Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 22 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Donald Trump vient-il de réussir le coup politique qui lui ouvre la porte d’une réélection ?

Donald Trump a réussi à trouver un accord avec les Démocrates concernant le budget et la dette du pays, au détriment de son propre parti.

Echec (et mat ?)

Publié le

Nancy Pelosi avait pu déclarer, à l'aube de la Présidence Trump "Nous pouvons travailler ensemble pour faire passer rapidement un projet de loi sur les travaux d'infrastructure". Dans quelle mesure cette alliance à priori contre-nature pouvait être prévisible de la part de Donald Trump, notamment sur le modèle de l'accord bipartisan passé entre Dwight Eisenhower et les démocrates pour la loi sur les infrastructures autoroutières de 1956 ? Au regard de cette possibilité, quelle "relecture" peut on faire des débuts du mandat de Donald Trump ?

En effet, il semble que la voie est désormais ouverte pour un dégel des relations entre les deux camps. D’ailleurs ce jeudi, alors que Nancy Pelosi s’adressait au président pour qu’il rassure les jeunes sans papiers sur leur futur statut, Donald Trump ne s’est pas fait prié et a répondu favorablement et immédiatement. Ce faisant il met en grande difficulté le Parti républicain alors que le pays est entré en année électorale : dans à peine un an les électeurs repasseront par les urnes pour renouveler la Chambre des représentants dans sa totalité, ainsi qu’un tiers du sénat. Beaucoup de ces élus républicains ont donc besoin du soutien de Donald Trump pour assurer leur réélection et voteront dans le sens qu’il leur demandera, quoi qu’il puisse leur demander, ou presque.

Passer un accord bipartisan est donc une bonne opération pour Donald Trump qui n’a ainsi plus à se préoccuper de ce handicap que lui procurait sa toute petite majorité (à peine deux voix d’avance, ou 3 si on considère que le sénateur Menendez, du New Jersey, qui fait l’objet de poursuites judiciaires graves, est tenu éloigné des travaux du Congrès depuis mercredi).

Là encore, on pouvait s’attendre à un tel mouvement de Donald Trump, qui reste le président le plus iconoclaste qui ait jamais été élu aux Etats-Unis et qui ne perd pas une occasion pour montrer à son électorat qu’il brise les codes politiques classiques. 

En revanche, c’est beaucoup plus inattendu de la part des démocrates, qui se sont livrés à une guérilla incessante et totale depuis le jour de l’élection et qui en ont mesuré toute les limites. Il reste à mesurer comment fonctionnera la discipline dans les rangs de ce parti : certains sénateurs ne pourront pas se défiler. Ainsi, Heidi Heidkamp est en grande difficulté pour l’élection de novembre 2018 alors que Trump a remporté son Etat, le Dakota du Nord avec 63% des suffrages. Elle sait bien que n’importe quel accord vaut mieux qu’une confrontation forte. Pour d’autres, en revanche, il faudra avaler beaucoup de couleuvres et, surtout, arriver à les faire avaler par une base démocrate qui est foncièrement anti-Trump. 

Quel est le risque, pour les démocrates, d'accepter de participer à l'élaboration du gigantesque plan d'infrastructure qui pourrait conduire à une hausse de popularité du nouveau locataire de la Maison Blanche, et à sa possible réélection, si ce plan venait à générer un important nombre d'emplois ?

Tout le monde s’accorde pour dire que ce plan d’infrastructure sera générateur de création d’emploi. C’est d’ailleurs sur cette promesse que la bourse a particulièrement bien réagi depuis l’élection de Donald Trump. Ce n’est pourtant pas forcément sur la réalisation de cette promesse que le président assurera sa réélection : il me semble que de mettre fin à une opposition systématique est un premier bon mouvement pour le Parti démocrate s’il veut barrer la route d’un second mandat au 45e président. Car le blocage incessant donne de très mauvais fruits : les Américains ne sont plus que 12% à considérer que les élus du Congrès font du bon travail, ce qui est très nettement moins que la très mauvaise côte dont est crédité le président. On commente également assez peu que le Parti démocrate lui-même souffre d’une très mauvaise image. Les divisions sont visibles et lui font très mal. La prochaine sortie du livre d’Hillary Clinton le 12 septembre ne va rien arranger. Tout cela s’est déjà traduit à plusieurs reprises dans les urnes puisque le Parti démocrate a perdu toutes les élections partielles depuis l’élection de Donald Trump. Chuck Schumer et Nancy Pelosi ont pris la mesure du danger et tentent une nouvelle stratégie. Ils pourront au moins se créditer d’une part de la réussite des futurs plans sur les infrastructures ou de baisse des impôts. 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 08/09/2017 - 10:05 - Signaler un abus Progressiste ne veut pas dire

    Attardé libertaire, les "libtards" comme on dit en anglais. Il semble que les démocrates commencent à lâcher leurs lubies post hippies arc en ciel, et redécouvrent les fondamentaux du progrès dans un pays occidental malgré tous les délires, encore judéo-chrétien.

  • Par assougoudrel - 08/09/2017 - 10:35 - Signaler un abus Hier, sur Eur1, entre heures et midi,

    j'ai entendu un abruti de bobo soit disant parisien, dire que D. Trump est un croisement de Nadine Morano et de Ribery; il est était très fier et les autres riaient en poussant des braiments. Je crois qu'ils n'ont pas fini de rager, car Mr Trump, contrairement à Hollande et macron, a choisi de bons conseiller et les écoute. Souple et manœuvrier, comme disent les cavaliers dans l'Armée. On vois aussi qu'aux USA, le citoyen ne croit plus au politicien qui ne pense qu'à sa personne et non à l'intérêt du pays, tout comme chez nous.

  • Par padam - 08/09/2017 - 11:04 - Signaler un abus @Deudeuche

    Je ne vois pas très bien en quoi les libertaires d'Occident (ils ne sévissent d'ailleurs que là), se rattachent en quoi que ce soit aux "délires" judéo-chrétiens (avec un s, svp) occidentaux. C'est même exactement le contraire. Quant à ces soit-disant délires, c'est vous qui le dites!...

  • Par Ganesha - 08/09/2017 - 12:28 - Signaler un abus Walking ?

    Cet article nous montre la chance exceptionnelle dont bénéficie le peuple américain, qui peut exprimer son opinion deux ans après leur présidentielle par les législatives ''mid-term''. Une réforme similaire est urgente en France. François Hollande s'est conduit comme une crapule méprisable en s'accrochant au pouvoir alors qu'il se savait unanimement rejeté. Je veux croire que Macron aura le courage et l'honnêteté de nous offrir un référendum, ou une autre consultation anticipée. Ou alors, ce seront les élections européennes de Mai 2019 qui rempliront ce rôle ? Quant à Trump, il ne lui reste plus qu'à créer son propre parti : ''Walking'' ?

  • Par Deudeuche - 08/09/2017 - 13:20 - Signaler un abus @Padan

    Mal compris. Les delires libertaires (neo paganisme) sont évidemment Anti-judéo-chrétiens et M Trump les remet (avec prudence on ne change pas 50 ans de contre culture aussi vite) en cause. Ils dit aux Démocrates de s'inspirer de Roosevelt et non de Mme Clinton.

  • Par Ganesha - 08/09/2017 - 14:52 - Signaler un abus ''So help me God'' !

    A ma connaissance, Donald Trump est parfaitement ''laïque''. Il a prononcé le serment traditionnel des présidents américains le jour de son investiture, mais à part cela, je ne pense pas que le mot ''Dieu'' revienne souvent dans ses discours !

  • Par vangog - 08/09/2017 - 14:52 - Signaler un abus Oui, lesgauchistes progressent (un peu)

    dans la voie de la responsabilité...Mais, non, Mr Branaa, l'ambition de tout homme politique n'est pas d'être obligatoirement reélu (je n'ai pas entendu Donald affirmer qu'il le souhaitait)

  • Par BABOUCHENOIRE - 08/09/2017 - 15:23 - Signaler un abus Trump n'est ni de droite "republicain" ni de gauche

    "démocrate" mais des 2 voila pourquoi nos journalistes bien pensants tentent de le ridiculiser en lui reprochant son manque de stratégie et sa politique girouette. Il fait pourtant comme un certain président Macron cela doit être la conséquence de la fameuse poignée de main.

  • Par Liberte5 - 08/09/2017 - 19:13 - Signaler un abus Les médias et commentateurs Français n'ont jamais accepté

    D. Trump. Ils étaient pro Obama puis pro H. Clinton. Enfin pour cette gauche américaine décadente et coupée des réalités du pays. Depuis la désinformation continue et ils n'ont toujours rien compris quant aux ressorts qui animent D. Trump. Les USA et le monde occidental peuvent être tous les jours dire merci à D. Trump qui a hérité d'une situation désastreuse de ce gauchiste B. Obama qui n'aime pas les USA et soutient les musulmans.

  • Par adroitetoutemaintenant - 09/09/2017 - 08:10 - Signaler un abus Trump n’est pas du tout laïque !

    Même s’il n’est pas une punaise de bénitier, ses discours sont très souvent émaillés de référence à Dieu ou à une fête chrétienne. Il le fait d’ailleurs de façon très ostentatoire pour se démarquer de son prédécesseur et satisfaire la très grande majorité chrétienne des EU qui s’était sentie délaissée par la classe dirigeante et le marécage démokkkrate de Washington. Il avait d’ailleurs invité plusieurs personnalités religieuses chrétiennes ou apparentées à son investiture qui ont prononcé au moins 6 prières !

  • Par Deudeuche - 09/09/2017 - 09:11 - Signaler un abus @Ganesha

    Ne pas mettre Dieu inconsidérément dans les discours est une bonne chose.

  • Par Ganesha - 09/09/2017 - 09:27 - Signaler un abus Sauna

    De même, la fréquentation d'un sauna permet de mettre à l'épreuve des pulsions homosexuelles obsédantes...

  • Par kelenborn - 10/09/2017 - 09:17 - Signaler un abus Quand même mieux

    Oui...c'est quand même mieux que cette imbécile de Nicole Bacharan sur LCI ou Bouffemerde TV Ndlr: Pour Ganesha, d'après Gala, Bacharan, c'est la fille cachée de Pierre Bergé et de Lulu la brebis Bon , sur Atlantico, c'est pas comme sur Louseur , on peut encore insulter les biques et les ânesses

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Eric Branaa

Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il fait partie de l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis (Eyrolles, 2015), Qui veut la peau du Parti républicain ? L’incroyable Donald Trump (Passy, 2016), et d'American Touch (Parlez-moi de vous), aux éditions de Passy (2016). Il vient de sortir "Trumpland, portrait d'une Amérique divisée" aux éditions Privat (2017).

Son prochain livre, 1968: Quand l'Amérique gronde, Privat (mai 2018).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€