en chef d’une recomposition politique qui aura été largement entamée par ces deux tours de présidentielle, et qui demanderait à être prolongée par les législatives. Tout ceci pourrait ainsi aboutir à ce que des pans entiers de la droite envisagent éventuellement de rentrer dans ce nouveau mécano présidentiel qu’Emmanuel Macron appelle de ses vœux : l’alliance des progressistes. De l’autre côté, nous pourrions observer une autre tendance : celle de personnalités qui diraient non à cette alliance, affirmant devoir rester la droite dite décomplexée qui ne fera pas de concessions à Emmanuel Macron considéré comme le fils spirituel de François Hollande. Certains pourraient même envisager, voyant que le "big bang" a commencé, de regarder du côté du Front national. Si nous faisons un parallèle avec la présidentielle de 2002, bien que la droite ait remporté ce scrutin, le FN était déjà présent au deuxième tour. La présence de Jean-Marie Le Pen avait alors aboutit à la création de l’UMP et à un rassemblement de toutes les droites, avec un morceau du centre qui était resté autonome autour de François Bayrou. Dans le cas où Marine Le Pen serait présente au deuxième tour lors de la présidentielle 2017 et que François Fillon serait battu, nous assisterions au processus exactement contraire de ce qui s’était produit en 2002, soit une fragmentation sans précédent de la droite. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lemillanh - 20/03/2017 - 07:50 - Signaler un abus ELUCUBRATIONS JOURNASLISTIQUES SANS INTERET

    NOUS CONFIRMANT LA VACUITÉ DE LEURS OBSESSIONS 1 LA NATURE A HORREUR DU VIDE 2 PERSONNE N A LA RÉPONSE ALORS QU ELLE EST L INTÉRÊT D EN DÉBATTRE ! 3 LE PROBLÈME EST LE MÊME A GAUCHE 4 LES EXTRÊMES SONT SUR REPRÉSENTER DANS CE PAYS A DROITE COMME A GAUCHE 5 LES PERSONNES QUI ADHÉRENT SONT POUR LA PLUS PART NI DES FASCISTES NI DES RÉVOLUTIONNAIRES 6 FILLON EST UN LEADER ET LE RESTERA LE 3 TOUR EST IMPRÉVISIBLE

  • Par Maxoplus - 20/03/2017 - 08:00 - Signaler un abus @Lemillanh

    et vos élucubrations en gros caractères, elles présentent un quelconque intérêt ???

  • Par aixcalibur 13 - 20/03/2017 - 09:58 - Signaler un abus Il faut l'espérer

    Si la droite n'est pas capable de se rassembler et infliger au vainqueur de la présidentielle autre que Fillon, une cohabitation musclée, c'est que vraiment elle est la plus C.O.N.N.E du monde. Nos responsables politiques à tous les niveaux portent la responsabilité de faire triompher nos valeurs, qu'ils ne l'oublient pas!...

  • Par Ganesha - 20/03/2017 - 11:44 - Signaler un abus Un superbe bureau chez Axa

    Depuis trente ans, le ''jeu politique'', dans le monde occidental (Europe et USA) a consisté dans une pièce de théâtre où deux ''partis croupions'' faisaient semblant de s'opposer dans une fausse alternance tout en menant la même politique. Ces structures délétères sont aujourd'hui en cours de nettoyage partout où elles ont pourri la démocratie. En clair : cet été marquera l'avis officiel de décès de ces deux sociétés folkloriques généralement connues sous les noms grotesques de ''Parti Socialiste'' et ''Les Ripoublicains''. Leurs dirigeants bénéficieront du statut ''d’intermittents du spectacle'' et survivront en se produisant dans des conférences au Qatar et l'Iowa. Sarko est désormais VRP pour le groupe hôtelier Accor et Fillon bénéficie une réputation internationale auprès des initiés dans le Trafic d'Influence avec sa petite société mafieuse 2F Conseil. Il paraitrait qu'en plus, on lui aménage déjà un superbe bureau chez Axa. Bon débarras !

  • Par aixcalibur 13 - 20/03/2017 - 11:55 - Signaler un abus @ganesha...

    Je vois que le sort des dirigeants de Droite vous inquiète... vous auriez pu remarquer aussi que les politiques de droite ayant exercé les plus hautes responsabilités, vont dans le privé... ceux de gauche se casent de suite dans les institutions, Fabius, sans doute Royale et Hollande qui continue de caser les siens et j'en passe, c'est à dire qu'ils continuent de couter un maximum aux finances publiques!...sans doute que vous trouvez cela très moral!...

  • Par Ganesha - 20/03/2017 - 12:24 - Signaler un abus Aixcalibur 13, tri sélectif

    Si vous lise objectivement mon commentaire, vous remarquerez que je ne pratique pas le ''tri sélectif'' : je jette les deux ''partis traditionnels'' dans la même poubelle. Logiquement, le Cnpf et le Club Bilderberg se montrent plus accueillants pour les ordures de droite que pour les déchets de la gauche !

  • Par zen-gzr-28 - 20/03/2017 - 13:04 - Signaler un abus Jérôme Fourquet

    Vite, un article du style :la gauche pourrait-elle survivre à une défaite de Macron en cas de victoire de MLP

  • Par zen-gzr-28 - 20/03/2017 - 13:05 - Signaler un abus Jérôme Fourquet

    Vite, un article du style :la gauche pourrait-elle survivre à une défaite de Macron en cas de victoire de MLP

  • Par Sangha26 - 20/03/2017 - 15:23 - Signaler un abus Qui font les élections ?

    Eh bien ! Messieurs les médias regardez-vous ! Aujourd'hui, vous n'en avez que pour Macron plein la bouche ! Vous lui faites "son lit" littéralement, alors ne venez pas jeter la pierre à d'autres ! Vous êtes cent mille et une fois responsables !!!

  • Par ikaris - 20/03/2017 - 17:32 - Signaler un abus Gloubiboulga sondagier / perspectiviste

    Je n'aime pas trop le style de cet article qui mélange de "vrais" sondages (on sait combien ils sont sujets à caution) sur lesquels on peut brosser grossièrement des ébauches concernant l'électorat et des perspectives très péremptoires sur l'avenir des partis. C'est complètement fantaisiste de faire ça. Comment lire dans les sondages une désintégration de LR ? Un désintégration de LR serait d'abord l'initiative de cadres ou d'élus qui iraient tenter leur chance selon les perspectives de carrière qu'ils auraient dans le camps d'à côté et en tenant de la géographie électorale de leur fief ... comment peut on voir ça dans les sondages ? De même les "conditions" chiffrées pour une victoire de Marine me semble extrêmement sujette à caution ! On part d'un événement non prévu par les sondages pour nous détailler le choix de l'électorat dans ce cas là ! Le comportement des abstentionnistes (alias le "premier parti de France") serait nettement plus déterminant (l'appel à l'antifascisme marcherait d'autant mieux qu'il y a péril ?).

  • Par langue de pivert - 20/03/2017 - 18:58 - Signaler un abus La droite ? C'est qui la droite ?

    Si Macron passe on lui offrira une majorité bleue Marine ! Si Le Pen passe on lui donnera une majorité bleue Marine. Si Fillon passe on lui donnera une majorité bleue. La droite française est la plus conne du monde...mais pas ses électeurs ! Bon c'est ce que je ferai et ce que j'entends dans mon entourage proche ! Il n'y a pas de problème sans solution ! Et rira bien qui rira le dernier ! Les électeurs de droite ne vont pas passer à gauche du jour au lendemain...et c'est bien l'essentiel !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 20/03/2017 - 20:38 - Signaler un abus Tout ça pour ça...!

    Évidemment, elle est même déjà à l'agonie. Mais la gauche aussi et c'est ce qui est rassurant et assez logique au fond puisque personne ne s'intéresse plus aujourd'hui à cette notion de droite et gauche, à part les journaleux dont c'est le fond de commerce...Un jour ils comprendront peut-être ce que tout le monde a compris depuis longtemps et Macron depuis à peine un an........les Français sont aujourd'hui divisés entre Nationalistes et Européistes....

  • Par joke ka - 20/03/2017 - 21:49 - Signaler un abus les médias nous auront faussé

    les médias nous auront faussé les résultats des élections..en ciblant celui qui avait le plus de chances de l'emporter (Fillon) ,allant jusqu'à publier des documents datant de plusieurs décennies puis en nous assénant la propagande en faveur de leur favori (Macron)le mondialiste , en nous menaçant des dangers du populisme (ils ont gagné par la peur en Hollande)

  • Par Leucate - 20/03/2017 - 21:53 - Signaler un abus Il y a une droite - c'est le FN

    Même s'il y a plusieurs familles de droite, le parti le plus important aujourd'hui, qui compte en proportions diverses chacune des quatre familles, est numériquement le FN, depuis les européennes et les régionales. C'est la droite FN qui est également bien placée pour les présidentielles. La droite LR, qui est en réalité un conglomérat de plusieurs anciens partis, comporte, comme le FN, diverses familles dont deux sont très proches de celles dominantes au FN. Cette droite minoritaire, divisée en groupes antagonistes qui ne se réunissaient que "pour la gagne", est destinée à disparaître maintenant que la "gagne" n'est plus là et que les postes lucratifs vont disparaître les uns après les autres. Les électeurs d'abord rejoindront le FN, c'est normal, suivis des caciques LR, enfin ceux qui seront admis s'ils n'ont pas de passé anti-patriote trop marqué. La gauche a éclaté, il est normal que ce qui s'appelait - à contrecoeur - "la droite" se disperse à son tour. La gauche et la droite UMPS ont conduit la France au déclin, il est normal qu'un jour l'addition leur soit présentée.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 20/03/2017 - 22:46 - Signaler un abus Le FN n'est plus à droite depuis longtemps ....

    C'est une invention des journaleux qui en sont réstés à l'époque de papy La Pen..................Depuis l'avènement du Philippolpot le FN à doublé Mélanchouille sur sa gauche....et gràce à ça il récupère les voix des blaireaux de gauche qui il y a peu votaient pour le PC..

  • Par lemillanh - 21/03/2017 - 00:35 - Signaler un abus le censeur MAXOPLUS

    POURRAIT IL ACCOUCHER D UNE PENSÉE ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€