Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Donald Trump, 100 jours de pouvoir et déjà beaucoup de déceptions

Avis à ceux qui seraient tentés par le vote Populiste.

Atlantico Business

Publié le
Donald Trump, 100 jours de pouvoir et déjà beaucoup de déceptions

Donald Trump a été élu en novembre de l’année dernière, il a pris véritablement le pouvoir le 20 janvier. Et depuis 100 jours , ses partisans de l’Amérique profonde commencent à déchanter. L’état de grâce n’aura pas duré longtemps.

 

Toute ressemblance avec une personnalité politique existante en France serait naturellement fortuite.

Donald Trump a été élu à la présidence des Etats-Unis grâce à un programme qui voulait répondre directement à une partie de la classe moyenne américaine particulièrement déclassée par la modernité, la révolution digitale et les effets de la mondialisation.

Elu en novembre, arrivé à la Maison Blanche le 20 janvier ? Donald Trump vient de passer ses premiers 100 jours et déjà l’état de grâce a pali.

Donald Trump a été élu par une petite majorité d’électeurs en difficulté dans les régions les plus touchées par la crise.

Il a été élu en promettant de restaurer la grandeur de l’Amérique, de réinstaller une industrie. Il a promis une reprise vigoureuse de l’économie (qui ne marchait pas si mal à la fin du mandat de Barack Obama) par une relance des grands travaux, il a promis de redonner aux blancs, laissés pour compte de la mondialisation la fierté d’être américains, il a promis de réparer toutes les erreurs qui avait provoqué la crise des subprimes et jeté à la rue trois millions d’américains qui se sont retrouvés dépossédés de tout. Il a promis de réguler le commerce mondial en freinant les importations chinoises, il a promis de rapatrier des équipement industriels qui sont allés au Mexique, il a promis de stopper l’immigration des latinos en construisant un mur à la frontière sud, il a promis de réguler la finance, il a même promis de revenir sur la réforme de la santé et notamment l’Obama Care, il a promis, tellement promis.

Donald Trump a été élu en s‘opposant violemment aux élites politiques, médiatiques, économiques et financières.

 

Quatre mois plus tard, qu‘a-t-il fait ? Il a tweeté, il a parlé, il a surtout beaucoup tergiversé, à tel point qu'il n’a réussi à faire passer aucun de ses projets phares. Alors son mandat ne fait que commencer certes, mais aucune de ses réformes ne s’annonce à l’agenda. Pire pour lui, il est obligé de faire machine arrière sur beaucoup de points.

 

Le bilan des premiers cents jours est assez décourageant pour tous ceux qui ont cru à ce qu’il disait.

 

1er point : Il n’a toujours pas réussi à constituer un cabinet efficace et cohérent. Il a nommé beaucoup de conseillers, beaucoup de secrétaires d’Etat, mais il a du rapidement en changer, tant leurs divergences étaient grandes. En fait, il n‘était pas au départ équipé en compétences et en professionnels pour exercer le pouvoir qu’il venait de conquérir. Entre «les Trumpistes » et ceux qui semblaient plus proches des réalités, il a du finalement choisir ceux qui connaissaient le fonctionnement de l’Etat. Le problème est que ce cabinet n’a pas de ligne stratégique très claire que ce soit en politique économique ou en politique étrangère. En fait, Donald Trump gouverne avec son clan, sa famille et notamment son gendre qui prend une importance grandissante.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par toupoilu - 20/04/2017 - 07:08 - Signaler un abus Baisser les bras, brave gens, le systeme est plus fort que vous.

    Oui, mais chez nous ce qui vient ce ne sont pas des mexicains qui ne changeraient qu'à la marge la nature des états-unis, ce qui vient est un danger mortel. Et MLP n'est pas non plus un clown arriviste, c'est une dirigeante politique inscrite dans une action de quarante ans, qui ne vacillera pas à la moindre brise. La vérité c'est que c'est vous qui devez avoir peur, parce qu'elle arrive.

  • Par patamoto - 20/04/2017 - 08:23 - Signaler un abus On a compris le message!

    On a compris le message! Surtout ne changeons rien! Avec J.M. Sylvestre agenouillons nous devant cette belle Europe libérale qui fait de la France un futur jardin d'Eden, une France rendue à son état sauvage car sans agriculteurs et villages déserts, sera un must pour les touristes étrangers, seule industrie viable! Les usines devenues des musées pour montrer l'ex savoir-faire français aux périphéries des grandes villes, où nos compatriotes ubérisés à 50% (les autres seront fonctionnaires!) serviront ces bons petits chinois en produits raffinnés travaillés par 1% d'artisans contrôlés par nos technocrates européens . J'adore ce futur pour mes enfants.

  • Par Deneziere - 20/04/2017 - 08:41 - Signaler un abus Bonne récapitulation. Il faut s'en inspirer.

    Qu'on le veuille ou non, le premier bilan de Trump est bel et bien tel que le décrit JM Sylvestre. Les gens qui déplorent que rien ne changera si on ne vote pas populo, doivent bien constater qu'avec Trump, rien n'a changé. Si on fait le jeu des sept erreurs entre Trump et Le Pen, il y en a bien en faveur de Le Pen, notamment en expérience politique. En revanche, il y a aussi des points communs avec Trump qui condamnerait une expérience Le Pen au pouvoir : le FN n'aura pas de majorité parlementaire, n'a pas d'homogénéité idéologique, n'a pas les cerveaux pour gouverner et n'a aucun moyen de les acquérir en si peu de temps.

  • Par ikaris - 20/04/2017 - 13:00 - Signaler un abus Papy Sylvestre repproche à Trump de faire du Clinton ?

    Papy Sylvestre est un faux expert en toute chose (à commencer par l'économie) mais il est surtout un désinformateur de la plus mauvaise fois qui soit. Papy, as tu remarqué avec quelle énergie l'establishment a ralentit ou bloqué chacune des nominations de son administration ? Il en va ainsi de cette superclasse mondiale qui dans tous les pays préfère son intérêt de classe aux choix démocratiques du peuple. Alors oui on peut faire un bilan décevant à 3 mois de ses multiples actions ... mais n'oublions pas la guerre de tranchée qui a lieu pour chacuns de ses décrets, guerre relayée par le système médiatique complice. En fait la malhonnêteté de la description de chacun des points exposés saute au yeux dès qu'on connait un tant soir peu la situation ... la ficelle est un peu grosse papy : tu parles de politique française à traver s Trump ! Mais au fait, Papy Sylvestre tu devrais être content car si on enlève à Trump ses réformes anti-systèmes il reste un gouvernement à la Clinton : bien néo con comme il faut comme le prouvent les frappes en Syrie.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€