Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dominique de Villepin : "L'élection de Donald Trump pourrait permettre un véritable débat transatlantique et la renégociation nécessaire du traité de l'OTAN de 1949"

Dominique de Villepin publiait ce 9 novembre l'ouvrage intitulé "Mémoire de paix pour temps de guerre", dans lequel il aborde notamment la nécessité de revoir le fonctionnement de nos armées. Un point sur lequel il revient en détail pour Atlantico.

Interview

Publié le - Mis à jour le 18 Novembre 2016
Dominique de Villepin : "L'élection de Donald Trump pourrait permettre un véritable débat transatlantique et la renégociation nécessaire du traité de l'OTAN de 1949"

Cette élection pourrait permettre un véritable débat transatlantique pour renégocier le traité de 1949. Nous devons assumer une réelle défense collective mais empêcher tout débordement de l’OTAN. Crédit AFP

Atlantico : Un des chapitres de votre livre s'intitule "Pour une métamorphose des armées". Devant la multiplication des foyers potentiels de crise, vous estimez qu'il existe une troisième voie entre l'intervention lourde au sol et la simple opération humanitaire.

Vous appelez notamment un recours accru aux alliances et aux coalitions, ainsi qu'à des modes d'interventions plus souples. Comment ce changement de doctrine pourrait-il se concrétiser au regard des différents théâtres d'opération dans lesquels évolue la France ?

Dominique de Villepin : Aujourd’hui, l’état d’esprit des responsables politiques et le format de nos armées nous condamne au tout ou rien. La guerre partout, ou l’inaction et l’indifférence. Nos armées sont héritières d’un temps où tout était déterminé par la guerre classique, régulière, entre Etats structurés. Or la réalité des crises est d’un côté celle de la guerre asymétrique et irrégulière dans des zones sans Etat et dévorées par la violence – c’est la spirale au Moyen Orient et au Sahel mais qui pourrait bientôt contaminer d’autres régions du monde – et de l’autre côté celle de l’affrontement de géants, d’empires renaissants aux jointures desquels s’installent des états de violence durables, des conflits gelés, des risques d’escalade. Nous ne sommes préparés ni à l’un ni à l’autre. C’est pourquoi je plaide pour une réorganisation longue de nos armées, assumant la professionnalisation et la spécialisation. Il y a trois missions centrales des forces de sécurité qui relèvent aujourd’hui de commandements, de formations, d’équipements différents. Une force de défense qui doit être capable de mobiliser la société au service de la défense nationale en cas de menace massive sur notre territoire et nous ne sommes pas en mesure aujourd’hui d’y faire face sans des alliances et des coalitions qui nous sécurisent sans nous pousser à la surenchère. De ce point de vue, la réforme de l’OTAN est pour moi la clé. L’élection de Donald Trump a changé la donne, en raison des doutes qu’elle va susciter sur la détermination américaine chez certains alliés et en raison des tentations isolationnistes de la nouvelle administration. Cette élection pourrait permettre un véritable débat transatlantique pour renégocier le traité de 1949. Nous devons assumer une réelle défense collective mais empêcher tout débordement de l’OTAN et tout engrenage militaire comme on le voit à l’œuvre par exemple en Europe de l’Est. Il faut rééquilibrer l’alliance entre un pilier nord-américain et un pilier européen. Si cette renégociation est impossible, nous devrons avoir le courage de quitter une alliance dès lors que nous considérerons qu’elle comporte plus de risques que d’avantages.

Nous avons besoin également d’une force antiterroriste mieux organisée, car c’est bien là le défi de notre temps. Or l’armée n’est qu’une partie, même essentielle, de ce dispositif, avec les forces de police, les autorités judiciaires, les services de renseignement. Faute de hiérarchie commune et spécialisée nous dispersons nos efforts et nous ne parvenons pas à articuler les efforts à l’intérieur et à l’extérieur. Je crois à la nécessité d’un chef de file de la lutte anti-terroriste auprès du Président de la République pour coordonner et impulser l’action. Nous pourrions ainsi développer des interventions ciblées dans les zones tenues par les mouvements terroristes, limiter l’empreinte au sol et éviter la tentation des guerres longues, lourdes et contreproductives qui dominent aujourd’hui. La France a une expérience et une expertise à développer en la matière et certaines qualités du dispositif Barkhane montrent le chemin dans cette direction.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 14/11/2016 - 11:45 - Signaler un abus D. de Villepin

    L'analyse résumée semble convaincante. Nous avons en effet besoin de repenser totalement notre sécurité et nos alliances ainsi que d'une force efficace de lutte contre nos terroristes "internes" : il est scandaleux d'utiliser des troupes d'élite comme les parachutistes de la Légion pour patrouiller dans nos rues. Cela exige une organisation PENSEE et non les improvisations hollandesques.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique de Villepin

Dominique de Villepin est diplomate de formation, ancien Ministre des Affaires Etrangères (2002-2004), Ministre de l’Intérieur (2004-2005) et Premier Ministre (2005-2007). Dans ce voyage à travers un monde en feu, à contre-courant de l’esprit du temps et sans concession, il fait partager son expérience, ses convictions et sa vision, traduisant l’engagement et la passion de toute une vie.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€