Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Droite : la si bonne conscience d'Alain Juppé

Alain Juppé va finir par être plus connu pour ses feux rouges que pour ses feux verts, pour ses interdictions que pour ses ouvertures.

L'oncle bordelais

Publié le
Droite : la si bonne conscience d'Alain Juppé

Je conçois son appétence pour les premiers dans la mesure où, sur le plan médiatique auquel il me semble n’être pas aussi indifférent qu’il le dit, il obtient un assentiment qui lui fait chaud à l’esprit. Rien de plus excitant, en effet, pour les observateurs prétendument impartiaux, qu’une droite s’efforçant en permanence de ne pas l’être et cherchant désespérément à se distinguer de tout ce qui pourrait favoriser sa vigueur et son unité.

 

Il paraît que l’ancien Premier ministre, qui continue à faire regretter, dans la forme, ses piètres prestations de la primaire de la droite et du centre, aspire à la création « d’un nouveau leadership à droite » (Le Figaro).

Mais force est de constater que sa conception de la droite est si proche du centre qu’on se demande si la cohérence ne devrait pas le conduire tout de suite à en tirer les conséquences.

Quand on affiche tant de mépris pour la ligne dominante de son parti, « la partie la plus conservatrice, et même la plus rétrograde en termes de société », à l’évidence on est désaccordé avec un humus que je persiste à estimer pertinent et honorable. Rien ne me semble plus faussement progressiste, et plus réellement absurde, que cette pensée toute faite qu’il faut être « de son temps ». Comme si l’ajustement au fil du temps était en lui-même le marqueur d’une politique réussie et qu’il convenait de s’accrocher à ce qui est nouveau – pour si peu de temps ! – plutôt que de restaurer avec courage l’ancien valable ou le dépassé trop vite qualifié tel dès lors que pour notre société ils représenteraient un authentique avenir.

Si on tourne en dérision ce qui constitue le fondement essentiel d’une droite qui n’éprouve pas le besoin de s’excuser de l’être – son ancrage sur les fondamentaux plus que sur l’écume, son souci de fidélité à ce qu’elle est plus que l’envie de complaire par démagogie à ses irréductibles adversaires -, est-il cohérent de continuer à donner des leçons, d'assigner des limites et de fixer des feux rouges à une structure qu’on a déjà quittée en esprit ?

Et son second feu rouge va lui attirer une sympathie quasiment universelle : le constat d’une totale incompatibilité avec les idées du FN.

D’abord c’est vite dit au regard de la Justice et de la sécurité dont les visions se ressemblent dans l’un et l’autre parti même si chez LR on a des pudeurs de midinette pour l'admettre.

Certes il y a les élucubrations sur l’euro et les aberrations que le désastre du débat du second tour a mises cruellement en évidence mais j’incline à croire que la contestation interne va de plus en plus les battre en brèche, voire les réduire en miettes tant elles sont absurdes.

Ensuite ce feu rouge, sans doute valable et légitime aujourd’hui, n’a pas pour vocation de se décréter éternel en mettant entre parenthèses les possibles évolutions de LR, elles-mêmes attentives aux probables métamorphoses du FN qui finira par être lassé de plomber la droite par une vision extrémiste. Au nom de quoi peut-on négliger le fait qu’aussi catastrophique qu’elle ait pu être, Marine Le Pen a fait passer son parti du registre de l’immoralité à celui de la politique ? L’imprévisible est-il un paramètre que la rationalité et la rectitude fixe d’Alain Juppé ne devraient pas prendre en compte ? Et le futur, avec ses surprises, doit-il être rayé du raisonnement ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Yves3531 - 01/09/2017 - 11:31 - Signaler un abus En d'autres termes, le Juppé de 1995 s'est pris....

    plus de 20 ans bien sonnés, s'est fait couper les cojones par l'oligarchie et ses gardiens du politiquement correct (presse, justice, syndicats, ...) et bêle dans le sens du vent pour exister, meme apres l'âge de la retraite. Il le fait si bien que la presse aux ordres l'enscence au point d'avoir tenté de l'imposer face à Sarkozy puis Fillon. Il a meme e porté au second tour des primaires Grace à 300 000 voix scélérates de gauche...

  • Par assougoudrel - 01/09/2017 - 12:59 - Signaler un abus Mr Juppé à fait ses classes

    avec la Brigade du Tigre. C'est un homme du passé qui est du Centre- Gauche, pour ne pas dire de Gauche. Place aux jeunes, mais pas comme macron qui, marié à une jeune fille d'autrefois et qui s'est entouré de vieux chevaux, n'est pas dans la course..

  • Par L.Leuwen - 01/09/2017 - 13:51 - Signaler un abus Juppé bon pour la retraite

    La candidature de Fillon et le désastre qui a suivi sont l'oeuvre de Juppé. C'est bien lui qui a exigé les primaires ouvertes de la droite, qu'il était sûr de gagner. Sans ces primaires, le candidat de la droite et du centre aurait été Sarkozy.

  • Par Deudeuche - 01/09/2017 - 15:50 - Signaler un abus Le courtisan des censeurs gardiens zélés du

    "Progressisme" des mecs qui vont nous expliquer plein de nouvelles avancées sociétales "parce qu'ils s'aiment !" (Les polygames et les incestueux de plus de 18 ans sont dans la dite salle d'attente de légalisation societale).

  • Par KOUTOUBIA56 - 01/09/2017 - 16:28 - Signaler un abus Juppe est du sud ouest terre

    Juppe est du sud ouest terre radicale socialiste s'il en est!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! etre maire de Bordeaux ( ville riche et avec beaucoup d'atouts)lui fait oublier la réalite de la totalité de la France, en clair il vit comme un bourgeois faut il rappeler qu'il y a la paye de maire de président de la communaute urbaine de l'inspection des finances de députés de 1° ministre bref 35000 euros par mois (un pauvre bougre!!!!!!!!!!!). il faudrait qu'il cesse ses relations incestueuses avec l'islam et les LR en grande majorite veulent la liberte de travailler la fin de l'isf et baisse des impôts et des 35 h et la fermeté absolue en matière de délinquance et d'islamisme. les portelli retailleau et wauquiez me vont mieux que Juppé!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Par Liberte5 - 01/09/2017 - 19:44 - Signaler un abus Aigri par ses défaites , il montre une capacité de nuisance....

    qui finit de le décrédibilisé définitivement.Comme l'écrit @ KOUTOUBIA56, A. Juppé est un radical socialiste, comme J . Chirac.Il a réussi à faire l'UMP composé d'une droite le RPR et les centristes. A partir de là, il n'y avait plus de politique de droite. D'où les échecs successifs de l'UMP et ensuite de "LR". Aujourd'hui A. Juppé et ses petites troupes doivent rejoindre E. Macron avec qui ils ont le plus de point commun. D'ailleurs le 1er ministre E. Philippe est son ancien bras droit. A. Juppé doit laisser la droite se reconstruire sur ses valeurs auxquelles il n'adhère pas.

  • Par BABOUCHENOIRE - 01/09/2017 - 19:59 - Signaler un abus Mr Juppé et son affidé Bayrou ont vaincu la droite,

    ne pouvant pas être eux même élus ils ont fait élire Macron. Juppé,n'ayant jamais accepté sa défaite, lui qui était le plus brillant de tous, continuera son oeuvre de nuisance pour détruire la droite qui ne soumettra pas à son bon vouloir. En déléguant au gouvernement, Edouard 'le Juppé bis' et autre Lemaire il a rejoint sa nouvelle famille "les marcheurs" mais n'a pas le courage et la sincérité de le dire.

  • Par lexxis - 01/09/2017 - 21:06 - Signaler un abus LA MAIN DROITE C'EST CELLE QUI A LE POUCE À GAUCHE...

    Monsieur Juppé a tort de s'inquiéter de l'opinion des Français: ils ne l'oublieront pas. Avec la dissolution de l'Assemblée Nationale sous la présidence Chirac et la planche soigneusement savonnée pour l'élection Fillon, il laisse au peuple de droite le souvenir impérissable de quelqu'un qui manifestement a coûté très cher à son camp.

  • Par philippe de commynes - 02/09/2017 - 10:06 - Signaler un abus Marrant ...

    d'avoir la bonne conscience si facile quand on a été ministre des affaires étrangères au moment du génocide au rwanda, certes il s'agissait du domaine réservé du président , mais quand même ...

  • Par Clotilde DE BIEVRE - 02/09/2017 - 15:00 - Signaler un abus BONNE CONSCIENCE de JUPPE

    Pléonasme ! Tellement imbu de lui-même ! Tartuffe : "cachez cette droite que je ne saurais voir" Piètre 1er ministre, cafouilleux ministre des affaires étrangères... n'a jamais levé le petit doigt pour faire appliquer les lois anti-trusts, anti-cartels, anti-monopoles amenés par la financiarisation de la mondialisation !... Allez couché ! Juppé !

  • Par Anguerrand - 02/09/2017 - 16:58 - Signaler un abus Juppé n'a jamais été de droite

    Comme son ami Chirac, il a toujours radical Socialiste, l'élection aux primaires LR prouvent bien que Juppé et ses amis n' etait LR que pour être élu. Peut être rejoindra t il la gauche, sa vraie place. J'espère que Wauquiez sera désigné pour enfin avoir un LR de VRAIE droite.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Bilger

Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en miettes (éditions Fayard). Il est également l'auteur de Ordre et Désordre (éditions Le Passeur, avril 2015).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€