Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

DPDA : ce contexte culturel, sociologique et théologique qui éclaire le débat violent entre une jeune enseignante musulmane et Alain Finkielkraut

Invité sur le plateau de l'émission "Des paroles et des actes", Alain Finkielkraut a été violemment pris à partie par une jeune enseignante musulmane. Une attitude symptomatique d'un débat impossible aujourd'hui dès lors qu'il s'agit de s'interroger sur l'islam et ses propres fondements.

Piège en prime-time

Publié le
DPDA : ce contexte culturel, sociologique et théologique qui éclaire le débat violent entre une jeune enseignante musulmane et Alain Finkielkraut

L’émission du jeudi 21 janvier "Des paroles et des actes" a été le lieu d’un long débat sur la place de l’islam au sein de la société française. Si l’on doit regretter, comme toujours, l’absence de fond doctrinal à ce débat sur l’islam, les interlocuteurs se contentant d’en rester à la sempiternelle et inopérante dichotomie islam/islamisme sans jamais se référer à ce que disent les textes authentiques reconnus par tous les musulmans, il est intéressant d’essayer de comprendre les ressorts sociaux et psychologiques de la diatribe d’une violence inouïe formulée par la jeune enseignante musulmane sur le plateau de France 2 à l’encontre d’Alain Finkielkraut.

Reprenons donc les différents éléments de ce discours violent et méprisant, très clairement préparé à l’avance pour être déroulé sans interruption, déniant toute légitimité à une quelconque contradiction, imperméable à tout raisonnement, et avec la volonté claire d’écraser dans l’œuf toute opposition (heureusement, elle ne portait pas de kalachnikov !)

Les "arguments"

Le discours de cette jeune femme apparemment charmante, mais au sourire un peu forcé et crispé, est un catalogue bien appris d’affirmations qui ne sont étayées par rien de précis. Où sont les arguments ?

La traditionnelle stigmatisation/victimisation occupe l’essentiel du discours : "la cible visée et visible, c’est surtout les musulmans" ; "les musulmans subissent des attaques" ; "il y a une islamophobie institutionnelle et il y a discrimination dans les institutions" ; "ces attaques sont encouragées par des médias qui traitent l’information de manière totalement biaisée de sorte à faire du musulman l’ennemi de l’intérieur". En effet, la victimisation est le refuge idéal lorsque les arguments manquent car cela évite d’avoir à en donner.

Quand on voit avec quelles difficultés les informations finissent par filtrer, en dépit de la censure gouvernementale, concernant les incidents (viols, agressions sexuelles,…) avec les migrants (Allemagne, Suède, France par exemple), on ne peut qu'être stupéfait d’un tel discours à front renversé. Et qui tue dans les rues de Paris avec des kalachnikovs : des juifs, des chrétiens, des athées ? Non, des musulmans.

Pourtant, même Tariq Ramadan met en garde la communauté musulmane contre ce penchant évident à la victimisation qui finit par agacer l’occidental pourtant un peu naïf : "Aujourd’hui, c’est international. Partout où vous allez, vous avez le même état d’esprit, la même psychologie qui nous [ndlr les musulmans] transforme non plus en agents mais en observateurs de nos échecs. L’observateur de ses échecs, il s’assoit, et il développe une pensée victimaire. Qu’est-ce que c’est la pensée victimaire ? "Personne ne m’aime". Et ça, les musulmans : "Personne ne nous aime…" ".

Le reste du discours de la jeune femme est consacré à des attaques personnelles qui relèvent de l’odieux et du gratuit : "Ces attaques sont encouragées par des pseudo-intellectuels qui en parlent et qui font des analyses" ; "Au lieu d’éclairer les débats, vous avez obscurci nos pensées, nos esprits, avec tout un tas de théories vaseuses et très approximatives, je tiens à le dire" ; "Vous avez alimenté des amalgames" ; "Le pire : vous vous êtes permis, vous vous êtes octroyé le droit de parler de l’islam, de parler des musulmans et de parler des quartiers populaires alors que vous n’en avez ni les compétences, ni la légitimité" ; "De quel droit parlez-vous de cela ?". En fait, on ne sait pas de quoi cette jeune femme parle : quelles analyses ? Sur quels sujets ? Quelles théories vaseuses ?  Quels amalgames ? Et pour parachever le tout, l’argument classique de l’absence de légitimité, la légitimité n’étant visiblement pas corrélée à l’intelligence de la pensée.

Quant à l’insulte, on la frôle mais la jeune femme l’évite pour ne pas finir devant les tribunaux pour injure (même si la victime n’aurait certainement pas la bassesse de se résoudre à une telle démarche), puisque cette jeune femme dit elle-même en faisant référence au mot "salaud" : "j’aurais pu le dire mais je ne l’ai pas dit" (ce qui, de fait, fait que c’est tout comme). Ce discours assez abject à l’attention d’Alain Finkielkraut rappelle furieusement les prouesses d’Edwy Plenel dans son odieux petit livre : "Pour les musulmans".

Que reste-t-il finalement de consistant permettant de faire avancer la compréhension ? Rien. Une suite d’affirmations et d’opinions, exutoire ostensible d’un trop-plein de ressentiment et de haine (la judéité d’Alain Finkielkraut y est-elle d’ailleurs pour quelque chose ? On peut légitimement s’interroger).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par precepte - 24/01/2016 - 11:11 - Signaler un abus DPDA

    L'intervention de l'islamiste radicale a été suffisamment longue et sans une hésitation dans son exposé que l'on est en droit de penser qu'il y a eu auparavant entente entre Pujadas et l'excitée. Il lui a trop longtemps laissé la parole et la lui a redonnée pour ne pas en douter. Ce qui est grave c'est que les propos tenus sortent de la bouche d'une membre de l'éducation nationale ! Que peut-elle dire d'inadmissible à ses élèves ? A qui devons nous nous plaindre ? à la ministre de tutelle ?

  • Par mymi - 24/01/2016 - 11:34 - Signaler un abus Honte à Pujadas et Cohn bendit

    honte à eux de ne pas avoir eu la correction minimum d'intervenir (Pujadas lui a même redonné la parole) pour demander à cette femme de "faire court" et de rester respectueuse. Comme dit Précepte, le plus grave, c'est qu'elle est enseignante et je ne pense pas me tromper de beaucoup (vu sa virulence) sur le lavage de cerveau qu'elle doit pratiquer sur nos enfants. NVB doit être ravie...mais si l'EN faisait bien son boulot, il devrait la convoquer pour s'assurer de la pertinence de ses propos en classe !!! et la sanctionner le cas échéant

  • Par francis altier - 24/01/2016 - 11:43 - Signaler un abus L'essentiel est ailleurs

    Elle aurais du ajouter cette citation de Vincent Peillon ancien ministre de l'éducation dans son livre " la révolution n'est pas terminée" Seuil 2008 :C'est une nouvelle naissance, une transsubtantiation, qui opère dans l'école et par l'école, avec sa nouvelle liturgie, son nouveau clergé, ses nouvelles tables de la loi. laïcité = religion d'état ! qui exige le lavage de cerveau des jeunes. on est loin d'une diatribe apprise par cœur avec les éléments de langage officiels de la gauche qui " forme" les jeunes. qu'elle ose le dire

  • Par 2bout - 24/01/2016 - 11:47 - Signaler un abus Taisez-vous Elkabbach !

    En éructation post-coloniale, la rhétorique change – et devient : Taisez-vous Finkielkraut ! - mais les ressorts sont tristement les mêmes, le communisme ayant été remplacé par un anti-racisme communautaire mêlé d'anti-sionisme « décompléxé », une défécation verbale (en anglais : a big shit) dont je suis certain, contrairement aux deux précédents commentateurs que Pujadas aurait eu tort de nous priver tant cette complainte a fini par tourner au ridicule. En clair, en langage sportif : notre militante a marqué un but contre son camp.

  • Par Malaparte - 24/01/2016 - 11:48 - Signaler un abus Au bon beur

    Les voiles que certains ont sur les yeux sont plus ravageurs que ceux posés sur la tête. A. Finkielkraut devrait être plus économe de son mépris au vu du nombre exponentiel de nécessiteux.

  • Par 2bout - 24/01/2016 - 12:07 - Signaler un abus Rien à voir avec notre "prof".

    Il y a avait aussi dans cette émission, deux dignes représentants de cette « autre » politique, louée par les médias pour qu'elle nous soit vendue : Calmels et Saurel. Calmels d'abord, l'autre face de Bernadette Chirac (Votez Sarko !), et bien qu'elle fasse physiquement plus jeune extérieurement que son aînée, c'est bien elle qui nous dit de voter Juppé. Quant à Saurel, dans la continuité de Frêche, il fait dans la mégalomanie. Dans les rues de Montpellier, en 4x3, s'affiche son portrait et une légende sur la régie publique autonome de l'eau. Pas mieux que les autres : Calmels, femme-sandwich, et Saurel, mégal'eau !

  • Par paolo manzi - 24/01/2016 - 12:11 - Signaler un abus Bravo pour votre excellent article

    Merci d'avoir résumé les choses aussi clairement . Ces gens profitent à fond du système . Ils savent qu'on ne leur dira rien .Ils se savent protégés par les lois en vigueurs . Ils peuvent dorénavant tout se permettre et nous rouler dans la fange en direct et face aux cameras avec la complicité des Dhimmis . Tout cela devient , de plus en plus insupportable . Nos politiques , corrompus , se sont fourvoyés , par ignorance , lâcheté ou cynisme ( quand on pense que Tarik Ramadan etait le conseiller de Tony Blair , mon Dieu ! quel imbécile ).

  • Par AlainAFZ - 24/01/2016 - 12:29 - Signaler un abus Edifiant !

    Et maintenant que fait-on ?

  • Par Gordion - 24/01/2016 - 12:48 - Signaler un abus Excellent!

    Merci à l'auteur de son analyse. Merci au philosophe de sa retenue, et merci à cette beurette de montrer le vrai visage d'une imposture culturelle, idéologique et rhétorique malgré elle!

  • Par Borgowrio - 24/01/2016 - 13:13 - Signaler un abus Contre productif

    Cette jeune et jolie femme , n'a rien à voir avec l'Islam , les musulmans n'aiment pas ce genre de femme , qui la "ramène" . Elle et l'affreux Pujadas croient avoir fait un bon coup médiatique , en fait ils ont creusé un peu plus le fossé qui existe entre les français silencieux et les minorités bruyantes

  • Par Leucate - 24/01/2016 - 13:49 - Signaler un abus "Gens du Livre"

    Il n'y a que les musulmans qui utilisent cette expression; c'est une manière d'essayer de se raccrocher à l'Ancien Testament des juifs, et au Nouveau des chrétiens. Malheureusement, certains chrétiens s'y laissent prendre et utilisent également cette formule. Jusqu'à ces dernières décennies, l'Eglise depuis le VII° siècle a toujours considéré Mahomet comme un "pseudo-prophète" et les musulmans comme des païens, ce que confirme la prière du Vendredi Saint où un paragraphe cite les juifs, frères qui n'ont pas reconnu le Messie quand il est venu mais aucun ne concerne les mahométans classés parmi l'ensemble des païens qui n'ont pas encore reçu la Bonne Parole.

  • Par pc85 - 24/01/2016 - 14:45 - Signaler un abus Tout est dit dans cet article.

    Et là, on s'aperçoit que nous sommes dans un sacré pétrin. Il semble en effet impossible (sauf à pratiquer le renoncement, dans lequel excellent la majorité de nos hommes politiques) de faire vivre ensemble des gens qui placent leur religion au dessus des 'normes' démocratiques généralement admises (dans des pays comme la France par exemple), avec des gens qui vivent leur foi dans le respect des règles démocratiques, règles qui ont le mérite de bien séparer le spirituel du temporel, et surtout, qui respectent les trois piliers de notre pays : liberté, égalité et fraternité.

  • Par jurgio - 24/01/2016 - 14:52 - Signaler un abus Les derniers soubresauts de l'Hydre islamique

    Une bête qui va mourir cherche à mordre. Il est notable qu'il n'y a pas de vertige plus horrible pour un zélote que de voir sa vieille idolâtrie le renvoyer plusieurs siècles en arrière sans espoir de se reformer (sacrilège !) Entendre marmonner toujours les mêmes incantations et alimenter les mêmes inimitiés et haines, de parents à enfants, devient vite aujourd'hui un malaise ou, selon les sensibilités, un supplice. On s'en prend donc aux autres religions qui ne pensent pas comme soi, ou, mieux qui, injure suprême, auraient apostasié ! À plaindre ? Peut-être. Mais on aimerait tant qu'il y ait chez eux un peu de dépit ou de remords (que, malheureusement, l'islam, emmurant impitoyablement ses affidés, ne permet pas) pour les prendre en commisération. Comme le dit « Leucate », la religion chrétienne catholique s'est justement détachée du Livre (contrairement à des sectes protestantes qui y sont partiellement retournées) pour écrire un Nouveau. Mais celui-là, pas facile...

  • Par C3H5.NO3.3 - 24/01/2016 - 15:29 - Signaler un abus Ils échoueront

    Les trosko ont échoué. Puis ils ont infiltré le PS, et ils ont échoué. Aujourd'hui, ils passent les plats aux musulmans en espérant que ces derniers détruiront pour eux l'occident capitaliste. En fait, ils échoueront. Ils ont toujours échoué.

  • Par Ex abrupto - 24/01/2016 - 15:30 - Signaler un abus Après tout ça....

    ... le FN me parait un peu mou....

  • Par Ex abrupto - 24/01/2016 - 15:34 - Signaler un abus Par ailleurs...

    ... je n'ai pu m'empêcher, compte tenu de l'assurance, les certitudes , la peau transpirante, les yeux exhorbités de cette femme, au captagon, très répandu au Moyen Orient.

  • Par vangog - 24/01/2016 - 15:41 - Signaler un abus Je n'ai pas vu la hystérique gauchiste agresser Finkelkraut...

    et je m'en félicite! Cette intervention pue la manipulation Trotskyste à tout-va...par contre, j'ai entendu Finkelkraut s'excuser (sur le même mur-des-lamentations que Sarko-le-tricheur?) et c'est le but poursuivi par ce tribunal improvisé...comme dans les ex-dictatures socialistes, les juges donnent l'image de l'impartialité, mais choisissent soigneusement leurs procureurs. L'accusé? Non pas Finkelkraut, dont il était facile de prévoir les excuses embrouillées, mais la tentation du peuple français de se libérer de la pensée unique médiatique. Ce qui est en jeu, c'est la soumission du public, c'est de conserver les ficelles de la manipulation le plus longtemps possible...cette beurette hystérique n'était que le bâton de gendarme, agité par le marionettiste Pujadas! Les médias gauchistes de la grande famille Bilderberg savent qu'ils sont condamnés, à moyen-terme. Grâce à ce procès Stalinien, ils ont réussi à garder la main, encore un peu...

  • Par vangog - 24/01/2016 - 15:54 - Signaler un abus @Ex-Abrupto peut-être la Scopolamine...

    responsable d'un syndrome anti cholinergique et très souvent utilisée par les femmes arbres, dans le traitement de certaines douleurs digestives et gynécologiques....ses effets secondaires sont tachycardie, mydriase (dilatation de la pupille), asialie, hyperthermie, peau sèche...mais les effets ne sont pas obligatoirement tous consécutifs...

  • Par l'enclume - 24/01/2016 - 15:58 - Signaler un abus L'ORTF est réssuscitée

    Le plus scandaleux, ce fut l'intervention du guignol qui devait départager les interventions sur twitter et facebook.devant départager Cohn-Bendit et Finkelkraut. Le mec nous annonce royalement 50/50. Le problèmes est qu'un internaute a repris toutes les interventions, sont résultat est édifiant : 75% pour Finkelkraut - 25% pour Cohn-Bendit.

  • Par Vincennes - 24/01/2016 - 17:33 - Signaler un abus @l'enclume......en effet, tout est truqué

    quand on sait qu' ODOXA (dont la méthodologie est fortement contestée) ELABE et POLLING VOX (les 3 dont on nous saoule) viennent de la même entité : CSA sondages, dont le fondateur est CAYROL, invité sur tous les plateaux, mais particulièrement chez Calvi "aux ordres"......... ON NOUS ENFUME sur le service public. ZAPPONS. Pour ceux que ça intéresse SARKO ce soir, sur la UNE dans "6 à 8" !! pour faire la NIQUE au service public......mais, bien sur, AUCUNE PUB........et pourquoi AYLANTICO n'en parle t'il pas ??

  • Par precepte - 24/01/2016 - 18:29 - Signaler un abus FINKIIELKRAUT

    Wiam Berhouma, l'islamiste radicale a traité le philosophe de pseudo intellectuel ! ça ne vous rappelle rien ? Najat Belkacem, avait traité de même ceux qui contestaient son nouveau projet éducatif. Bizarre !

  • Par Gré - 24/01/2016 - 18:46 - Signaler un abus préserver le droit de penser l'islam, de toute urgence

    "vous vous êtes permis, vous vous êtes octroyé le droit de parler de l’islam, de parler des musulmans et de parler des quartiers populaires alors que vous n’en avez ni les compétences, ni la légitimité" ---------- Dans cette phrase, tout est dit. En effet, pour un musulman, il est interdit à un non-musulman de parler du Coran, de débattre de l'islam : il n'a pas "légitimité" pour le faire. Cette femme ne fait que dire ce que tout musulman pense tout bas : nous devons nous taire ! Toute "critique" de l'islam est pour le musulman un blasphème. Et c'est pour cela que les musulmans souhaiteraient faire de l'islamophobie un délit.Comme ils en définiraient le contenu, ils pourraient verrouiller le débat.

  • Par vangog - 24/01/2016 - 18:55 - Signaler un abus Bon, conclusion: l'islam est une merde!

    Voyons si ATLANTICO aura le courage de ne pas me censurer...

  • Par essentimo - 25/01/2016 - 08:12 - Signaler un abus L' intervention

    de cette enseignante musulmane ne s'apparente-t*elle pas au terrorisme avec menaces à l'appui ?

  • Par Lafayette 68 - 25/01/2016 - 08:40 - Signaler un abus Excellent article

    Je partage cette analyse mais comme d'autres , j'ai été stupéfait du sourire en coin de Pujadas et du mutisme satisfait de C.Bendit annoncé comme "intellectuel"( sûrement parce qu'il n'a jamais travaillé de ses mains...). Finkielkraut est resté calme , digne , c'est très bien mais on le sent crispé sur la question de l'islam d'où le soin de dire "islam islamisme " je fais la différence"" pas d'amalgame" et une attaque simpliste du fn jugé démagogue , populiste voire haineux etc...pour être tranquille sur le plateau. Pas très courageux en fait. En résumé , émission à éviter .

  • Par genbea75018 - 25/01/2016 - 08:40 - Signaler un abus le débat violent entre une jeune enseignante musulmane et...."""

    ......Alain Finkielkraut" Pourquoi Pujadas et Cohn-Bendit ne lui ont-ils pas coupé la parole, complicité ?. Que fait cette impudente à l'éducation nationale : inquiétant. Si elle juge que la France n'est pas assez conciliante avec l'Islam, elle peut opter pour un autre pays plus en adéquation avec son souhait, mais où elle n'aura sûrement pas la même liberté d'expression.

  • Par Djib - 25/01/2016 - 09:43 - Signaler un abus Le paradoxe et ce qu'il nous dit de la communauté musulmane

    Ce qui est sidérant, c'est de constater que cette jeune femme d'origine magrhébine, diplômée, intégrée (professeur de l'éducation nationale), non voilée, se sent plus solidaire des comportements moyenâgeux des radicaux de sa communauté que des propos du philosophe qui les condamne en refusant tout amalgame et généralisation (il parle "d'essentialisation"). Cette "solidarité" aveugle et suicidaire (puisque ceux qu'elle défend ont pour elle des projets qui ne correspondent manifestement pas à la vie qu'elle a choisie) en dit long sur les crispations identitaires et victimaires de la communauté musulmane.

  • Par Lafayette 68 - 25/01/2016 - 10:13 - Signaler un abus @Djib: crispations identitaires et victimaires ...

    Je vous conseille la lecture d'un ouvrage d'un professeur de philo algérien (Université d'Alger),Hamid Zanaz "l'islamisme vrai visage de l'islam". Ambiguité génante donc cachée ? pas d'amalgame facile... Ca me rappelle le débat sur le communisme , le mauvais et le bon ... Les eurocommunistes avaient tranché (Berlinguer) : non à la dictature du prolétariat et le pcf a fini aussi par le dire en 76.

  • Par Jean-Benoist - 25/01/2016 - 12:35 - Signaler un abus L'islam pratiqué en france

    (voile, hallal, non mixité etc..)n'est pas compatible avec notre démocratie et nos valeurs

  • Par Nap4 - 25/01/2016 - 14:47 - Signaler un abus Colonisons, que diable !

    La dame, enseignante, est française, comme vous et moi. Ni plus ni moins. Pourquoi faut-il qu'elle nous en fasse le reproche ? Et surtout pourquoi faut-il qu'un média public se fasse l'écho de ce prosélytisme au profit d'une communauté qui ne semble pas apprécier ce que la République lui offre, à savoir une nationalité, un territoire, une communauté nationale ? Un nouveau Staline se serait-il laissé pousser la barbe ?

  • Par Djib - 25/01/2016 - 15:02 - Signaler un abus La question qu'il aurait été intéressante de poser à cette dame

    Puisqu'elle conteste la légitimité et les compétences d'un philosophe pour parler de l'islam, il serait intéressant qu'à contrario elle veuille bien nous préciser quels seraient de son point de vue les critères à observer pour avoir cette compétence et légitimité: être musulman (donc seuls les juifs pourraient évoquer le judaïsme, seuls les catholiques pourraient critiquer la St Barthélémy)? parler arabe (mais tous les musulmans ne parlent pas arabe)? être un théologien de l'islam (problème: les sunnites n'ont pas de clergé et beaucoup d'imams sont BAC-12 aux dires mêmes du recteur de la mosquée de Paris)?

  • Par vangog - 25/01/2016 - 17:05 - Signaler un abus Si Finkelkraut n'est pas légitime pour "parler" de l'islam...

    alors qu'il avait pris soin de citer "islamisme", alors qu'elle nous dise qui est compétent? Certainement pas le CFCM crée par Sarko-le-parjure, et totalement inaudible, des qu'il s'agit de condamner, ni les pitoyables penseurs musulmans qu'on peut entendre ça et là...alors qui, puisque le terrain est occupé par Daesch? Cette beurette hystérique n'est pas compétente non plus pour parler de l'islam: trop énervée, trop artificielle...

  • Par ISABLEUE - 25/01/2016 - 17:30 - Signaler un abus une pouf

    qui voulait faire du buzz... Notre Finkie national est au-dessus des blablas de cette fille;... elle est contente, elle est passée à la tv...

  • Par poil à gratter - 26/01/2016 - 03:39 - Signaler un abus Parti des indigènes de la République

    aux dernières régionales, celle-ci a bien figuré à la 18ème place de la Liste d’union citoyenne présentée en Île-de-France. Mais si l’on cherche plus loin, comme aurait du le faire l’équipe de David Pujadas, on s’aperçoit que celle-ci est en lien très étroit avec le Parti des indigènes de la République (PIR), mouvement fondé en 2005 par Houria Bouteldja et qui prône ouvertement la lutte des races. Le 31 octobre dernier, une « Marche de la dignité » était organisée pour dénoncer « les violences policières » et commémorer les 10 ans des « révoltes des quartiers populaires ». L’occasion, on l’a vu, de crier sa haine de la France à plein poumon. L’occasion également de créer un collectif, celui de la « Marche des femmes pour la dignité ». source: observatoire des journalistes et de l'information médiatique

  • Par Anguerrand - 26/01/2016 - 09:21 - Signaler un abus Et l'on confie nos enfants à de tels enseignants

    On peut douter de la neutralité de tels enseignants, auparavant on bourrait la tête de nos chères petites têtes blondes ( si, si il en reste qq uns) avec des enseignants marxistes, maintenant avant de mettre son enfant à l'école, il faudra choisir entre les islamiques et les communistes. Le tout payé par nos impôts. Pas étonnant que le " privé" ait tellement de succès y compris pour les enseignants du public qui se gardent bien de mettre leurs propres enfants dans l'école " de la république"

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Lafontaine

Jean Lafontaine est l'auteur de l’ouvrage L’islam de France (et d’Europe). Un message de paix ?, aux éditions 7écrit. Il a également publié Les sources doctrinales de l’État Islamique, aux éditions UPPR.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€