Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le double visage du macronisme : entre autoritarisme et libéralisme

L'action politique d'Emmanuel Macron et du gouvernement d'Edouard Philippe, depuis le sacre présidentiel et le triomphe des législatives, est riche d'enseignements. Extrait du livre "Le Paradoxe du macronisme" de Luc Rouban, publié aux Presses de Sciences Po (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Le double visage du macronisme : entre autoritarisme et libéralisme

 Crédit PHILIPPE DESMAZES / AFP

La mise en œuvre des premières mesures du gouvernement Philippe a défrayé la chronique pour son aspect autoritaire, renforcé par le fait qu’il disposait d’une majorité confortable à l’Assemblée nationale de 311 députés LREM qui ont la particularité, à l’exception remarquée d’un ou de deux parlementaires, de ne pas remettre en cause les choix du pouvoir exécutif. Pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, le Président a été élu par une majorité par défaut qui était seulement convaincue de vouloir écarter le FN du pouvoir, sans qu’il dépende pour autant du bon vouloir de sa majorité parlementaire puisque celle-ci ne comprend pas de courants ou d’alliances qui pourraient le fragiliser comme ce fut le cas naguère avec le PS ou jadis avec l’UMP puis LR.

Le macronisme a donc changé de visage après les élections législatives pour se transformer en programme de réformes libérales devant adapter la France à la mondialisation, à l’Europe, à la libéralisation des services publics et du marché du travail. Et c’est ici que se déploient les deux derniers paradoxes du macronisme.

Les ressorts d’un nouvel autoritarisme 

 
Le premier tient à ce qu’il a été construit sur une logique de pouvoir horizontal, participatif, dans la perspective de réunir les bonnes volontés au-delà des clivages partisans afin de débloquer les réformes et d’améliorer l’économie du pays. Emmanuel Macron défendait déjà en 2011 l’idée de renouer avec les grands récits historiques et de dépasser les débats techniques pour renouer avec l’idéologie seule créatrice de sens. Cette voie était la seule pour lui qui permettait d’inscrire la politique dans la modernité, c’est-à-dire dans la délibération : « L’action politique contemporaine requiert une délibération permanente. Non pas le débat corseté et organisé qui prépare la prise de parole et le programme d’un candidat face au peuple mais une délibération qui permette d’infléchir la décision, de l’orienter, de l’adapter au réel. » (Emmanuel Macron, « Les labyrinthes du politique : que peut-on attendre pour 2012 et après? », Esprit, 3, mars-avril 2011, p. 114).
 
Très vite, cependant, c’est bien la nature verticale du pouvoir qui s’est imposée. La réforme du code du travail et, plus encore, celle de la SNCF, ont montré que la concertation avec les syndicats ne portait que sur les dispositifs de mise en œuvre des réformes et ne constituait nullement une négociation sur leurs principes, situation qui a déstabilisé les syndicats réformistes et notamment la CFDT dont la direction pensait pouvoir devenir l’interlocuteur naturel du gouvernement. En mai 2018, 77 % des enquêtés se situant à gauche, 45% de ceux de droite et 64 % de ceux proches du FN estiment qu’il est trop autoritaire (Vague 18 de l’enquête électorale française du Cevipof, menée du 25 avril au 2 mai 2018). Plus généralement, le macronisme s’est construit sur la méfiance que suscite le personnel politique ou les syndicats, et le refus de s’engager dans des confrontations partisanes qui ont bloqué l’action de François Hollande. L’histoire politique française semble s’être alors répétée, voyant le parlementarisme se faire évincer par la technocratie. Immédiatement, Emmanuel Macron a été qualifié de Président technocrate, n’ayant jamais été élu au niveau local et cherchant avant tout à s’appuyer sur des experts pour mener un programme de réformes envisagé depuis longtemps par de multiples rapports de hauts fonctionnaires. Il est vrai que la haute fonction publique était très présente au sein des réseaux qui ont construit En Marche ! dès 2016 même si elle n’a pas fourni beaucoup de ministres au gouvernement d’Édouard Philippe (C’est ainsi que les hauts fonctionnaires constituent, en 2017, 40% de la population des ministres dont 10% seulement ont fait l’ENA. Par comparaison, la proportion de hauts fonctionnaires était de 48% dans le gouvernement Valls de 2014 (avec 21% d’énarques), et de 36% dans le gouvernement Fillon de 2007 (avec 17% d’énarques). L’autoritarisme du macronisme est sans doute inscrit dans ses gènes car il développe un libéralisme par l’État, doctrine majoritaire au sein de l’Inspection des finances depuis l’après-guerre, comble du paradoxe car c’est exactement de cette façon qu’il renforce le vieux modèle français qu’il entend justement dépasser. 
 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 01/09/2018 - 14:38 - Signaler un abus Autoritarisme , oui! Libéralisme, non! Socialisme, oui!

    On ne peut évoquer le libéralisme d’une politique qu’en dessous de 30% de prélèvements obligatoires, et lorsque la tendance à l’acroissement des dépenses etatiques est inversé...le recentrage sur les fonctions régaliennes du vrai libéralisme génère non seulement des économies, mais c’ est aussi un gage de meilleure efficacité ..Rouban fait une confusion (sans-doute victime d’une mauvaise traduction anglo-saxonne) entre libéralisme et socialisme...Macron navigue entre autoritarisme et socialisme!

  • Par Septentrionale - 01/09/2018 - 14:41 - Signaler un abus Macron un théâtreux qui joue les divas

    Un étatiK qui ponctionne et méprise en bon socialop.

  • Par MonacoPhil - 01/09/2018 - 17:38 - Signaler un abus Libéralisme? ben voyons

    Je crois qu'il faut arrêter. 90% des français (et je suis tolérant), ont le niveau philosophique et économique d'une huitre. Philosophique car c'est ce qu'est tout d'abord le libéralisme. Il repose, surprise, sur la notion de liberté, celle de l'individu. Economique car les théories libérales n'ont à moha JAMAIS été ne serait-ce que testées pendant la Véme république. Par Pompidou peut-être... Politique? Non le libéralisme n'est pas à proprement parlé politique. Voir les deux point ci-dessus. Je vous conseille la lecture de l'article de Contrepoint qui vous donnera les références nécessaires pour commencer à comprendre: https://www.contrepoints.org/2012/09/14/97038-les-penseurs-liberaux ça sera un début...

  • Par Loupdessteppes - 02/09/2018 - 10:28 - Signaler un abus Fausse interprétation !!

    Le CNRS n'était-il pas surnommé "vol aux-dessus d'un nid de cocos" dans les années soixante-dix ? Ce post en est la preuve... Macron est un socio-capitaliste, en aucun cas un libéral ! Il a été formé par les proches de Michel Rocard. Dans libéral il y a le mot liberté ce qui est bien loin des préoccupations de Macon, partisan d'un contrôle et d'une coopération de l'Etat sur le capital et d'un écartement du peuple au décisions (la soi-disante lutte contre le populisme...) ! Mon avis est que cette analyse d'un cadre du CNRS est plutôt destinée a réveiller la vieille gauche assoupie...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Luc Rouban

Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987.

Il est l'auteur de La fonction publique en débat (Documentation française, 2014), Quel avenir pour la fonction publique ? (Documentation française, 2017) et La démocratie représentative est-elle en crise ? (Documentation française, 2018) et Le paradoxe du macronisme (Les Presses de Sciences po, 2018) 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€