Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 28 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Directive secret des affaires : comment l’Europe est en train de tuer le secret des sources en toute discrétion

Une directive portant sur le secret des affaires et le secret des sources est en passe d'être votée en commission, au Parlement européen. Une discussion aura lieu mardi 16 juin. Des soupçons liberticides pèsent sur cette directive, le volet portant notamment sur le secret des sources dans la presse étant fortement décrié.

Infiltration

Publié le
Directive secret des affaires : comment l’Europe est en train de tuer le secret des sources en toute discrétion

Une directive européenne menace le secret des sources.  Crédit Pixabay

Atlantico : En France, des mesures similaires initialement prévues dans la loi Macron avaient rencontré de vives résistances, contraignant le gouvernement a faire marche arrière.  Quels sont les risques du texte discuté à Bruxelles ?

Nicolas Gros-Verheyde : La loi Macron visait autant les procédures pénales que civiles. Le texte en discussion, une directive, ne vise que les aspects civils. Ce qui n'est pas moins dangereux. La Commission européenne minimise les risques posés pour la liberté de la presse en disant que cela n'a qu'un objet civil. Or, chacun sait que les procédures en responsabilité n’ont pas pour but obtenir réparation d'un préjudice. Elles ont un seul but : asphyxier les médias, faire taire des sources… En soi, elles sont d’ailleurs plus risquées pour les médias, et les journalistes, et plus dissuasives.

Les indemnités peuvent réussir à faire fermer un média ou, à tout le moins, éroder son envie d’enquêter. C’est d’ailleurs l’objectif recherché...

Le texte proposé est-il satisfaisant  ? Quels sont les points de la directive qui concentrent  les critiques?  

L'ensemble en discussion n’est pas du tout satisfaisant. La liberté du journaliste d'enquêter est très mal protégée. Elle ne constitue qu’une exception particulière et non une exception générale. De plus, elle est conditionnée à un usage "légitime". L’élément le plus inquiétant est l’absence de protection des sources. Le lanceur d’alerte ne sera protégé que si l’acquisition "illicite" a été nécessaire pour une telle révélation et qu’il a agi dans "l’intérêt public". Cela fait beaucoup de conditions. La combinaison de tous ces éléments fait que la liberté de la presse n’est pas automatique mais subordonné à la réalisation de la liberté des entreprises de préserver leurs "secrets". Il pourrait de fait aboutir à un renversement de la charge de la preuve. Le journaliste et le média devant prouver qu’il n’a pas mal agi.

Peut-on s'attendre à voir les pays membres s'arranger avec cette directive comme ils le souhaitent ?

Oui. Non seulement ce texte est assez flou sur la protection de la presse et des sources. Mais, il laisse aux Etats membres une très large part d'interprétation. Le risque est de voir certains gouvernements – en Hongrie, en Roumanie, en Bulgarie - s'engouffrer dans la brèche pour limiter un peu la liberté de la presse et surtout la liberté des différentes sources de communiquer des informations à la presse, notamment dans les entreprises. Ce flou arriverait à un résultat contraire à l'objectif recherché. Au lieu d'harmoniser les différentes législations européennes, il va favoriser une nette dispersion.

La liberté de la presse est-elle seule menacée ? Quid de la protection des lanceurs d'alerte par exemple?  

Vous avez raison. C'est surtout au niveau des lanceurs d'alerte, et donc de la protection des sources que ce texte est le plus inquiétant. Et les derniers amendements de compromis proposés par le groupe du parti populaire européen sont liberticides sur ce point de vue, davantage encore que la proposition initiale de la Commission.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Louvrier - 16/06/2015 - 00:50 - Signaler un abus Change.org

    Si la liberté d'expression et d'information vous semble fondamentale alors commencez par signer la pétition visant à stopper cette honteuse machine à détruire ce qui nous reste de démocratie en France et en Europe. Sur internet : change.org. Ca urge !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Gros-Verheyde

Vice président de l'AJE (Association des Journalistes Européens), membre du bord du Press Club Brussel Europe

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€