Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Appel du 18 Juin :
fondation rhétorique

Si la rhétorique est l'art politique de la persuasion, il est nécessaire de comprendre ce qui se cache derrière l'utilisation du verbe et des arguments.

Paroles de leaders...

Publié le
Appel du 18 Juin : 
fondation rhétorique

Le 18 juin 1940, Charles de Gaulle lance son appel de Londres. Crédit DR

Qu’est-ce que Bossuet, le sublime prédicateur du Grand Siècle, avec son apostrophe « Madame se meurt ! Madame est morte ! », a donc à faire avec de Gaulle et l’appel du 18 juin 1940[1]  ? En quoi l’oraison funèbre prononcée par un prélat louis-quatorzien devant une cour éplorée mais souvent traîtresse a-t-elle un rapport avec le premier code de l’hyperparole présidentielle, l’appel[2] ? Pour un gourmet en rhétorique, il est clair que l’appel du Général est une véritable oraison funèbre sur la mort de la France et sur sa résurrection par la résurgence des vraies valeurs et dans un acte populaire de piété politique, la Résistance. Ce mot même de «résistance» appartient au glossaire d’édification religieuse, au vocabulaire de l’homilétique ; il évoque saint Antoine au désert (tiens, un autre mot gaullien, «désert »), résistant à la tentation diabolique : il s’agit ici d’une résistance à la tentation du mal politique, celle de mettre bas les armes devant le Satan allemand et les reprendre dans la tentation de la collaboration, pour s’avilir plus encore comme un pécheur qui pèche deux fois, une fois par faiblesse devant le mal et une fois par désir de faire le mal.

Évidemment, l’appel du 18 Juin est aussi, dans le style militaire, un ordre du jour: il indique la marche à suivre, nomme les obstacles et désigne le but à atteindre. Pétain, maréchal, lui aussi lança des «appels» en 1940[3]. L’appel, ordre du jour à la nation, est le modèle sublime mais exact des lassants discours «feuille de route» dont on nous rebat les oreilles à tout propos. Ne nous méprenons pas: l’appel à la levée en masse d’août 1793 contre l’Axe du temps est le modèle original de l’appel du 18 Juin, qui est aussi un appel à une telle levée; l’un et l’autre sont la transformation républicaine des grandes oraisons appels à la vertu publique, contre le mal, lancées par Bossuet.

Mais de quoi est fait un ordre du jour à la Nation ? Qu’est-ce qu’un appel ?

D’une part, un appel est toujours un «appel au nom de» : d’une portée édificatrice et morale, l’appel veut nous forcer à sortir des « circonstances » pour assumer le contraire des circonstances, à savoir choisir un destin.

L’appel fait partie de nos pratiques rhétoriques publiques. Par exemple, depuis 2009, il circule sur le Net un «appel des appels », « pour une insurrection des consciences[4] ». Mais pour opérer cette transformation rhétorique de la soumission aux circonstances en choix de destin, l’appel doit être économe d’explications. Il doit seulement tabler sur l’évocation d’une valeur commune: le « capital immatériel» comme on dit en management, « la France » comme disait le Général, « la Nation» comme disait Robespierre.

Plus un appel s’explique, se fait pédagogique, moins il est efficace.

D’autre part, un appel ne peut être qu’un «appel à » : souvent émotionnel, sinon passionné ou véhément en direction d’une action à entreprendre incarnée dans la parole qui la profère. Mais notez que si Bossuet s’adresse aux grands du royaume à qui il demandait de donner l’exemple de la vertu publique, le Général, lui, s’adresse aux Français comme à des grands de la vertu républicaine, eux qui vont résister, les futurs compagnons de la Libération, eux qui, pour le Général, devraient être « tous les Français » : il faut réfléchir au fait que si le Général avait été vraiment entendu, il y aurait eu 40 millions de compagnons de la Libération.

Enfin, l’appel instaure un code d’hyperparole présidentielle. Il a été, avant l’heure (1958), comme un archétype rhétorique, la première véritable allocution présidentielle, dans la mesure où l’appel fonctionne sur un syllogisme rhétorique : si vous, « tous», répondez à cet appel, donc vous tous m’aurez « élu ». En 1940, le Général se fait déjà président en parlant comme un président, et comme le type de président dont il anticipe la vraie fonction constitutionnelle, dix-huit and plus tard : quand l’Un s’exprime pour Tous et pour la République. Même Clemenceau, même Robespierre n’avaient osé ce tour rhétorique. Le Général performe déjà la parole présidentielle alors même que la fonction, d’apparat, n’existe plus, et pas encore celle, exécutive, sous sa forme à venir et qui se fixera après la prise de pouvoir en 1958.

Voilà pourquoi tous les meneurs politiques français, depuis cette date, se mêlent de lancer des appels à tout va. Mais pour qu’un appel fonctionne, il faut faire ce que j’ai décrit, désigner le mal, choisir son moment et, au lieu de faire de la pédagogie, stimuler un destin, c’est-à-dire faire en sorte que chacun se sente personnellement face à un choix radical.

______________________

Extraits de Paroles de leaders : Décrypter le discours des puissants, Bourin Editeur (août 2011)

[1] Oraison funèbre de Henriette-Anne d’Angleterre, duchessed’Orléans, 1670.

[2] Voir mon Hyperpolitique, une passion française, Paris, Klincksieck, 2009.

[3] Maréchal Philippe Pétain, Paroles aux Français. Messages et écrits, 1934-1941, Lyon, H. Lardanchet, 1941.

[4] Appel des appels

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par porticcio - 27/08/2011 - 18:01 - Signaler un abus Ça se discute

    Vous attribuez un peu vite la paternité de « Madame se meurt ! Madame est morte ! » à Bossuet. Non, c’est Hollande dit "l’Aigre des mous" qui a lancé cette flèche en direction d’Aubry à La Rochelle. D’ailleurs, le fait que votre Bossuet ne soit même pas candidat aux primaires du PS affaiblit vos dires et renforce les miens et puis surtout Madame la Reine Carla se porte à merveille. Sans rancune.

  • Par bobocleaner - 28/08/2011 - 10:03 - Signaler un abus Titrer un article sur l'appel du 18 JUIN

    "PAroles de Leader" et évoquer "un code d'yperparole présidentielle" m'évoque l'anecdote du Général passant dans un couloir et entendant crier "MORTS AUX CONS" , "vaste programme" aurait il commenté . c'était pas du code de l'hyperparole de branlette mais il avait bougrement raison" . Parole de con de Francais de base

  • Par Rosine - 30/08/2011 - 18:32 - Signaler un abus Hollande et Bossuet, et l'amer Michel

    ah oui! joli! mais on peut faire un casiing avec Michel Rocard, l'amer Michel comme on disait jadis, en âne: vous savez, chez Lafontraine c'est l'âne qui file un coup de pied au lion qui crève. Juste pour voir.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe-Joseph Salazar

Philosophe, ancien élève de la rue d'Ulm, Philippe-Joseph Salazar est titulaire d'une distinguished chair de rhétorique à l'université du Cap (Afrique du Sud) et enseigne cette discipline dans le monde entier.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€