Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 30 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Donald Trump invite les banques américaines à réinventer les subprimes : du crédit facile pour ses électeurs, des risques majeurs pour l’Europe

En donnant aux banques américaines plus de liberté qu’elles en avaient avant la crise, Donald Trump va rallumer le feu de la spéculation mondiale.

Atlantico Business

Publié le
Donald Trump invite les banques américaines à réinventer les subprimes : du crédit facile pour ses électeurs, des risques majeurs pour l’Europe

Donald Trump veut apporter du crédit facile aux classes moyennes américaines, des profits gigantesques aux banquiers de Wall-street mais faire peser sur le système mondial des risques nouveaux. Le président américain a signé les décrets qui réforment la réglementation qui avait été mise en place après la crise de 2008. En gros, il revient purement et simplement sur la règle appelée règle Volker et sur la loi Dodd-Frank.

En bref, il remet en liberté le système bancaire américain en invitant les banques implicitement à retomber dans la spéculation.

Et pourquoi pas ressortir les célèbres Subprimes qui avaient permis dans les années 2000 à une partie de l’Amérique pauvre de se donner l‘illusion d’être riche en s’endettant. Et ce faisant, en donnant une telle liberté de mouvements aux banques américaines, il coince les banques européennes qui, elles, sont occupées à négocier des garanties supplémentaires.

Parce que jusqu’à maintenant, Donald Trump a surtout parlé. Il a dit qu‘il ferait le mur à la frontière Mexicaine, mais ce mur existe déjà, il ne sert pas à grand chose. Il a proféré des menaces de barrières douanières tarifaires ou autres, certains industriels ont donné des signaux de relocalisation à l’intérieur des Etats-Unis, mais ça reste très symbolique. On ne relocalise pas une industrie par un claquement de doigts.

Et puis, tout ce qui va renforcer le protectionnisme finira par pénaliser les consommateurs et notamment les plus modestes qui sont ses électeurs. Alors restons calmes. Le décret interdisant l’immigration,  ayant le but de freiner l’entrée aux USA des ressortissants étrangers a créé plus d’émotion. Les chefs d’entreprise, comme les ingénieurs de la Silicon valley se sont élevés contre cette mesure contraire à toutes les traditions américaines et surtout, contraire à son modèle de développement. L’Amérique a fait sa fortune en accueillant des talents étrangers. En plus, la justice fédérale a annulé cette décision.

Donald Trump veut engager un bras de fer sur ce dossier, sauf qu’il n’est pas du tout sur, de l’emporter. La décision de s‘attaquer à la règlementation financière ne va pas soulever une opinion publique, qui ne va pas comprendre les détails de ce qui peut se passer, elle ne va provoquer la colère des élites financières parce qu‘elles vont en profiter, mais le vrai risque est de déséquilibrer à nouveau le système.De quoi s’agit –il ? Au lendemain de la crise des subprimes de 2008, Barack Obama, fraichement élu, avait pris un certain nombre de dispositions afin de limiter les risques de spéculation des banquiers US.

Les lois Volker et Dodd-Frank avaient réglementé le système bancaire en le privant d’une liberté excessive. L’administration américaine avait en effet exiger des banques qu’elles possèdent un niveau de liquidité qui leur permettent de faire face à des chocs conjoncturels importants ou même à des erreurs de gestion. Le président Obama avait même installé une nouvelle agence de contrôle, un conseil de surveillance de la stabilité financière pour identifier et prévenir les risques qui peuvent peser sur la stabilité du système financier. Il fallait éviter que les banques ne puissent pas fonctionner en pensant que de toute façon l'Etat serait là, en garantie, ce qui les autorisait à faire tout et n ‘importe quoi.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier K. - 07/02/2017 - 09:47 - Signaler un abus Voila Trump montre son vrai visage!!

    De facade populiste, il n'est rien d'autre qu'un pentin de Wall Street. Quand à l'europe, la seule solution consiste à s'isoler de l'amerique, attendre passiement qu s'auto détruise l'Amérique pour aller ensuite récupérer les reste et aider l'amerique à se reconstruire. Il va falloir un jour comprendre que l'esclave qui choisit mamon comme maître reste un esclave.

  • Par Texas - 07/02/2017 - 10:00 - Signaler un abus Ronald Reagan

    avait parfaitement résumé le rôle de l' Etat sur les agents économiques : " Si ça bouge , taxez-les , si ça continue de bouger réglementez-les , si ça ne bouge plus , subventionnez-les " . Pou information , la S.E.C , avait été averti en 2006 par Nouriel Roubini du danger des Subprimes . On en vient à se questionner de l' utilité de ces agences . Pour les tenants de la raideur économique , qui marche si bien Europe , nous rappelleront que nous ne sommes plus à une subvention près de secteurs déficitaires , la Presse en premier lieu .

  • Par Stargate53 - 07/02/2017 - 10:03 - Signaler un abus C 'est un malade de fric !

    Quel triste individu qui ne possède aucune notion du bien commun et ne vise qu'à s'enrichir toujours plus quitte à faire souffrir ceux qui ne peuvent se protéger des manoeuvres financières des banques qui spéculent toujours plus ! aucune leçon des échecs des pratiques qui ont mené à la crise de 2008, vraiment un type amoral ou plutôt immoral !

  • Par vangog - 07/02/2017 - 10:42 - Signaler un abus L'hyper-regulation gauchiste a abouti au tarissement

    du crédit pour les plus faibles, les plus "risqués" et à l'hyper-concentration bancaire, soit un "hyper-capitalisme de connivence", comme l'adore la gauche (et Sylvestre)! Cette hyper-regulation était destinée à éviter le syndrome du "too Big to fail", reportant les conséquences finales de la faillite bancaire sur le con-tribuable (en UE gaucho-ultra-libérale) et sur la CFTC americaine, sorte de mutuelle de faillite bancaire. Sous l'influence du lobby bancaire, les exceptions aux lois Dodd-Franck furent nombreuses, autorisant, par exemple, les banques américaines à spéculer en dehors des frontières des USA! ce système de régulation étatique, qui amena la crise des subprimes, et qui conduit, aujourd'hui à l'hyper-capitalisme de connivence, est mauvais. Il est urgent de les remplacer par des lois simples, de type libéral, remplaçant cet empilement de lois gauchistes contradictoires et néfastes. Donald a parfaitement compris l'urgence de relancer la machine économique!

  • Par Texas - 07/02/2017 - 10:48 - Signaler un abus Et c' est probablement..

    ;;;avec la même constance au conformisme ambiant , que Mr Sylvestre dans un prochain article , se plaindra de la frilosité des banques pour le financement de projets utiles à la croissance économique . Le beurre , l' argent du beurre et le sourire de la crémière .

  • Par J'accuse - 07/02/2017 - 12:25 - Signaler un abus L'histoire ne bégaie pas, contrairement aux "experts"

    Supposer que les banques feront les mêmes choses de la même façon, c'est les prendre pour plus connes qu'elles ne sont. S'il n'y a que les subprimes à craindre, alors il n'y a rien à craindre.

  • Par zouk - 07/02/2017 - 13:04 - Signaler un abus Trump

    Populaire auprès des gens peu/mal informés (et ils sont une forte majorité en France comme aux Etats Unis) et dangereux, ses concitoyens vont peut être devoir s'en rendre compte rapidement, cela ne nous dispensera pas d'en souffrir.

  • Par adroitetoutemaintenant - 07/02/2017 - 13:24 - Signaler un abus L’anti-trumpisme qui aveugle

    et rend con. Les subprimes crétins sont arrivés grâce à Clinton qui a abolit les accords Glass Steagall et a encouragé les deux plus grosses agences de prêt immobiliers semi-fédérales de prêter à des gens qui ne pouvaient pas rembourser. Quand Obama est arrivé il s’est dépêché d’encourager les accords Dodd-Frank qui était une façon de prendre le control d’Etat sur toutes les activités bancaires et financières. Une sorte de nationalisation déguisée. Car en pur islamo-gauchiste son but était de prendre le control du pays ou au moins de l’affaiblir. Les islamo-gauchistes de Bruxelles, ces non-élus, se sont dépêché d’emboiter le pas avec les accords de Bâle. Alors les mauviettes pleureuses qui voit leur petit pouvoir de nuisance disparaitre se dépêchent de chialer et de critiquer comme le Sylvestre. Il est plus que temps d’éliminer tout un tas de régulations qui paralysent l’entreprise et les citoyens. Car ce sont des taxes déguisées. Tout ce qui fait que les gens qui travaillent et entreprennent sont contrôlés par des branleurs de fonctionnaires.

  • Par Texas - 07/02/2017 - 18:20 - Signaler un abus @ zouk

    Dites-nous tout sur Trump , et par la même occasion sur l' administration précédente ou celle que les déplorables de Trump ont voulu éviter . Je suis curieux et patient .

  • Par Semper Fi - 07/02/2017 - 22:59 - Signaler un abus De toute façon....

    ...un article sur Trump signé Sylvestre = Trump mauvais. Que Trump décide de prendre un parapluie lorsqu'il pleut et JM Sylvestre arrivera à être contre ! Plus sérieusement, le passage sur le "décret immigration" est un sacré morceau de désinformation indigne d'Atlantico ! Il s'agit tout d'abord d'un moratoire de 3 mois et non d'une interdiction ad vitam... le temps de revoir les procédures permettant de contrôler qui souhaite entrer aux USA. Est-ce efficace ou pertinent pour lutter contre le terrorisme ? Je ne sais pas, et M. Sylvestre n'a jamais pris le temps d'évaluer objectivement ces mesures. Quant à la tirade sur la richesse des USA liée à l'immigration, il faut vraiment n'avoir aucun respect de ses lecteurs pour écrire de pareilles conneries. Primo, seuls 7 pays sont sur la liste, ce qui laisse 189 pays à partir desquels il est toujours possible d'émigrer (197 états reconnus par l'ONU, dont on retranche les 7 et les USA), on est bien loin de la fermeture complète des frontières. Secundo, je doute fort que le Soudan, la Somalie ou encore le Yemen soient des pays où les recruteurs s'arrachent les candidats à haut potentiel !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€