Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 03 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce discret parti populiste allemand pourrait-il avoir la peau de l’euro ?

Un Allemand sur quatre se dit prêt à voter pour "Alternative für Deutschland", parti qui cristallise bon nombre des mécontentements et réticences de nos voisins d'outre-Rhin vis-à-vis de la zone euro. Que faut-il en penser ?

Decod'éco

Publié le
Ce discret parti populiste allemand pourrait-il avoir la peau de l’euro ?

Le parti allemand "Alternative für Deutschland" qui cristallise bon nombre des mécontentements contre la zone euro. Crédit Reuters

Un Allemand sur quatre se dit prêt à voter pour Alternative für Deutschland (AfD), parti politique "nouveau-né" outre-Rhin.

Lancé par quelques économistes, journalistes du FrankfurterAllgemeine Zeitung (équivalent du Monde), constitutionnalistes et représentants du monde de l’entreprise (entre autres l’équivalent de notre Laurence Parisot), ce parti se dit anti-euro mais "pour l’Europe".

A la fois euro-sceptique, libéral et conservateur, l’AfD se veut démocratique, raisonnable et réfléchi ; une alternative sérieuse aux autres partis politique. Nous sommes loin de l’image populaire d’un Beppe Grillo dont le Mouvement cinq étoiles a cristallisé en Italie le vote contestataire aux dernières législatives.

Loin aussi d’un Aléxis Tsípras à la tête du Syriza qui a semé le chaos en Grèce. Loin enfin encore d’une Marine Le Pen du Front National en France.

  • Devenir "contre-pouvoir" sur l’euro

Les ambitions de ce parti outsider sont claires : profiter du "ras-le-bol de l’euro" en Allemagne pour faire tourner à son avantage le jeu d’échec que se livrent actuellement les partis politiques allemands en vue d’accéder en septembre prochain à la chancellerie.

Son atout maître ? Être le joker qui sort la bonne carte au bon moment.

Les Allemands, principaux contributeurs aux plans de sauvetage, deviennent allergiques à la notion de bailout ou de sauvetage financier. Proches du point de saturation, ils cherchent une... alternative. Une aubaine pour ce parti qui veut devenir un contre-pouvoir fort pour infléchir la politique européenne allemande jugée trop laxiste.

  • Mettre un terme à une situation jugée intenable...

L’analyse de l’AfD est la suivante :

L’Allemagne est le principal contributeur aux plans de sauvetage successifs ; or le risque qui pèse sur le contribuable allemand (garant en dernier recours en cas de défaut d’un pays) est jugé inadmissible, surtout qu’il s’alourdira : les transferts continueront pendant des années. Pour l’AfD, il faut cesser de transférer les pertes des banques nationales sur le contribuable européen.

L’euro renforce les déséquilibres économiques nord/sud qui plongent les économies périphériques en récession. En outre, renflouer les Etats en leur imposant une violente rigueur ne les aide pas puisque cela accentue la dépression et accroît leur dette. Dit autrement : la Zone euro appauvrit les peuples du sud. Les transferts ne sont pas une solution.

Cette situation génère en outre un profond sentiment de colère des peuples du sud à l’égard de l’Allemagne. Ce qui est malsain. L’Europe devait apaiser les haines entre les peuples, pas les attiser.

La démocratie est méprisée, la souveraineté battue en brèche. La Zone euro impose ses décisions aux peuples sans débat, voire sans l’assentiment de la représentation nationale. L’AfD exige que tout transfert de souveraineté soit au préalable accepté par référendum.

Enfin, les politiques piétinent les promesses faites aux Allemands pour les convaincre d’entrer dans l’euro et ne respectent pas les traités européens. L’AfD exige (ente autres) que la clause du Traité de Maastricht qui interdit le renflouement soit respectée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Equilibre - 11/04/2013 - 09:17 - Signaler un abus Presque honnête...

    Allez, un effort, il FAUT sortir et cela sera parfait

  • Par jirem - 11/04/2013 - 09:29 - Signaler un abus Moi je suis ok

    avec ce parti allemand. La gesticulation alarmiste de certaines personnes desirantes de sauver l euro ne sont que debilites et mauvaise foi. reprenons le controle de nos vies un peu.

  • Par Lémovice - 11/04/2013 - 09:33 - Signaler un abus Présentation faussée de la situation française !

    Non, il n'existe pas QUE le FN pour défendre l'idée d'une sortie de l'euro ! Deux autres Partis existent. Ne pas le signaler relève, une fois de plus, de la manipulation et de l'intimidation des français qui voudraient exprimer leur euroscepticisme. - Debout la République, créé par Dupont-Aignan. Son nombre d'adhérents est en constante augmentation, son site est actif. - l'UPR, créé par François Asselineau, qui n'a pas eu ses 500 signatures, et n'a donc pas pu se faire connaître aux dernières présidentielles. De nouveaux adhérents en permanence, et un site TRÈS documenté.

  • Par ISABLEUE - 11/04/2013 - 10:21 - Signaler un abus Parti Populiste allemand ???

    ARGH AU SECOURS !!!

  • Par Equilibre - 11/04/2013 - 10:25 - Signaler un abus @Lémovice

    Si tu y vas par là, il existe également des partis deGauche, prônant la sortie du neuro; le POI, me semble-t-il. Tu sais, les affiches jaune délavé et un peu de rouge. Le sous-entendu étant capable de faire un score à des élections. En plus, il me semble que Syriza n'était pas pour une sortie du neuro. Approximations...

  • Par EOLE - 11/04/2013 - 10:38 - Signaler un abus Ce qu'il faut en penser:

    Rien d'autre que ce qu'on peut penser des partis extrèmes et accessoirement Europhobes dans tous les pays de l'UE... Réponse plus claire: le problème n'est pas l'Euro en tant que tel, mais les déficits publics continuels de certains pays, dont la France, qui augmentent leur dette souveraine et les conduisent à la faillite (Euro, Franc, Lire, Drachme ou toute autre monnaie...).

  • Par brennec - 11/04/2013 - 10:57 - Signaler un abus Les peuples ont la politique qu'ils méritent?

    "Nous sommes loin de l’image populaire d’un Beppe Grillo" Eh oui, la qualité allemande ne concerne pas que les automobiles, mais aussi la politique! Bah nous on a Mélanchon, sur qu'il va nous sortir de l'ornière dans laquelle nous sommes tombés.

  • Par Equilibre - 11/04/2013 - 11:17 - Signaler un abus @ EOLE

    Même les plus pro-UE des plus pro-UE ne racontent pas que le neuro n'est pas un problème. Regarde les experts de Doze: à une exception près, le meilleur (soit dit en passant), ils sont tous pro-UE et neuro et ils sont tous dégoutés de voir l'histoire qui se joue. Même Madelin est dégouté, c'est dire.

  • Par Gilles - 11/04/2013 - 11:22 - Signaler un abus Wunderbar

    L'Euro est une excellente affaire pour les Allemands. Ils écoulent sans problèmes leurs produits dans toute l'UE. Ils n'ont pas à craindre de réévaluation. Dans les régions frontalières le commerce n'a jamais été aussi florissant. Avec des grandes surface spécialisées ou les enseignes habituelles comme Aldi et Lidl, dans de très petites communes prospérant grâce à l'afflux de la clientèle limitrophe (Suisse, Alsace, Lorraine et sans doute même chose aux Pays-Bas et autres pays).

  • Par noel - 11/04/2013 - 11:40 - Signaler un abus L'AFD a raison, mais l'écoutera-t-on?

    Il est souhaitable qu'on l'écoute, parce que nous, Français, sans le découplage du Franc et de l'Euro nous n'avons aucune chance de combler notre déficit extérieur. Il est urgent de réintroduire le Franc, à usage strictement interne, tous les échanges avec l'extérieur se faisant en Euros. L'évolution de la parité entre le Franc à usage interne et l'Euro à usage externe permettra à nos coûts de s'adapter, en fait de baisser, de développer nos exportations, de renchérir les importations, d'équilibrer les comptes extérieurs, et de générer de la croissance. Et avec la croissance retrouvée, et une politique monétariste adaptée, on pourra s'attaquer avec quelques chances de succès, pour autant qu'il y ait la volonté politique, à la réduction des coûts de la fonction publique.

  • Par Lémovice - 11/04/2013 - 11:58 - Signaler un abus @ noel et Equilibre

    > noel C'est en effet une des solutions. > Equilibre Bien sûr qu'il y a aussi des Partis de Gauche ! Dupont-Aignan se réclame du Gaullisme. François Asselineau, lui, souhaite une "union sacrée" momentannée (Droite-Gauche) pour se débarrasser du neuro. Ensuite, chacun reprend ses billes. C'est une union provisoire.

  • Par Alex de M. - 11/04/2013 - 15:33 - Signaler un abus Frankfurter = le monde ! ! ! Quelle insulte !

    Non le Frankfurter n'est pas l'équivalent du Monde. C'est un journal sérieux et honnête. On n'y trouve aucune manipulation de l'information. Toutes les informations sont mises en perspective. Il n'y a rien d'immonde dans ce journal !

  • Par bobthai7627 - 11/04/2013 - 15:59 - Signaler un abus bobthai

    Les thèses de Dupont Aignan sont très proches de celles de Marine Lepen en matière d'économie et les mesures qui sont à prendre pour redresser le pays , leur seule différence est l'approche du traitement de l'immigration , j'aime bien Dupont Aignan , ce que j'aime beaucoup moins chez lui est qu'il fasse parti du " Siècle " car on sait à qui ses adhérents sont afféodés ., pour information les seuls politiques n'étant pas membres du " Siècle " sont J Luc Mélenchon et Marine Lepen .

  • Par pemmore - 11/04/2013 - 16:42 - Signaler un abus Dès le début ça été catastrophique,

    une parité euro francs illisible, alors que le calcul mental n'existe-plus depuis des lustres. Ca n'a jamais marché, on doit en finir et recommencer plus tard. La France est tout aussi capable que l'Allemagne, mais cet euro fort est une imbécilité allemande.

  • Par vangog - 11/04/2013 - 17:15 - Signaler un abus Libéral et conservateur? Impossible!

    Isabelle Mouilleseaux se trompe en stigmatisant un parti qui veut réformer l'Europe en construisant un "autre Euro", plus supportable par les Sudistes et en faisant respecter les clauses de non-renflouement de leurs dettes. Sont conservateurs, contrairement à ce que décrivent les journalistes et commentateurs biberonnés a la pensée unique, ceux qui voient s'enfoncer l'Europe dans le marigot de la social-démagogie, en refusant toute réforme structurelle. Ces réformes arriveront tôt ou tard, et ce parti qui paraît être un des seuls a avoir les pieds sur terre, a l'intérêt de les proposer dans une période ou elles sont encore possibles! Attendre une décision des socio-démagogues sudistes ( Flamby inclus), c'est prendre le risque de les réaliser dans l'urgence et mal. L'Europe ferait bien de s'inspirer de ce nouveau parti qui obtiendra certainement plus que les 25% prévus...

  • Par vangog - 11/04/2013 - 17:15 - Signaler un abus Libéral et conservateur? Impossible!

    Isabelle Mouilleseaux se trompe en stigmatisant un parti qui veut réformer l'Europe en construisant un "autre Euro", plus supportable par les Sudistes et en faisant respecter les clauses de non-renflouement de leurs dettes. Sont conservateurs, contrairement à ce que décrivent les journalistes et commentateurs biberonnés a la pensée unique, ceux qui voient s'enfoncer l'Europe dans le marigot de la social-démagogie, en refusant toute réforme structurelle. Ces réformes arriveront tôt ou tard, et ce parti qui paraît être un des seuls a avoir les pieds sur terre, a l'intérêt de les proposer dans une période ou elles sont encore possibles! Attendre une décision des socio-démagogues sudistes ( Flamby inclus), c'est prendre le risque de les réaliser dans l'urgence et mal. L'Europe ferait bien de s'inspirer de ce nouveau parti qui obtiendra certainement plus que les 25% prévus...

  • Par Augustule - 11/04/2013 - 18:20 - Signaler un abus Alternative für Deutschland existe déjà en France

    Je suis surpris de voir que les médias s’intéresse depuis peu à un tout jeune parti allemand anti euro alors qu'un parti partageant les même idées existe en France depuis 2007 et qu'aucun médias ou presque, n'a pris la peine d’évoquer son existence. Ce parti c'est l'Union Populaire Républicaine (UPR) fondé en 2007 par François Asselineau, un haut fonctionnaire et ancien chef de cabinet ministériel. Je vous renvoie au site internet du parti et aux excellentes conférences de François Asselineau pour rattraper le retard perdu. www.u-p-r.fr

  • Par Glop Glop - 11/04/2013 - 21:47 - Signaler un abus Ca commence à fleurer le sapin...

    ... pour les européïstes auto-élus décideurs du sort des autres. Et cette situation visible en Allemagne, l'est aussi en France, en Italie, en Finlande, ... partout.

  • Par Glop Glop - 11/04/2013 - 21:51 - Signaler un abus @ Lémovice - 11/04/2013 - 09:33

    Sans oublier un nombre de plus en plus grands d'Identitaires. Je vis en France mais suis régulièrement aux Pays-Bas, en Allemagne, en Pologne et en Italie, et c'est partout le même phénomène. J'invite ceux qui le peuvent à lire la presse étrangère européenne, il en existe beaucoup en Français, et l'information diffère pas mal de celle que l'on donne ici (quand encore on nous la donne). Je ne pense pas me tromper en écrivant que la presse française est l'une des plus muselée et orientée, autant dire, pas du tout objective et réelle.

  • Par vangog - 12/04/2013 - 00:41 - Signaler un abus @Glop Glop Normal pour une presse Française

    qui reçoit 22% de subventions de la part de l'état, soit 20% de plus que la moyenne Européenne! La corruption des corps intermédiaires, associations, médias et syndicats, passe par leur odieux financement et assure leur soumission a la nouvelle noblesse de robe de fonctionnaires enarchiques. Une énième "moralisation de la vie politique", tarte a la crème des politiciens sans imaginations, ne servira a rien. Lorsque ce Président serrurier et sa boîte à outil, sera tombé, ainsi que sa noblesse de robe partisane et corruptrice, devra être reconstruit un système de désignation des corps d'états et corps intermédiaires, fondé sur le pluralisme et garanti par la constitution. C'est la seule manière pour cette gauche d'éviter de compenser son affaiblissement électoral, par la corruption des corps intermédiaires et des corps d'état, qui pratiquent "l'inversion du sens de la pile", en échange d'honoraires sur des comptes off-shore, pour des enquêtes médicales bidons, par exemple...

  • Par CyrilDLR - 12/04/2013 - 16:50 - Signaler un abus Convergence

    Passons sur le titre de l'article ("parti populiste") qui est plutôt rigolo quand on voit le pedigree des fondateurs de l'AfD, ça prouve en tout cas à quel point le mot populiste ne veut plus rien dire !! Bonne chance à ce parti dont je partage largement l'analyse retranscrite ici. On sent venir l'ébauche d'un printemps des peuples européens en 2014 en rébellion contre la pensée unique. En prémisse à une Europe des Nations et des collaborations réellement efficaces, espérons que ce parti donnera de la voix à l'échelle du continent avec des partenaires qui lui ressemblent, comme Debout La République en France. Que se mettent en sourdine les attaques systématiques des anti-système entre eux pour enfin mettre à bas démocratiquement les fanatiques de Bruxelles et des salons dorés !

  • Par UnLecteurDePassage - 13/04/2013 - 00:42 - Signaler un abus Et les eurocritiques en France ?

    Merci à Atlantico de nous informer sur ce nouveau parti eurocritique allemand. Mais vos lecteurs seraient certainement plus intéressés de connaître les partis eurocritiques français. Or, il y en a un qui est privé de toute couverture médiatique, c'est l'UPR de François Asselineau : www.u-p-r.fr. Soyez donc aussi curieux sur ce parti qu'au sujet d'AfD, vos lecteurs auraient là l'occasion de découvrir la réalité de l'Union européenne.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Isabelle Mouilleseaux

Isabelle Mouilleseaux est directrice de publications chez Publications Agora.

Elle a notamment co-écrit Le déclin du Dollar : une aubaine pour vos investissements ? (Valor, 2008).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€