Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le douloureux constat du faible niveau de rémunération des enseignants français qui mine la profession

Jean-Michel Blanquer a évoqué la prime au mérite pour les enseignants lors de sa conférence de rentrée. Ils sont de plus en plus confrontés à des difficultés à la suite du gel des salaires et face à l'inflation.

Triste réalité

Publié le
Le douloureux constat du faible niveau de rémunération des enseignants français qui mine la profession

 Crédit STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Atlantico : Ce mercredi, Jean-Michel Blanquer  pendant sa conférence de rentrée a parlé de la prime au mérite pour les enseignants et a déclaré que l' "on a perdu la belle tradition des profs qui s'investissent dans le périscolaire". Comment aborder cette déclaration à une époque où les professeurs sont de plus en plus obligés de se tourner vers le périscolaire ou d'autres activités pour arrondir les fins de mois dans un contexte de gel des salaires et de reprise de l'inflation ?

 
Jean-Paul Brighelli : Voilà des années que, sous prétexte que l'inflation était contenue, les salaires de la fonction publique stagnent.
L'inflation repart à la hausse, mais les salaires, eux, ne bougent pas, au nom de la réduction des déficits. L'écart donc, se creuse. Quand on pense que les pensions alimentaires augmentent chaque année au rythme officiel de l'inflation, on mesure ce qu'un enseignant divorcé finit par payer — et ce qui lui reste, sur un salaire moyen, au bout de 15 ans de métier, des 30 000 € / an qu'il gagne. Soit moitié moins que son homologue luxembourgeois ou allemand, pour un temps de travail qui, contrairement à bien des légendes, est supérieur.
 
Encore faudrait-il distinguer enseignement primaire et secondaire. Le salaire de l'instituteur mexicain, par exemple, est inférieur d'environ 7000 € à celui de son homologue français. Mais celui du professeur du Secondaire mexicain est supérieur de près de 10 000 € à celui du Français. En jouant, non sans démagogie, sur une politique du "corps unique de la Maternelle à l'Université", les syndicats français sont parvenus à faire globalement baisser le salaire de tout le monde. Que l'on imagine, s'il vous plaît, comment se loge à Paris ou en proche banlieue un instituteur ou un professeur du Second degré débutant, avec 1500 euros par mois — mais les syndicats ont obtenu, en échange de l'abandon du logement sur place des instituteurs, qu'on les appelle "professeurs des écoles". Sûr que cela améliore l'ordinaire.
 
Du coup, effectivement, les enseignants tentent de joindre les deux bouts en travaillant pendant les vacances dans les centres aérés, en pratiquant l'aide aux devoirs, en succombant aux charmes péniblement tarifés (autour de 9 € de l'heure) de soupapes à gogos comme Acadomia — et autres boîtes à Bac de grande réputation et de faible niveau.
 
Et je ne parle pas de ceux qui rêvent (et parfois sautent le pas) de quitter l'enseignement, alors même que l'on manque de profs, et que l'on peine à en recruter. Même si le salaire ne fait pas toute l'attractivité d'un métier, il y contribue. Il contribue aussi à dissuader d'y entrer.
 
Enfin, nombre d'enseignants (des enseignantes surtout) ne travaillent pas à plein temps, afin de s'occuper de leurs enfants. Alors 80% de 1500 euros par mois…
Mieux vaut faire des ménages. Etre serveuse de bar. Ou…
 

Ce type de déclarations n'est-elle pas au final préjudiciable pour le corps enseignant ? Est-ce vraiment en favorisant le périscolaire et en faisant des primes au mérite que l'on pourra régler le problème de recrutement ?

Je ne suis pas hostile au principe de primes au mérite : encore faudrait-il savoir de quoi l'on parle. Ce ne peut être mesuré sur les résultats hors sol des élèves : telle classe recrutée dans un quartier de cadres supérieurs sera toujours plus performante qu'une classe de milieu défavorisé, ne serait-ce que parce que le rapport au langage, dès le départ, est complètement différent.
 
En fait, il faudrait que les Inspecteurs se décarcassent, passent évaluer l'enseignant et sa classe en début d'année, et reviennent en fin d'année pour constater les progrès. Sur cette base, oui, on pourrait parler de mérite.
 
Ajoutons que des primes non intégrées dans le salaire permettent de vivoter un peu mieux, mais que l'addition se paie au moment du départ à la retraite.
Mais il est vrai que ce gouvernement va s'occuper justement de nos retraites…
 

Enfin, et même si le budget de l'éducation nationale augmente chaque année, est-ce vraiment suffisant pour compenser les dizaines d'années de manque d'investissement qui ont précédé ?

Je m'en voudrais de penser que l'on est ce que l'on gagne… Augmenter les salaires (au moins les salaires de départ) de façon sensible (disons 50% pour commencer) serait salutaire. Mais redonner au métier le lustre qu'il a perdu… Travailler l'opinion pour qu'elle reconnaisse à nouveau le rôle essentiel de celles et ceux qui forment les futurs citoyens — vos enfants et les miens… Ne plus faire de démagogie en insinuant que peut-être il faudrait remettre sur le tapis la question des vacances (ce sont les élèves qui ont des vacances, faut-il le rappeler : ceux qui envient les profs tiennent-ils vraiment à ce que leurs enfants travaillent 46 semaines par an ?)… Ne plus tolérer les réflexions sur ce métier de paresseux — viens donc faire cours une semaine dans un collège lambda, et on en reparlera… Encourager les vraies initiatives, et pas le conformisme pédagogique qui a assassiné déjà deux générations d'élèves… Soustraire les enseignants à la férule de "pédagogues" qui n'ont plus vu d'élèves depuis des lustres… Remettre sur pied une formation (et une formation continue, afin de récupérer les enseignants formés / déformés par les IUFM et les ESPE) qui donne des armes aux futurs maîtres au lieu de les offrir en victimes expiatoires à des hordes de gamins déchaînés — et applaudis par des pédagogues qui pour rien au monde ne s'y frotteraient… Oui, tout cela permettrait de retrouver des vocations. 
 
En attendant, je conseillerais à des étudiants (et des étudiantes) désireux de gagner leur vie de penser à autre chose — serveur de bar, femme de ménage, ou…
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par JG - 31/08/2018 - 15:25 - Signaler un abus Cher Mr Brighelli

    J'admire depuis toujours votre franc parler et votre humour, au moins égaux à votre immense culture, qu'un fervent admirateur de vos papiers sur Causeur ne peut qu'également admirer. Je suis évidemment entièrement d'accord avec vous mais je crains que Mr Blanquer, malgré toute sa (probable) bonne volonté personnelle, ne soit à son poste que pour "calmer" les troupes et également les gens de droite dont j'ai l'honneur de faire partie. Il y a hélas, et vous le savez fort bien, loin de la coupe aux lèvres et je crains que ce cher Mr Blanquer, malgré toutes ses qualités, n'ait aucune prise sur les cordons de la bourse, qui n'ont aucune chance d'être déliés à court terme et même à moyen terme. Jean Baptiste a fini martyr...J'ose espérer que vous n'aurez pas le même fin après votre prêche....

  • Par ciara - 31/08/2018 - 16:54 - Signaler un abus D'accord avec JP Brigelli

    Je suis encore étonnée qu'on trouve dans nos écoles et lycée de bons professeurs et de bons élèves . Et oui , il y en a encore ........MAIS SANS DOUTE PAS POUR LONGTEMPS; Les raisons sont connues , mais il faudrait tordre le cou à la doxa du moment ,et ça , .....

  • Par vangog - 31/08/2018 - 17:14 - Signaler un abus Le « périscolaire » a été encore une belle merde gauchiste...

    qui a bien plombé les salaires ...mais,d ites-moi! Existe-t-il une chose qui a été bien réussies, en trente années de politique éducative gauchiste? Les enseignants reçoivent, en quelque sorte, la monnaie de leur pièce c’est-à-dire « pas beaucoup »!

  • Par assougoudrel - 31/08/2018 - 18:43 - Signaler un abus C'est triste à dire, mais beaucoup

    d'enseignants sont trop payés quand on voit le résultat de leurs élèves. Les militaires disent qu'ils n'y a pas de mauvais soldats, mais de mauvais instructeurs.

  • Par Anouman - 31/08/2018 - 19:15 - Signaler un abus Enseignants

    Il y a vraiment un problème dans l'enseignement en France. Apparemment les profs sont moins payés qu'ailleurs (encore faudrait-il le vérifier précisément mais admettons) le budget de l'enseignement est un des plus élevés et les résultats PISA sont moins bons que dans d'autres pays européens. Alors ou passe le fric?

  • Par JG - 31/08/2018 - 20:21 - Signaler un abus @ Anouman

    Le fric passe chez les administratifs : 30% de personnel administratif en plus en France à nombre d'élèves égal par rapport à l'Allemagne. Exactement comme dans les hôpitaux : dans beaucoup d'hôpitaux, il y a un nombre d'administratifs qui se rapproche du nombre de PH temps plein....

  • Par ajm - 31/08/2018 - 23:27 - Signaler un abus Options.

    L'argent part aussi dans une palette d'options folkloriques au détriment des matières essentielles.

  • Par gilbert perrin - 01/09/2018 - 07:43 - Signaler un abus à travail égal : salaire égal... il faut comparer M. le ministre

    car la vérité est là !!! les enseignants français travaillent moins et moins bien ? alors, soyez juste !!!

  • Par DANIEL74000 - 01/09/2018 - 08:46 - Signaler un abus La parole est d'argent mais le silernce est d'Or !

    Brosser dans le sens du poil ne rendra pas nos enseignants capable d'instruire et d'élever le niveau. Combien de jours travaillés, combien d'heures ? Et si le statut public n'existait que pour le régalien etg que la responsabilité de chacun soit synonyme de résultat ??

  • Par DESVESSIESPOURDESLANTERNES - 01/09/2018 - 08:47 - Signaler un abus Hors sol et hors époque

    Au vu des résultats . Je connais un jeune ingénieur qui travaille effectivement 50 h par 48 semaines/an pour 1200 € net Je connais aussi des auto-promus à 12 h de présence /semaine 5 mois/an pour 5000 €

  • Par gilbert perrin - 02/09/2018 - 07:45 - Signaler un abus tout simplement :

    post ci-dessus : vous mettez le doigt là ou çà brule ? - la valeur des diplomes !!!! - la valeur des diplomés !!!!! - INTELLIGENCE et instruction ne sont pas synonymes… - puis entre en compte les rémunérations, le calcul des rémunérations pas toujours, je dirais souvent absent, qui ne décide pas d'un travail attribuant salaire ??? à travail égal salaire égal ET ???????????????la différence entre public et privé ??? d'où la différence de retraites bien entendu… MAIS ??? quel est le politique majorité ou opposition qui se bat pour l'égalité et la justice de tous les "travailleurs" français… je dis bien français car il y en a qui préfèrent les étrangers ??? n'est ce pas M. le président…. gilbert perrin j'aimerais tant que mon combat ne soit pas INUTILE et que ceux qui "bossent" soient les "CONS de l'affaire" le SYSTEME est leur système à tous : FONCTIONNAIRES, ELUS, PLANQUES, NANTIS de tous bords … je veux bien en discuter jusqu'à la fin des mondes, il y a 2 catégories de travailleurs d'une manière générale NANTIS et pas NANTIS… le départ c'est la qualité des enseignants ???? gilbert perrin

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment La Fabrique du crétin (Jean-Claude Gawsewitch, 2005) et La société pornographique (Bourin, 2012). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€