Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Discours du président à l’occasion de la Semaine des Ambassadeurs : ce que l’on sait du macronisme diplomatique

En cette Semaine des Ambassadeurs, Emmanuel Macron devrait dévoiler les grandes lignes de sa politique étrangère lors de son discours d'ouverture. Dans un contexte mondial particulièrement tendu, le Président doit faire entendre la voix de la France. Par quels moyens compte-t-il la replacer au cœur de l'échiquier international?

Politique étrangère

Publié le
Discours du président à l’occasion de la Semaine des Ambassadeurs : ce que l’on sait du macronisme diplomatique

Atlantico.fr : Ce 29 août, Emmanuel Macron tiendra un discours en ouverture de la Conférence des Ambassadeurs, ce qui sera l'occasion d'exposer plus longuement la nouvelle doctrine de l'Elysée sur les questions de politique étrangère de la France. Au regard d'un contexte mouvant, de la Présidence Trump, au Brexit, en passant par l'Allemagne, et à la Russie, quels sont les changements attendus par rapport au précédent quinquennat ? Que peut on attendre de la doctrine Macron pour la France ?

Bruno Tertrais : Emmanuel Macron a souhaité annoncer une évolution doctrinale avec un retour au "réalisme" après dix ans d'égarement, mais on est là dans un débat théorique et surtout à mon sens assez artificiel.

La diplomatie française était déjà largement dans une logique "réaliste" et il n'y a eu aucune rupture, aucun tournant dans ce domaine depuis son élection. Dans les faits, ce qui est le plus marquant dans les premiers mois de sa présidence, c'est sa volonté de briser des tabous, de provoquer de manière à mon sens constructive, et de créer des rapports de forces de manière assez intelligente. On l'a vu avec les rencontres avec Poutine, Trump et Netanyahu, mais aussi plus récemment en stigmatisant le comportement du gouvernement polonais, d'une manière beaucoup plus directe que ce n'est habituellement le cas entre membres de l'Union.

Cyrille Bret : C’est le grand rendez-vous institutionnel du président Macron en matière de politique étrangère. Chaque année la conférence des Ambassadeurs est un événement annuel déterminant pour la conduite de la politique étrangère de la France : le chef de l’Etat expose sa vision du monde et donne ses instructions au corps diplomatique français pour l’année qui vient. Pour le président Macron, l’exercice aura une portée d’autant plus importante qu’il s’agira de sa première occurrence. La question que se posent tous les diplomates français et étrangers, les observateurs des relations internationales et, plus largement, l’opinion publique est de savoir quelle est la « doctrine Macron » en politique étrangère. Qu’est-ce que le macronisme appliqué aux affaires du monde ?

Depuis le début de la présidence Macron, plusieurs lignes de forces sont apparues dans l’action extérieure du chef de l’Etat. En Europe, le candidat Macron s’est très tôt déclaré pour un renforcement des liens avec l’Allemagne et avec Bruxelles. Seul candidat explicitement européiste, Emmanuel Macron, une fois président, s’est ouvertement engagé pour le renforcement de l’échelon fédéral et contre les mouvements centrifuges et souverainistes portés, depuis le Brexit par le groupe de Visegrad. La sortie du président contre la ligne polonaise la semaine dernière en Bulgarie illustre cette tendance. Préserver la construction européenne et développer les coopérations, tel sera sans doute le message clé du Président face aux ambassadeurs.

Sur la scène mondiale, le Président de la République a manifesté une grande capacité au rapport de force, notamment avec les partenaires américains et russes. Face à un président américain omniprésent mais brouillon dans les crises syriennes, coréennes ou otaniennes, le président français a affiché la force du pays notamment en conviant le président américain aux célébrations du 14 juillet. Le but du président français sera de rappeler que la France a, à la différence des Etats-Unis (mais aussi de l’Allemagne et du Royaume-Uni), une vision du monde et une stratégie mondiale. Lutte contre le terrorisme, contre le réchauffement climatique, contre la prolifération nucléaire et contre les replis protectionnistes, tels seront les messages adressés à l’allié américain par le président, à travers les ambassadeurs rassemblés à Paris.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 29/08/2017 - 10:47 - Signaler un abus "Regardez-moi, car je suis le plus beau!"

    Avant Macron et sa deuxième maman, c'était nul! Et depuis qu'il est arrivé, si ça va plus mal, c'est uniquement à cause des précédents (exemple: le ministre de l'économie précédente...). En plein narcissisme régressif, ce petit Macron avec sa pintade qui ne sait pas marcher avec de hauts talons...

  • Par Ganesha - 29/08/2017 - 11:11 - Signaler un abus Les peuples ont-ils le droit de disposer d'eux-mêmes ?

    Les peuples ont-ils le droit de disposer d'eux-mêmes ? C'est un principe de base des idées de 1789 ! Au sujet de l'Irak, de la Syrie... et même de la Libye, les dirigeants français ont toujours pensé, mais sans jamais oser l'exprimer explicitement, qu'il fallait une solution de ''partition'', comme en Yougoslavie, en Tchécoslovaquie... ou en Belgique ! Pour ne pas compliquer la discussion, ne parlons pas de l'Ukraine et d'Israël... Mais sans doute faut-il voir la réalité en face : les sunnites de Syrie et d'Irak ne sont pas encore un ''peuple civilisé'' ! Pas des ''êtres humains'', mais des ''bêtes sauvages'' ! Il faut donc leur imposer un dictateur, comme Saddam Hussein, Kadhafi ou Bachar el-Asssad, qui les éduque encore pendant au moins quelques décennies !

  • Par Yves3531 - 29/08/2017 - 11:15 - Signaler un abus Oui, avec Ségolène Royal nommée par Macron...

    ambassadrice des pôles tout va changer ... Micron a été mis là en catastrophe par l'oligarchie pour que surtout rien ne change pour elle, alors SVP qu'on arrête de nous beurrer la tartine !

  • Par Lazydoc - 29/08/2017 - 14:13 - Signaler un abus Regardons bien!

    Au delà des discours, les actes! Les postes sont réservés "aux prises de guerre" et aux copains (de gauche). Macron, c'est la continuité dans le changement.

  • Par Poussard Gérard - 29/08/2017 - 15:42 - Signaler un abus le nazilĺon nous fait du hollande car en ce qui

    Concerne lew actes...cest nada....exemple les hot spots en Lybie? Du pipeau...et surtout recycler les courtisans et les énarques .... avec cette equipe, on touche le fond

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€